Notre Dame de Paris : le point sur le chantier. 

Où en est le chantier de la cathédrale Notre-Dame de Paris deux ans après l’incendie ?

Le chantier a bien avancé malgré les difficultés :  pollution au plomb, crise du Covid, fragilité de l’édifice. La phase de sécurisation, commencée au lendemain de l’incendie, se termine.

Opérations importantes réalisées depuis deux ans :

– dépose de l’échafaudage sinistré (de juin à novembre 2020), qui entourait la flèche au moment de l’incendie, dont il a patiemment fallu scier un à un les 40 000 tubes de métal qui avaient fondu.
– dépose et évacuation du grand orgue (d’août à décembre 2020),  il a fallu déposer les 8000 tuyaux répartis en 115 jeux.
– chantier-test mené sur deux chapelles – Saint Ferdinand et Notre-Dame de Guadalupe (de septembre 2020 à janvier 2021) pour définir un protocole de nettoyage de restauration qui sera généralisé à l’ensemble des 24 chapelles de la cathédrale.
– évacuation des vestiges, et nettoyage général :  voûtes du chœur, de la nef et croisée des quatre voûtes adjacentes du transept.

Une dernière opération est en cours : la sécurisation des voûtes réalisée en montant des échafaudages à l’intérieur de la cathédrale et en posant des cintres en bois sous les voûtes pour les consolider.

Le chœur a été étayé © David Bordes / Etablissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris

Enfin, la pose d’un parapluie au dessus de la croisée du transept permettra la mise hors d’eau de la cathédrale. Cette phase de sécurisation s’achèvera cet été .

Rappel du calendrier

Phase de sécurisation (16 avril 2019 – été 2021)
Budget : 165 millions d’euros
Principales opérations réalisées
– 15 au 16 avril 2019 (nuit de l’incendie) : sauvetage des reliques les plus précieuses et d’éléments du Trésor
– Avril 2019 : évacuation et préservation des œuvres d’art
– Avril-mai 2019 : instrumentation de la cathédrale
– Mai 2019-début 2021 : déblaiement, tri et inventaire des vestiges
– Mai-novembre 2020 : cintrage des 28 arcs-boutants
– Juin-novembre 2020 : démontage de l’échafaudage sinistré
– Août 2020-décembre 2020 : dépose du grand orgue
– Automne 2020-printemps 2021 : évacuation des vestiges, nettoyage et aspiration des quatre voûtes adjacentes du transept, dégagée de l’échafaudage sinistré

Principales opérations en cours
– Juin 2020-mi-2021 : consolidation et diagnostic des voûtes
– Octobre 2020-été 2021 : pose d’échafaudages intérieurs sur près de 27 mètres de hauteur dans le chœur, les transepts et la nef, opération préalable à la pose des cintres en bois pour sécuriser les voûtes
– Printemps 2021 : sécurisation des pieds de gerbe, laissés à nu par l’effondrement de la voûte de la croisée du transept
– Printemps 2021 : pose d’un parapluie au niveau de la croisée du transept permettant d’assurer la mise hors d’eau de la cathédrale.
– Mars-été 2021 : consolidation des six voûtes les plus fragilisées par la pose de cintres en bois
La phase de sécurisation de l’édifice s’achèvera à l’été 2021.

Opérations préalables à la restauration déjà réalisées
– Septembre 2020-janvier 2021 : le chantier-test mené sur deux chapelles – Saint Ferdinand et Notre-Dame de Guadalupe – pour définir un protocole de nettoyage et de restauration qui sera généralisé à l’ensemble des 24 chapelles que compte la cathédrale, a donné des résultats très satisfaisants.
– Janvier 2021 – mars 2021 : sélection et récolte des 1000 chênes nécessaires à la restitution de la flèche, du transept et des travées adjacentes grâce à la mobilisation de l’interprofession France Bois Forêt et la générosité de l’ensemble des acteurs de la filière. L’ensemble des chênes a été offert. 50% sont issus de forêts publiques, 50% de forêts privées.

