Règles sanitaires au 9 juin 2021

Ce qui change le 9 juin 2021

couvre-feu décalé à 23h ;
– télétravail assoupli ;
– commerces, marchés couverts : 4 m2 par client ;
– terrasses extérieures : 100% de la capacité, tables de 6 maximum ;
– réouverture des cafés restaurants en intérieur : jauge de 50%, tables de 6 maximum ;
– musées : 4 m2 par visiteur ;
– cinémas, salles des fêtes, chapiteaux : 65% de l’effectif, jusqu’à 5 000 personnes par salle. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes.
lieux de culte, mariages ou pacs (cérémonies) : 1 emplacement sur 2 ;
cérémonies funéraires : 75 personnes ;
– enseignement supérieur : 50% de l’effectif jusqu’à la rentrée de septembre ;
– spectateurs dans établissements sportifs extérieurs (stades) ou couverts (piscines) : 65% de l’effectif, jusqu’à 5 000 personnes. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes ;
– pratiquants dans établissements sportifs extérieurs (stades) ou couverts (piscines) : publics non prioritaires jusqu’à 50% de l’effectif ;
– réouverture des salons et foires : 50% de l’effectif, jusqu’à 5000 personnes. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes ;
– festivals de plein air assis : jauge de 65% jusqu’à 5 000 personnes. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes ;
– rassemblements de plus de 10 personnes interdits dans l’espace public, sauf visites guidées ;
– thermalisme : 100% de l’effectif ;
– casinos : 50% de l’effectif. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes ;
– bibliothèques : 1 siège sur deux ;
– parcs zoologiques en plein air : 65% de l’effectif ;
– danse : reprise pour les majeurs, sans contacts, 35% de l’effectif :
– activités sportives de plein air : 25 personnes, reprise des sports avec contact ;
– compétitions sportives de plein air : pour les pratiquants amateurs 500 personnes.

Ce qui change le 30 juin 2021

– maintien des mesures barrière et distanciation physique ;
– levée du couvre-feu ;
– pass sanitaire pour les événements extérieurs et intérieurs de plus de 1 000 personnes ;
– levée des limites de jauge (selon situation locale) dans les établissements recevant du public ;
– compétitions sportives de plein air : pour les pratiquants amateurs 2 500 personnes. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes ;
– reprise des festivals de plein air debout : 4 m2 par festivalier. Pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes.

Concernant les discothèques, leur fermeture fera l’objet d’une clause de revoyure mi-juin afin de définir les conditions de réouverture.

Le pass sanitaire

Le pass sanitaire s’appliquera à partir de 11 ans et ne sera exigé que dans les situations de grands rassemblements, où le brassage du public est plus à risque au plan sanitaire. En aucun cas, il ne s’agira d’appliquer ce pass dans la vie quotidienne des Français.

 

 

 

Foi : du nouveau pour les enfants à la rentrée

La proposition de la foi aux enfants sur la paroisse à la rentrée, nous faisons évoluer notre proposition.

La catéchèse sera proposée autour du caté-vacances (vacances de la Toussaint, de février 2022, de Pâques et de l’été 2022).

Une proposition de scénettes autour de la figure de saints ou de personnages bibliques

Une proposition animée par le MEJ (Mouvement Eucharistique des Jeunes)

Une équipe diversifiée se prépare à se lancer dans cette belle aventure… Pourquoi pas vous ? N’hésitez pas à en parler au père Mickaël.

CONTACT PAROISSE

Secrétariat paroissial  :  Presbytère Saint-Louis  –  109 Ter rue  Pierre Loti,  17300 Rochefort  –   05 16 65 42 89– @ : paroissederochefort@gmail.com

 

Découvrons l’adoration eucharistique

Dimanche prochain le 6 juin 2021,  est la fête du St sacrement.

L’adoration du Saint-Sacrement, n’est-ce pas un peu dépassé ?

Les chrétiens croient en la présence réelle de Dieu dans l’hostie consacrée. À la messe, lorsque les paroles du Christ ont transformé le pain et le vin en son Corps et son Sang, Dieu est là en se rendant visible. Depuis le Moyen-Âge, les chrétiens adorent le Saint-Sacrement en dehors de la messe.

