Ordination sacerdotale d’Eric et de Sam

 Eric Ndikubwayo et Joseph Marie Vo Ta Sam seront ordonnés prêtres,

le 20 juin à 10h à la Cathédrale Saint-Louis de La Rochelle, par Monseigneur Georges Colomb 

Dans l’action de grâce, nous confierons Sam, Eric, ainsi que  tous les futurs prêtres, à la miséricorde de Dieu et à la protection de la Vierge Marie.

Les entrées étant limitées par mesure sanitaire, il convient de   réserver sa place au 05.46.99.03.11 ou par mail : paroissederochefort@gmail.com

Ceux qui désirent participer au cadeau qui sera  offert aux deux nouveaux prêtres, à savoir les rituels nécessaires pour exercer leur ministère, peuvent s’adresser au presbytère St Louis 102 rue P. Loti ( téléphone et mail ci-dessus)

Eric NDIKUBWAYO
Eric NDIKUBWAYO

Diacre, né en 1990 au Rwanda, à été formé en partie au Rwanda puis au Cameroun à l’université catholique d’Afrique Centrale, de spiritualité carmélitaine. Arrivé en France en 2017 dans le diocèse de La Rochelle et Saintes, il a été nommé à Rochefort pour son stage pastoral, où il est :

  • Co-responsable du Secours Catholique
  • Accompagnateur des jeunes professionnels.
  • Responsable de la préparation au baptême des enfants non scolarisés (de 3 à 7 ans)

Eric célébrera sa 1ère messe le dimanche 21 juin 202 à 18h à l’église Notre Dame

Joseph Marie Vo Ta Sam
Sam en tablier de service

Né au Vietnam en 1984, au sein  d’une famille pratiquante de 11 enfants,  il a 3 sœurs religieuses. Après son bac il est entré dans une fraternité missionnaire située au sud du pays où il a appris le français. Depuis sa plus tendre enfance il veut être prêtre. A l’âge de 30 ans, il s’est rendu à Lisieux, où il est rentré au séminaire :”Notre Dame de vie”  . En 2017 il arrive dans le diocèse de La Rochelle et Saintes, il sera nommé par Mgr Georges Colomb, en stage pastoral, à Rochefort .

Voici une prière de sainte Thérèse de Lisieux qu’il redit souvent:

“Je veux, Ô mon bien aimé, à chaque battements de mon coeur, vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois, jusqu’à ce que les ombres s’étant évanouies, je puisse vous redire mon amour dans un face à face éternel -Amen-” 

Sam célébrera  sa 1ère messe le Dimanche 21 juin 2020 à 11h au sanctuaire de l’île Madame à Port des Barques.

Par ailleurs, Mgr Colomb ordonnera prêtres pour le service de Dieu, de l’Eglise et des hommes :  Brice Degbey et Jean-Eudes Blandin de Chalain le 27 juin à 10 h à la cathédrale Saint-Pierre de Saintes

Le diocèse rend grâce pour ce don de Dieu et prie pour ses futurs prêtres

Nombre de prêtres en France

En 2009 le nombre de prêtres en France était de 19 000. En 1990, il y en avait 32 300. Le nombre de prêtres en France a beaucoup diminué, car il y a moins d’ordination de prêtres. En 2016, on comptait un peu moins de 16 000 prêtres en France, nombre en baisse de 600 à 650 chaque année en raison des 700 à 800 décès annuels.

Définition du prêtre

Chrétien qui, par l’imposition des mains au moment de l’ordination par l’évêque, reçoit la mission de rendre présent le Christ parmi les hommes, en célébrant l’eucharistie, en pardonnant les péchés, en instruisant et guidant le peuple qui lui est confié.

L’ordination des prêtres

1. Quel est le sens de l’ordination sacerdotale ?

L’ordination presbytérale est la célébration au cours de laquelle le prêtre reçoit de l’évêque le “sacrement de l’ordre”.
Par l’ordination, le nouveau prêtre reçoit le caractère sacerdotal « qui le configure au Christ Prêtre pour le rendre capable d’agir en la personne du Christ Tête » (Presbyterorum ordinis, n.2) ; il s’agit d’une marque ineffaçable, au même titre que le baptême. Appelés à servir le peuple de Dieu, les prêtres constituent un seul « presbyterium » : la communauté des prêtres d’un diocèse unis à leur évêque.

