Des fraternités de prière en visioconférence – Le livre des témoins de notre paroisse

Comment en ce temps de confinement  prier ensemble et partager notre foi ? Comment annoncer cette espérance que nous avons célébrée le jour de Pâques ? Deux propositions :
– la création de petites fraternités de prière se retrouvant en visioconférences
– et le partage par écrit du témoignage de notre foi et de notre rencontre avec le Christ.

► Des fraternité de prières en  visioconférence.

Créons des petites fraternités (6 personnes maximum) qui se retrouveraient pour un temps de prière et de partage de la Parole de Dieu et de la foi ou pour prier le chapelet en visio-conférence chaque semaine pendant une heure maximum avec une petite grille pour aider le partage.

Vous êtes intéressés ?  Contactez la paroisse par mail à  : paroissederochefort@gmail.com ou par tél au : 05.46.99.03.11.

► Ouvrons le  livre des témoins de notre paroisse !

Annoncer cette espérance que nous avons célébrée le jour de Pâques. Et cela commence comme Marie Madeleine par dire ce que nous avons vu, témoigner de Celui en qui nous croyons. « J’ai vu le Seigneur et voilà ce qu’il m’a dit ».

Ouvrons symboliquement sur notre paroisse le grand livre des témoins. Chacun de vous est invité, si vous le voulez, à écrire quelque chose de votre foi, de votre rencontre avec le Christ, de comment la foi vous aide à vivre, de ce à quoi elle vous engage.

Ce peut être quelques lignes, quelques pages (2 maxi.). Nous les publierons (de manière anonyme si vous le souhaitez),  sur notre site Internet et notre page Facebook pour que nous nous enrichissions les uns et les autres de la foi de nos frères et de nos sœurs en communauté. Car nous avons besoin de nous porter les uns les autres non seulement dans la prière mais aussi dans la foi.

Envoyez vos textes à l’adresse mail de la paroisse.

Retrouvez ces propositions dans le Communiqué n°8 de notre curé, le Père Mickaël.

Confinement dans la Bible…

De la Mère Abbesse de l’Abbaye bénédictine de Pradines

Etant donné ce temps particulier que nous vivons (et qui risque fort de durer), j’ai cherché quelles paroles de Dieu pouvaient nous aider à faire ensemble cette traversée du désert, et à la faire en communion avec tous nos frères et sœurs qui sont touchés de près et de loin par cette épidémie (et beaucoup plus touchés que nous…).

J’ai cherché dans la Bible quelques expériences de « confinement »,… et j’en ai trouvé quatre qui peuvent nous dire une parole… (Il y en a sûrement beaucoup d’autres !)

* Premier cas de confinement : Noé dans l’Arche (Gn 6 et 7) :

Il y est entré par obéissance, sans un seul mot, avec non seulement toute sa famille, mais toute la création, représentée par un ou plusieurs couples d’animaux de toutes sortes, ce devait être quand même une cohabitation un peu rude et un « bazar » certain !… sans grande possibilité de prendre l’air ! Un confinement sonore et sûrement pas inodore ! Mais l’entrée et la vie dans l’Arche était une mesure de sauvegarde, de salut, le salut d’un petit reste et de l’avenir de la création toute entière, tandis que les hommes étaient engloutis dans le déluge « car la méchanceté de l’homme était grande sur la terre et son cœur ne formait que de mauvais desseins à longueur de journées » (Gn 6,5).

Et cela nous rejoint dans un certain sens : le confinement de plus en plus strict est une mesure de protection, de sauvegarde à respecter, en se sentant chacun responsable et cela concerne là aussi toute la création qui est comme une grande arche qui nous porte tous. Vivre donc ce temps en communion avec « tout ce qui a haleine de vie » sur la terre, « tout ce qui est chair » selon Gn.

 * 2ème cas de confinement : Jonas dans sa baleine (Jon2.1-11).

Ici, c’est plutôt la désobéissance qui a mis notre pauvre Jonas dans cette triste situation… dont nous n’avons pas beaucoup l’expérience ! Le confinement dans le ventre du gros poisson est pour lui, non plus l’élargissement à toute la création mais pour rentrer dans les profondeurs de lui-même : dans cet espace clos, c’est le moins qu’on puisse dire, il crie vers Dieu, il fait retour sur soi, c’est alors le lieu de son retournement, de sa conversion.