Phase de restauration (hiver 2021 – 2024)
– La décision de restituer l’architecture extérieure à l’identique, flèche et couverture du grand comble, a été prise par le président de la République, le 9 juillet 2020, suite à l’avis unanime de la Commission nationale du patrimoine et de l’architecture (CNPA). Un choix partagé par le Conseil scientifique de l’établissement public.. Le 25 mars 2021, la CNPA a émis un avis favorable à un dessin proche de celui de la charpente disparue, donnant à voir les qualités formelles de la charpente médiévale  qui témoigne de l’émergence de l’art du trait de charpente, classé au patrimoine mondial de l’humanité.
– L’étude privilégie la fidélité à la forme du monument et une restauration de la cathédrale dans son dernier état « complet, cohérent et connu », comme le préconise la charte de Venise.
– Les travaux de restauration à proprement parler commenceront cet hiver (hiver 2021), à la suite des appels d’offres de travaux.
– L’examen par l’établissement public des études de diagnostic réalisées par Philippe Villeneuve, architecte en chef des monuments historiques, et ses équipes permettra de finaliser le programme des travaux et le budget de la restauration.
– Le calendrier précis des travaux vise à tenir l’objectif de rendre la cathédrale au culte en 2024.

 

Film d’Emmanuel Blanchard, tourné par France 2, remarquable : ” Notre Dame de Paris l’épreuve des siècles”. cliquer sur l’image

 

Sept religieux catholiques, dont deux Français, enlevés en Haïti,

Le rapt de sept religieux catholiques, dont deux Français, a eu lieu dimanche 11 avril 2021, au matin, à la Croix-des-Bouquets, près de Port-au-Prince , capitale d’Haïti,

Selon le père Loudger Mazile, porte-parole de la Conférence des évêques d’Haïti. , les ecclésiastiques « se rendaient à l’installation d’un nouveau curé “. Ce groupe comptait une religieuse et un prêtre français, ainsi que quatre prêtres et une religieuse haïtiens pour la libération desquels les ravisseurs exigent un million de dollars (841 000 euros) de rançon. Ce kidnapping  témoigne de la forte insécurité qui règne toujours dans ce  pays des Caraïbes. 

Les cinq prêtres appartiennent à la Société des prêtres de Saint-Jacques basée à Guiclan (Finistère), parmi eux se trouve le père Joseph Evens qui fut curé de Tonnay-Charente de 2017 à 2020 . « On continue de prier tout en étant actifs : nous sommes en train de négocier. Le contact est pris, c’est important», ont souligné le supérieur général, Paul Dossous, et le père Sermonfils Auguste, prêtre haïtien, actuellement vicaire épiscopal du diocèse de la Rochelle.

La société missionnaire compte une quinzaine de prêtres en Haïti dont les cinq enlevés. De plus, 80 prêtres et une vingtaine de séminaristes de St Jacques sont également présents en France, au Brésil et au Canada.

Le Quai d’Orsay a confirmé l’enlèvement des deux Français. « Le centre de crise et de soutien du ministère ainsi que notre ambassade en Haïti sont pleinement mobilisés, en relation étroite avec les autorités locales. Pour des raisons d’efficacité et de sécurité, nous observons la plus grande discrétion. »

Une enquête ouverte à Paris pour « enlèvement et séquestration en bande organisée », a été confiée à l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) compétent pour les crimes commis à l’étranger envers des citoyens français.

  •                                                                Un gang armé suspecté

La Conférence haïtienne des religieux (CHR)  a exprimé «son profond chagrin, mais aussi sa colère face à la situation inhumaine que traverse Haïti depuis plus d’une décennieIl ne se passe pas un jour sans pleurs et grincements de dents, et pourtant les soi-disant leaders de ce pays, tout en s’accrochant au pouvoir, sont de plus en plus impuissants. »

Recrudescence des enlèvements avec rançon

Les enlèvements contre rançon ont connu une forte recrudescence ces derniers mois à Port-au-Prince comme en province, ils témoignent de l’emprise grandissante des gangs armés sur le territoire haïtien.

