Dimanche 20 juin : messe d’au revoir au père Jean Berchman

Dimanche 20 juin à 11h 00 à l’église Notre Dame, toute la paroisse aura la joie, mais aussi le regret,  d’ entourer le père Jean  Berchman qui présidera l’Eucharistie avant de nous quitter.  Nous le remercierons pour tous les mois passés sur notre paroisse, avec dévouement, chaleur humaine et simplicité.

Depuis plusieurs mois, le père Jean est au service de la paroisse de saint Jean d’Angely. où il  poursuivra sa mission en tant que vicaire.

.

Congrès Mission 2021 : un défi d’évangélisation pour aujourd’hui

Le Congrès Mission est un “salon national” de l’évangélisation qui cherche à réunir toute l’Église autour de la question toujours nouvelle : comment proposer la foi dans la société actuelle ? L’espace d’un week-end, des chrétiens, se retrouvent pour prier, se former, annoncer et échanger.

Ces 3 jours permettent d’acquérir des clés concrètes pour annoncer la foi dans son quotidien et favorisent les rencontres ainsi que des synergies entre les missionnaires d’aujourd’hui.
Pour la première fois en 2021, le Congrès Mission aura lieu hors de Paris dans une dizaine de villes en France dont LA ROCHELLE,

du 1er au 3 octobre 2021.

 

Nous avons besoin de vous !

– Par votre prière, pour que cet événement porte du fruit
– Par votre réseau, soyez ambassadeurs de cet événement dans vos paroisses, communautés, réseaux chrétiens
– Parlez-nous de vos initiatives missionnaires qui pourraient être partagées lors du Congrès

Envie de s’investir ? Faites vous connaître de l’équipe organisatrice du Congrès Mission La Rochelle : congresmissionlarochelle@gmail.com

  Pour s’inscrire cliquer ICI

Si des personnes de Rochefort sont intéressées, il est préférable de s’inscrire en groupe (réduction possible)
(Pour cela faire suivre les demandes au père Mickaël Le Nezet)

CONTACT PAROISSE de rochefort

Secrétariat paroissial  :  Presbytère Saint-Louis  –  102  Pierre Loti,  17300 Rochefort  –  05 46 99 03 11 – @ : paroissederochefort@gmail.com

  les lieux de congrès cliquer ICI

 Programme des 1-2-3 octobre 2021 cliquer ICI

cliquer ICI pour tous renseignements complémentaires

► cliquer sur l’image ci-dessous pour enregistrer le Flyer de ce congrès mission 

 

Se nourrir de la Parole de Dieu chaque jour.

Vendredi 18 juin 2021

1ère  lecture : 2 Co 11, 18. 21b-30

Évangile : Mt 6, 19-23

« Là où est ton trésor, là sera ton cœur. » Qu’est-ce qui aujourd’hui illumine mon cœur ? Deux paroles m’ont éclairé. « Un ami fidèle, c’est un refuge assuré, celui qui le trouve a trouvé un trésor. Un ami fidèle n’a pas de prix, sa valeur est inestimable » (Ecclésiastique 6, 14-15), et « Je fais ma joie de ta Parole comme celui qui trouve un grand trésor. » (Ps 118, 162)

Ces deux lumières que sont la Parole et la vie fraternelle réjouissent le cœur de l’homme. Elles nous permettent de ne jamais être dans les ténèbres,  et ainsi, malgré les épreuves de la vie, de continuer à avancer avec assurance. Alors cultivons cette vie fraternelle, nourrissons-nous de la Parole de Dieu et rendons grâce à Dieu pour ce trésor qu’il nous offre.

Bonne journée

Père Mickaël

Vous pouvez télécharger et relire un des derniers commentaires du Père Mickaël, en cliquant ci-dessous, sur la date de votre choix.

