Première messe du père Sam au sanctuaire de Port des Barques

Ordonné  prêtre le samedi 20 juin 2020 en la cathédrale St Louis de La Rochelle, par Mgr Georges Colomb, Joseph Marie VO TA SAM  a célébré sa première messe,  le dimanche 21 juin 2020 à 11h, au sanctuaire des prêtres déportés à Port des Barques, devant ses amis  et les paroissiens de St Agnant, habitants la rive gauche de la Charente. Il était entouré par  les abbés Mickaël Le Nezet curé de Rochefort, Arockiya, Jean, Joseph The Tao et Eric Ndikubwayo, vicaires. Des sœurs vietnamiennes de plusieurs congrégations étaient également présentes et ont animé la célébration avec des chants liturgiques.

Voici une prière de sainte Thérèse de Lisieux qu’il redit souvent:

“Je veux, Ô mon bien aimé, à chaque battements de mon coeur, vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois, jusqu’à ce que les ombres s’étant évanouies, je puisse vous redire mon amour dans un face à face éternel -Amen-” 

Homélie de la première messe du père Sam

Nous sommes invités tous à témoigner pour l’Evangile

 Il y avait un jeune garçon de 12 ans, qui, tous les jours, comme d’habitude, allait à l’école le matin et retournait à la maison pour déjeuner. Mais un jour, son programme écolier a changé. Ce jour-là était un lundi, il devait rester manger à l’école, car il avait cours dans l’après-midi. A l’heure du repas, il sortit son pique-nique.

Lui, éduqué chrétiennement, ne mangeait jamais sans dire le bénédicité. Entouré par ses amis qui s’agitaient en comparant leur nourriture, il ne savait comment faire pour commencer son déjeuner : il eut honte de faire son signe de croix devant ses amis, et il n’osa pas. Finalement il décida intérieurement de dire une petite prière en silence, puis il commença son repas ! Mais sa conscience le tourmenta de l’après-midi jusqu’au soir, car la veille, le dimanche, à la messe, il avait entendu dans l’évangile : « quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon père qui est aux cieux. Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon père qui est aux cieux ». Ce garçon c’était moi ! C’était Sam ! Jésus pardonne-moi encore !

Chers frères et sœurs, les paroles que Jésus m’a dites, il y a plus 20 ans, me travaillent encore aujourd’hui.

Oui, Jésus nous encourage, vous et moi, aujourd’hui à ne pas craindre les hommes, à ne pas renoncer à notre dignité et à notre vocation chrétienne devant les attaques, les difficultés et même les persécutions.

Nous sommes tous invités à aller sur les places publiques, sur les marchés et sur les plages afin de parler de Jésus, de témoigner et de proposer, au bon moment, une discussion sur Dieu.

Jésus nous chatouille encore aujourd’hui , il nous incite à nous lever au milieu de la foule pour dire la vérité, dénoncer les injustices, dévoiler les secrets ténébreux, et à ne pas avoir peur des calomnies ou des moqueries des hommes, parce que les paroles de calomnie ne feront pas tomber un seul de nos cheveux.

Le monde a besoin de prophètes mais tout le monde n’est pas prophète ! Et si nous ne sommes pas tous des prophètes, au sens biblique de ce terme, nous sommes tous, néanmoins, des témoins du Christ pour le monde d’aujourd’hui qui a tellement besoin de témoins. Comme dit le pape Paul VI dans l’exhortation Evangelii nuntiandi: « Les hommes d’aujourd’hui ont plus besoin de témoins que des maîtres ».

Témoigner par les paroles est important, mais tout d’abord il faut triompher de nous, il faut vaincre, en premier lieu, les obstacles et les difficultés intérieures : telles que la peur, la lâcheté, la mollesse qui sont nos premiers adversaires. Si nous voulons gagner le monde, commençons par nous vaincre nous-même !

Frères et sœurs, Jésus nous dit aujourd’hui : ne soyons pas des chrétiens mous, osons perdre en  risquant notre vie, nos intérêts propres et personnels pour Le gagner Lui et gagner ainsi sa vie, car qui perd sa vie la trouvera, comme il nous l’a promis. N’ayons pas peur des petites blessures, mais soyons au contraire de courageux soldats du Christ ! Ne nous laissons pas séduire par les voix cajoleuses du monde car elles sont trompeuses. Le témoignage des prêtres martyrs, sur cette terre de Charente maritime, est pour nous une leçon à imiter. Ils n’ont pas crié comme Jean Baptiste dans le désert, mais leur mort, quoique restée longtemps dans le silence, témoigne maintenant éloquemment de leur amour pour l’Eglise et pour le Christ.

Ils ont obéi à la loi de Dieu plutôt qu’à celle des hommes. Ils craignaient Celui qui a le pouvoir de sauver l’âme de la mort plutôt que ceux qui tuent le corps. Ils sont restés fidèles à leur engagement au détriment de leur vie.  Mais où trouver ce courage ? Où ont-ils  puisé la force du martyre ? C’est dans  la force de l’amour du Christ qu’ils les ont trouvés, ils ont compté sur cette unique force, qui est celle de Dieu ! Sans le Seigneur nous ne pouvons rien faire, n’ayant pas compté sur le Seigneur le jeune garçon n’a pas eu la force de tracer un signe de croix devant ses amis !« Malheur à moi si je n’annonce pas l’Evangile ! »

Père Sam

Pour télécharger et relire l’homélie du père Sam Cliquez ICI

Photos GT

Photos GT