L’ordination sacerdotale est la célébration où le prêtre reçoit de l’évêque le sacrement que l’on appelle “sacrement de l’ordre” au degré de prêtre. Par l’ordination, le nouveau prêtre reçoit le caractère sacerdotal qui est une marque ineffaçable comme le caractère baptismal. Il entre aussi dans le “presbyterium” qui est la communauté des prêtres d’un diocèse unis à leur évêque.

2. Que nous apporte l’assistance à une cérémonie d’ordination ?

La cérémonie d’ordination nous fait participer intensément à une expérience spirituelle et à une expérience d’Église.

Après un dialogue entre l’évêque et chaque ordinand vient la promesse d’obéissance à l’évêque. L’assemblée chante la litanie des saints pendant laquelle les ordinands sont prosternés face contre terre devant l’autel. Puis c’est l’imposition des mains, signe du don de l’Esprit. L’évêque et les prêtres viennent successivement imposer les mains aux ordinants.

Enfin la prière de l’ordination est dite par l’évêque, tous les prêtres levant la main pendant ce temps.
L’ordination est suivie de rites complémentaires : chaque ordinand reçoit les vêtements sacerdotaux (l’étole et la chasuble). Il est marqué du saint Chrême sur les paumes, en signe de consécration par l’évêque qui lui remet la patène et le calice, lui donne le baiser de paix qu’il transmet à tous les prêtres. Les nouveaux prêtres concélèbrent la messe.

3. Comment se déroule une cérémonie d’ordination d’un prêtre ?

Présentation et appel des candidats – L’évêque les appelle et ils répondent “Me voici”. Les futurs prêtres peuvent être présentés par le responsable des vocations ou par un prêtre du séminaire.

Liturgie de la Parole – Lectures et homélie de l’évêque

L’ordination proprement dite – Après un dialogue entre l’évêque et chaque ordinand et sa promesse d’obéissance à l’évêque, on chante la litanie des saints pendant laquelle les ordinands sont prosternés face contre terre devant l’autel (signe de leur disponibilité à l’action de Dieu en eux). Puis c’est l’imposition des mains, signe du don de l’Esprit Saint. L’évêque et les prêtres viennent successivement imposer les mains aux ordinants. Enfin la prière de l’ordination est dite par l’évêque, tous les prêtres peuvent garder la main droite levée pendant ce temps.

Les rites complémentaires – L’ordination est suivie des rites complémentaires. Chaque ordinand reçoit les vêtements sacerdotaux (l’étole presbytérale et la chasuble). L’évêque lui fait une onction de saint chrême, qui a été consacré à la messe chrismale, sur la paume des mains (signe de consécration), lui remet le pain sur la patène et le calice contenant le vin et l’eau mélangés et lui donne un baiser fraternel qu’il reçoit aussi de tout ou partie des prêtres.

Les nouveaux prêtres concélèbrent la messe

Le lendemain, chaque prêtre célèbre une première messe.

4. Que peut on faire quand on participe à une cérémonie d’ordination ?

On peut recevoir la bénédiction du nouveau prêtre. En effet après la cérémonie, il donne sa première bénédiction à tous ceux qui le désirent. On peut aussi participer à un cadeau. Souvent les amis et la famille du jeune prêtre se cotisent pour offrir un cadeau : un calice, une aube, une étole…

Le sacrement de l’ordre (ou ordination)

1. Quelle est la nature du sacrement de l’ordre ?

Le sacrement de l’ordre est un des sept sacrements. Pour comprendre le sacrement de l’ordre, il faut le situer par rapport au sacrement de baptême. Grâce au Baptême, tous les baptisés participent au Sacerdoce du Christ. Cette participation s’appelle “sacerdoce commun des fidèles”. En effet, comme le dit saint Pierre, toute l’Église est un peuple de prêtres, un peuple sacerdotal.(1 Pierre 2, 5.9). Ceux qui reçoivent le Sacrement de l’Ordre sont consacrés pour servir au nom et en la personne du Christ-Tête au milieu de la communauté. Le sacerdoce ministériel diffère du sacerdoce commun des fidèles, parce qu’il confère un pouvoir sacré au milieu de la communauté.