Rémi Delprat : un diacre en vue du sacerdoce

Une semaine après l’ordination sacerdotale de Moïse, Mgr Colomb ordonnera diacre en vue du sacerdoce Rémi Delprat, un ancien volontaire des Missions étrangères de Paris au Japon qui connaît bien le diocèse de La Rochelle pour y être venu à chaque vacances en famille.

La célébration se tiendra le samedi 19 juin à Notre-Dame de Royan à 10h30.

L’évêque de la Rochelle et Saintes avait célébré l’institution à l’acolytat de Rémi le dimanche 25 avril 2021 à Royan. En stage auprès du père Sermonfils Auguste, curé de Royan, Rémi a suivi sa formation au séminaire de Toulouse. Pendant leur cursus, les séminaristes sont d’abord « admis à poursuivre leur formation » en vue de devenir prêtre. Cette admission a souvent lieu lors de la 3ème année de séminaire.

Les années qui suivent, on célèbre l’institution au lectorat puis enfin l’institution à l’acolytat, c’est-à-dire le service de l’autel. Ce ministère de l’acolytat est donc un ministère « institué » (contrairement au ministère « ordonné ») et il s’agit de la dernière étape avant l’ordination diaconale et de l’ordination sacerdotale.

 

Presbytère St Paul : ça déménage !

Les grands travaux de la paroisse se poursuivent,  une petite équipe aménage le secrétariat dans l’église St Louis, des énergies nouvelles seraient bien utiles pour déménager le presbytère St Paul qui est vendu.

N’hésitez pas à vous manifester pour vider St Paul  le samedi 19 juin, en téléphonant à Gérard Gimenez au 06.87.29.92.82.     Car nous avons besoin de bras et de véhicules utilitaires pour transporter meubles et objets.

Ambiance garantie… 

 

 

la profession de foi à St Paul dimanche 20 juin à 10h00

Grand moment dans la la vie paroissiale : Célébration de la profession de foi Dimanche 20 juin à 10h00 à l’église St Paul

>  Sens et origine de la profession de Foi

1. Profession de foi et confirmation

La profession de foi n’est pas un sacrement comme la confirmation, mais un temps fort qui permet aux jeunes de réfléchir sur leur foi et une célébration qui compte pour les parents. Pour certains jeunes, c’est une étape importante dans leur itinéraire religieux. Ils y sont plus attachés qu’à la confirmation.

Elle est une célébration au cours de laquelle des enfants renouvellent en leur nom propre l’engagement pris pour eux par leurs parents, parrain et marraine à leur baptême.

2. Aspect religieux et aspect social de la profession de foi

C’est en même temps une fête familiale, un rite social d’accès à la responsabilité personnelle, un rite de passage de l’enfance à l’adolescence. Dans la religion juive, la Bar Mitzva assure cette fonction de rite d’initiation marquant la sortie de l’enfance.

Tout en étant un temps fort au point de vue religieux, la profession de foi est pour la majorité des jeunes leur dernier acte religieux avant leur mariage à l’église, c’est la fin de leur pratique dominicale en même temps que la fin du catéchisme. Cependant au moment de leur préparation au mariage on constate le plus souvent que la foi les a profondément marqués.

3. Quelle est l’origine de cette cérémonie ?

Cette cérémonie est récente, elle a succédé à la cérémonie de la “Communion solennelle”. Celle-ci a elle-même une histoire complexe. À partir du XVII° siècle, sous l’influence notamment de saint Vincent de Paul, la première communion a pris en France la forme d’une cérémonie solennelle à la fin du catéchisme. Puis elle est devenue au XIX° siècle un rite de passage de l’enfance à l’âge adulte.

Lorsque le pape Pie X en 1910 demanda qu’on admette à l’eucharistie les enfants dès « l’âge de raison » (vers 7 ans), on appela cette première communion « communion privée » et on continua à célébrer la « communion solennelle » vers 12-13 ans comme un couronnement de l’enfance et du catéchisme.

Dans les années 1950-1960, la communion solennelle devient une profession de foi en lien avec la profession de foi baptismale de la vigile pascale.