« C’en est trop. L’heure est venue pour que ces actes inhumains s’arrêtent», a réagi dimanche Mgr Pierre-André Dumas, évêque de Miragoâne, «L’Eglise prie et se fait solidaire de toutes les victimes de cet acte crapuleux. »

Le président haïtien Jovenel Moïse a promis de ne pas « baisser les bras » face au « fléau » des enlèvements en Haïti. « Je suis conscient que l’Etat doit faire plus d’efforts dans la bataille contre cette catastrophe », a reconnu M. Moïse, jurant qu’il fera « tout ce que permet la loi pour trouver de bonnes solutions pour résoudre ces problèmes ».

L’archevêché de Port-au-Prince a dénoncé  l’inaction des autorités. « Depuis quelque temps, nous constatons la descente aux enfers de la société haïtienne, a affirmé Mgr Max Leroy Mésidor. «Nous dénonçons les complaisances et les complicités d’où qu’elles viennent. » 

En mars, le pouvoir exécutif haïtien a décrété l’état d’urgence pour un mois dans certains quartiers de la capitale et dans une région de province afin de « restaurer l’autorité de l’Etat »,  contrôlées par des gangs. Ces bandes armées « séquestrent des personnes contre rançon, volent et pillent des biens publics et privés, tout en affrontant ouvertement les forces de sécurité publique », selon l’arrêté présidentiel.               Le Monde (AFP)

Les grands projets de la paroisse de Rochefort

Dans le cadre de la restructuration de l’immobilier sur la paroisse en vue d’un équilibre de nos finances, les travaux vont commencer prochainement derrière l’église St Louis pour intégrer le nouveau secrétariat paroissial, les services comptables et le bureau du curé.

Ces travaux terminés, le presbytère rue Pierre Loti sera mis en vente comme le presbytère St Paul pour lequel une promesse d’achat a déjà été signée.

Les travaux de rénovation du presbytère, des salles paroissiales, rue Voltaire pourront alors commencer ou se poursuivre en ce qui concerne la futur maison des sœurs.

Ainsi seront allégées les charges de la paroisse, les bâtiments rénovés et les structures paroissiales optimisées.

Que St Joseph nous accompagne dans ce projet missionnaire. J’invite les paroissiens à le prier pour notre paroisse et ses projets importants mais nécessaires.

Père Mickaël Le Nezet curé

  • Ô glorieux saint Joseph, chef de la sainte famille de Nazareth, si zélé à pourvoir à tous ses besoins, étends sur la paroisse de Rochefort ta tendre sollicitude et prends sous ta conduite toutes les affaires spirituelles et temporelles qui la concernent, et fais que leur issue soit pour la gloire de Dieu et le salut de nos âmes. Amen.

 

Week-end ” Cana fiancés” à Sablonceaux

Le week-end ‘Cana Fiancés’ prépare les couples au mariage avec un beau cheminement personnel et spirituel et des paroles claires sur ce qu’est le mariage chrétien.

Ce week-end est coorganisé par notre diocèse et la communauté du Chemin Neuf et est ouvert à tous les couples se préparant au mariage.

Les inscriptions au week-end se font auprès de Catherine et Dominique Vigié, responsables diocésain de la Préparation au mariage, (vigie.d@wanadoo.fr  06 77 10 06 46)

Le prochain week-end aura lieu les 10 et 11 avril à l’abbaye de Sablonceaux, de 9h30 le samedi à 16h30 le dimanche.

 

La Vigile Pascale à 6h30 du matin; drôle d’idée !

Merci au père Mickaël et à l’équipe pastorale d’avoir eu l’audace et la créativité de proposer la Vigile Pascale à 6h30 du matin, en ce temps de couvre-feu à 19h00.

