A la découverte de la chapelle St Louis de la Rochelle

Découvrir l’histoire singulière du site et contempler les œuvres qui y sont exposées, accompagné de musique et de chants

À propos de cet événement

Pascal Even, historien rochelais, assurera les commentaires qui seront rythmés de pauses musicales. Philippe Babiaud et ses amis musiciens et chanteurs préparent un programme musical et chanté spécifique.

Le concept unique et original de ces deux moments multiculturels nourriront, à n’en pas douter, les esprits curieux et élèveront les âmes.

Pèlerinage diocésain à ND de Recouvrance

Le diocèse de La Rochelle organise un pèlerinage pour les vocations sacerdotales et religieuses le samedi 10 octobre 2020.

Il marquera le 60 ème  anniversaire du couronnement de Notre-Dame de Recouvrance.

La dévotion à Notre-Dame de Recouvrance remonte à 1252, année de la découverte de la statue primitive par des moines franciscains, les pères Cordeliers de l’ordre de Saint-François, dans les fondations de leur futur couvent.

En 1958, lors du pèlerinage annuel à Pons, plusieurs diocésains  particulièrement attachés à Notre-Dame de Recouvrance ont prié leur évêque, Mgr Xavier Morilleau, d’envisager le couronnement de la Vierge pour consacrer son privilège de Patronne du diocèse de La Rochelle.

Une pétition de treize pages lui fut remise, et Mgr Morilleau la transmit à Rome, pour obtenir le couronnement de la statue au nom du Souverain pontife. Ce fut l’un des premiers actes pontificaux du pape Jean XXIII; par bref apostolique du 10 avril 1959,  il prescrivit,“en son nom et par autorité” l’imposition d’une couronne à la statue de Notre-Dame de Recouvrance de Pons. Il s’est agi d’un privilège de dévotion mariale attaché à la particularité des “Vierges couronnées”, détenu déjà par tous les diocèses de France, à l’exception de celui de La Rochelle et Saintes.

Le pèlerinage commencera à 9h30 du matin avec, au choix, une prière ou une petite marche (4 km) depuis l’église d’Avy jusqu’à Pons.

Deux prêtres récemment ordonnés apporteront leur témoignage.

A 10h se tiendra un temps d’adoration eucharistique. Ceux qui le désireront pourront se confesser. Suivra ensuite une conférence du frère Marie-Arnaud Gualandi, maître des frères étudiants du couvent des Dominicains de Bordeaux et vicaire du prieur. Il précisera le sens et l’objectif de la vocation lors de l’allocution: “La vocation, pour quoi faire ?”.

Dans l’après-midi, des consacrés livreront leurs témoignages avant que soit récité le chapelet et que la procession se rende à la messe.

Pour tous renseignements contacter
la paroisse de Pons (curé, Père Teulé) :
Courriel:   paroisse-pons@orange.fr

Tél. 05 46 94 00 74

Voir aussi le nouveau site internet de la paroisse

 

Mgr Barbarin à la Rochelle : “Jean Paul II, Pierre au tournant du nouveau millénaire”.

Celui qui allait devenir le 16 octobre 1978 l’un des plus grands papes de l’histoire de l’Église, Karol Wojtyła, est né en 1920, il y a cent ans précisément.

À l’occasion de cet anniversaire, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque émérite de Lyon et désormais aumônier des Petites Sœurs des Pauvres, a publié cette année un livre-portrait intitulé :
“Jean Paul II, Pierre au tournant du nouveau millénaire”.

C’est de cet ouvrage que l’ancien Primat des Gaules viendra nous parler le jeudi 8 octobre à 20h30, à l’église Saint-Sauveur (La Rochelle).

Le cardinal Barbarin a toujours été frappé par la proximité entre la figure de saint Pierre, telle que le Nouveau Testament nous la montre, et Karol Wojtyła. “Cet homme choisi par Dieu avait le charisme de saint Pierre à 100%, explique le haut prélat sur Aleteia. C’est ce qui m’a touché chez lui : la force de la parole, la liberté, la présence, peut-être aussi ses fragilités et ses faiblesses que je ne connais pas. En le voyant, on avait vraiment l’impression d’entendre Jésus lui dire : « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église » (Mt 16, 13-19). Et ce que je vais faire avec toi, ça sera du solide…”

La conférence se tiendra à 20h30, dans l’église Saint-Sauveur, sur le port de La Rochelle, en présence de Mgr Georges Colomb, évêque du diocèse de La Rochelle.