L’aube remplace les tenues antérieures. L’aube avec la croix et le cierge symbolisent l’aspect baptismal de la communion solennelle. Puis à partir des années 1970, la cérémonie n’est plus appelée Communion solennelle. Dans certaines aumôneries, on l’appelle “fête de la foi”.

4. Quelle différence y a-t-il entre la profession de foi et la communion solennelle ?

La profession de foi a remplacé la communion solennelle. Cependant les deux cérémonies ont un sens assez différent. La communion solennelle était centrée sur l’eucharistie, c’était l’ancienne première communion. La profession de foi est centrée sur le baptême. Elle consiste principalement dans le renouvellement personnel des promesses du baptême avec l’aube et le cierge qui sont deux signes symboliques du baptême : le vêtement blanc et la lumière.

 

27 premières communions à St Paul – dimanche 13 juin

Un grand moment de la vie paroissiale : les 27 communions du  dimanche 13 juin  à l’église St Paul.

Au début de la cérémonie le mot de bienvenue a été prononcé par Mme Brigitte Gadenne responsable de la catéchèse et de l’aumônerie de la paroisse de Rochefort.

Dans un second temps Audry a été baptisé.

La célébration de la  messe a culminé au moment de la communion  qui a été distribuée par le père Mickaël Le Nezet, curé de Rochefort à 27 jeunes, filles et garçons.

L’église St Paul,  comble, accueillait un public jeune, de plus de 400 personnes (amis et familles), une retransmission de la messe était prévue, dans la salle derrière l’église pour les personnes n’ayant pas trouvé de place dans l’église,  tous étaient venus accompagner  les communiants. L’ambiance était festive grâce aux musiciens venus pour l’occasion et au soleil qui était de la partie.

Jésus est votre compagnon pour toute la vie a annoncé le père Mickaël dans son homélie, adressée tant aux communiants qu’aux paroissiens.

Pour faire défiler les photos, cliquer sur le coin gauche du haut de la première photo de chaque série 

Photos GT – 1ère série

Photos GT – 2ème série

Photos GT – 3ème série

 

 

Moïse Kiasa nouveau prêtre du diocèse

Moïse Kiasa sera ordonné prêtre par Monseigneur Georges Colomb  samedi 12 juin 2021 à 10heures à la cathédrale St Louis de la Rochelle.

Originaire du Congo, Moïse Kiasa, avait été ordonné diacre en vue du sacerdoce par Mgr Georges Colomb, évêque du diocèse de La Rochelle, le 13 septembre 2020 en l’église Notre-Dame-des-Marais de Marans où il avait passé trois ans en paroisse.

A l’issue de son ordination diaconale, il est parti servir dans la paroisse de Saint-Jean-d’Angély où il est resté jusqu’à ce jour.

Le 12 juin, l’évêque lui communiquera officiellement sa prochaine paroisse.

Pour lui, « un prêtre, c’est celui qui donne sa vie à Dieu et aux autres ». en Charente-Maritime, il y a un véritable besoin de prêtres pour aller à la rencontre des gens, des catholiques, certes, mais également de tous ceux qui sont loin de l’Eglise : les périphéries, selon une expression chère au pape François. « C’est en allant rencontrer les gens que l’on peut susciter la foi. Et lorsque la foi est enracinée dans le familles, on peut avoir des vocations ».

 

Exposition à Rochefort : Arménie, la foi des montagnes

A l’église Notre Dame : Du 12 juin au 31 juillet 2021 de 10h00 à 18h00

A l’église St Louis : Du 1er au 31 aout 2021 de 10h00 à 18h00

CONFÉRENCE

Le professeur Claude Mutafian ” Un survol de l’histoire politique et religieuse de l’Arménie

le samedi 12 juin 2021 à 16h00 à l’église Notre Dame. 

L’EXPOSITION

La foi déplace les montagnes (Mt 17, 20), mais les montagnes fixent la foi.