Voir le jour naître progressivement au travers des vitraux de l’église Notre Dame, quoi de plus émouvant, après la nuit de Pâques ? Chacun de nous se croyait au matin de Pâques, avec les femmes ,près du tombeau du Christ ressuscité. Notre communauté tout entière était venue célébrer cette Vigile Pascale un peu particulière avec cette pandémie liée au Covid. Il nous fallait combattre la  morosité que nous traînons depuis 1 an 1/2. Mais maintenant, nous le savons, ou plutôt, nous le revivons,  au contact des autres, bougie allumée en main, Christ est vraiment ressuscité !

Ainsi nous sommes repartis, chacun  dans son foyer, pleins d’espérance, certains de voir le bout du tunnel. Et ceux qui vivent seuls ont renoué des contacts……et suscité chez leurs amis insouciants, ou un peu égoïstes, le désir de leur rendre plus souvent visite.

Nous remercions dans cet article le Père Bigot, le père Eric vicaire,, les diacres, tous entourant le père Mickaël Le Nezet qui présidait cette belle cérémonie.

Nous voulons remercier également Estelle pour avoir élevé nos prières par ces chants mélodieux, merci aux  musiciens avec leur instrument menés par Jean Chasseriau à l’orgue. Et puis on avait la chance de suivre les chants en karaoké ou bien en suivant un diaporama illustrant les lectures bibliques.

Merci également aux personnes ayant manifesté tant de talent pour décorer l’autel,  dont Jean-Paul Davy pour son magnifique tombeau…vide et lumineux ! Le courage, l’audace et la fidélité des femmes accompagnant le Christ a été souligné, elles étaient nombreuses, dans l’église Notre Dame à l’accueil et aux lectures.

Vraiment c’est le coeur plein d’entrain que l’assemblée a chanté à l’unisson avec en arrière plan le père Eric et son Ingoma (Tam Tam au Rwanda)

Ce dimanche, les cloches de nos églises, comme à Rome où le pape François bénissait le monde, ont sonné à la volée pour annoncer la joie de Pâques. Elles chantent la joyeuse nouvelle proclamée par cette fête : le Christ est ressuscité d’entre les morts et il se tient vivant au milieu de nous…et en nous si nous l’acceptons !

Nous pouvons ainsi accueillir la résurrection du Christ comme un appel. Elle introduit une lumière nouvelle  dans notre réalité quotidienne. Nous en voyons déjà les signes autour de nous, souvent discrètement, mais  parfois de façon plus manifeste. Que serait notre monde si la joie de Pâques n’était pas annoncée aujourd’hui ?

Bonne fête de Pâques à chacun !

Pèlerinage paroissial à l’île Madame – Samedi saint (3 avril)

La paroisse de Rochefort est allée en pèlerinage à l’île Madame, ce samedi 3 avril, à 15heures, sur les traces des prêtres déportés, le père Mickaël présidait cette sortie.

Historique

Au printemps 1794, plus de 800 prêtres sont embarqués dans
l’arsenal de Rochefort. On les entasse sur deux navires
négriers qui attendent au mouillage dans l’estuaire.

Au large de l’île d’Aix, les navires attendent les ordres de départ. Mais les
épidémies font des ravages et les autorisations de départ
tardent. Les capitaines des navires vont alors se transformer en
véritables bourreaux, faisant de leurs navires des camps de concentration flottants. Ils iront jusqu’à gazer les détenus dans la cale, chaque matin.

Avec la chute de la Terreur, cette première déportation n’aura
finalement pas lieu. Mais la détention et les persécutions
causeront la mort de plus de 500 prêtres et religieux de toute la
France. Leurs corps reposent désormais sur l’île d’Aix, l’île
Madame, et dans l’estuaire de la Charente, devenus le plus
grand cimetière de prêtres du monde.

Voici quelques photos de cet après midi

Chemin de croix tous les vendredis de carême

La paroisse de Rochefort vous propose 

  • Vendredi 2 avril : – Vendredi Saint  : – la Passion du Seigneur à 12h15 église St Paul : –  Chemin de Croix à 15h00 église Notre Dame

Le chemin de croix est la méditation de la passion du Christ

Suivre le chemin de croix est une dévotion catholique qui permet de revivre la passion de Jésus et  de méditer la signification de cet évènement.