Vous aimez chanter et louer le Seigneur, venez à la Chorale St Vincent

Louer Dieu par la beauté du chant

La Chorale Saint-Vincent existe depuis de nombreuses années. Sous la conduite de Marie-Claude Fardet, les choristes y travaillent un double répertoire :

  • un répertoire religieux liturgique avec l’animation de quelques messes dans des églises de la paroisse (église et église Saint-Pierre du Breuil-Magné).
    Elle anime également quelques messes dans des maisons de retraites de l’agglomération rochefortaise.
  • un répertoire d’œuvres religieuses classiques. Quelques exemples : Magnificat de Vivaldi, des cantates de Telemann, des cantates chorals de Mendelssohn, des negro-spirituals…
RÉPÉTITIONS

Tous les mardis soir à 20h30 ( sauf juillet et août) à l’église Saint-Louis (entrée sur le côté de l’église, même entrée que le Catholic’s Pub, en face du n° 120 de la rue Pierre Loti )

Contact : Marie-Claude FARDET  05.46.99.43.31  – 06.15.17.98.72 – @ : mcfardet@yahoo.fr

Accueil à la messe : l’affaire de tous…

– Il manque 1 personne pour l’accueil de la messe de 11h à Notre-Dame le dimanche 27/09 ! Inscrivez-vous vite !!
Le planning d’octobre est également ouvert aux inscriptions.
>>> Inscrivez-vous sur le planning qui a été adressé par mail à tous les paroissiens en complétant les créneaux disponibles qui vous conviennent pour le mois  d’octobre (3 personnes par dimanche) et en indiquant vos noms, prénoms et n° de téléphone.
Si vous n’avez plus le lien pour accéder au tableau, vous pouvez demander au secrétariat paroissial qu’il vous soit renvoyé.

IMPORTANT ! N’oubliez pas que les masques sont obligatoires pour entrer dans l’église ainsi que le  gel hydroalcoolique.

Pour info. en raison des mesures sanitaires (nettoyage du matériel, etc.,), merci de noter qu’il n’y aura pas d’accueil pour les enfants.

Les écharpes orangées et les badges sont de retour. Vous les trouverez à leur place habituelle dans la boîte transparente posée sur la table de la sacristie (ou à proximité). Merci de penser à les remettre (pliées svp + les badges) dans la boîte à la fin de votre service.  Un grand MERCI à tous !

Vous êtes intéressés par ce service d’accueil ? Merci  de vous faire connaître auprès de Martine Guérin (tél. 06.82. 65.75.03).

Mémo de l’accueil

Avant l’accueil
– Arriver env. 20/25 mn avant la messe
– Prendre le temps de lire les annonces de la semaine avant la messe (pour pouvoir renseigner les personnes accueillies)
– Vous pouvez prier ensemble en équipe d’accueil dans la sacristie avant de commencer votre service. Pour cela, vous trouverez dans la boîte aux écharpes, 2 prières d’accueil au choix (chacune en 3 exemplaires) que vous pouvez lire ensemble. Merci de les remettre dans la boîte.
– Mettre son écharpe colorée et un badge “bienvenue” (ils sont rangés dans la sacristie, dans une boîte plastique transparente posée sur la table de la sacristie. Ne pas oublier de remettre votre écharpe pliée et votre badge dans cette même boîte après la messe après la messe).
 Avoir avec soi un crayon ainsi que 3 ou 4 cartes Bienvenue (disponible dans un carton à la sacristie) pour les personnes qui souhaiteraient nous laisser leurs coordonnées pour recevoir les infos par mail ou qui ont une question particulière (demande de sacrement, souhait de rencontrer un prêtre, etc.) pour qu’il leur soit répondu. Conserver précieusement ces cartes une fois complétées pour les remettre au secrétariat paroissial. Préciser dessus le cas échéant la demande de la personne. Ces cartes sont éditées pour être données directement. Elles ne doivent pas être déposées sur les tables.
L’accueil
– Se répartir : 2 personnes à l’entrée principale et 1 à l’entrée située à droite de l’autel
– Distribuer la feuille de chants et souhaiter une « bonne célébration ».
Attention ! Pour des questions économiques, nous ne pouvons éditer trop de feuilles. Aussi dans la mesure du possible, ne donner qu’1 feuille pour 2 personnes quand il s’agit de couples ou de familles.
­
– Distribuer la feuille d’infos paroissiales aux personnes n’ayant pas d’adresse e-mail.
A la fin de la messe
–  Rester un peu dans l’église au cas où des personnes souhaiteraient avoir des infos
– Merci de plier votre écharpe et la remettre ainsi que votre badge dans la boîte à la fin de la messe
– Transmettre au secrétariat paroissial (102 rue Pierre Loti) les cartes “Bienvenue” complétées.