L’Arménie, évangélisée par les Apôtres Thaddée et Barthélémy devint le premier État chrétien du monde, grâce au baptême du roi Tiridate III au IVème siècle, en 301, par St Grégoire l’illuminateur. L’Évangile s’enracina dans ce peuple héroïque du Proche-Orient qui fut persécuté tout au long de son histoire. D’abord par les Perses,  puis par les Musulmans,  jusqu’au martyre.  Le  génocide turc, de 1895  fit 250 000 victimes et  celui de 1915 fit  1 500 000 autres victimes arméniennes. Du 27 septembre au 10 novembre 2020 l’Arménie a été de nouveau attaquée par l’Azerbaïdjan qui lui a pris une partie du haut Karabagh.

Aujourd’hui, on compte 8 millions de chrétiens arméniens dans le monde, majoritairement apostoliques mais aussi catholiques et évangéliques. En Arménie, ils représentent 98% de la population. Ce parcours didactique et largement illustré nous entraîne aux sources d’une histoire nationale, à la rencontre d’un peuple et d’une culture toujours bien vivante.

Une invitation aussi à mieux connaître l’Œuvre d’Orient et ses missions, aux côtés des évêques, des prêtres et des communautés religieuses d’Arménie et des paroisses arméniennes dans tout le Moyen-Orient depuis plus d’un siècle.

Le Pape reçoit les prêtres de Saint-Louis-des-Français de Rome

Lundi 7 juin 2021, recevant, en audience les prêtres du Collège Saint-Louis-des-Français de Rome, le Pape les a invités à former une communauté « où se respire l’air de la joie et de la tendresse », à concevoir leur actuelle formation universitaire comme une préparation pour annoncer l’Évangile au sein des réalités qui les attendent.

Vatican News

À la vingtaine de prêtres étudiants membres de la communauté actuellement, le Saint-Père a proposé de redécouvrir la figure de saint Joseph, «homme de foi», «modèle de fidélité et d’abandon» dont l’exemple appelle à «revenir à l’expérience des actes simples de l’accueil, de la tendresse, du don de soi».

Dans la vie communautaire, a-t-il poursuivi, «il y a toujours la tentation de créer des petits groupes fermés, de s’isoler, de critiquer et de parler mal des autres, de se croire supérieur, plus intelligent. Et cela nous guette tous ! Ce n’est pas bien ! Que vous puissiez toujours vous accueillir les uns les autres comme un don. Dans une fraternité vécue dans la vérité, la sincérité des relations et une vie de prière nous pouvons former une communauté où se respire l’air de la joie et de la tendresse

Être attentif aux personnes

Et François de revenir sur la figure même du prêtre, «l’homme qui (…) distille le goût de Dieu autour de lui et donne l’espérance aux cœurs troublés». Certes, les études suivies par les pensionnaires de Saint-Louis-des-Français les «forgent à mieux apprécier la réalité» dans laquelle ils seront appelés à annoncer l’Évangile ; cependant le Pape leur rappelle qu’ils n’iront pas sur le terrain «pour appliquer les théories sans prendre en considération le milieu» dans lequel ils se trouvent, ainsi que les personnes qui leur sont confiées.

«Je vous souhaite d’être des pasteurs “avec l’odeur de leurs brebis”, des personnes capables de vivre, de rire et de pleurer avec votre peuple (…) Dépouillez-vous de vous-mêmes, de vos idées préconçues, de vos rêves de grandeur, de votre auto affirmation pour mettre Dieu et les personnes au centre de vos préoccupations quotidiennes», leur a-t-il lancé car un sacerdoce vécu hors du peuple de Dieu n’est pas catholique ni même chrétien. Et pour mettre le Peuple de Dieu au centre, il faut être des pasteurs, a encore insisté le Pape.

