Incendie criminel confirmé de la cathédrale de Nantes

Le bénévole  Rwandais  de 39 ans, employé comme portier de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes, a reconnu avoir allumé trois feux le samedi 18 juillet.

Cet incendie  a sérieusement endommagé la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes : l’édifice, de style gothique flamboyant, a perdu  son grand orgue, foyer principal de l’incendie, qui a été entièrement détruit ainsi que le tableau d’Hippolyte Flandrin, Saint Clair guérissant les aveugles. L’incendie a également calciné une partie des stalles du chœur ainsi que les vitraux inestimables de la grande verrière.

.Le bénévole du diocèse a été placé en garde à vue dans la nuit de samedi à dimanche pour « destructions et dégradations par incendie », a annoncé le procureur de la République de Nantes, le 26 juillet. Il a reconnu devant le juge avoir allumé les trois foyers de l’incendie de la cathédrale. “Mon client a coopéré” , confirme maître Quentin Chabert, avocat du mis en examen. « Il regrette amèrement les faits”. Le bénévole encourt pour cette infraction une peine de 10 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende  selon  le procureur.