Les responsables reprennent leur activités…

Mardi 15 septembre à 20h30, le père Mickaël Le Nézet curé de la paroisse réunissait les responsables de services de la paroisse, pour faire le point sur l’année qui vient de s’écouler et celle qui nous attend.

Voici l’ordre du jour:

— Quel projet pastoral pour l’année scolaire à venir ? De quelle manière chacun va pouvoir s’investir.

— Organiser la journée de rentrée, dimanche 27 septembre, dans l’esprit de ce projet.

Tout le monde était au rendez-vous.

Nous avons commencé cette soirée par la lecture de l’évangile (1ère épître aux  Corinthiens 12, 12-14. 27-31a), suivi de la prière de Guiseppe Lanza Del Vasto .

Le père Mickaël, en fin d’année scolaire,  après 2 ans de mission a souhaité rencontrer chaque membre responsable, personnellement,  pour une relecture de sa lettre de mission, afin d’envisager soit l’arrêt , soit le prolongement de son service.

Ce fut un temps d’écoute et de réponses aux  questionnements et  réflexions des responsables de services..

Pour chacune des personnes envoyées en mission ce fut un temps privilégié qui a permis de se resituer dans le charge reçue, tout en réalisant que la charge n’est pas forcément facile à réaliser et à maintenir dans le temps. Certains ont demandé de cesser leur mission après des années de service.

S’engager/Servir la mission de la paroisse

Prenez part à la vie de la paroisse, devenez acteur / actrice,
Votre paroisse a besoin de vous !

« Tous peuvent participer de quelque manière à la vie ecclésiale, tous peuvent faire partie de la communauté » Pape François,  “La joie de l’Évangile”


Nous avons besoin de vous, pour :

  • Transmettre la foi aux plus jeunes : catéchisme, éveil à la foi
  • Accompagner un catéchumène adulte vers le baptême
  • Participer à la préparation au mariage, à la préparation au baptême des petits enfants
  • Prendre part à l’animation liturgique (lecteurs, chants, équipe florale…)
  • Participer à l’animation d’un groupe de prière ( lundis de la Parole, « prière des mères », chapelet pour les vocations, « monastère invisible »)
  • Aider à la communication ( prise de photos, transmission d’infos, etc.)
  • Participer à l’accueil à l’église lors de la messe dominicale.
  • Organiser des événements.
  • Prendre part à des activités au service des familles, des jeunes, des célibataires, des personnes âgées…
  • Apporter la communion aux malades, rendre visite aux personnes isolées.
  • Accompagner des familles en deuil, conduire les obsèques
  • Et proposer d’autres idées en aidant à les mettre en œuvre ?…

Vous êtes intéressé pour soutenir telle ou telle activité ?

Contactez-nous par mail à : paroissederochefort@gmail.com

Téléphone 05.46.99.03.11

Presbytère St Louis : 102 rue Pierre Loti 17300 Rochefort

« Ne restez pas au balcon de la vie ! Jésus n’y est pas resté. Jésus s’est engagé, engagez-vous! » Pape François aux jeunes des JMJ à Rio (Brésil)

 

 

Fête de Notre Dame des douleurs

Dans les moments difficiles, la dévotion à la Sainte Vierge est  d’un grand secours. Elle-même a traversé de nombreuses épreuves douloureuses. Elle nous comprend.

