Nouvelle mission de Monseigneur Barbarin.

Dans un entretien accordé à Aleteia ( site chrétien intéressant) en juin 2020, le cardinal Philippe Barbarin, prélat de 69 ans,  se confie sur sa prochaine mission qui débutera en juillet.,

De retour d’une longue retraite spirituelle en Terre sainte, après sa démission le 6  mars dernier, le cardinal Barbarin, nommé archevêque de Lyon en 2002, après avoir servi les Lyonnais pendant dix-huit ans d’une manière exemplaire célébrera sa messe d’adieu et d’action de grâce le dimanche 28 juin.

Sa  nouvelle mission, auprès des petites sœurs des pauvres en Bretagne, comportera  deux dimensions essentielles :  « suivre Jésus de près » et « rendre service », elle s’inscrira dans la continuité de son action de cardinal primat des Gaules.

Finalement relaxé et jugé « non coupable » pour non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs dans le cadre de l’affaire Bernard Preynat, Mgr Barbarin commence une nouvelle étape de sa vie. Il n’est pas excessif de dire que comme le Christ il aura été humilié et sanctionné pour des négligences anciennes dont il était innocent. Pour l’opinion publique il fallait que quelqu’un paye, c’est lui qui a payé.

Conscients de cette injustice les fidèles de Lyon ont ouvert  le site  : Merci Cardinal, où chacun peut exprimer son émotion et sa reconnaissance.

Voici quelques témoignages : « Depuis 18 ans, le cardinal Barbarin s’engage courageusement dans la société et dans le monde, au service du dialogue, de la rencontre et de la fraternité, du respect des plus petits, de la défense des chrétiens martyrs […] ». Un autre témoignage : « Depuis les débuts de sa vie de prêtre, il nous a changés, bousculés, édifiés, nous voulons lui dire notre gratitude ». À quelques jours de la messe d’adieu, les messages de remerciement se multiplient.

Entretien.

Aleteia : Monseigneur, quelle est votre prochaine mission ?

Cardinal Philippe Barbarin : En rentrant de Terre sainte, je suis allé voir le Saint-Père fin mai. Nous avons beaucoup parlé du Proche-Orient. Il m’a dit qu’il aimerait que je reste disponible pour des missions dans les pays que je connais bien, comme l’Irak, le Liban ou Israël. Pour le reste, il m’a laissé le choix de faire ce que je souhaite. J’avais déjà pris contact avec l’archevêque de Rennes et avec la supérieure des Petites Sœurs des Pauvres de Saint-Pern, en Bretagne, là où vit Mgr Marcus, l’ancien archevêque de Toulouse. Dès le début du mois de juillet, je serai donc à ses côtés, mais aussi comme un aumônier pour les sœurs.

D’autre part, Mgr d’Ornellas (archevêque de Rennes) m’a demandé de donner des cours au séminaire de Rennes.

Je l’accueille comme un frère. C’est un homme de Dieu, qui est unanimement reconnu comme un enseignant de la Parole de Dieu, réagit l’archevêque de Rennes. Il a été déjà été professeur au séminaire de Madagascar. Et il reste cardinal. Il est donc effectivement susceptible d’être envoyé en mission par le Vatican, notamment pour les Chrétiens d’Orient. »

Les jeunes religieuses des Petites sœurs des pauvres, lors de la messe des vœux perpétuels. | OUEST-FRANCE

Le cardinal Barbarin sera donc accueilli à la Tour Saint-Joseph, la « maison-mère » des Petites sœurs de pauvres à Saint-Pern, en Ille-et-Vilaine, congrégation fondée par la bretonne Jeanne Jugan, née à Cancale.