En considérant les souffrances du Christ on découvre son amour pour nous. Cette méditation éveille en nous un sentiment de compassion et de gratitude envers le Seigneur qui nous a aimés jusqu’au bout.

Lors de ce cheminement nous pouvons réfléchir à nos propres croix. “Celui qui veut marcher derrière moi, qu’il  renonce à lui même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive”, nous a dit Jésus.

Certains mystiques, comme saint François d’Assise qui a reçu les stigmates, Angèle de Foligno, ou encore Catherine Emmerich, ont vécu d’une manière très intense la passion de Jésus.

Le chemin de croix ne fait pas partie de la liturgie de l’Église, mais c’est une dévotion recommandée par les papes.

En parcourant les 14  stations du chemin de croix,  le corps est associé à la méditation. Celle ci est aidée  par les représentations (peintures ou monuments) des différentes stations.

La  récitation de prières fait partie du chemin de croix.

Les 14 stations traditionnelles du Chemin de croix, ( plus, éventuellement, la 15ème)

    • 1ère station : Jésus est condamné à mort
    • 2ème station : Jésus est chargé de sa croi
    • 3ème station : Jésus tombe sous le bois de la croix
    • 4ème station : Jésus rencontre sa Mère
    • 5ème station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix
    • 6ème station : Véronique essuie la face de Jésus
    • 7ème station : Jésus tombe pour la seconde fois
    • 8ème station : Jésus console les filles de Jérusalem
    • 9ème station : Jésus tombe pour la 3e fois
    • 10ème station : Jésus est dépouillé de ses vêtements
    • 11ème station : Jésus est attaché à la croix
    • 12ème station : Jésus meurt sur la croix
    • 13ème station : Jésus est descendu de la croix et remis à sa mère
    • 14ème station : Jésus est mis dans le sépulcre
    • 15ème station : avec Marie, foi en la résurrection

Certains pays ont  ajouté la résurrection en  quinzième station  et, en 2000, Jean-Paul II a donné son accord.

Réflexion sur le sacrement de miséricorde

Pour la fête de saint Joseph,  vendredi 19 mars, des temps forts ont été proposés par le père Mickaël Le Nezet, pour permettre aux paroissiens d’être en communion les uns avec les autres,  chez eux.

Ont été proposés:

À 20h30, un film  en E-cinéma  de François Lespes : “Je rentrerai au ciel en dansant”, retraçant l’histoire d’un couple martyr du Rwanda. 

Puis le samedi 20 mars vers 9h 30, Il y a eu un enseignement sur le sacrement de miséricorde par le Père Eric NDIKUBWAYO.

LE SACREMENT DE LA MISÉRICORDE

Introduction

A force d’usage régulier des mots sacrement et miséricorde on peut facilement se dire qu’on en sait tout. Ce qui n’est peut-être pas faux ! Mais la répétition rafraîchit la mémoire ; c’est la raison pour laquelle je vous propose de commencer par le sens que révèlent ces deux mots-clés de cet enseignement. En effet, le sacrement veut dire signe visible et efficace¹.

Quant à la miséricorde, il est l’amour viscéral, dit le pape François. Il vient du cœur comme un sentiment profond, naturel, fait de tendresse et de compassion, d’indulgence et de pardon². Cet enseignement est structuré sur deux parties :

La Miséricorde divine et la miséricorde humaine !

  • La Miséricorde divine

L’amour viscéral de la Sainte Trinité se manifeste de deux manières, tout d’abord par le don de la vie de Jésus et par la confession (le pardon) 

  • Jésus, sacrement suprême de la miséricorde divine.

         Dans l’évangile selon Saint Jean, Jésus nous en dit beaucoup sur cette miséricorde divine : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. » (Jn 3, 13). Ainsi Jésus, en tant que Fils unique de Dieu est désormais l’amour rendu visible et tangible dans toute sa vie.