Traditionnellement, le mois de septembre est consacré à Notre-Dame des Douleurs. Cette année, dans ce contexte de pandémie qui perturbe nos vie ainsi que la rentrée à l’école, nous pouvons puiser de la force dans cette dévotion, la Vierge apporte la meilleure consolation possible.

Tournez vos yeux incessamment vers la Vierge Marie, elle qui est Mère de douleurs mais aussi Mère de consolation.

Entre le mois d’août, marqué par la dévotion au Cœur Immaculé et le mois d’octobre, consacré à Notre-Dame du Rosaire, septembre est le moment idéal pour renforcer notre relation à Marie. Communier à ses douleurs est un bon moyen pour y parvenir.

« Tournez vos yeux incessamment vers la Vierge Marie, elle qui est Mère de douleurs mais aussi Mère de consolation. Elle peut vous comprendre pleinement et vous aider. En regardant vers elle, en la priant, votre torpeur deviendra sérénité, votre angoisse se transformera en espérance, votre deuil en amour », disait saint Jean Paul II.                 Voici dix façons de prier:

DONNER DU SENS À LA SOUFFRANCE

Prenez les souffrances que vous endurez et offrez-les au Cœur Immaculé de Marie. Faire quelque chose de sa peine permet d’éviter la révolte et le sentiment que la vie est absurde ou injuste. Il faut se livrer  à Marie comme un enfant malheureux dans les bras de sa mère. La dévotion du premier samedi du mois est conseillée, donner du sens à sa souffrance guérit  l’esprit et le cœur.

CULTIVER LA PAIX INTÉRIEURE

En septembre,  mois des douleurs de Marie, malgré nos problèmes, tentons de trouver la paix en pensant à la merveilleuse  mère que nous avons au ciel.  Disons un Je vous salue Marie, certains notent leurs peines dans un carnet avec une prière à la Vierge.

SOULAGER LA PEINE DE QUELQU’UN D’AUTRE

Aider quelqu’un d’autre à porter sa croix, à l’image de Simon de Cyrène est très beau. Il existe de nombreuses manières de le faire : en envoyant une carte, en prêtant une oreille attentive à quelqu’un qui a besoin de confier un souci, une souffrance, un deuil ; en dégageant du temps et en tenant compagnie à une personne qui se sent seule. On peut aussi envoyer un bouquet à une personne qui traverse une période difficile, avec des roses ou des lis pour rappeler la Vierge ! Cuisiner un bon plat pour quelqu’un qui souffre est une autre manière d’apporter du réconfort et de rendre service.

 

LE CHAPELET DE LA DÉVOTION DES SEPT DOULEURS

La dévotion des sept douleurs consiste à dire sept Je vous salue Marie (au lieu des dix traditionnels), en méditant à chaque fois sur l’une des douleurs de la Vierge, à savoir :

  • La prophétie de Siméon
  • La fuite en Égypte
  • La disparition de l’enfant Jésus au temple pendant trois jours
  • La rencontre entre Jésus et Marie sur le chemin de croix
  • La crucifixion et la mort de Jésus
  • La descente du corps de Jésus de la croix et la remise à sa Mère
  • La mise au tombeau

ROSAIRE ET MYSTÈRES DOULOUREUX

La contemplation des mystères douloureux:  l’agonie de Jésus, la flagellation, le couronnement d’épines, le portement de la croix et la crucifixion, convient particulièrement à la dévotion aux douleurs de Marie. Offrons lui  notre présence aimante et notre soutien, en nous plaçant à ses côtés alors qu’elle assiste aux souffrances de son Fils bien-aimé.

FAIRE UN DON, MÊME MODESTE

Donnez ce que vous pouvez à une association qui en a besoin.

PRIER EN COMMUNION AVEC QUELQU’UN

Priez quotidiennement pour une personne qui en a besoin, et dites-lui que vous vous associez à elle dans la prière afin qu’elle se sente moins seule.