Il s’agit d’adorer Dieu qui est là devant nous, de se laisser enseigner par cette présence, l’Esprit Saint nous inspire de lui dire notre amour en lui révélant le fond de notre cœur.

Le Saint-Sacrement, c’est tout simplement le Christ présent dans l’hostie consacrée pendant la messe et non consommée.

Cette présence n’est pas symbolique mais véritable. Elle est présence active, offerte, c’est le visage de Dieu. Catholiques et orthodoxes s’accordent pour reconnaître dans le pain et le vin de la messe le Corps et le Sang du Christ.

Le concile Vatican II a voulu revenir à une conception différente de l’Eucharistie. C’est un mémorial, un repas, un sacrifice. Il a voulu signifier que Jésus n’est pas «prisonnier du tabernacle» et qu’il est aussi présent dans sa Parole (Bible) et à l’intérieur de chacun.

C’est vrai qu’aujourd’hui de nombreuses paroisses remettent en vigueur l’adoration du Saint-Sacrement. Et que beaucoup y trouvent de vraies joies spirituelles.  Il serait toutefois dommage que cette adoration soit déconnectée d’une célébration eucharistique. Elle devrait en être le prolongement et non un but en soi.

Ce n’est qu’au cours du XIIIe siècle que naît dans l’Eglise une dévotion centrée sur l’hostie : adoration eucharistique, procession du Saint Sacrement, Fête-Dieu.

Au Moyen Âge en Occident, à la différence de l’Orient, le mystère eucharistique est centré principalement sur le moment de la consécration, au détriment de l’ensemble de la prière eucharistique.
L’accent est donc mis avant tout sur « la présence réelle » du Christ.

Aujourd’hui, quel sens pouvons-nous donner à l’adoration eucharistique ?

– Reconnaissons que l’attitude d’adoration est fondamentale pour un croyant : « Tu adoreras le Seigneur ton Dieu ». Et parce que nous avons un corps, cette adoration s’exprime non seulement à travers la pensée, mais également à travers des gestes.
L’acte d’adoration par excellence est la messe elle même, la célébration eucharistique dans son ensemble : elle nous permet de nous unir à l’action de grâce du Christ qui s’offre à son Père pour le salut du monde, et de nous offrir avec Lui avec la force de l’Esprit Saint.
Ainsi, l’adoration eucharistique, qu’elle soit solennelle ou silencieuse, collective ou individuelle, est relative et n’a de sens que si elle renvoie à la messe : elle vise à prolonger en nous la démarche eucharistique.
L’hostie nous invite à un double mouvement : à la fois rejoindre et adorer le Christ Ressuscité, glorieux près du Père, mais aussi rejoindre l’ensemble de l’humanité pour laquelle le Christ s’est offert.

L’adoration eucharistique, même dans la solitude d’une chapelle, ne peut pas se limiter à un acte individuel : par le pain eucharistique, je rejoins le corps tout entier de mes frères humains, pour lequel le Christ est mort.

L’adoration eucharistique ne doit pas nous faire oublier les autres formes de présence du Christ : à travers sa Parole « celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le » ; dans la vie quotidienne « quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux » ; au coeur de chaque être humain « ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites ».

Mais comme nous le rappelle le concile Vatican II, l’Eucharistie est « source et sommet de toute vie chrétienne ». –  article du Père Jacques Midy,

 

Appel aux entrepreneurs et dirigeants chrétiens

L’Esprit Saint suscite déjà des choses nouvelles sur notre paroisse de Rochefort. Les EDC (Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens)

En cette période si particulière que nous vivons, dans le monde du travail, le rôle de nos dirigeants est majeur pour demeurer relais de l’Espérance qui nous habite. Les conditions sont parfois difficiles pour être témoins, et ceux d’entre nous qui sont en responsabilité ou dirigeants (qui ont “charge d’âme”) sont invités puiser dans la pensée sociale chrétienne un soutien et des repères
pour avancer au service de leurs équipes et collaborateurs.
Les entrepreneurs et dirigeants chrétiens, mouvement d’église, peuvent aider à avancer ensemble, en se soutenant entre membres d’une même équipe. Des équipes existent en Charente Maritime, et nous nous interrogeons pour créer une équipe sur Rochefort, s’il y a suffisamment de volontaires…

Si vous-mêmes êtes intéressés ou si vous connaissez des chrétiens en position de dirigeant, merci de le dire à Gaëlle de Surgy (coordonnées mails à lui donner, ou au 06 03 15 28 68) pour qu’une réunion de présentation soit organisée. Cela n’engage à rien !