Quelques lignes de Francine Carrillo : « Le ventre qui recueille Yonah s’annoncerait-il comme un lieu destiné au re-cueillement, un lieu pour re-cueillir les miettes de soi sous le regard de plus grand que soi ? Dans cette matrice flottante, Yonah reste en gestation 3 jours et 3 nuits. C’est le temps qu’il faut pour passer du néant à l’être, de l’enfermement en soi, à l’être qui fait être » et un peu plus loin : « C’est là dans l’épreuve de la nuit où tout recours semble impossible qu’il entend (…) ce qui vient en 1er dans son histoire comme dans l’histoire de chacun, c’est un amour impossible à décourager, un amour de toute éternité » (p 69 ;75).

Pour nous, nous sommes privées de beaucoup de contacts, plus d’hôtes, de clients, de parloirs, plus de participants à nos offices, etc… Que ce confinement dans la matrice communautaire, un peu austère, qui tombe pendant le temps du Carême, nous pousse à l’intériorité, à être plus attentives aux appels de l’Esprit, à écouter dans le silence et le recueillement et à crier vers Dieu comme Jonas, avec toutes les paroles de psaumes, ceux de la liturgie et ceux que nous composons dans notre prière ;

* 3ème cas de confinement : Les disciples au Cénacle, le jour de la Résurrection.

Ils sont confinés par peur. Peut-être aussi par remords, par tristesse : Jésus est mort, il n’y a plus d’espérance, ils l’ont lâchement abandonné et maintenant les autorités juives les pourchassent. Mais Jésus vient, et se tient au milieu d’eux. Il leur donne son souffle et sa Paix, et les envoie à toutes les nations. Ce confinement est le point de départ d’un dynamisme missionnaire qui les portera jusqu’au bout du monde.

Que ce temps d’épreuve nous affermisse nous aussi dans la foi au Ressuscité qui se tient au milieu de nous, de tous et qui nous ressource dans notre mission pour le monde. Au Cénacle, il est venu au milieu de ses frères, leur faire don de la fraternité, fruit de sa Passion et de sa Résurrection. Reliées à tous ceux qui souffrent, prenons bien soin de notre vie fraternelle : que « cessent les querelles » comme nous le chantons le Jeudi Saint, les agacements, les susceptibilités, les rancœurs, tellement secondaires à par rapport à la question de vie et de mort qui se joue pour beaucoup dans nos pays. Et prenons bien soin de la joie commune car il nous faudra durer ; en étant aussi disponibles à l’imprévu et à tout ce qui nous sera demandé. Comme les Apôtres nous avons reçu l’Esprit Saint pour être humblement à la hauteur de ces événements graves et inconnus.

*Enfin 4ème cas : Paul et Silas dans leur prison (Ac 16, 23-25).

Ils sont non seulement confinés mais enchaînés, les pieds pris dans des ceps de bois… Plus de mission, immobilité complète… !

Quand tout à coup, les portes s’ouvrent et les chaînes des prisonniers se détachent.

Et alors que font-ils ? Ils chantent les louanges du Seigneur, cette mission qui demeure, de chanter avec cœur, dynamisme et soin. C’est cette louange qui nous relie profondément à tous, qui donne sens aux événements, qui tient et qui nous tient « C’est toi qui sur les temps maintient cette hymne », et c’est la louange qui est notre arme de combat : « rempart que tu opposes à l’adversaire » Ps 8. Que tu opposes à toute dramatisation, panique, découragement.

Voilà donc quelques cas de confinement qui peuvent nous parler, nous aider. Nous pourrons en trouver d’autres, se les partager si on veut, le soir en récréation pour éviter de trop parler… de ce qui nous confine !

De la Mère Abbesse de l’Abbaye bénédictine de Pradines

Père Mickaël Le Nezet

Site de l’Abbaye bénédictine de Pradines

(Enracinée dans une longue tradition, notre abbaye Saint Joseph et Saint Pierre prend naissance au XIXème siècle, grâce à la foi de Thérèse de Bavoz. Notre recherche de Dieu passe à travers la vie fraternelle,
la prière et la lecture méditée de la Parole de Dieu, le travail et les services mutuels.)

Appel à la solidarité du Secours catholique

Semaine Sainte, le 8 avril 2020

Chers paroissiens,

La situation que nous vivons aujourd’hui nous oblige à rester chacun chez soi.