Ce mois-ci, vous pouvez dire cette prière écrite pour la fête de Notre-Dame des Douleurs le 15 septembre : Ô Dieu, dont la Passion perça d’un glaive de douleur la si précieuse âme de la glorieuse Vierge Marie, comme l’avait prédit Siméon, permets que nous qui commémorons pieusement ses douleurs, recevions les grâces issues de Ta Passion. Toi qui vis et règnes dans l’unité du Saint-Esprit pour les siècles des siècles, Amen. 

AMÉNAGEMENT DE NOTRE COIN PRIÈRE EN HOMMAGE À NOTRE-DAME DES DOULEURS

Choisissons une carte, une statue ou une œuvre d’art représentant la Vierge plaçons un bouquet de fleurs  en signe de tendresse, agrémentons le coin de bougies à allumer pendant le temps de prière.

ÉCOUTER DES CHANTS À LA VIERGE

Écouter un Ave Maria ou tout autre chant consacré à la Vierge est un moyen très efficace d’entrer en communion avec elle.

Fin du Pèlerinage national : M comme Marie

Après trois mois  à travers la France, les deux calèches “Est” et “Ouest” du pèlerinage ” M  comme Marie” se sont retrouvées, ce samedi 12 septembre 2020, au sanctuaire marial de Pellevoisin. Mgr Jérôme Beau, archevêque de Bourges, a clôturé ce pèlerinage inédit par une grande messe dans la basilique.

« Je repars triste que l’aventure se termine, mais j’ai le cœur changé » : cocher du cheval de la route OUEST avec un autre bénévole pendant une grande partie du pèlerinage, Christophe Gasche avait du mal à cacher son émotion, ce dimanche 13 septembre, alors que l’incroyable périple du « M de Marie » vient de se clôturer. « Au début, je n’étais venu que pour marcher une journée. Mais pendant la récitation du chapelet, je me suis souvenu d’un rêve que j’avais fait il y trois mois. Je me suis trouvé frissonnant, et j’ai décidé de continuer », raconte-t-il à Aleteia.

L’archevêque de Bourges présent pour l’arrivée

Trois mois plus tard, après avoir parcouru près de 1.000 kilomètres, il faisait partie des près de deux cents pèlerins qui ont pris part à la dernière étape entre Ecueillé (Indre) et le sanctuaire marial de Pellevoisin, ce samedi 12 septembre. A Pellevoisin, c’est l’archevêque de Bourges, Mgr Jérôme Beau, qui a accueilli les calèches des routes EST et OUEST. « En tant que cocher, j’étais dans la calèche lorsque l’on est arrivé à Pellevoisin. Beaucoup de personnes étaient là pour nous accueillir… Jamais je n’aurais imaginé que j’allais vivre des moments aussi forts », souffle Christophe Gasche. Après une nouvelle prière pour la France, les pèlerins ont eu un temps de repos, avant de prendre part à une procession vers le sanctuaire. Comme ce fut le cas de nombreux soirs pendant tout le pèlerinage, une veillée d’adoration a été organisée.

Grande messe de clôture

Le lendemain, après une conférence sur le sens de ce pèlerinage et sur le message de Pellevoisin, Mgr Jérôme Beau a présidé une grande messe. « Pendant la messe qui a duré deux heures, Mgr Jérôme Beau consacré le diocèse de Bourges aux Cœurs de Jésus et de Marie. Il a également couronné solennellement la Vierge de Pellevoisin. C’était une très belle grâce », raconte Christophe Gasche. Un « moment fort », à l’issue duquel le pèlerinage a officiellement pris fin. « Ému » de retourner chez lui, dans le Béarn, Christophe Gasche repart « confiant » dans l’avenir, et surtout « revigoré » dans sa foi.

Déjà bénévole aux piscines de Lourdes et dans un groupe de prière de son diocèse, il espère pouvoir renouveler l’expérience des veillées d’adoration plus souvent.

Et espère bien pourvoir témoigner autour de lui des « multiples » grâces reçues pendant ces trois mois.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour découvrir le diaporama du pèlerinage national M comme Marie

Inscriptions à l’Aumônerie des jeunes de 6ème; 5ème; 4ème.

