Mai, mois de Marie : redécouvrons le Rosaire

Le mot « rosaire » signifie « couronne de roses ». Il vient de l’usage au Moyen Age de couronner de roses les statues de la vierge, chaque rose symbolisant une prière.

L’origine du Rosaire remonte au XIe – XIIe siècle. Dans les monastères les religieux, qui ne comprenaient pas le latin, les frères convers,  récitaient 150 « Ave Maria » à la place des 150 psaumes de l’office liturgique. On appelait cette prière le psautier de la vierge Marie.

Un dominicain, Alain de la Roche, fonde en 1470 la Confrérie du psautier de la Vierge Marie et il attribue à St Dominique l’origine de la dévotion du rosaire. Les dominicains répandent le rosaire. On conjugue la récitation des dizaines d’Ave Maria avec la contemplation des mystères joyeux, douloureux et glorieux de la vie du Christ. Le rosaire est devenu une pratique commune après le concile de Trente (1545 – 1563). C’est à la prière des confréries que le pape saint Pie V attribua la victoire de Lépante sur les Turcs en 1571.

Après un déclin, il y eut un renouveau de la prière du rosaire au XIXe siècle. En 1828, Pauline Jaricot fonde l’Association du rosaire vivant. En 1858 à Lourdes, la vierge se montre à Bernadette avec un chapelet. Le pape Léon XIII consacre de nombreuses encycliques au rosaire, spécialement en 1883-1891. En 1917 à Fatima, Marie se montre en disant « Je suis Notre Dame du Rosaire »

Le pape Jean Paul II, en 2002, a ajouté aux mystères joyeux, douloureux et glorieux (qui avaient été fixés par le pape St Pie V en 1569) les mystères lumineux : baptême du Christ, don de l’Évangile, noces de Cana, Transfiguration, dernière Cène, instauration de l’Eucharistie.

L’initiative du pape recentre la prière du rosaire sur le Christ, car certains mystères n’ont pas été vécus directement par Marie, et il nous  invite à contempler Jésus-Christ : Lumière du monde.

Comment prier le Rosaire

Le Rosaire est une forme de prière répétitive qui existe depuis le XIIe siècle. C’est à un chartreux, Dominique de Prusse (dès 1409 à Trèves) qu’il faut attribuer l’institution du Rosaire tel qu’on le connaît avec ses quinze mystères et ses cent cinquante « Je vous salue Marie ». Jean-Paul II a rajouté en 2002 les cinq nouveaux mystères lumineux.

Cliquer ici pour passer aux travaux pratiques, comment réciter le Rosaire

Les vingt mystères

  • les mystères joyeux (enfance du Christ),
  • les mystères lumineux (vie publique du Christ),
  • les mystères douloureux (la Passion du Christ),
  • les mystères glorieux (résurrection du Christ).

Chaque mystère  annoncé ou médité  est suivi d’une dizaine de « Je vous salue Marie », qu’on fait défiler de grain à grain.

Site - bannière d'article haut de page (19)

Les mystères joyeux

  • L’Annonciation : l’Ange Gabriel annonce à Marie qu’elle aura un fils (Luc 1, 26-38)
  • La Visitation : visite de Marie à sa cousine Élisabeth (Luc 1, 39-56)
  • La naissance de Jésus à Bethléem (Luc 2, 1-20)
  • La Présentation de Jésus au Temple (Luc 2, 22-35)
  • Les retrouvailles au Temple : Marie et Joseph ont cherché Jésus pendant trois jours, il était resté au Temple avec les docteurs de la loi (Luc 2, 41-52)
Site - bannière d'article haut de page (20)

Les mystères lumineux (depuis octobre 2002, voir « Rosarium Virginis Mariae » )

  • Le Baptême du Christ dans le Jourdain (saint Paul aux Corinthiens 2 Co 5, 21, Matthieu 3, 17)
  • Les noces de Cana (Jean 2, 1-12)
  • L’Annonce du Royaume de Dieu (Marc 1,15 ; Marc 2, 3-13 ; Luc 7, 47-48 ; Jean 20, 22-23)
  • La Transfiguration du Christ (Luc 9,35)
  • L’institution de l’Eucharistie (Jean 13,1)
bannière d'article haut de page mystère rosaire douloureux

Les mystères douloureux

  • Gethsémani : transpiration sanglante du Christ en prière au mont des Oliviers, la veille de son arrestation (Matthieu 26, 36-46 ; Marc 14,32-42 ; Luc 22,40-46)
  • Atroce flagellation de Jésus après son arrestation (Matthieu 26,67-68 ; Marc 14, 65 ; Luc 22, 63-66)
  • Le couronnement d’épines (Matthieu 27, 27-31 ; Marc 15, 16-20 ; Jean 19, 2-3)
  • Jésus porte sa Croix (Matthieu 27,32-33, Marc, 15, 16-20 ; Luc 23,26 ; Jean 19,17)
  • La Crucifixion au Golgotha (Matthieu 27, 32-43 ; Marc 15, 21-27 ; Luc 23, 33-34 ; Jean 19, 17-24)
Site - bannière d'article haut de page mystere glorieux rosaire

Les mystères glorieux

  • La Résurrection (Matthieu 28, 1-8, Marc 16,1-8 ; Luc 24, 1-10 ; Jean 20,11-18)
  • L’Ascension (Marc 16, 19 ; Luc 24, 50-52 ; Actes 1,3-14)
  • La Pentecôte (Actes 2, 1-13)
  • L’Assomption de Marie (Apocalypse 12, 1)
  • Le couronnement de Marie, prélude de l’accueil des chrétiens au ciel (Apocalypse 12, 1)

Quelle est l’importance de cette prière?

Des communautés chrétiennes ont gardé la foi grâce à elle, pendant de longues périodes de persécutions (Japon, Madagascar par exemple).
Au XIXe siècle, Pauline Jaricot eut l’idée d’évangéliser les jeunes ouvriers de Lyon par l’institution du Rosaire Vivant en  leur demandant de réciter un mystère chaque jour, avec ses 10 grains. Le rosaire trouvait ainsi un esprit nouveau grâce à la modestie de l’exigence, on peut dire le Rosaire en travaillant ou en se déplaçant.
Les Équipes du Rosaire, fondées en 1955 ont repris cet héritage en insistant sur le double aspect marial et missionnaire de la prière du Rosaire.