Incendie criminel à la cathédrale de Nantes

La cathédrale de Nantes en proie à un incendie, le 18 juillet.

Samedi 18 juillet  en matinée , 3 incendies criminels ont été allumés simultanément dans la cathédrale saint Pierre et saint Paul, les pompiers alertés vers 7 h 45 sont intervenus  rapidement et le feu a été circonscrit. Hélas  il a fait des dégâts importants à l’intérieur de l’édifice. Selon M. Laurent Delpire, conservateur des antiquités et objets d’art de Loire-Atlantique,  l’orgue et le buffet d’orgue du XVIIe siècle, ont été détruits, un tableau d’Hippolyte Flandrin du XIXe siècle,  avec une partie des stalles du chœur, ont été gravement endommagés ainsi que  les vitraux de la façade, dont une partie était  du XVIe siècle, . La cathédrale n’a semble-t-il pas subi d’autres dommages.

Une enquête est ouverte  pour trouver le ou les auteurs de ces  incendies.

Le premier ministre, Jean Castex, s’est rendu sur place samedi après-midi et a affirmé que « l’Etat prendra toute sa part » dans la reconstruction qu’il souhaite « la plus rapide possible ».

Un homme de 39 ans,  placé en garde à vue samedi dans l’enquête sur l’incendie de la cathédrale de Nantes, a été remis en liberté « sans aucune poursuite » dimanche 19 juillet au soir, a fait savoir le procureur de la République, Pierre Sennès. De nationalité rwandaise, suivi et hébergé par le diocèse,  ce bénévole avait  fermé la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul. le vendredi soir et les enquêteurs ont vérifié son emploi du temps.

Selon le père Hubert Champenois, recteur de la cathédrale, qui le connaît bien, Cette personne, servant d’autel, fut la dernière à avoir quitté les lieux vendredi soir. « Je le connais depuis quatre ou cinq ans », a assuré le recteur, avant d’ajouter : « J’ai confiance en lui comme en tous les collaborateurs. »

Les enquêteurs ont entendu l’homme « sur les conditions de fermeture de la cathédrale », a précisé M. Sennès; le procureur a déclaré qu’aucune trace d’effraction au niveau des accès extérieurs de l’édifice n’a été relevé. Le recteur de la cathédrale a souligné que « chaque soir, avant de fermer [la cathédrale], une inspection très précise »est effectuée et que « tout était en ordre » vendredi soir.