Nom du sacrement de l’ordre – Les théologiens appellent ce sacrement ” sacrement de l’ordre “. On peut dire aussi ” sacrement de l’ordination ” expression qui est plus claire pour les non initiés. Le mot Ordre, dans l’antiquité romaine, désignait des corps constitués au sens civil, surtout le corps de ceux qui gouvernent. Ordination désigne l’intégration dans un ordre, l’ordre des évêques, l’ordre des prêtres, l’ordre des diacres, qui va au delà d’une simple élection, désignation, délégation ou institution par la communauté, car elle confère un don du Saint-Esprit permettant d’exercer un ” pouvoir sacré ” qui ne peut venir que du Christ lui-même, par son Église.

Les degrés du sacrement de l’ordre – Le sacrement de l’ordre comporte trois degrés : le diaconat, le presbytérat et l’épiscopat qui concernent l’ordination des diacres, des prêtres et des évêques. Les prêtres sont institués pour être collaborateurs des évêques, associés à eux dans la fonction sacerdotale au service du peuple de Dieu. Les diacres sont institués pour aider l’évêque et ses prêtres, avec charité et simplicité de cœur. Il y a l’ordination diaconale, presbytérale et épiscopale.

2. Quel est la nature du “presbytérat” (ce qui constitue le prêtre) ?

La compréhension du presbytérat a progressé avec le concile Vatican II. Le concile de Trente qui devait combattre les erreurs protestantes, parle du sacerdoce comme pouvoir de consacrer, d’offrir et d’administrer le Corps et le Sang de Jésus, ainsi que de remettre et de retenir les péchés.

Le concile Vatican II reprend cet enseignement. Il situe le presbytérat par rapport à l’épiscopat : le presbytérat est une participation à l’ordre épiscopal et à sa mission d’enseigner, de sanctifier et de gouverner. Le prêtre a aussi pour mission d’annoncer la Parole de Dieu et de faire paître le peuple de Dieu. Cette conception a beaucoup de conséquences sur la manière d’exercer le ministère presbytéral.

 

Qui est Pauline Jaricot (1799-1862)

La Vatican a annoncé le 27 mai, la reconnaissance d’un miracle attribué à la vénérable Pauline Jaricot, fondatrice de l’œuvre catholique de la Propagation de la foi, à l’origine des Œuvres pontificales missionnaires (OPM).

Son directeur pour la France, Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes, revient sur l’importance de cette figure de la mission..

Le pape François a ouvert cette semaine la voie à la béatification prochaine de la Française Pauline Jaricot. Le directeur des Œuvres pontificales missionnaires (OPM) et ancien supérieur général des Missions étrangères de Paris (MEP), Mgr Georges Colomb, revient pour Aleteia sur cette « grande nouvelle ». Selon lui, « Pauline Jaricot a donné en héritage aux OPM l’image d’une femme active, d’une femme de prière, pleine d’intuition et combative. »

Il se réjouit d’une béatification prochaine, qui va sans aucun doute « réveiller l’esprit missionnaire ».

Aleteia : Que représente la béatification prochaine de la vénérable Pauline Jaricot pour toute la branche missionnaire de l’Église ?


Mgr Georges Colomb :
 cette béatification est vraiment une grande joie et une grande nouvelle, en particulier pour tous ceux qui bénéficient de l’aide des missionnaires, tous ceux qui sont attachés à la mission, et pour les prêtres qui sont eux-mêmes en ce moment dans des pays de mission.

C’est la reconnaissance de la foi active et du dynamisme missionnaire d’une jeune fille qui est née à la fin du XIXe, et qui, pour son époque, était un petit génie. On trouve chez elle à la fois des préoccupations sociales, et le grand désir d’annoncer Jésus-Christ, que l’on retrouve chez tant d’autres missionnaires.

La vie de Pauline Jaricot, c’est aussi la démonstration qu’on peut contribuer à la vie missionnaire d’une manière magnifique tout en étant à Lyon, à Paris ou à La Rochelle.

