Bibliothèque paroissiale : rencontres autour du livre “Lettre de St Paul à Philémon: réflexions et échanges sur la liberté chrétienne” d’Adrien Candiard

Rendez-vous le jeudi 14 novembre à 15h à la bibliothèque paroissiale, pour poursuivre la  rencontre autour du livre “Lettre de St Paul à Philémon : réflexions et échanges sur la liberté chrétienne” d’Adrien Candiard, présenté par Philippe Bortolus.  Venez nombreux !

Adrien Candiard, dominicain vivant au couvent du Caire, une des voix majeure de la spiritualité aujourd’hui.

La bibliothèque est située dans la même salle St Paul VI où est installé le Catholic’s Pub, à l’arrière de l’église Saint-Louis (entrée par la rue Pierre Loti). Elle est ouverte les jeudis (hors vacances scolaires) de 14h30 à 17h.

A lire l’avis de la librairie  La Procure sur ce livre : “Il est urgent de lire ce texte formidable d’Adrien Candiard, qui de plus vient d’être distingué par le Prix de la liberté intérieure. Urgent car essentiel, tout comme l’est cette lettre de saint Paul à Philémon qui fait l’objet de cette réflexion. Car il s’agit ici de réfléchir à la notion de liberté, si fondamentale dans le christianisme. Entre devoir et interdiction, la morale chrétienne est souvent bien difficile à suivre, et pourtant… Qu’est-ce que cette liberté chrétienne dont parle saint Paul avec tant de finesse ? Un chemin d’humanité.”

Résumé du livre :
Qu’est-ce qu’un chrétien est obligé de faire ? Qu’est-ce qui lui est interdit ? Et qu’est-ce que cela signifie pour ceux qui ne croient pas ? La morale a aujourd’hui mauvaise presse, mais ce questionnement est plus présent que jamais. Les prêtres le savent bien, à qui on ne cesse de poser ce genre de questions. Ceux qui les posent ne sont pas des névrosés, mais des personnes estimables – croyants ou non croyants – qui s’efforcent de bien vivre, de bien faire, et qui pour cela se débattent de leur mieux avec le grand bazar contradictoire de leurs désirs, de leurs convictions, de leurs attachements, de leurs devoirs, de leurs envies, de leurs fatigues, s’efforçant de faire rentrer le réel compliqué dans des catégories simples : le permis, le défendu, l’obligatoire.
Dans un des livres les plus courts de la Bible, la lettre qu’il écrit à son ami Philémon à propos de la liberté d’un esclave, l’apôtre saint Paul ouvre pourtant un tout autre chemin : celui d’une authentique et exigeante liberté, sous la conduite de l’Esprit Saint.
C’est ce chemin magnifique que ce livre redécouvre.