Sa personne n’est rien d’autre qu’amour, un amour qui se donne gratuitement. Il est l’expression de l’amour viscéral de Dieu pour chacun de nous. Qui dit viscéral dit entrailles, dit également la partie la plus intime et vitale d’un être vivant. Il est comme le deuxième cerveau ! Voir Dieu accepter de se séparer d’une partie importante de lui-même ou de sa famille trinitaire, cela confirme ce que dit la prophétie d’Isaïe qui s’adresse à chacun de nous :

« Tu as du prix à mes yeux et je t’aime » Is 43, 4 ; la vie de tout être humain compte beaucoup pour Dieu.  Cette miséricorde divine se manifeste également, pour Jésus, par l’acceptation de la mission qui lui a été confiée. Jésus a accepté d’assumer la mission de représenter l’amour Trinitaire. Dieu Le Père est l’initiateur du projet du salut des hommes. Jésus en est réalisateur et l’Esprit Saint joue le rôle d’accompagnateur sur la périlleuse route du don de soi pour la vie des Hommes. Jésus est l’ultime et parfaite révélation de l’Amour de Dieu pour nous !

  • La confession, sacrement de la miséricorde divine.

Dieu nous a confié Jésus, son trésor, mais de par la fragilité de notre humanité ce trésor, nous le portons comme dans des vases d’argile, dit saint Paul, (2 Co 4, 7). Le péché porte atteinte à la relation établie entre Dieu et l’Homme.

Mais comme Dieu ne se lasse pas de pardonner (Is 55, 7) il nous tend toujours sa main dans le sacrement de la réconciliation et du pardon : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos » (Mt.1, 28). Non seulement le péché nous sépare de Dieu mais aussi pour notre conscience, il est une charge lourde à porter, car il est aussi capable de nous éloigner de notre entourage.

Par le biais de l’Eglise la miséricorde divine nous est proposée comme une main tendue pour nous aider à nous relever et à réparer ce qui est interrompu.

Au sujet du rôle de l’Eglise, dans le livre intitulé « Le nom de Dieu est miséricorde », le journaliste Tornielli pose la question au pape François : Pourquoi est-il important de se confesser ? «Devant un prêtre » et voici la réponse du pape :

C’est Jésus qui dit à ses Apôtres : « Ceux à qui vous pardonnerez leurs péchés seront pardonnés »  (Jn 20, 19-23). Ainsi les apôtres et leurs successeurs- les évêques et les prêtres, leurs collaborateurs deviennent des instruments de la miséricorde divine³.

 Par le sacrement de la réconciliation et du pardon, « Dieu nous pardonne », dit le cardinal Ricard, Il ne nous enferme pas dans notre passé, dans notre péché. Il nous redit son amour et nous ouvre à nouveau un avenir » (4). Malheureusement, comme on peut le constater, malgré tout l’amour et le pardon que Dieu propose à l’homme, le sacrement de réconciliation et du pardon n’attirent pas les foules, il est même le sacrement le plus délaissé !! Est-ce pour dire que les chrétiens de notre génération sont parfaits et n’ont pas besoin du pardon de Dieu ? Je ne pense pas, il me semble qu’il y a ceux qui peuvent parfois se dire qu’il n’est pas nécessaire de se confesser devant un prêtre car on peut bien présenter à Dieu ses péchés sans l’aide d’un intermédiaire. Et d’ailleurs, à ce sujet, le même journaliste a bien voulu savoir ce qu’en pense le pape François et il lui répondit en ces termes :

Même s’il est vrai que le Seigneur pardonne à ceux qui implorent individuellement son pardon ! Pour chacun en tant qu’être social, il est important de se confesser devant un prêtre car (5) :

Les prêtres agissent in persona christi, en la personne de Jésus, c’est très beau ! Et cela prend une signification profonde, parce que nous sommes des êtres sociaux. Si tu n’es pas capable de parler de tes erreurs avec ton frère, tu peux être sûr que tu seras incapable d’en parler, même avec Dieu, et tu finis par te confesser devant ton miroir, devant toi-même. Se confesser devant un prêtre, est une façon d’être concret et authentique : C’est se mettre face à la réalité en regardant une autre personne, et non soi-même reflété dans un miroir….L’église est appelée à dispenser la miséricorde (6).

