Fête de la Pentecôte à Rochefort et dans le diocèse.

La fête de la Pentecôte sera marquée par 3 événements.

  • Les membres des «Frats » qui se sont retrouvés durant le carême et le temps pascal comme tous ceux qui voudraient partager un temps d’enseignement sur l’Esprit Saint, sont invités :

Samedi 22 mai à l’église St Paul à 17h30. Ce temps sera suivi d’une messe à 18h30

  • Six adultes : Charlotte, Fabienne, Fanie, Didier, Raphaël et Didier, de notre paroisse seront confirmés par Mgr G. Colomb. Nous pouvons  les porter dans notre prière. Venez les soutenir à Saintes.

le dimanche 23 mai à la cathédrale de Saintes à 18h30 avec les autres confirmands adultes du diocèse

  • Dans l’après-midi du dimanche 23 mai, à Saintes, l’évêque de la Rochelle et Saintes, entouré des acteurs pastoraux, lancera officiellement le diocèse dans la démarche synodale à venir : “En Christ vers le frère”. Cette démarche concernera chaque doyenné.
  • A Rochefort, nous serons invités à constituer des équipes fraternelles pour vivre une démarche spirituelle appelée à dégager des pistes missionnaires pour notre paroisse et le doyenné.

Cette démarche paroissiale sera lancée officiellement  :  le dimanche 12 septembre 2021.

 

« Veni creator Spiritus », la plus célèbre de toutes les hymnes grégoriennes, commémore la Pentecôte avec ses sept quatrains qui correspondent aux sept dons du Saint-Esprit (la sagesse, l’intelligence, le conseil, la force, la connaissance, l’affection filiale et la crainte de Dieu).

Le « Veni Creator Spiritus » peut aussi être chanté (prié) lors d’événements solennels : conclave, synode, concile, consécration d’un évêque, ordination de prêtres, …

> Traduction du Veni creator Spiritus, Hymne du IX ème siècle.

  • Viens, Esprit Créateur nous visiter,
  • Viens éclairer l’âme de tes fils ;
  • Emplis nos cœurs de grâce et de lumière,
  • Toi qui créas toute chose avec amour
  • Toi le Don, l’envoyé du Dieu Très Haut,
  • Tu t’es fait pour nous le Défenseur;
  • Tu es l’Amour le Feu la source vive,
  • Force et douceur de la grâce du Seigneur
  • Donne-nous les sept dons de ton amour,
  • Toi le doigt qui œuvres au Nom du Père;
  • Toi dont il nous promit le règne et la venue,
  • Toi qui inspires nos langues pour chanter
  • Mets en nous ta clarté, embrase-nous,
  • En nos cœurs, répand l’amour du Père;
  • Viens fortifier nos corps dans leur faiblesse,
  • Et donne-nous ta vigueur éternelle.
  • Chasse au loin l’ennemi qui nous menace,
  • Hâte-toi de nous donner la paix;
  • Afin que nous marchions sous ta conduite,
  • Et que nos vies soient lavées de tout péché.
  • Fais-nous voir le visage du Très-Haut,
  • Et révèle-nous celui du Fils;
  • Et toi l’Esprit commun qui les rassemble,
  • Viens en nos cœurs, qu’à jamais nous croyions en toi.
  • Gloire à Dieu notre Père dans les cieux,
  • Gloire au Fils qui monte des Enfers;
  • Gloire à l’Esprit de Force et de Sagesse,
  • Dans tous les siècles des siècles. Amen.

 

 

 

Un site internet pour la démarche synodale missionnaire

Le lancement diocésain de la démarche synodale a eu lieu à  Saintes, le jour de la Fête de la Pentecôte.

A la rentrée de septembre 2021, les doyennés et les paroisses à l’occasion des messes de rentrée pastorale inviteront les fidèles à former ou rejoindre une petite équipe synodale de six à huit personnes. Un livret accompagnera les équipes sur leur chemin spirituel de partage de la Parole de Dieu,    jusqu’aux assemblées synodales du mois de mai 2022.