La sexualité concerne l’Eglise

  1. Célibat des prêtres : don de soi aux autres

  2. Notre mère l’Eglise s’intéresse à la sexualité

1. Célibat des prêtres : don de soi aux autres

S’il n’y avait plus le célibat dans l’Eglise catholique latine, « ce serait une richesse qui disparaîtrait », a confié Mgr Emmanuel Gobilliard aux diocésains de La Rochelle lors de son passage en Charente-Maritime en mai 2021.

L’évêque auxiliaire de Lyon et auteur de l’ouvrage ‘Aime et fais ce que tu veux’ (publié en 2018) intervenait sur la beauté de la sexualité à Saintes et à La Rochelle.

L’Eglise catholique est le seul lieu qui reconnaît de cette manière le célibat des personnes consacrées. Si les prêtres orthodoxes ou les pasteurs protestants ont la possibilité de se marier, les catholiques reconnaissent que le célibat des prêtres est un don. Peu nombreuses mais parfois bruyantes, certaines voix se sont élevées pour protester contre cette discipline.

Pour Mgr Gobilliard, « le célibat est une très belle richesse » à protéger « à condition de considérer que c’est aussi une blessure, c’est aussi une difficulté, c’est aussi une exigence ». Evidemment, rappelle-t-il, il est difficile de choisir le célibat à 21 ans, lorsque l’on choisit de rentrer au séminaire pour devenir prêtre. C’est donc une « blessure » mais appelée à devenir « féconde ».

Dans toute vocation, il y a des blessures : dans le mariage, par exemple, il y a des difficultés et des ajustements à vivre, pointe l’évêque auxiliaire de Lyon, dans le célibat aussi.

« Pour moi, le célibat est pour manifester par toute ma vie que le Christ aime tout le monde »,  indique Mgr Gobilliard. Il y a donc une dimension universelle du célibat ecclésiastique pour signifier que le Seigneur aime chacun de nous, « sans exclusive, sans posséder ».

2. Notre mère l’Eglise s’intéresse à la sexualité

Mgr Emmanuel Gobilliard, évêque auxiliaire de Lyon, est venu dans le diocèse de La Rochelle les 18 et 19 mai 2021 parler aux jeunes de la beauté de l’amour et de la sexualité qui concernent tout le monde : jeunes, anciens, mariés, célibataires… Il est intervenu le 18 à l’Abbaye-aux-Dames de Saintes)  devant un large public, puis le 19 devant des lycéens de La Rochelle.

Pour lui, la sexualité ne se résume  pas aux seules relations sexuelles, c’est un mouvement de tout son être spirituel et charnel vers l’autre. La sexualité implique un mouvement de deux personnes à la fois semblables et différents, la femme et l’homme, l’un vers l’autre.

Dans notre monde, la tendance est très forte  à réduire la sexualité à un simple exercice physique… on nie ainsi la relation et cette union trompeuse blesse souvent l’un des deux partenaires.

Pour que la sexualité soit  un cadeau magnifique, il faut s’y engager totalement et dans la durée, sans refuser l’ouverture à la fécondité.

Nominations au 1er septembre, pour le diocèse de Charente Maritime

Sauf indications contraires, ces nominations prennent effet au 1er septembre 2021.

Par décision de l’évêque de La Rochelle et Saintes, et après les consultations requises :

Vicaires épiscopaux

Accompagnement des doyennés :

Monsieur l’abbé Bertrand MONNARD, vicaire général, est chargé d’accompagner les doyennés de La Rochelle et de la Plaine d’Aunis.

Monsieur l’abbé Bernard de LISLE, vicaire épiscopal, est chargé d’accompagner le doyenné de Saintes.

Monsieur l’abbé Mickaël LE NEZET, vicaire épiscopal, est chargé d’accompagner les doyennés de Rochefort et de Saint Jean d’Angély.

