Action de grâce pour les 30 ans de ministère diaconal de Rémi Guérin

Dimanche 14 mars à 11h à l’église Notre Dame : Action de grâce pour les 30 ans de ministère diaconal de Rémi Guérin

J’ai été ordonné diacre le 16 mars 1991 par le Cardinal Jean marie LUSTIGER, Archevêque de Paris. Je désire rendre grâce au seigneur pour ces 30 belles années de ministère diaconale pour le Service de l’Eglise du Christ.

J’ai encore en mémoire, ces mots de la prière d’ordination prononcée par l’Archevêque :
« Sois avec nous, Dieu tout-puissant, nous t’en prions. Sois avec nous, toi qui
donnes toutes grâces, qui distribues les charges et répartis les divers ordres,
toi le Dieu éternel qui fais toutes choses nouvelles, qui veilles sur le monde
avec amour et disposes à tout moment ce qui convient, par Jésus Christ, ton
Fils, notre Seigneur, ta Parole vivante, ta force et ta sagesse.

Tu construis ton Église, qui est le Corps du Christ, par les dons infiniment
variés de ta grâce : tu veux que chacun de ses membres ait une fonction particulière, et que tous contribuent, par l’Esprit Saint, à l’unité de cet
ensemble admirable.

Pour la faire grandir en un temple nouveau, tu as établi des ministres de trois
ordres différents : les évêques, les prêtres et les diacres, chargés, les uns et
les autres, de te servir, comme autrefois déjà, dans la première Alliance, tu
avais mis à part les fils de la tribu de Lévi pour le service de ta demeure.

C’est ainsi qu’aux premiers temps de ton Église, les Apôtres de ton Fils,
soucieux de se livrer en toute liberté à la prière et à l’annonce de la Parole, ont
choisi, sous l’action de l’Esprit Saint, sept hommes estimés de tous, qui les
aideraient dans leur service quotidien : en leur imposant les mains et en priant
sur eux, ils les chargèrent d’une part de ce service, le ministère des tables.

Regarde maintenant, Dieu très bon, ceux à qui nous imposons les mains
aujourd’hui : nous te supplions de les consacrer toi-même, pour qu’ils servent
à l’autel et accomplissent la fonction diaconale. Envoie sur eux, Seigneur,
l’Esprit Saint : par lui, qu’ils soient fortifiés des sept dons de ta grâce, pour
remplir fidèlement leur ministère.

Fais croître en eux les vertus évangéliques : qu’ils soient animés d’une charité
sincère, qu’ils prennent soin des malades et des pauvres, qu’ils fassent preuve
d’une autorité pleine de mesure et d’une grande pureté de coeur, qu’ils
s’efforcent d’être dociles à l’Esprit.

Par leur fidélité à tes commandements et l’exemple de leur conduite, qu’ils
soient un modèle pour le peuple saint ; en donnant le témoignage d’une
conscience pure, qu’ils demeurent fermes et inébranlables dans le Christ.

En imitant ainsi ton Fils Jésus, venu pour servir et non pour être servi, qu’ils
obtiennent de partager sa gloire dans le ciel, lui qui règne avec toi et le Saint-
Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles »
.
Cette belle prière suffit à elle seule à dire ce qu’est le ministère d’un diacre dans l’église aujourd’hui. Le diacre est ordonné pour le service de la parole, pour le service de l’eucharistie et pour le service de la Charité. L’étendue de la mission est grande et il y a de la place pour tout le monde. C’est dans la complémentarité avec l’évêque, les prêtres et les laïcs que le diacre trouve les ressources pour sa mission.
L’exercice de mon ministère diaconal aujourd’hui, comme hier repose sur la grâce du sacrement de mariage reçu en 1977 avec Martine mon épouse qui le jour de l’ordination, a accepté elle aussi de se laisser déranger par le Seigneur. Son oui fut pour moi un encouragement à aller de l’avant. Je ne cesse de remercier le Seigneur de l’avoir mise à mes côtés.

C’est dans la confiance en l’église qui appelle que j’ai répondu : « oui Seigneur me voici ». Cet appel est toujours actuel et les dons du saint Esprit me sont donnés pour accomplir ma mission au quotidien. Le diacre est invité à vivre de cette charité sincère puisée dans la Parole de Dieu, vivifiée par la fidélité à la prière et nourrie de l’Eucharistie.
Le diacre n’est ni un super laïc, ni un sous-vicaire. Il est et doit rester dans cette
attitude de service pour ses frères et sœurs chrétiens. Configuré au Christ serviteur, il est invité à être dans le monde, témoin de la présence de Jésus auprès des plus pauvres, des plus petits.

C’est ainsi que je conçois ma mission, ici à Rochefort, comme hier à Paris.

Document à imprimer ou télécharger