Les enjoignant enfin à avoir toujours de grands horizons, à rêver d’une Église servante, à ne pas avoir peur de risquer et à rester ancrés dans le Christ, l’évêque de Rome a conclu son allocution par une invitation à cultiver la reconnaissance au Seigneur «pour ce que vous êtes les uns pour les autres» ; c’est en effet la reconnaissance qui permet «de maintenir allumée la flamme de l’espérance dans les moments de découragement, de solitude et d’épreuves».

Nous avons recueilli au terme de cette rencontre la réaction du recteur de Saint-Louis-des-Français, Mgr Laurent Bréguet:

 

Les remerciements au père Landousies

À l’occasion de cette audience, le Pape a chaleureusement salué le père Jean Landousies, qui quittera à la fin du mois de juin sa charge de responsable de la Section française au sein de la Secrétairerie d’État. Le religieux lazariste, qui a longtemps vécu en Algérie, est entré au service de la Secrétairerie d’État en 1995. Sous le pontificat du Pape François, il a notamment servi d’interprète lors des visites de chefs d’État francophones.

Le Pape saluant Mgr Jean Landousies, responsable de la Section française de la Secrétairerie d’État.

Chapelet médité : église St Paul

Samedi  5 juin à 17h00  à l’église Saint Paul de Rochefort

Nous prierons le Cœur Immaculé de Marie pour nos familles ; que Celle-ci les garde de la discorde ; qu’Elle les protège de tous les dangers spirituels et corporels et accorde aux éprouvés la consolation,
Par l’intercession de Saint Joseph, nous demanderons aussi, au Sacré-Cœurfournaise ardente d’amour et de miséricorde, de protéger notre France et de la faire revenir à elle, selon les promesses faites à sainte Marguerite-Marie, à Paray-le-Monial.

                                               *************
En effet, le 27 décembre 1673, devant le Saint Sacrement, Jésus dit à Sœur Marguerite-Marie: “Mon divin Cœur est si passionné d’amour pour les hommes… que, ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu’il les répande et qu’il se manifeste à eux pour les enrichir de ses précieux trésors, qui contiennent les grâces sanctifiantes et salutaires pour les retirer de l’abîme de perdition”.
Ces révélations seront à l’origine de la dévotion du 1er vendredi du mois et de l’Heure sainte (une heure de prière dans la nuit du jeudi au vendredi, en union avec Jésus au Jardin de Gethsémani :”Dans la solitude amère du Jardin des Oliviers, le Seigneur, broyé par la souffrance, vécut les paroles du psalmiste : « J’espérais la compassion mais en vain ; des consolateurs, je n’en ai pas trouvé » Ps 69,21 “).

Jésus promit que là où l’image de son Cœur serait exposée pour être honorée, Il répandrait ses grâces, et Il indiqua “que cette dévotion était comme un dernier effort de son Amour qui voulait favoriser les hommes, en ces derniers siècles de cette rédemption amoureuse, pour les retirer de l’emprise de Satan”.
C’est en 1689 que le Christ demanda la Consécration du roi et du royaume de France à son Cœur Sacré ainsi que la représentation de ce Cœur sur les étendards du royaume pour que le monde et l’Église connaissent la paix ; cette demande est à l’origine des petits drapeaux du Sacré-Cœur, qui se développèrent, à partir de 1917 (au moment le plus sombre de la Grande Guerre) et jusqu’à aujourd’hui.

******************

Mois de juin

C’est le mois consacré au Sacré-Cœur
Vertu recommandée : l’abandon à la volonté divine.

Les grandes fêtes du mois :

  • Dimanche 6   : “FÊTE-DIEU” ou fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Seigneur.
  • Vendredi 11 : Fête du Sacré-Cœur de Jésus 
  • Samedi   12  : Fête du Cœur Immaculé de Marie
  • 24 juin St JEAN-BAPTISTE en sa Nativité ; Jean le Baptiste est le seul saint (mis à part le Christ Jésus et la Très Sainte Vierge) dont on fête non seulement la mort mais aussi la naissance ; on a appelé ce jour, la Noël d’été, que l’on fête aussi par les “feux de la St Jean” ; Jean est le dernier prophète de l’Ancien Testament, le Précurseur du Messie et de la Nouvelle Alliance.