Monsieur l’abbé Sermonfils AUGUSTE, vicaire épiscopal, est chargé d’accompagner les doyennés de Haute Saintonge et de Royan

PAROISSES

  1. Doyenné de La Rochelle-Ré

  • Paroisse du Christ Sauveur

Monsieur l’abbé Joseph SAMBIENI, de l’institut des Fils de Marie Immaculée, est nommé vicaire, en accord avec son supérieur.

Monsieur Remi DELPRAT, qui sera ordonné diacre en vue du sacerdoce le 19 juin 2021, est nommé directeur du foyer des étudiants Monseigneur Etienne de Champflour et adjoint à l’aumônerie des étudiants. Il exercera son ministère diaconal dans la paroisse du Christ Sauveur

  • Secteur pastoral de La Rochelle-Sud

Monsieur l’abbé Antoine-Bernard SAGNA est nommé curé.

  • Paroisse Saint-Paul (Mireuil)

Monsieur l’abbé Julien FLEURY, du diocèse de Marseille, est nommé curé, en accord avec son archevêque.

  • Paroisse St Pierre (Laleu, La Pallice et Port-Neuf)

Monsieur l’abbé Julien FLEURY, du diocèse de Marseille est nommé curé, en accord avec son archevêque.

2. DOYENNE DE ROYAN

  • Paroisse de Royan – Côte de beauté

Monsieur l’abbé Moïse KIASA qui sera ordonné prêtre le 12 juin est nommé vicaire et responsable de la pastorale des jeunes

  • Paroisse de Royan – Côte de beauté

Monsieur l’abbé Philippe TEULE est nommé aumônier du centre hospitalier. Il servira également en qualité de vicaire.

3. Doyenné de Saintes

  • Paroisse Notre Dame de Recouvrance

Monsieur l’abbé Guy-Michel RESENTERRA est nommé curé

4. Doyenne de la Plaine d’Aunis

  • Paroisse St Joseph en pays surgérien

Monsieur l’abbé Daniel MARTIN est nommé curé.

  • Paroisse St Bernard en Aunis

Monsieur l’abbé Sesuraj ALPHONSE est nommé curé.

5. Doyenné de la Haute-Saintonge

  • Paroisse St Martin de Mirambeau et St Antoine de la Lande en Saintonge (St Genis)

Monsieur l’abbé Massimiliano PIAZZA est nommé curé.

6. Doyenné de Rochefort

  • Paroisse d’Oléron

Monsieur l’abbé Ioan RUS est nommé curé.

Monsieur l’abbé Yesuraj AROCKIADOSS est nommé vicaire

SERVICES DIOCESAINS

  • DIRECTION DES PELERINAGES 

Madame Monique BESSET est nommée Directrice Diocésaine des Pèlerinages à compter du 1er juin 2021.

  • Service des vocations

Monsieur l’abbé Louis CHASSERIAU, est nommé responsable du service diocésain des vocationsdirecteur du centre Jean Baptiste Souzy, tout en demeurant vicaire de la paroisse du Christ Sauveur.

  • Pastorale des jeunes

Frère Josué (abbé Jean-Eudes BLANDIN de CHALAIN) est nommé responsable diocésain de la pastorale des jeunes, tout en demeurant aumônier de la pastorale des jeunes (collégiens, lycéens) pour les paroisses de Saintes Rive Gauche et Saintes rive droite.

  • Mission universelle

Monsieur l’abbé Sesuraj ALPHONSE est nommé responsable diocésain de la Missionnaire Universelle et du volontariat international

L’évêque remercie chaleureusement, pour les services rendus à l’Eglise diocésaine :

  • Sœur Claire BREANT, xavière, animatrice pastorale, responsable du service du catéchuménat des adultes au sein du pôle diocésain de la catéchèse ;
  • Mademoiselle Katia MIKHAEL, responsable diocésaine de la Missionnaire Universelle et du volontariat international ;
  • Madame Monique GOYAULT RENAUD, Responsable Diocésaine de la Pastorale des Personnes Handicapées (RDPPH) du Service Evangélique des Malades (RDSEM) et du service diocésain de la catéchèse spécialisée ;
  • Madame Virginie DESHAYES, Responsable des ressources financières ;
  • Monsieur Sébastien BEAU, diacre, directeur du service diocésain des pèlerinages et de la pastorale du tourisme ;
  • Madame Anne ROBIN, animatrice pastorale, responsable de la pastorale missionnaire de la paroisse de Rochefort.