Un site a été ouvert pour cet évènement – Rendez-vous sur : http://synode.catholiques17.fr

Ce projet missionnaire, lancé par Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes part du constat que la situation pastorale n’est pas la même à La Rochelle qu’à Royan ou que celle de Saint-Jean-d’Angély. De ce fait cette démarche synodale se fera  au niveau des doyennés et impliquera  tous les acteurs pastoraux : prêtres, diacres permanents ou laïcs engagés en équipes pastorales.   Mais également, et surtout,  toutes les personnes de bonne volonté, notamment les jeunes, qu’il faudra savoir écouter et attirer, qu’elles soient proches de l’Eglise ou éloignées.

L’objectif étant  de tracer de nouvelles perspectives missionnaires pour le diocèse.

 

Reprise d’un temps de louange et d’adoration

Grâce au nouvel horaire de couvre-feu, nous pouvons reprendre notre temps d’adoration et de louange les mardis après la messe dans l’église St Louis. (18h45-19h30).

Comme nous avons pu le lire dans un des commentaires du matin, la tristesse, le découragement, c’est l’ombre de la mort qui vient troubler la vie. Y demeurer, c’est faire le jeu des forces de la mort, des forces du mal. La louange au contraire est un vrai chemin de vie et de joie pour celles et ceux qui s’y engagent. N’hésitons pas à prendre ces 3/4 d’heure chaque semaine. Ça changera notre vie !

 

 

 

Les fraternités de Rochefort expérimente l’Esprit Saint

Sans l’Esprit Saint Dieu est lointain, 

Le Christ appartient au passé, l’Evangile est lettre morte, l’Eglise est une simple organisation, l’autorité est un pouvoir, la mission une propagande, le culte un archaïsme et la conduite morale une conduite d’esclave.”

Patriarche œcuménique de Constantinople : Athénagoras

A qui Dieu donne-t-il l’ Esprit Saint ?

Dieu partage l’Esprit Saint, de toute éternité, avec Jésus, son Fils. C’est parce qu’il est rempli de l’Esprit Saint que Jésus peut parler et agir au nom de Dieu. Mais Jésus n’a jamais voulu garder pour lui ce don merveilleux : il a promis de le transmettre à ses disciples . Pour nous, chrétiens, l’Esprit Saint est à l’œuvre depuis le baptême et nous le recevons en plénitude à la confirmation ; il nous fait entrer dans une relation intime avec Dieu ; il nous accompagne tout au long de notre vie.

Mais Dieu ne s’impose jamais : son Esprit nous influence vers le bien, sans  jamais décider à notre place. Sous son influence, nous sommes « bien inspirés » et devenons capables de vouloir faire le bien.

Comment l’Esprit Saint nous libère-t-il ?

L’Esprit de Dieu nous incite à essayer d’aimer comme Dieu aime. Il nous pousse à faire des choix d’amour, de paix, de tolérance, tout ce qui rend le monde plus humain et plus fraternel.

L’Esprit Saint nous change intérieurement, il met en nous un « air de famille » avec Dieu, nous devenons les enfants d’un même Père. Saint Paul écrit que l’Esprit nous pousse à dire « Père » à Dieu. Nous n’avons plus peur de Dieu, nous comprenons qu’il est « Notre Père » comme Jésus l’a dit.

« Voici les fruits de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. » (Ga 5, 22-23)

 

Comment recevons-nous l’ Esprit Saint ?

Jésus a promis d’envoyer l’Esprit Saint aux croyants. Cette promesse s’est réalisée le jour de la Pentecôte quand ses apôtres on reçu l’Esprit ; qui leur a donné le courage d’annoncer la résurrection de Jésus à Jérusalem, puis dans tout l’empire romain. L’Esprit a fait grandir l’Eglise, qui,  à son tour, a offert et offre toujours  l’Esprit Saint au monde entier,  par la mission les sacrements du baptême et de la confirmation.

Est-ce que l’Esprit Saint est réservé aux chrétiens ?