 Contact : Père Éric – 07 68 69 45 31

► Aumônerie des Jeunes Collégiens (classes de la 6ème à la  4ème)

Les jeunes collégiens (6e à 4e) sont invités à participer à des rencontres mensuelles et à des temps forts.

► Pour les 6e : rv les vendredis de 17h30 à 19h avec le parcours « Kim et Noé »

► Pour les 5e/4e : rv les vendredis de 19h15 à 21h avec les parcours « Mes questions-parlons-en ».  Pique-nique ou repas partagé.

Prêtre accompagnateur : Père Eric

Voulez-vous être catéchiste, témoin de la foi ?

La, ou le catéchiste, un être de relation.

Etre catéchiste c’est  accompagner un groupe d’enfants, de jeunes tout en veillant aux liens avec leurs parents. C’est être en lien avec la communauté paroissiale.

Pour la paroisse de  Rochefort

Au 65 ter rue Voltaire salle Notre Dame -17300 Rochefort

Contact : Brigitte Gadenne -Tèl : 06.74.28.07.76

Secrétariat du presbytère – 102 rue Pierre Loti Rochefort – Tél: 05.46.99.03.11

La ou le catéchiste est un “médiateur”, dans deux directions : la dimension verticale qui relie Dieu à l’homme et la direction horizontale qui unit les personnes entre elles.

Ces deux directions, structurant la catéchèse, sont celles de la croix; elles renvoient à la force du mystère de la Passion, la mort et la résurrection de Jésus. « Jésus-Christ seul peut conduire à l’amour du Père dans l’Esprit et nous faire participer à la vie de la Trinité Sainte. ».

Le, ou la  catéchiste, témoin de la foi de l’Eglise

La, ou le catéchiste, respecte la liberté et le cheminement particulier des personnes auxquels il ou elle s’adresse. « Le catéchiste se prépare en effet à faciliter la croissance d’une expérience de foi dont il n’est pas le dépositaire. C’est Dieu qui l’a déposée au cœur de l’homme et de la femme. La tâche du catéchiste se borne à cultiver ce don, à l’offrir, à l’alimenter et à l’aider à croître. » . Le catéchiste se situe à l’intérieur de la foi de l’Eglise et ne peut se livrer à des simplifications personnelles, il n’est pas le propriétaire de la foi mais son serviteur.

A ce propos, le Texte National pour l’Orientation de la Catéchèse parle d’une responsabilité spécifique qui distingue le catéchiste de celui qui est en chemin avec lui : « Le catéchète est frère du catéchisé. Il n’est pourtant pas « à égalité » avec lui : le devoir de transmettre appelle à exercer une forme d’autorité, celle qui permet à l’autre de devenir « auteur » de sa vie… L’autorité du catéchète vient de ce qu’il n’est pas lui-même la source, mais le garant de la fidélité à une longue histoire de la foi vécue dans l’Eglise à travers les âges.». Le catéchisme de l’Eglise catholique est un livre de référence important au service de cette fidélité. De plus, pour tenir compte de l’âge et de la culture des personnes catéchisées, le catéchiste dispose de documents catéchétiques choisis en concertation avec son Eglise locale.

La formation des catéchistes

Les catéchistes sont comme des disciples en chemin. Ils ont toujours à cultiver leur propre relation au Christ, à se former.  Savoir être, savoir-connaître, savoir-faire” telles sont les qualités que les catéchistes doivent acquérir.  La formation des catéchistes est centrée avant tout sur leur vie de foi, leur spiritualité, la conscience qu’ils ont de faire partie de l’Eglise. La meilleure manière de progresser est de toujours partir de la personne de Jésus-Christ, maître et formateur de ses disciples, stimulant leur zèle pour le Royaume.

Le pape François donnait trois clés pour être catéchiste lors du congrès des catéchistes pour l’année de la foi : être familier du Christ, l’imiter pour sortir de soi et rencontrer l’autre, sans avoir peur d’aller avec Lui dans les périphéries. A partir de cette façon d’être il est possible de développer un savoir de la foi.