Les grands Saints et Saintes du mois :

  • 2 juin  :  Sainte Blandine, St Pothin évêque et leurs compagnons, martyrs de Lyon en l’an 177.
  • 3 juin  Saint Charles Lwanga et ses 21 compagnons martyrs en Ouganda en 1886 ; martyrs de la chasteté. Chef des jeunes pages à la Cour du roi Mwanga, il refusa, au nom de sa foi chrétienne, de satisfaire les désirs pervers du roi ; lui et tous ses jeunes amis, longuement torturés, furent condamnés enfin à être brûlés vifs à petit feu.

Le plus jeune, Kizito, avait 13 ans ; il demanda à son aîné, Charles Lwanga : « Donne-moi la main : j’aurai moins peur ». Tous les deux ont été proclamés Saints Patrons de la jeunesse africaine.

Un autre, arrivant au lieu du supplice, déclara : « C’est ici que nous verrons Jésus ! ».

  • 4 juin   :  Sainte Clotilde ; reine des Francs, elle aida Saint Rémi à convertir Clovis, son mari ; ainsi, les rois de France allaient mériter, de la part des Souverains Pontifes, un titre qui allait devenir leur fierté jusqu’à Louis XVI : “Fils aîné de l’Eglise“. 
  • 13 Juin  : Saint Antoine de Padoue (né en 1195). “Docteur de l’Eglise”, Portugais d’origine, de son nom de baptême Fernand ; entré chez les “Frères mineurs” (ou “Franciscains”), il prend le nom d’Antoine ; il veut aller évangéliser les musulmans du Maroc au risque du martyre mais tombe gravement malade ; son navire dérive vers la Sicile et il se retrouve en Italie ; en 1221, il rencontre à Assise le Poverello Saint François. Un jour, on l’oblige à remplacer au pied levé un prédicateur malade : il devient alors extraordinairement célèbre ; on l’envoie prêcher d’un bout à l’autre de l’Italie et des régions de France rongées par l’hérésie cathare. Épuisé, il décède à Padoue à l’âge de 36 ans, en 1231.

On raconte que, prêchant dans la région cathare de Rimini, sur l’Adriatique, Antoine ne trouva personne à qui s’adresser. Il parcourait la ville en priant… Les églises étaient vides, les rues et les places aussi… Personne ne semblait s’apercevoir de sa présence. Alors qu’il arrivait au bord de la mer, il se pencha vers les eaux et pleura ; il commença alors à prêcher aux poissons : “Venez à moi, poissons de la mer, venez entendre la parole de Dieu à la place de ces hommes qui la refusent !“. Et les poissons seraient arrivés par centaines, par milliers… Sa réputation de sainteté était tellement immense qu’il fut canonisé 1 an seulement après sa mort !

  • 21 juin  St. Louis de Gonzague, “lys de délicatesse et de pureté” ; il est le saint patron des jeunes adolescents.

A Florence, il fait sa première communion avec St Charles Borromée ; parti à Rome pour devenir Jésuite, il devient élève de St Robert Bellarmin ; il a 17 ans En 1591, il a 23 ans ; la peste ravage Rome ; Louis se dévoue auprès des malades ; prenant un malade sur ses épaules pour le conduire à l’hôpital, il contracte la maladie ; pestiféré à son tour, il meurt, dans l’allégresse, en s’écriant : “Quel bonheur !“.

  •  22 juin  St Thomas More, laïc, chancelier d’Angleterre mais qui préféra le martyre à l’acceptation du divorce et du schisme d’Henri VIII (un film admirable, Un homme pour l’éternité, raconte sa résistance, à lui qui avait grand-peur de résister à son roi).
  • 29 juin  : Les saints Apôtres PIERRE et PAUL, les deux “colonnes de l’Église” une, sainte, catholique et apostolique, protecteurs du Souverain Pontife.