D’autres nominations seront publiées prochainement

Mgr Georges Colomb

Prière pour le mois de juin

Prière pour la France (à lire quotidiennement pendant tout le mois de juin)

Père éternel, Qui avez choisi la France pour révéler au monde le Cœur plein d’Amour de Votre Fils par sainte Marguerite-Marie, nous Vous supplions d’avoir pitié de notre pays qui depuis plus de 300 ans n’a pas encore répondu à toutes les demandes faites à Louis XIV concernant le Sacré-Cœur, et nous Vous implorons au nom du Cœur de Jésus de réparer les erreurs de la France.

Jésus doux et humble de cœur, Vous qui avez versé votre sang pour nous sauver, et qui Vous êtes plaint de ne recevoir que des ingratitudes pour tout l’Amour que Vous aviez pour les hommes, régnez sur nous.

Esprit-Saint, Amour du Père pour le Fils, embrasez la France de l’Amour que Vous avez pour le Cœur de Jésus et chassez en les ténèbres.

Sainte Trinité, nous Vous confions les âmes du purgatoire qui ne peuvent plus rien pour elles, mais peuvent tout pour nous et nous Vous demandons leurs prières pour le salut de notre pays.

Vierge Marie, Reine de France depuis le vœu de Louis XIII, nous déclarons dans la foi la royauté de votre Cœur Immaculé sur notre pays. Priez et veillez sur chaque Français comme Vous l’avez fait pour Votre Fils, et avec Vos anges écrasez la tête de l’antique serpent.

Saint Joseph, qui êtes apparu à Cotignac et à qui Louis XIV a consacré la France, protégez la France de la même façon que vous avez protégé l’enfant Jésus et la Vierge Marie.

Saint Michel Archange, à qui la France a été consacrée par les évêques en 1912, venez à notre secours avec toutes vos légions angéliques, et mettez en fuite les esprits mauvais qui veulent la perte de notre pays.

Sainte Jeanne d’Arc et Sainte Thérèse, patronnes secondaires de la France, qui avez donné vos vies pour Dieu et les âmes, veillez sur nous.

Sainte Marguerite Marie, saint Claude La Colombière, apôtres du Sacré-Cœur et tous les saints, priez pour nous. Saints anges, veillez sur nous. Ainsi soit-il.

  • 17 oct. 1690 Mort de Marguerite-Marie, à l’âge de 43 ans.
  • 1765  Autorisation par Rome de la Fête universelle du Sacré-Cœur.
  • 18 sept. 1864  Béatification de Marguerite-Marie.
  • 13 mai 1920  Canonisation de Marguerite-Marie par le pape Benoit XV.

Réunion de Pentecôte des “Frats” paroissiales

La veille de la Pentecôte, le samedi 22 mai à 17h30 en l’église St Paul de Rochefort les “Frats” se sont retrouvées à l’appel du père Mickaël Le Nezet et des abbés Pierre Bigot et Eric Ndikubwayo.

Il s’agissait de faire le bilan du lancement d’une dizaine de petites fraternités – Frats – de 5 / 6 personnes se réunissant depuis le carême autour des Écritures sous la clarté de l’Esprit Saint.

Le vécu de chaque “Frat” a été exposé au micro par un représentant. De ces témoignages vivants et parfois poétiques il est ressorti que l’expérience méritait d’être poursuivie.  La liberté de parole des participants et leur fraternelle ouverture d’esprit a fait de la diversité des opinions un enrichissement et non pas un motif de polémiques. La discrète présence de prêtres ou de diacres a été appréciée.

Le père Mickaël Le Nezet a conclu la rencontre en annonçant le lancement d’un synode diocésain, le 12 septembre, par Monseigneur Georges Colomb, puis il a appelé tous les participants à une invocation à l’Esprit Saint.

 

Voici l’enseignement sur “La vie dans l’Esprit” proposé par Rémi Guérin (diacre), pour approfondir la compréhension du mystère de la Pentecôte.

Cliquer ICI pour télécharger ou imprimer le texte 

Témoignage d’une des Frat  empêchée  lire ICI

photos GT

 

 

 

Reprise d’un temps de louange et d’adoration

Grâce au nouvel horaire de couvre-feu, nous pouvons reprendre notre temps d’adoration et de louange les mardis après la messe dans l’église St Louis. (18h45-19h30).

