Découverte de la ruche paroissiale

Samedi 30 avril 2022 dès 9h30 dans l’église Notre Dame, plus de 70 bénévoles ont été conviés,  par le père Mickaël Le Nézet curé,  afin de les remercier pour le travail qu’ils accomplissent en remplissant la mission qui leur a été confiée,
Cette réunion, a été ouverte par Blandine Vernier (membre de l’équipe pastorale ) qui  a  lu le texte qu’elle a écrit, riche en anecdotes, celui-ci montre les différentes tâches exécutées au sein de notre Église locale, par les bénévoles.
**********************************
Ce matin-là, elle avait besoin de pousser la porte de l’église de son quartier pour venir déposer un cierge et trouver un instant de répit dans ce lieu qu’elle fréquente parfois. Elle a été touchée par les fleurs joliment mises et les chaises alignées. C’était apaisant, c’est ce qu’elle était venu chercher. Elle se demandait si un jour elle ne demanderait pas à être baptisée, on lui avait dit que c’était possible pour les adultes.
Ils étaient arrivés un peu essoufflés ce dimanche-là. Ils avaient eu du mal à se garer ne connaissant pas la ville. Ils étaient en vacances pour quelques jours dans la région. Ils avaient trouvé les informations sur la messe dominicale grâce au site de la paroisse. Sur le seuil de l’église attendaient deux personnes qui leur souhaitèrent la bienvenue en leur donnant la feuille de chants et en leur indiquant qu’était proposé pour leurs jeunes enfants un temps d’éveil à la foi. Quel accueil !
Ce jour-là, ils sont venus ensemble au secrétariat de la paroisse, c’était important ils venaient demander comment ils devaient procéder pour se marier à l’Église. L’échange qu’ils ont eu les a rassurés, un sourire, une personne à contacter, ils allaient pouvoir s’organiser !
Premier jour des vacances, son petit- fils revient du caté-vacances. Il appelle sa grand-mère à laquelle il explique ce qu’il a vécu. Elle est surprise de découvrir cette nouvelle formule et trouve pertinent cette proposition, surtout que son petit-fils a l’air ravi !
Ce soir-là en sortant de son travail, timidement elle a franchi le seuil du secrétariat paroissial, elle avait cherché l’adresse sur internet. Elle venait demander si leur premier enfant pourrait être baptisé au printemps. Ensuite elle a été recontactée, ils seraient accueillis, son compagnon et elle, par un couple qui les accompagnerait, c’était chaleureux, elle qui appréhendait tant !
Il faisait si sombre ce matin-là, même le temps avait accompagné le départ de son papa. Les lumières étaient déjà allumées, une musique emplissait toute l’église. Son fils avait respecté ses volontés, lui qui parlait tant de son Dieu. Il avait été surpris de voir combien ses propos recueillis quelques jours plus tôt pour préparer les obsèques de son père étaient ajustés aux textes choisis. Il avait même ressenti une certaine paix dans cette église. Peut-être qu’il y reviendrait.
Quand elle leur a proposé de venir boire un verre le vendredi suivant, ses collègues étaient partantes mais quand elle leur a dit que ce serait au Catholic’s pub, de l’espace Paul VI, là elles ont posé des questions ! Elle les a rassurées, ce n’était pas un lieu réservé aux catholiques bien au contraire et on ne leur demanderait pas si elles étaient baptisées à l’entrée ! Alors pourquoi ne pas essayer ?
Il vient toujours quelques minutes avant le début de la messe, cela lui permet de prier mais surtout il aime entendre les répétitions des musiciens et des animateurs de chant, quels qu’ils soient. Il n’a jamais su chanter, cependant il aime la musique et pouvoir prier avec ces chants l’aide au recueillement et à la communion avec tous les autres paroissiens.
Dimanche 11h. Lui entend les cloches sonner, mais elle ne les entend plus, c’est trop loin. Tous deux savent que les paroissiens vont se réunir, pour être ensemble. Eux ne peuvent plus assister à la messe dominicale. Cependant dans quelques jours, ils recevront la visite de l’un ou l’une de ces paroissiens et cela leur fera tellement chaud au cœur de savoir que l’on continue à prendre soin d’eux.
C’est son copain qui lui avait parlé des après-midis qu’il passait dans un local au Petit Marseille tous les mercredis. Il semblait tellement heureux quand il en parlait: de l’aide aux devoirs mais aussi des jeux avec des gens très attentionnés et souriants. Alors un mercredi il a osé il est venu !
Les journées sont longues ici. Souvent elles se ressemblent, il a un calendrier où il a noté des dates où sont célébrées les messes. Il se souvient de celle de Noël, cela l’avait bouleversé. Lui qui pense qu’en prison il ne mérite plus la visite du Christ.
Dans la cuisine du presbytère, elle s’affaire. C’est le jour où elle vient préparer de bons petits plats pour les prêtres. Permettre un temps de partage autour d’un bon repas, c’est le début de la fraternité !
Ils sont discrets mais indispensables ! Gérer le fonctionnement d’une paroisse c’est permettre que la comptabilité soit faite, anticiper les dépenses et veiller à ce que les commandes soient passées. Chaque lundi est effectué le décompte des quêtes; elle est importante la générosité des fidèles, merci à eux. Même, et surtout, pour la piécette de la pauvre veuve du Temple.
Le dimanche, ils sont présents à la messe parce qu’on est venu les chercher et qu’ils seront raccompagnés chez eux après. Il y a ce lien qui s’est tissé au fil des rencontres, en partageant la Parole et l’amitié dans leur quartier Libération.
Parfois ils pensent à la première équipe, celle qui a marché aux côtés du Christ et ils se disent qu’à leur manière, en essayant d’être à l’écoute des besoins de la communauté, ils contribuent à transmettre encore son message et bâtir son Royaume, en tout cas tel est leur souhait.
Il s’appelle Jacques, Bernard, Vincent, Thierry, … elle s’appelle Nicole, Pauline, Gabrielle, Géraldine, … ils sont mariés, célibataires, veufs, divorcés, adultes ou enfants et un jour ils ont franchi le seuil de l’Église. L’Église a pris un visage pour chacun d’eux parce que l’un de vous, l’une de vous était là pour les accueillir les entendre dans leurs joies, leurs peines, leurs questions.
********************************
Un buffet bien fourni a permis aux bénévoles et aux assistants, qui ne savent pas toujours, qui fait quoi et où, de se connaître, et, peut-être, de penser à un nouvel engagement.
Photos du père Mickaël
.”