Chapelet médité : église St Paul

Samedi  5 juin à 17h00  à l’église Saint Paul de Rochefort

Nous prierons le Cœur Immaculé de Marie pour nos familles ; que Celle-ci les garde de la discorde ; qu’Elle les protège de tous les dangers spirituels et corporels et accorde aux éprouvés la consolation,
Par l’intercession de Saint Joseph, nous demanderons aussi, au Sacré-Cœurfournaise ardente d’amour et de miséricorde, de protéger notre France et de la faire revenir à elle, selon les promesses faites à sainte Marguerite-Marie, à Paray-le-Monial.

                                               *************
En effet, le 27 décembre 1673, devant le Saint Sacrement, Jésus dit à Sœur Marguerite-Marie: “Mon divin Cœur est si passionné d’amour pour les hommes… que, ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu’il les répande et qu’il se manifeste à eux pour les enrichir de ses précieux trésors, qui contiennent les grâces sanctifiantes et salutaires pour les retirer de l’abîme de perdition”.
Ces révélations seront à l’origine de la dévotion du 1er vendredi du mois et de l’Heure sainte (une heure de prière dans la nuit du jeudi au vendredi, en union avec Jésus au Jardin de Gethsémani :”Dans la solitude amère du Jardin des Oliviers, le Seigneur, broyé par la souffrance, vécut les paroles du psalmiste : « J’espérais la compassion mais en vain ; des consolateurs, je n’en ai pas trouvé » Ps 69,21 “).

Jésus promit que là où l’image de son Cœur serait exposée pour être honorée, Il répandrait ses grâces, et Il indiqua “que cette dévotion était comme un dernier effort de son Amour qui voulait favoriser les hommes, en ces derniers siècles de cette rédemption amoureuse, pour les retirer de l’emprise de Satan”.
C’est en 1689 que le Christ demanda la Consécration du roi et du royaume de France à son Cœur Sacré ainsi que la représentation de ce Cœur sur les étendards du royaume pour que le monde et l’Église connaissent la paix ; cette demande est à l’origine des petits drapeaux du Sacré-Cœur, qui se développèrent, à partir de 1917 (au moment le plus sombre de la Grande Guerre) et jusqu’à aujourd’hui.

******************

Mois de juin

C’est le mois consacré au Sacré-Cœur
Vertu recommandée : l’abandon à la volonté divine.

Les grandes fêtes du mois :

  • Dimanche 6   : “FÊTE-DIEU” ou fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Seigneur.
  • Vendredi 11 : Fête du Sacré-Cœur de Jésus 
  • Samedi   12  : Fête du Cœur Immaculé de Marie
  • 24 juin St JEAN-BAPTISTE en sa Nativité ; Jean le Baptiste est le seul saint (mis à part le Christ Jésus et la Très Sainte Vierge) dont on fête non seulement la mort mais aussi la naissance ; on a appelé ce jour, la Noël d’été, que l’on fête aussi par les “feux de la St Jean” ; Jean est le dernier prophète de l’Ancien Testament, le Précurseur du Messie et de la Nouvelle Alliance.

Les grands Saints et Saintes du mois :

  • 2 juin  :  Sainte Blandine, St Pothin évêque et leurs compagnons, martyrs de Lyon en l’an 177.
  • 3 juin  Saint Charles Lwanga et ses 21 compagnons martyrs en Ouganda en 1886 ; martyrs de la chasteté. Chef des jeunes pages à la Cour du roi Mwanga, il refusa, au nom de sa foi chrétienne, de satisfaire les désirs pervers du roi ; lui et tous ses jeunes amis, longuement torturés, furent condamnés enfin à être brûlés vifs à petit feu.

Le plus jeune, Kizito, avait 13 ans ; il demanda à son aîné, Charles Lwanga : « Donne-moi la main : j’aurai moins peur ». Tous les deux ont été proclamés Saints Patrons de la jeunesse africaine.

Un autre, arrivant au lieu du supplice, déclara : « C’est ici que nous verrons Jésus ! ».

  • 4 juin   :  Sainte Clotilde ; reine des Francs, elle aida Saint Rémi à convertir Clovis, son mari ; ainsi, les rois de France allaient mériter, de la part des Souverains Pontifes, un titre qui allait devenir leur fierté jusqu’à Louis XVI : “Fils aîné de l’Eglise“. 
  • 13 Juin  : Saint Antoine de Padoue (né en 1195). “Docteur de l’Eglise”, Portugais d’origine, de son nom de baptême Fernand ; entré chez les “Frères mineurs” (ou “Franciscains”), il prend le nom d’Antoine ; il veut aller évangéliser les musulmans du Maroc au risque du martyre mais tombe gravement malade ; son navire dérive vers la Sicile et il se retrouve en Italie ; en 1221, il rencontre à Assise le Poverello Saint François. Un jour, on l’oblige à remplacer au pied levé un prédicateur malade : il devient alors extraordinairement célèbre ; on l’envoie prêcher d’un bout à l’autre de l’Italie et des régions de France rongées par l’hérésie cathare. Épuisé, il décède à Padoue à l’âge de 36 ans, en 1231.

On raconte que, prêchant dans la région cathare de Rimini, sur l’Adriatique, Antoine ne trouva personne à qui s’adresser. Il parcourait la ville en priant… Les églises étaient vides, les rues et les places aussi… Personne ne semblait s’apercevoir de sa présence. Alors qu’il arrivait au bord de la mer, il se pencha vers les eaux et pleura ; il commença alors à prêcher aux poissons : “Venez à moi, poissons de la mer, venez entendre la parole de Dieu à la place de ces hommes qui la refusent !“. Et les poissons seraient arrivés par centaines, par milliers… Sa réputation de sainteté était tellement immense qu’il fut canonisé 1 an seulement après sa mort !

  • 21 juin  St. Louis de Gonzague, “lys de délicatesse et de pureté” ; il est le saint patron des jeunes adolescents.

A Florence, il fait sa première communion avec St Charles Borromée ; parti à Rome pour devenir Jésuite, il devient élève de St Robert Bellarmin ; il a 17 ans En 1591, il a 23 ans ; la peste ravage Rome ; Louis se dévoue auprès des malades ; prenant un malade sur ses épaules pour le conduire à l’hôpital, il contracte la maladie ; pestiféré à son tour, il meurt, dans l’allégresse, en s’écriant : “Quel bonheur !“.

  •  22 juin  St Thomas More, laïc, chancelier d’Angleterre mais qui préféra le martyre à l’acceptation du divorce et du schisme d’Henri VIII (un film admirable, Un homme pour l’éternité, raconte sa résistance, à lui qui avait grand-peur de résister à son roi).
  • 29 juin  : Les saints Apôtres PIERRE et PAUL, les deux “colonnes de l’Église” une, sainte, catholique et apostolique, protecteurs du Souverain Pontife.