Comme nous avons pu le lire dans un des commentaires du matin, la tristesse, le découragement, c’est l’ombre de la mort qui vient troubler la vie. Y demeurer, c’est faire le jeu des forces de la mort, des forces du mal. La louange au contraire est un vrai chemin de vie et de joie pour celles et ceux qui s’y engagent. N’hésitons pas à prendre ces 3/4 d’heure chaque semaine. Ça changera notre vie !

 

 

 

Les fraternités de Rochefort expérimente l’Esprit Saint

Sans l’Esprit Saint Dieu est lointain, 

Le Christ appartient au passé, l’Evangile est lettre morte, l’Eglise est une simple organisation, l’autorité est un pouvoir, la mission une propagande, le culte un archaïsme et la conduite morale une conduite d’esclave.”

Patriarche œcuménique de Constantinople : Athénagoras

A qui Dieu donne-t-il l’ Esprit Saint ?

Dieu partage l’Esprit Saint, de toute éternité, avec Jésus, son Fils. C’est parce qu’il est rempli de l’Esprit Saint que Jésus peut parler et agir au nom de Dieu. Mais Jésus n’a jamais voulu garder pour lui ce don merveilleux : il a promis de le transmettre à ses disciples . Pour nous, chrétiens, l’Esprit Saint est à l’œuvre depuis le baptême et nous le recevons en plénitude à la confirmation ; il nous fait entrer dans une relation intime avec Dieu ; il nous accompagne tout au long de notre vie.

Mais Dieu ne s’impose jamais : son Esprit nous influence vers le bien, sans  jamais décider à notre place. Sous son influence, nous sommes « bien inspirés » et devenons capables de vouloir faire le bien.

Comment l’Esprit Saint nous libère-t-il ?

L’Esprit de Dieu nous incite à essayer d’aimer comme Dieu aime. Il nous pousse à faire des choix d’amour, de paix, de tolérance, tout ce qui rend le monde plus humain et plus fraternel.

L’Esprit Saint nous change intérieurement, il met en nous un « air de famille » avec Dieu, nous devenons les enfants d’un même Père. Saint Paul écrit que l’Esprit nous pousse à dire « Père » à Dieu. Nous n’avons plus peur de Dieu, nous comprenons qu’il est « Notre Père » comme Jésus l’a dit.

« Voici les fruits de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. » (Ga 5, 22-23)

 

Comment recevons-nous l’ Esprit Saint ?

Jésus a promis d’envoyer l’Esprit Saint aux croyants. Cette promesse s’est réalisée le jour de la Pentecôte quand ses apôtres on reçu l’Esprit ; qui leur a donné le courage d’annoncer la résurrection de Jésus à Jérusalem, puis dans tout l’empire romain. L’Esprit a fait grandir l’Eglise, qui,  à son tour, a offert et offre toujours  l’Esprit Saint au monde entier,  par la mission les sacrements du baptême et de la confirmation.

Est-ce que l’Esprit Saint est réservé aux chrétiens ?

« L’Esprit souffle où il veut », a expliqué un jour Jésus : une parole, une lecture, une rencontre, tout lui  est bon pour se transmettre même aux non-chrétiens. L’Esprit de Dieu n’est pas la propriété des chrétiens ou de l’Eglise, c’est l’Eglise qui, sous l’inspiration de l’Esprit Saint évangélise le monde.

Institution du ministère laïc de catéchiste

« Le ministère de Catéchiste dans l’Église est très ancien » fait observer le pape François dès le début de sa lettre apostolique – sous forme de motu proprio –  établissant le « ministère » des catéchistes, « Antiquum ministerium », qui a été présentée au Vatican, mardi 11 mai 2021.

Le texte a été présenté par Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, et par Mgr Franz-Peter Tebartz-van Elst, délégué à la catéchèse du même dicastère.

Les catéchistes  catholiques sont plus de trois millions dans le monde. Pour Mgr Fisichella c’est « une armée réelle… qui porte la transmission de la foi chaque jour ».