« L’Esprit souffle où il veut », a expliqué un jour Jésus : une parole, une lecture, une rencontre, tout lui  est bon pour se transmettre même aux non-chrétiens. L’Esprit de Dieu n’est pas la propriété des chrétiens ou de l’Eglise, c’est l’Eglise qui, sous l’inspiration de l’Esprit Saint évangélise le monde.

Libéralisation du confinement Covid

Calendrier des réouvertures en quatre étapes.

À compter du 19 mai 2021,  des restrictions sont allégées :

  • Couvre-feu décalé à 21h ;
  • terrasses : 50% de la capacité, tables de 6 personnes maximum ;
  • commerces, marchés couverts : 8 m² par client ;
  • musées : 8 m² par visiteur ;
  • cinémas, salles des fêtes, chapiteaux : 35% de l’effectif, jusqu’à 800 personnes par salle ;
  • télétravail maintenu ;
  • rassemblements de plus de 10 personnes interdits dans l’espace public, sauf visites guidées ;
  • bibliothèques : 1 siège sur deux ;
  • parcs zoologiques en plein air : 50% de l’effectif ;
  • lieux de culte, mariages ou pacs (cérémonies) : 1 emplacement sur 3, en quinconce entre chaque rangée ;
  • cérémonies funéraires : 50 personnes ;
  • enseignement supérieur : 50% de l’effectif ;
  • casinos : 35% de l’effectif ;
  • danse : reprise pour les mineurs ;
  • activités sportives de plein air : 10 personnes, uniquement sans contact ;
  • compétitions sportives de plein air : pour les pratiquants amateurs 50 personnes, uniquement sans contact ;
  • établissements sportifs extérieurs (stades) ou couverts (piscines) :
    • pour les spectateurs : 35% de l’effectif, jusqu’à 1 000 personnes (assises, pas debout) ;
    • pour les pratiquants : publics prioritaires comme les scolaires ;
  • thermalisme : 50% de l’effectif ;
  • festivals de plein air assis : jauge de 35% jusqu’à 1 000 personnes.

Le pass sanitaire cliquer ICI

 

Télécharger  ICI le texte des mesures sanitaires qui évoluent de mai à juin 2021

9 juin

couvre-feu décalé à 23h ;
– télétravail assoupli ;
commerces, marchés couverts : 4 m2 par client ;
terrasses extérieures : 100% de la capacité, tables de 6 maximum ;
– réouverture des cafés restaurants en intérieur : jauge de 50%, tables de 6 maximum ;
– musées : 4 m2 par visiteur ;
cinémas, salles des fêtes, chapiteaux : 65% de l’effectif, jusqu’à 5 000 personnes par salle. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes.
lieux de culte, mariages ou pacs (cérémonies) : 1 emplacement sur 2 ;
– cérémonies funéraires : 75 personnes ;
– enseignement supérieur : 50% de l’effectif jusqu’à la rentrée de septembre ;
– spectateurs dans établissements sportifs extérieurs (stades) ou couverts (piscines) : 65% de l’effectif, jusqu’à 5 000 personnes. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes ;
Clubs sportifs extérieurs (stades) ou couverts (piscines) : publics non prioritaires jusqu’à 50% de l’effectif ;
– réouverture des salons et foires : 50% de l’effectif, jusqu’à 5000 personnes. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes ;
festivals de plein air assis : jauge de 65% jusqu’à 5 000 personnes. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes ;
– rassemblements de plus de 10 personnes interdits dans l’espace public, sauf visites guidées ;
– thermalisme : 100% de l’effectif ;
– casinos : 50% de l’effectif. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes ;
– bibliothèques : 1 siège sur deux ;
– parcs zoologiques en plein air : 65% de l’effectif ;
– danse : reprise pour les majeurs, sans contacts, 35% de l’effectif :
– activités sportives de plein air : 25 personnes, reprise des sports avec contact ;
– compétitions sportives de plein air : pour les pratiquants amateurs 500 personnes.