Hélas ! Il y a des personnes qui n’ont pas de domicile fixe, et,  plus grave encore, beaucoup d’entre eux ne disposent  pas d’assez de ressources pour leurs besoins essentiels.

C’est dans ce contexte que s’inscrit l’action de l’équipe locale du Secours Catholique de Rochefort.

                « Chacun chez soi, ne signifie pas chacun pour soi. »

Bien que notre local soit fermé depuis avril, suite aux mesures de confinement, nous poursuivons notre action d’accompagnement  des personnes qui vivent dans la précarité (solitude, maladie, pauvreté…).
Aujourd’hui cet accompagnement se fait par téléphone du mardi au jeudi de 14h30 à 17h00  au 07.68.69.45.31.

Un bénévole de notre équipe est disponible pour être à l’écoute de ceux qui se sentent oubliés, abandonnés.

Pour aider ceux qui n’ont pas le moyen de se nourrir, les chèques services urgence  que nous remettons leur permettent d’acheter des produits alimentaires et d’hygiène en complément des aides offertes par nos partenaires locaux. La remise de chèques services est le meilleur moyen de répondre à cette urgence tout en limitant au maximum les contacts et les risques de diffusion de l’épidémie.

Pour faire face à cette situation, le Secours Catholique national a lancé un appel aux dons « spécial coronavirus », vous pouvez faire un don en ligne.

La crise sanitaire est devenue une crise sociale! C’est pourquoi le Secours Catholique-SC lance aujourd’hui un appel à solidarité : « nous demandons au président de la République de débloquer une aide exceptionnelle pour les plus pauvres, premiers impactés par les mesures de confinement ».
Cet appel a été mis en ligne sur notre site internet.

Véronique FAYET (présidente nationale) invite chacun à lire et signer cet appel. A partager autour de vous sans modération! Même confiné, on peut agir… Vos dons constituent un soutien d’une grande valeur ici-bas, sur terre, et un trésor dans les cieux. Car, nous dit Jésus, «chaque fois que vous le faites à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous le faites» (Mt 25, 40).Sans doute une grande récompense vous attend dans les cieux.

Bonne Semaine Sainte.

Contacts :  Martial Bodard et Eric Ndikubwayo,  responsables de l’équipe locale de Rochefort au 07.68.69.45.31

Appel à la solidarité du CCFD-Terre Solidaire

Comme chaque année, le CCFD-Terre Solidaire, dans le cadre de la mission confiée par l’Église de France, mobilise les Chrétiens pour plus de solidarité.

La démarche de Carême invite à l’écoute de la Parole, à la conversion et à un partage à la dimension du monde.  Une façon de répondre à l’appel du pape François dans Laudato Si :  «J’adresse une invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète» . Et c’est grâce au partage et au soutien de tous, que le CCFD-Terre Solidaire peut, à son tour, soutenir sur tous les continents des organisations qui luttent contre la faim, ses causes., les inégalités de soins.

Pourquoi et comment soutenir encore plus le CCFD
et ses partenaires pendant cette période de confinement ?

Le temps fort de la campagne de Carême représente pour le CCFD-Terre Solidaire près de 30% de sa collecte annuelle.
Avec la crise que nous traversons, cette campagne est bouleversée.
La venue de tous les partenaires a été annulée dans un souci de protection d’eux-mêmes mais aussi des populations de leurs pays, plus vulnérables. Toutes les animations ont été annulées pour protéger le public, les bénévoles et les salariés. Enfin, la messe du 5e dimanche de Carême dont la quête impérée est dédiée au CCFD-Terre Solidaire est annulée.

Les pays du Sud (Afrique, Amérique Latine..) commencent à être touchés par le virus et l’on peut craindre des situations catastrophiques, compte tenu de leurs grandes faiblesses hospitalières et sanitaires.

Aussi, le CCFD-Terre Solidaire  invite l’ensemble des communautés chrétiennes à faire vivre à distance, ce geste de partage du 5e dimanche de carême pour continuer l’action auprès des partenaires.

En cette période de confinement, vous pouvez faire votre don, soit :
par un don en ligne
– par chèque  envoyé au CCFD-Terre Solidaire, 4 rue Jean Lantier 75001 PARIS. Les courriers seront traités après la période de confinement

Par avance, les bénévoles du CCFD-Terre Solidaire vous remercient pour votre générosité et votre engagement au service d’un monde plus juste et plus solidaire.