 Et alors, pourquoi décidons-nous de nous refuser ce cadeau du ciel ? Je vous invite, comme le Fils prodigue qui rentre chez son père (Lc 15, 11-32), quand la nécessité et l’opportunité se présente, de ne pas hésiter à profiter du don de la miséricorde de Dieu dans le sacrement de la confession. Déjà l’opportunité se présentera dans quelles minutes, profitons-en !

  • La miséricorde humaine

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux (Lc 6, 36). Voici la recommandation de Jésus pour chacun de nous qui avons choisi de le suivre. Par le don de sa vie, il nous a témoigné son amour et il nous a ouvert les portes du salut. A notre tour, il nous invite à imiter l’amour viscéral du Père qui a accepté de nous donner son fils unique. Cela est possible soit par les œuvres de miséricorde corporelle soit par les œuvres de miséricorde spirituelle.

  • Œuvre de miséricorde corporelle

 Dans la bulle d’indiction du jubilé extraordinaire de la miséricorde, le pape François nous en donne 7 : donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts (7).

En regardant de près, je me suis dit que notre communauté paroissiale est sur le bon chemin. Car à travers le lien qui est entretenu avec le Secours catholique, les affamés ne sont pas délaissés. Ils peuvent avoir un petit déjeuner complet trois fois par semaine, c’est déjà quelque chose ! Ils peuvent avoir une aide pour s’acheter des vêtements. Les étrangers y trouvent également un bon espace d’accueil. Une équipe du SEM est toujours disponible pour que les personnes âgées ou malades ne se sentent pas seules.

L’aumônerie de la prison de Rochefort ne cesse également d’entourer les détenus de l’amour fraternel, sans oublier un service des obsèques pour l’accompagnement des familles endeuillées Bref, communautairement, nous pouvons nous féliciter.

Cependant, il est aussi important que chacun, à son niveau, cherche à apporter sa contribution ; car ceux qui ont besoin d’aide sont toujours nombreux. Déjà hier, un paroissien m’a téléphoné pour me parler d’un sortant de prison qui dort dehors dans le froid ; qui a besoin d’aide.

  • Œuvre de miséricorde spirituelle.

Dans la même bulle d’indiction du jubilé extraordinaire de la miséricorde, le pape François nous donne également 7 œuvres de miséricorde spirituelle : conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts8. Contrairement aux œuvres de miséricorde corporelle, les œuvres de miséricorde spirituelle constituent un don de soi sans l’intermédiaire de moyens matériels de quelque sorte que ce soit. Comme Jésus s’est donné, nous sommes appelés à nous donner pour nos frères sœurs en humanité. C’est un chantier important à mener communautairement et individuellement.

Par le don de sa vie, Jésus nous a lavé des souillures du péché et par la confession il nous couvre de sa miséricorde. Nous sommes appelés à aimer comme lui ; en cas d’offense, à pardonner non pas sept fois mais soixante-dix fois sept fois (Mt 18, 22). Ainsi la réitération du pardon fera naître en nous l’amour viscéral semblable à celui de la Sainte Trinité qui ne cesse de nous aimer malgré notre fragilité pécheresse !

Père Eric NDIKUBWAYO, Vicaire de la paroisse de Rochefort.

 

(1) Cf. L’encyclopédie catholique pour tous, Théo, Fayard, p 582, Paris, 1992

(2)http://www.vatican.va/content/francesco/fr/bulls/documents/papafrancesco_bolla_20150411_misericordiae-vultus.html

(3) Cf. Andrea TORNIELLI, dans Pape François, le nom de Dieu est miséricorde, libreria, Editrice Vaticana, p 43, Citta del Vaticano, 2016

(4) https://bordeaux.catholique.fr/diocese/mgr-ricard/catecheses/misericordieux-comme-le-pere

(5) Cf. Andrea TORNIELLI, Idem, P 45

(6) Idem, P 44

Pour télécharger ou imprimer le texte du père Eric cliquer ICI