Fête de la sainte Famille

Le dimanche suivant la Fête de Noël nous célébrons la fête de la sainte Famille qui, cette année, tombe le dimanche 27 décembre.

Mais, qui a introduit cette fête dans le calendrier liturgique ?

Il semble qu’avant le concile Vatican II, on en parlait assez peu. Cette fête étendue à toute l’Eglise en 1921, ne fut introduite dans l’Eglise qu’au 12ème siècle seulement.

On peut se demander pourquoi on n’a pas pensé plus vite à vénérer la sainte Famille et à la proposer comme modèle aux familles chrétiennes.

A noter qu’autrefois, la famille désignait, outre les deux parents et leurs enfants, les cousins, oncles et tantes et même les serviteurs qui vivaient sous le même toit.

C’est au Canada que la vénération de la sainte Famille aurait pris naissance. Et nous le devons au 1er évêque de Québec, François de Laval, influencé par un pieux laïc, maître en spiritualité – Jean de Bernières de Louvigny – dont il avait été disciple chez les Jésuites à l’Ermitage de Caen.

Saint François de Laval

François de Laval plaça tout naturellement le séminaire qu’il fonda au Québec sous le patronage de la sainte Famille, ainsi que la plus ancienne paroisse de l’Île d’Orléans. C’est également à Québec que vit le jour la première confrérie de la sainte Famille. Le diocèse de Québec bénéficia pour cette fête de textes et de chants qui lui étaient propres.

En 1969, après le Concile, sa célébration fut fixée  au dimanche suivant le 25 Décembre. Mais si Noël tombe un dimanche, elle est célébrée le samedi 31 Décembre.

Pas étonnant que depuis le Concile la sainte Famille soit souvent présentée comme modèle aux familles chrétiennes. Puissent les époux chrétiens découvrir à l’école de Nazareth « ce qu’est la famille, sa communion d’amour, son austère et simple beauté, son caractère sacré et inviolable »