Le catéchiste doit non seulement être un témoin, mais aussi un maître qui enseigne la foi. Une formation biblique et théologique lui permet d’avoir une bonne connaissance  du message chrétien, centré sur mystère de la foi: Jésus-Christ.”

En résumé, ce qui distingue les catéchistes réside dans un rapport personnel, authentique, respectueux de la liberté, nourri constamment par la prière et la Parole de Dieu.

C’est la rentrée du Catéchisme !

Le catéchisme est proposé aux enfants de 7 à 12 ans, après l’Eveil à la Foi, 

Quand et comment inscrire mon enfant au catéchisme à Rochefort ?

Au 65 ter rue Voltaire salle Notre Dame -17300 Rochefort

Contact : Brigitte Gadenne -Tèl : 06.74.28.07.76

Secrétariat du presbytère – 102 rue Pierre Loti Rochefort – Tél: 05.46.99.03.11

La date d’inscription n’est pas un obstacle.

Cette démarche construira leur personnalité pour la vie entière, elle leur rendra Jésus-Christ familier et les aidera à découvrir Dieu et à l’aimer.

Inscrire son enfant au catéchisme, c’est lui permettre de rencontrer Jésus et de découvrir que Dieu l’aime.

C’est aussi lui donner des éléments de réflexion sur des questions qu’il se pose sur lui-même, sur le monde et sur Dieu.

Le catéchisme présente la foi de l’Eglise, sa cohérence, son intelligence, sa dynamique, pour que chacun puisse exprimer sa foi chrétienne par des mots et des actes.

C’est l’engagement concret d’un jeune qui chemine avec Dieu et ses amis.

On ne va pas au catéchisme comme on va à la musique ou à la danse.

« II s’agit d’apprendre  à cheminer avec le Christ, de s’émerveiller de tout ce qu’il représente dans notre existence.

Il s’agit de savoir accueillir l’amour de Dieu à travers tous les signes qu’il nous donne dans la vie quotidienne…et ils sont nombreux.

Il s’agit d’être inséré dans une communauté chrétienne et de découvrir, en elle et par elle, la nouveauté de l’Évangile.

La musique, la danse et bien d’autres choses enrichissent les enfants et leur donnent des atouts pour le présent et le futur, mais ne leur font pas découvrir le sens profond de la vie et n’éduquent pas leur liberté spirituelle.

Et c’est bien ce que tant de personnes ressentent aujourd’hui comme un manque fondamental. »

Que fait-on au catéchisme ?

Au catéchisme, les enfants “apprennent” à devenir croyants.

La foi n’est  pas un savoir que l’on évalue comme à l’école. C’est une façon de vivre avec Jésus-Christ de lire l’Évangile. 

Au catéchisme, l’enfant découvre progressivement une relation à Dieu qui s’enracine dans l’Église. L’occasion lui est donnée de comprendre ce qui est vécu dans les sacrements, et d’aborder la Parole de Dieu. Il découvre ainsi les contenus d’une foi vivante qui donne sens à sa vie.

Parce qu’il y a différentes façons de mieux connaître Jésus, le catéchisme propose des itinéraires variés : les enfants peuvent étudier un texte d’Évangile, l’illustrer, ou bien regarder un DVD, découvrir un épisode de la Bible par le jeu ou le mime, aller voir une exposition, visiter une église, ou découvrir ensemble l’histoire de la vie d’un saint.

Le catéchisme permet aussi aux enfants de rencontrer d’autres croyants.

C’est l’occasion pour eux d’aborder des questions existentielles, qui touchent à leur quotidien.

Parfois, ils sont invités à participer à une célébration et à prier ensemble. Des rassemblements avec les familles et tous les paroissiens sont proposés.

Le ou la catéchiste les accompagne dans leurs découvertes, les écoute, lance le débat, répond à leurs questions, les initie à la prière de l’Église.

Avec l’école et les activités extra-scolaires, les enfants sont parfois débordés. Mais le catéchisme n’est pas une activité comme les autres : ni école, ni club … C’est un lieu particulier où ils sont eux-mêmes et parlent de ce qu’ils vivent.