30 juin

– maintien des mesures barrière et distanciation physique ;
– levée du couvre-feu ;
– pass sanitaire pour les événements extérieurs et intérieurs de plus de 1 000 personnes ;
levée  de jauge (selon situation locale) en établissements publics ;
compétitions sportives de plein air : pour les pratiquants amateurs 2 500 personnes. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes ;
– reprise des festivals de plein air debout : 4 m2 par festivalier. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes.

Discothèques : mi-juin évaluation des conditions de réouverture.

La sexualité, un extraordinaire cadeau du créateur

Mgr Emmanuel Gobillard sera dans le diocèse de La Rochelle et Saintes les 18 et  19 mai 2021 pour témoigner de la beauté de l’amour et de la sexualité. L’évêque auxiliaire de Lyon interviendra à l’Abbaye-aux-Dames (Saintes) le mardi 18 mai devant un large public, puis le lendemain, mercredi 19 mai, devant les lycéens du diocèse.

Il est l’auteur de deux ouvrages sur cette question : La Pudeur (2012) et Aime et ce que tu veux, fais-le (2018), un regard croisé avec la sexologue Thérèse Argot. Mgr Gobillard était également l’un des quatre évêques français délégués par la Conférence des évêques de France au synode sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel organisé au Vatican à l’automne 2018.

Cette fois-ci, c’est dans le diocèse de La Rochelle que l’ancien responsable des aumôneries de l’enseignement public et de la pastorale des jeunes pour le diocèse du Puy-en-Velay s’exprimera sur la sexualité, un sujet brûlant tant chez les jeunes que pour l’Eglise catholique dans son ensemble.

« La sexualité est un extraordinaire cadeau du créateur, et l’épanouissante expression d’un amour mutuel fondé sur le don réciproque des personnes, expliquait ainsi Mgr Gobillard en octobre 2018. Malheureusement les jeunes la reçoivent souvent aujourd’hui par le prisme de la pornographie (qui les atteint presque tous) ou du silence gêné de générations qui n’ont pas toujours eu les clés pour proposer une éducation solide dans ce domaine ».

A Saintes, le 18 mai à 20h30, ou à La Rochelle, le lendemain à 18h, le vicaire général du diocèse de Lyon viendra préciser la manière de transmettre aux jeunes d’aujourd’hui une parole d’espérance, qui soit à la fois réaliste et constructive, sur la question de la sexualité. C’est l’un des défis majeurs, avait-il encore expliqué devant le pape François et les pères synodaux en 2018 : comment ne pas décourager les jeunes face aux belles exigences que l’Église propose et qu’ils considèrent parfois comme inatteignables ou dépassées.

La conférence du 18 mai sera retransmise en live au centre Jean-Baptiste Souzy, à La Rochelle. Celle du 18 mai sera retransmise en directe sur la page Facebook des jeunes catholiques du diocèse : https://www.facebook.com/jeunes17.fr

Pentecôte, 50 jours après Pâques

À la Pentecôte, Dieu le Père envoie aux hommes l’Esprit de son Fils. Cette fête clôt le temps pascal, qui dure sept semaines, et dont elle est le couronnement.

Le vent et le feu

Le 50ème jour après Pâques, la foule s’est rassemblée pour Chavouot (fête juive commémorant le don de la Loi à Moïse), et alors les Apôtres, Marie et quelques proches entendent un bruit « pareil à celui d’un violent coup de vent » qui remplit la maison ; c’est un premier signe. Le deuxième signe ne se fait pas attendre : « une sorte de feu qui se partageait en langues et se posa sur chacun d’entre eux ».

Troisième prodige : remplis de l’Esprit Saint, symbolisé par le vent et le feu, « ils se mirent à parler en d’autres langues ». La foule est stupéfaite « parce que chacun d’eux les entendait parler sa propre langue ». À tel point que certains les croient « pleins de vin doux » (Ac 2, 1-14) !

La promesse faite par le Christ aux apôtres lors  de son Ascension, une dizaine de jours plus tôt, se réalise : « vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1, 8).

Les apôtres, ayant reçu la force de l’Esprit, ont alors le courage de sortir de la salle du Cénacle où ils étaient craintivement enfermés, ils témoignent aussitôt de la résurrection du Christ, font connaître son enseignement et baptisent.