Mgr Fisichella explique, dans son échange libre avec la presse, après sa présentation, que le ministère de catéchiste est entendu, une fois discerné comme « vocation », comme un « ministère stable », qui dure toute la vie, « un service rendu à la communauté chrétienne ». Ainsi, tous ceux qui font la catéchèse dans les paroisses ne sont pas forcément appelés à recevoir un tel « ministère ».

Après un pas fait par l’Eglise pour « valoriser la figure du catéchiste », par la publication du « Directoire sur la catéchèse », l’Eglise fait un pas de plus, « en ce moment historique », pour « donner davantage d’identité aux catéchistes ».

Cette lettre apostolique représente, fait-il remarquer, le fruit non seulement de nombreux textes des papes – notamment de saint Paul VI – mais aussi de 5 ans de consultations des conférences épiscopales et d’experts.

Le rite pour l’institution des catéchistes par les évêques est actuellement en préparation à la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements.

Mgr Fischella a souligné la distinction entre le ministère, laïc, des catéchistes et le ministère, laïc aussi, des acolytes et des lecteurs, tournés vers la liturgie: le ministère de catéchiste n’est pas « une responsabilité liturgique », mais une « vocation » spécifique qu’il faut « respecter »..

Et pour éviter une « cléricalisation » il est important, précise-t-il, que d’abord l’évêque « établisse les formes par lesquelles on arrive à la reconnaissance de la vocation de catéchiste »: « c’est une vraie vocation laïque ».

Il fait observer que si « l’évêque est le premier catéchiste et que les prêtres avec lui sont habilités à la catéchèse, il y a en même temps des laïcs appelés par l’évêque et les prêtres à rendre un service à la communauté, selon leur vocation baptismale, séculière », « au service de l’évêque, du diocèse ».

Ainsi, le catéchiste ne peut pas « suppléer » au sacerdoce ministériel, fait encore observer Mgr Fisichella, qui invite à comprendre le rôle des catéchistes « à l’intérieur de la théologie des ministères ».

Les observateurs à Rome font remarquer qu’en établissant ce « ministère », le pape François, qui a en haute estime le travail des catéchistes, pourra encadrer davantage leur formation, dans les différents continents et les différentes cultures. Pour une catéchèse qui ne soit pas seulement une transmission de notions, mais une formation d’abord spirituelle qui lie la transmission de la foi à une expérience de l’amour de Dieu.

Rappelons que dès 2013, dans le cadre de l’Année de la foi, les catéchistes avaient été mis à l’honneur au Vatican.

Quelque 1 600 d’entre eux, représentants des Commissions épiscopales pour l’évangélisation et la catéchèse de 50 pays et de tous les continents, avaient rencontré le pape le 27 septembre.

En 2018, dans un message vidéo au deuxième congrès international, le pape avait décrit le catéchiste comme « au service de la Parole de Dieu ».

Il a souhaité déjà un « vrai ministère », afin que la vocation de catéchiste « prenne de plus en plus une forme de service qui se réalise dans la communauté chrétienne » et qu’elle soit « reconnue comme un vrai et authentique ministère de l’Église, dont nous avons particulièrement besoin ».

« La catéchèse n’est pas une leçon, avait aussi affirmé le pape François, la catéchèse c’est communiquer une expérience et le témoignage d’une foi qui enflamme les cœurs, qui introduit le désir de rencontrer le Christ. »

Il avait en même temps mis les catéchistes en garde contre « la tentation de bouleverser l’ordre dans lequel l’Église a toujours annoncé et présenté le « kérygme », et qui se reflète aussi dans la structure même du Catéchisme » : « On ne peut pas, par exemple, mettre la loi, même la loi morale, avant la proclamation tangible de l’amour et de la miséricorde de Dieu… De même qu’on ne peut prétendre imposer une vérité de foi en faisant abstraction de l’appel à la liberté que cela implique. »

Le pape faisait observer que la catéchèse doit « faire saisir et vivre la présence du Christ qui agit et opère notre salut, en nous permettant d’expérimenter dès maintenant la beauté de la vie de communion avec le mystère de Dieu Père, Fils et Esprit Saint ».

 

Cliquer ICI pour lire, enregistrer ou imprimer l’intégral de LA LETTRE APOSTOLIQUE SOUS LA FORME DE MOTU PROPRIO