Ils posent des questions qu’ils ne peuvent poser ailleurs et réfléchissent avec d’autres sur ce qui les intéresse, avec l’aide d’un adulte : ni un prof ni un parent. C’est un lieu unique de rencontres et de jeux où se nouent souvent de belles amitiés. Oui, le catéchisme est une activité à ne pas manquer !

À quel âge aller au catéchisme ?

Le catéchisme s’adresse d’abord aux enfants qui sont scolarisés à l’école primaire.

Il commence, selon les paroisses, au niveau du CE1 ou du CE2. 

Peut-on découvrir Jésus sans l’Église ?

Découvrir Jésus sans l’Église, c’est priver l’enfant de nombreux soutiens et exemples.
On n’est pas chrétien tout seul.

Sans l’Église, l’Évangile ne serait jamais parvenu jusqu’à nous.
Jésus a voulu que les chrétiens forment une communauté, qu’ils grandissent, écoutent la Parole de Dieu, prient et reçoivent les sacrements au sein de cette communauté. On ne peut se passer de l’Église pour découvrir Jésus.
Quel dommage de se priver du catéchisme !

Que proposer à un enfant après le catéchisme du primaire ?

La catéchèse évolue avec l’âge de chacun, tout au long de la vie.

L’aumônerie des collèges et lycées fait suite au catéchisme.

Il y a également des mouvements de jeunes  comme le scoutisme, le MEJ, l’ACE, la JOC … propositions adaptées aux jeunes, selon leur personnalité et leurs études.

 

Bien sûr, les enfants sont invités à participer à la messe du dimanche.

Est-ce que je n’empêche pas mon enfant de choisir en l’inscrivant au caté ?

Pour qu’un enfant puisse choisir, il doit pouvoir le faire en toute connaissance de cause, il est alors logique qu’il fasse l’essai…

Mon enfant peut-il aller au catéchisme sans être baptisé ?

Oui, parce que le catéchisme est ouvert à tous les enfants, qu’ils soient déjà baptisés ou pas encore, et que leurs parents le soient ou non.

Au cours des années de catéchisme votre enfant pourra, s’il le désire, demander à recevoir le baptême et à faire sa première communion.

Avec votre accord, et en lien avec les catéchistes et le prêtre de votre paroisse, il suivra une préparation en plusieurs étapes et, après ce cheminement, il recevra le baptême.

Dans notre couple, nous n’avons pas la même religion. Est-ce judicieux d’inscrire notre enfant au catéchisme?

Inscrire l’enfant au catéchisme est possible si les deux parents sont d’accord.

Extrait du site des Évêques de France

Ordination diaconale à Marans

Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes, ordonnera Moïse Kiasa diacre en vue du sacerdoce le Dimanche 13 septembre 2020.

Cette ordination se tiendra à 15h30 en l’église Notre-Dame-des-Marais à Marans (Charente-Maritime).

D’origine congolaise (République démocratique du Congo), Moïse a suivi la première partie de son cursus de formation dans son pays avant de rejoindre la France. Il entre d’abord au séminaire de la Castille, dans le diocèse de Fréjus-Toulon, avant d’intégrer le séminaire de Toulouse en vue d’une incardination dans le diocèse de La Rochelle. Depuis un an, il était en stage dans la paroisse de Marans. Il sera ensuite accueilli dans la paroisse de Saint-Jean-d’Angély.

La famille de Moïse, la paroisse Notre-Dame des Marais, la paroisse Aucamville Saint-Loup-cammas de Toulouse et le diocèse de La Rochelle et Saintes sont heureux de vous inviter à partager leur joie en vous joignant à la messe d’ordination ou en vous unissant par la prière. Les ministres ordonnés sont invités ) se présenter avec des ornements blancs.

A l’issue de la célébration, la paroisse Notre-Dame des Marais propose de participer à un apéritif sur le parvis de l’église. Ce sera ensuite suivi d’un repas partagé à 19h au presbytère (21 rue Dinot, 17230 Marans).

« Allez ! De toutes les nations faites des disciples: baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ». (Mt 28, 19)