A la Pentecôte, l’Eglise est constituée non par une volonté humaine, mais par la force de l’Esprit de Dieu. À la suite de cet événement, naissent les premières communautés chrétiennes qui se sont ensuite organisées, développées et propagées.

Don pour tous les hommes

Ce récit des Actes des Apôtres est très significatif : le vent et le feu manifestent – comme dans bien d’autres récits de la Bible – la présence de Dieu. Les langues de feu témoignent de la venue de l’Esprit Saint sur ceux qui étaient présents.

La Bonne Nouvelle ayant vocation à rejoindre tous les hommes, le don de l’Esprit permet aux apôtres de répondre à l’appel du Christ : être ses témoins « jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1, 8). Comme les apôtres, les chrétiens sont appelés à ne pas rester seulement entre eux, hors de la vie et du monde, mais, au contraire, à proclamer clairement et librement la Bonne Nouvelle du salut.

Parce qu’il trouve sa source dans l’événement de la Pentecôte, le sacrement de la confirmation est souvent célébré ce jour là.

Au cours de la célébration, l’évêque impose les mains sur chacun des confirmands, manifestant par ce geste le don de l’Esprit.

 

Institution du ministère laïc de catéchiste

« Le ministère de Catéchiste dans l’Église est très ancien » fait observer le pape François dès le début de sa lettre apostolique – sous forme de motu proprio –  établissant le « ministère » des catéchistes, « Antiquum ministerium », qui a été présentée au Vatican, mardi 11 mai 2021.

Le texte a été présenté par Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, et par Mgr Franz-Peter Tebartz-van Elst, délégué à la catéchèse du même dicastère.

Les catéchistes  catholiques sont plus de trois millions dans le monde. Pour Mgr Fisichella c’est « une armée réelle… qui porte la transmission de la foi chaque jour ».

Mgr Fisichella explique, dans son échange libre avec la presse, après sa présentation, que le ministère de catéchiste est entendu, une fois discerné comme « vocation », comme un « ministère stable », qui dure toute la vie, « un service rendu à la communauté chrétienne ». Ainsi, tous ceux qui font la catéchèse dans les paroisses ne sont pas forcément appelés à recevoir un tel « ministère ».

Après un pas fait par l’Eglise pour « valoriser la figure du catéchiste », par la publication du « Directoire sur la catéchèse », l’Eglise fait un pas de plus, « en ce moment historique », pour « donner davantage d’identité aux catéchistes ».

Cette lettre apostolique représente, fait-il remarquer, le fruit non seulement de nombreux textes des papes – notamment de saint Paul VI – mais aussi de 5 ans de consultations des conférences épiscopales et d’experts.

Le rite pour l’institution des catéchistes par les évêques est actuellement en préparation à la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements.

Mgr Fischella a souligné la distinction entre le ministère, laïc, des catéchistes et le ministère, laïc aussi, des acolytes et des lecteurs, tournés vers la liturgie: le ministère de catéchiste n’est pas « une responsabilité liturgique », mais une « vocation » spécifique qu’il faut « respecter »..

Et pour éviter une « cléricalisation » il est important, précise-t-il, que d’abord l’évêque « établisse les formes par lesquelles on arrive à la reconnaissance de la vocation de catéchiste »: « c’est une vraie vocation laïque ».

Il fait observer que si « l’évêque est le premier catéchiste et que les prêtres avec lui sont habilités à la catéchèse, il y a en même temps des laïcs appelés par l’évêque et les prêtres à rendre un service à la communauté, selon leur vocation baptismale, séculière », « au service de l’évêque, du diocèse ».

Ainsi, le catéchiste ne peut pas « suppléer » au sacerdoce ministériel, fait encore observer Mgr Fisichella, qui invite à comprendre le rôle des catéchistes « à l’intérieur de la théologie des ministères ».