Pour la Délégation Diocésaine de Charente Maritime
Philippe Bortolus et Cécile Meunier
CCFD -Terre Solidaire de Charente Maritime
Maison Diocésaine  80 Cours Genêt 17100 SAINTES

Contacts

Philippe Bortolus : 06.09.66.15.37
Cécile Meunier : 06.84.50.31.36

Pour plus d’information, rv. sur le site du CCFD ou sur le blog du CCFD :  “Le temps des solutions

Trois exemples de projets construits autour de l’agro-écologie

– en Colombie

L’IMCA (Institut majeur des paysans) est membre du Programme mondial TAPSA pour une transition écologique. Il soutient les activités productrices des communautés paysannes avec l’installation de petites unités de production de fertilisants organiques et biopesticides. Les produits sont d’abord destinés à la famille, puis échangés sur les marchés locaux et enfin vendus dans les circuits du commerce équitable. L’IMCA travaille dans des anciennes zones de guérilla où l’état est quasi inexistant. Depuis la signature de l’accord de paix, les anciens combattants reviennent « Sans l’appui du CCFD-Terre Solidaire, nous ne pourrions pas accompagner ce processus de retour à la paix » souligne Mincho, directeur du centre de formation paysan IMCA, accueilli en 2019 sur les paroisses de Rochefort, La Rochelle et St Sauveur d’Aunis

– au Burkina Faso

APROSSA (Association pour la Promotion de la Sécurité et de la Souveraineté Alimentaire) est confrontée à des problèmes nouveaux : à l’adaptation au dérèglement climatique s’ajoutent désormais l’impact sur les esprits de la radicalisation islamiste ainsi que la tentation pour les jeunes de migrer. L’APROSSA a entrepris d’adapter les pratiques traditionnelles des petits producteurs, dans une approche agroécologique : diguettes pour retenir les pluies, semis en poquet avec fumure (zaï), plantations en cuvette « demi-lune » pour réduire le ruissellement, collecte de la fumure organique, développement des cultures fourragères, mise en place d’un sorgho plus adapté au climat, etc. L’action d’APROSSA vise à valoriser la capacité des populations à tirer localement les moyens de leur subsistance ainsi que des revenus. Pourle  groupe de producteurs et promoteurs de l’APROSSA, la devise est le Sahélien peut nourrir le Sahel.

– au Timor Leste

L’association PERMATIL (Permaculture pour le Timor Leste) est très investie dans la formation de la population paysanne, elle se consacre à la reconquête de la souveraineté alimentaire par la population majoritairement rurale et très jeune de ce nouveau pays. C’est ainsi que l’association a commencé à créer des jardins en permaculture dans les écoles. Après plusieurs années d’expérimentations réussies, l’association décroche en 2015 un résultat spectaculaire : une loi nationale rend obligatoire l’implantation de potagers en permaculture dans les écoles primaires de Timor Leste.

Pour Estanislau Claudio Ximenes, la mission éducative des jardins dans les écoles commence par la délocalisation de la classe hors des murs : « Nous ne considérons pas ces jardins comme de simples parcelles productives, mais comme des laboratoires de vie. » Nutrition, santé, environnement, la palette des enseignements est vaste. Et la dynamique profite à l’ensemble de la communauté.

une classe dans son potager :   

Communiqué n°7 du père Mickaël Le Nezet, curé doyen de Rochefort et Saint Agnant.

Jeudi 2 avril 2020

Chers amis, chers paroissiens,

Dans quelques jours nous allons vivre la Semaine Sainte qui va nous conduire jusqu’à la grande fête de Pâques. Nous allons la vivre autrement des années précédentes, peut-être même plus intensément dans ces temps d’épreuves que traversent non seulement notre pays, mais le monde entier. Nous allons vivre cette Semaine Sainte, sommet de la vie liturgique de l’Église, dans nos maisons, seul ou entourés de nos proches.

N’oublions pas que, dans les premiers siècles les chrétiens, avant de se réunir dans les basiliques, se retrouvaient dans les maisons, comme l’attestent les Actes de Apôtres. C’est bien cela que nous allons vivre tout au long de ces jours saints.