Nutravya: Problèmes intestinaux? Faites ceci chaque matin (Publicité)Même si elle-même n’est jamais partie en mission, elle a mis en place en France des institutions qui aident à la mission et qui ont fait leurs preuves. La vie de Pauline Jaricot, c’est aussi la démonstration qu’on peut contribuer à la vie missionnaire d’une manière magnifique tout en étant à Lyon, à Paris ou à La Rochelle. La béatification prochaine de Pauline Jaricot est un grand encouragement donné à tous ceux qui soutiennent la mission.

Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes.

En quoi l’œuvre de Pauline Jaricot en faveur de la mission a-t-elle eu une fécondité incontestable ?
La vie de Pauline Jaricot a eu une fécondité matérielle évidente, car elle avait un esprit d’entrepreneur. Chaque année, l’œuvre des OPM, dont elle est l’inspiratrice, collecte environ 200 millions d’euros pour les pays de mission les plus pauvres. Cela fait presque 200 ans que les OPM existent, ce n’est pas rien ! Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, de très nombreux missionnaires sont partis de France : jusqu’en 1914, presque deux missionnaires sur trois dans le monde étaient français. Ce n’est certainement pas la seule influence de Pauline Jaricot, mais elle y a joué son rôle.

Quel héritage a laissé Pauline Jaricot aux OPM ?
Pauline Jaricot a laissé aux OPM l’héritage d’une jeune fille qui est une femme de prière, active, pleine d’intuition, et qui est combative. Sa vie n’a pas été un long fleuve tranquille, loin de là… Elle a vécu la période du développement industriel à outrance, avec ces gens qui quittaient les campagnes françaises pour aller en ville, et qui vivaient dans des conditions difficiles. Elle s’est également intéressée à la question sociale, au sort des ouvriers.

Elle a créé la « Banque du ciel », persuadée que la conversion des travailleurs passait par le respect de leur dignité.

Elle était vraiment une femme de son temps. Elle s’est intéressée au sort des prostitués, elle a créé la « Banque du ciel », persuadée que la conversion des travailleurs passait par le respect de leur dignité. C’est quelqu’un qui était extrêmement pragmatique, et qui était en avance sur son temps. Pauline Jaricot est une femme qui a mis l’Évangile et le Christ au centre de sa vie.

La prochaine béatification de Pauline Jaricot peut-elle donner un nouvel élan à la dimension missionnaire de l’Église ?

Maison de Lorette à Lyon


Oui bien sûr, c’est en tout cas ce que j’espère. Aujourd’hui, il y en a grand besoin de vocations de jeunes qui répondent à l’appel du Seigneur pour notre pays, mais aussi pour des pays de mission. La catholicité de l’église se vit dans cette rencontre entre des prêtres du pays et des prêtres qui viennent d’ailleurs. On peut penser que cette béatification va réveiller l’esprit missionnaire, et on ne peut que s‘en réjouir.

Pour mieux connaître la vie de Pauline Jaricot et prier avec elle,

Cliquez ici

 

 

 

Dialogue contemplatif

Le jeudi 11 juin  de 20h15 à 21h15 en salle paroissiale codée, 65 ter rue Voltaire, venez goûter à un temps d’écoute et de contemplation de la Bible en petit groupe.

Dialogue” car c’est ensemble que nous allons dialoguer avec la Parole de Dieu. Il s’agit plus de se mettre à l’écoute les uns des autres pour ensemble entrer en dialogue avec le Seigneur que de se parler les uns aux autres.

Contemplatif” car, au cours de ce temps de prière, je vais me laisser toucher  par la Parole du Seigneur, avec l’aide de mes frères et sœurs. Je vais aussi contempler la manière dont le Seigneur parle au cœur de celles et ceux qui prient avec moi.

> Rens. Dominique GUIOT, ☏ 06.08.89.41.46 – d.guiot17@gmail.com

Chapelet pour “prier et faire prier pour les défunts”

Rendez-vous dans la chapelle Notre Dame de Lourdes à l’église St Louis,  pour un chapelet pour “prier et faire prier pour les défunts” selon les mots du père Buguet, fondateur du sanctuaire de Notre dame de Montligeon.

Ce chapelet au cours duquel nous prions pour les défunts de la paroisse et de nos familles  a lieu vendredi 12 juin à 9h30, il est précédé de la messe à 9h.

Renseignements : Père Jean : 06.58.43.22.19 / Adeline Philippon : 07.81.75.65.71 / Marie-Odile Poupeau : 06.83.42.31.19