Les observateurs à Rome font remarquer qu’en établissant ce « ministère », le pape François, qui a en haute estime le travail des catéchistes, pourra encadrer davantage leur formation, dans les différents continents et les différentes cultures. Pour une catéchèse qui ne soit pas seulement une transmission de notions, mais une formation d’abord spirituelle qui lie la transmission de la foi à une expérience de l’amour de Dieu.

Rappelons que dès 2013, dans le cadre de l’Année de la foi, les catéchistes avaient été mis à l’honneur au Vatican.

Quelque 1 600 d’entre eux, représentants des Commissions épiscopales pour l’évangélisation et la catéchèse de 50 pays et de tous les continents, avaient rencontré le pape le 27 septembre.

En 2018, dans un message vidéo au deuxième congrès international, le pape avait décrit le catéchiste comme « au service de la Parole de Dieu ».

Il a souhaité déjà un « vrai ministère », afin que la vocation de catéchiste « prenne de plus en plus une forme de service qui se réalise dans la communauté chrétienne » et qu’elle soit « reconnue comme un vrai et authentique ministère de l’Église, dont nous avons particulièrement besoin ».

« La catéchèse n’est pas une leçon, avait aussi affirmé le pape François, la catéchèse c’est communiquer une expérience et le témoignage d’une foi qui enflamme les cœurs, qui introduit le désir de rencontrer le Christ. »

Il avait en même temps mis les catéchistes en garde contre « la tentation de bouleverser l’ordre dans lequel l’Église a toujours annoncé et présenté le « kérygme », et qui se reflète aussi dans la structure même du Catéchisme » : « On ne peut pas, par exemple, mettre la loi, même la loi morale, avant la proclamation tangible de l’amour et de la miséricorde de Dieu… De même qu’on ne peut prétendre imposer une vérité de foi en faisant abstraction de l’appel à la liberté que cela implique. »

Le pape faisait observer que la catéchèse doit « faire saisir et vivre la présence du Christ qui agit et opère notre salut, en nous permettant d’expérimenter dès maintenant la beauté de la vie de communion avec le mystère de Dieu Père, Fils et Esprit Saint ».

 

Cliquer ICI pour lire, enregistrer ou imprimer l’intégral de LA LETTRE APOSTOLIQUE SOUS LA FORME DE MOTU PROPRIO 

 

 

Que fête-t-on à l’Ascension ?

La fête de l’Ascension célèbre la montée de Jésus vers Dieu son Père.

Elle est fêtée en France le jeudi de l’Ascension, quarante jours après Pâques. Mort et ressuscité, il quitte ses disciples tout en continuant d’être présent auprès d’eux, mais différemment. Il promet de leur envoyer une force, celle de l’Esprit-Saint.

La fête de l’Ascension, célébrant l’entrée du Christ dans la gloire de Dieu, est une des principales fêtes chrétiennes, qui s’inscrit dans le prolongement de Pâques et annonce la Pentecôte, dix jours plus tard.

Le jour de l’Ascension, la couleur des vêtements liturgiques est le blanc, couleur de la fête, de la lumière et de la joie.

Jésus rejoint son Père

L’Ascension est relatée par l’évangile de Marc (chapitre 16, verset 19), l’évangile de Luc (chapitre 24, verset 51) et le livre des Actes des Apôtres (chapitre 1, versets 6-11). Le livre des Actes des Apôtres rapporte que, quarante jours après Pâques, Jésus apparaît une dernière fois à ses disciples et leur annonce : « Vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins (…) jusqu’aux extrémités de la terre ».

Après ces paroles, ils le virent s’élever et disparaître à leurs yeux dans une nuée. L’évangile de Luc précise quant à lui que les apôtres « retournèrent à Jérusalem, remplis de joie ».

Ainsi s’achève le temps des rencontres du Ressuscité avec ses disciples. Cependant, selon sa promesse, Il sera toujours avec eux, mais d’une présence intérieure : ils ne le verront plus de leurs yeux.

Le Christ n’est plus visible, mais il n’abandonne pas ses disciples. Il leur promet la venue de l’Esprit à la Pentecôte.