Nous pourrons suivre les différentes célébrations sur les chaînes de télévision (France 2 le dimanche ou KTO chaque jour) ou celles présidées par notre évêque et retransmises sur le site Internet diocésain en cliquant sur ce lien :  https://catholiques17.fr

 Mais je voudrais vous encourager à profiter de ces jours saints pour demeurer avec le Seigneur dans le silence, l’écoute de la Parole de Dieu, la prière et une plus grande attention à ceux qui souffrent, qui sont isolés, seuls ou en situation de précarité.

Je vous propose de vivre cette semaine comme une retraite spirituelle même si, notamment pour les familles, les activités ne favorisent pas toujours cette disponibilité intérieure. A chacun de trouver son rythme et de se donner des points de repère (non pas tant la quantité que la qualité de ces moments que nous pourrons vivre).

En ces jours, Dieu a quelque chose à nous dire qu’il s’agit d’entendre.

Pour cela, la paroisse vous enverra tout au long de la semaine, par mail, sur le site internet ou la page Facebook des propositions liturgiques qui nous aideront à célébrer les mystères de notre foi en accompagnant Jésus dans sa passion jusqu’à sa Résurrection. Nous les vivrons en communion les uns avec les autres, membres de la paroisse de Rochefort, de Saint-Agnant ou d’ailleurs.

Nous privilégierons cette écoute de la Parole parce que cette Parole de Dieu a en elle-même le pouvoir de transformer les vies. (Gaudete et Exultate n° 155) mais parce que c’est aussi une Parole qui construit la communauté, qui construit l’Eglise. (Verbum Domini n° 86).

Sept propositions vous seront donc faites et pour lesquelles vous recevrez les documents par mail.
(un document Word plus simple sera aussi envoyé pour que vous puissiez le transmettre dans les boîtes à lettres de personnes que vous connaissez n’ayant pas internet. Si vous ne pouvez les imprimer, quelques exemplaires seront imprimés au secrétariat et pourront vous être envoyés. Il suffira de nous le signaler).

    1. Entrée dans la Semaine Sainte par la célébration des Rameaux
    2. Célébrer le Triduum Pascal à la maison
    3. Veiller une heure dans la nuit
    4. Vivre un chemin de croix
    5. Poser un geste de solidarité
    6. Entrer dans le silence
    7. Vivre le passage de la mort à la vie avec le Christ

Nous vous invitons aussi, si vous le souhaitez à réaliser un jardin de Pâques que vous ferez évoluer tout au long de la semaine. C’est comme une crèche de Noël mais autour de la Semaine Sainte. Votre jardin peut avoir la taille d’un plateau, d’une table en fonction du lieu où il sera exposé.

– Fabriquez-le à partir de matériaux ramassés dans le jardin ou avec ce que vous avez sous la main : terre, sable, cailloux, mousses, petites branches, etc.
– Dans la terre ou le sable : tracez une route qui serpente et monte vers le Calvaire surmonté de trois croix. Bordez-la de petits cailloux et de mousse.
– Sur cette route, marquez sept étapes (en écrivant une phrase biblique qui rappelle les textes de chaque dimanche de Carême, les Rameaux et le Jeudi saint.)
– Réalisez une grotte avec une pierre qui masque l’entrée. Le jour de Pâques, vous roulerez la pierre fermant le tombeau pour faire apparaître une cavité dans laquelle on apercevra un linge blanc. Allumez une bougie pour signifier la résurrection de Jésus.
– Disposez quelques plantes fleuries (primevères) signes de la nature qui revit.

Nous voilà prêts frères et sœurs à vivre cette semaine si importante. Dans l’évangile, mardi, Jésus nous a ouvert son cœur en nous disant : « Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable ». (Jn 8, 30) C’est là son grand secret, mais un secret qu’il nous partage : si nous voulons que notre confinement et notre solitude deviennent autres, il faut qu’ils soient habités par le plaisir de Dieu.

Que cette Semaine Sainte nous y aide. Espérant contre toute espérance, n’ayez pas peur et tenez bon !

Unis à vous dans la prière et l’affection,

Père Mickaël Le Nezet, curé doyen de Rochefort et Saint Agnant.

Pour retrouver, télécharger et relire un des derniers communiqués du Père Mickaël en ce temps de coronavirus, cliquez ci-dessous, sur le communiqué de votre choix :