Un nouveau mode de présence

Croire que le Christ ressuscité est entré dans la gloire est un acte de foi. L’Ascension est source de liberté : loin de s’imposer aux hommes, Jésus les laisse libres de croire, et donc d’aimer véritablement. Jésus ne cesse d’inviter les hommes à le suivre : dans la foi, ils doivent apprendre à lire les signes de sa présence et de son action, en particulier dans la célébration des sacrements, notamment l’Eucharistie, mais aussi dans sa Parole, son Peuple, ses ministres (évêques, prêtres, diacres)…

« Pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ?» (Ac 1, 11) s’entendent dire les apôtres : l’Ascension du Christ est aussi un appel à un plus grand engagement dans le monde pour porter la Bonne Nouvelle.

La signification des Cieux

L’Ascension de Jésus n’est pas un voyage dans l’espace, vers les astres les plus lointains, car les astres sont eux aussi faits d’éléments physiques comme la terre.

Pour les croyants, monter aux cieux c’est rejoindre Dieu et vivre en son amour. Ici, nulle question de magie ou d’action spectaculaire.

À propos du Ciel, le Catéchisme de l’Eglise catholique parle de « l’état de bonheur suprême et définitif ». Jésus ne s’est pas éloigné des hommes mais maintenant, grâce à sa présence auprès du Père, il est proche de chacun, pour toujours.

(Article de l’église catholique en France)

Préparons “Pentecôte” en petites fraternités.

Près de 60 personnes ont rejoint durant le Carême une petite fraternité pour un partage de la Parole de Dieu. Ce fut l’occasion aussi de mieux se connaître entre paroissiens.

Pour nous préparer à la fête de la Pentecôte, nous vous proposons de poursuivre cette expérience enrichissante.

Les “FRATS” qui se sont déjà réunies peuvent continuer, mais d’autres personnes peuvent commencer. (6 participants)

Pour les personnes qui désirent s’inscrire, merci de vous signaler au secrétariat paroissial au : 05.46.99.03.11 ou au 102 rue Pierre Loti .

Pour clôturer ce temps, une rencontre ouverte à tous et aux FRATS est prévue le samedi 23 mai 2021 à l’église saint Paul.

Des informations plus précises vous seront communiquées prochainement.

❖ Vivre avec l’Esprit Saint

►   Parcours en 4 étapes

Ce parcours qui nous est proposé, est un programme de foi : Le don de l’Esprit Saint, est un don gratuit, libre, libérateur, sans condition, on ne risque rien, ou plutôt on risque tout…. on mise tout … car Dieu est Amour et l’Esprit Saint est bon. C’est ce que nous croyons.

Dieu se révèle : c’est la foi chrétienne : Cette révélation de Dieu est donnée à chacun, chacune dans notre histoire, là où nous vivons, et ce, dès maintenant, quelle que soit notre situation personnelle. L’Esprit Saint, qui est Dieu, veut vivre avec nous pour nous aider, pour nous éclairer, nous défendre, nous fortifier, nous sanctifier et pour que se produise la rencontre personnelle avec Jésus qui change la vie.

Le plan de chaque rencontre :
– Un temps de louange
– Un temps de lecture d’un texte de l’écriture
– Un temps de partage avec des questions proposées pour chaque
rencontre
– Un temps de prière à la fin avec un chant à l’Esprit Saint.

  1. 1ère Rencontre  :  – Viens Esprit Saint. Le texte à méditer : livre des Actes des apôtres (chapitre 2 versets : 1 à 47).
  2. 2ème Rencontre : – L’Esprit Saint : Force pour la vie spirituelle. Le texte à méditer : La Samaritaine ( Jean 4 versets:  4 à 42)
  3. 3ème Rencontre : – Les dons de l’Esprit Saint. Le texte à méditer : Il vous donnera un autre Paraclet ( Jean 4 versets : 14 à 26)
  4. 4ème Rencontre : – Avec et dans l’église, un feu et des charismes pour la mission. Texte à méditer : 1ère Epître aux Corinthiens (chapitre 13 versets : 1 à 13)

  Pour télécharger et/ ou imprimer le livret à suivre cliquer ICI