Carte de carême pour cheminer vers Pâques – 5ème dimanche de Carême : La mort de Lazare

Voici la carte de carême de ce dimanche que vous n’avez pu recevoir aux messes dominicales, celles-ci étant annulées pour raisons sanitaires.

Cette carte, comme les précédentes, accompagne ce Carême et prépare votre cheminement vers Pâques.

► C’est un support de méditation spirituelle tant par le texte que par l’image:
> d’un côté, une photo et les références de l’évangile du dimanche,
> de l’autre, une proposition de contemplation et de méditation de l’Évangiledu jour.

►Ci-dessous la carte (recto-verso) de ce dimanche. Et plus bas, le texte de l’Évangile du jour. Bon temps de contemplation et de méditation de l’Évangile !

📖 Évangile selon Saint Jean (Jn 11, 1-45)

Un homme était tombé malade. C’était Lazare, de Béthanie, le village de Marie et de sa sœur Marthe. (Marie est celle qui versa du parfum sur le Seigneur et lui essuya les pieds avec ses cheveux. Lazare, le malade, était son frère.) Donc, les deux sœurs envoyèrent dire à Jésus : «Seigneur, celui que tu aimes est malade.»

En apprenant cela, Jésus dit : «Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu, afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié.» Jésus aimait Marthe et sa sœur, ainsi que Lazare. Quand il apprit que celui-ci était malade, il demeura pourtant deux jours à l’endroit où il se trouvait ; alors seulement il dit aux disciples : «Revenons en Judée.» Les disciples lui dirent : «Rabbi, tout récemment, les Juifs cherchaient à te lapider, et tu retournes là-bas ?» Jésus répondit : «Ne fait-il pas jour pendant douze heures ? Celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas, parce qu’il voit la lumière de ce monde ; mais celui qui marche pendant la nuit trébuche, parce que la lumière n’est pas en lui.» Après ces paroles, il ajouta : «Lazare, notre ami, s’est endormi ; mais je m’en vais le tirer de ce sommeil.» Les disciples lui dirent alors : «Seigneur, s’il s’est endormi, il sera sauvé.» Car ils pensaient que Jésus voulait parler du sommeil, tandis qu’il parlait de la mort. Alors il leur dit clairement : «Lazare est mort, et je me réjouis de n’avoir pas été là, à cause de vous, pour que vous croyiez. Mais allons auprès de lui !» Thomas (dont le nom signifie : Jumeau) dit aux autres disciples : «Allons-y nous aussi, pour mourir avec lui !»

Quand Jésus arriva, il trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà. Comme Béthanie était tout près de Jérusalem – à une demi-heure de marche environ – beaucoup de Juifs étaient venus manifester leur sympathie à Marthe et à Marie, dans leur deuil. Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait à la maison. Marthe dit à Jésus : «Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. Mais je sais que, maintenant encore, Dieu t’accordera tout ce que tu lui demanderas.» Jésus lui dit : «Ton frère ressuscitera.» Marthe reprit : « e sais qu’il ressuscitera au dernier jour, à la résurrection. » Jésus lui dit : «Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; et tout homme qui vit et qui croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ?» Elle répondit : «Oui, Seigneur, tu es le Messie, je le crois ; tu es le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde.»

Ayant dit cela, elle s’en alla appeler sa sœur Marie, et lui dit tout bas : «Le Maître est là, il t’appelle.» Marie, dès qu’elle l’entendit, se leva aussitôt et partit rejoindre Jésus. Il n’était pas encore entré dans le village ; il se trouvait toujours à l’endroit où Marthe l’avait rencontré. Les Juifs qui étaient à la maison avec Marie, et lui manifestaient leur sympathie, quand ils la virent se lever et sortir si vite, la suivirent, pensant qu’elle allait au tombeau pour y pleurer. Elle arriva à l’endroit où se trouvait Jésus ; dès qu’elle le vit, elle se jeta à ses pieds et lui dit : «Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort.» Quand il vit qu’elle pleurait, et que les Juifs venus avec elle pleuraient aussi, Jésus fut bouleversé d’une émotion profonde.

Il demanda : «Où l’avez-vous déposé ?» Ils lui répondirent : «Viens voir, Seigneur.» Alors Jésus pleura. Les Juifs se dirent : «Voyez comme il l’aimait!» Mais certains d’entre eux disaient : «Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ?» Jésus, repris par l’émotion, arriva au tombeau. C’était une grotte fermée par une pierre. Jésus dit : «Enlevez la pierre.» Marthe, la sœur du mort, lui dit : «Mais, Seigneur, il sent déjà ; voilà quatre jours qu’il est là.» Alors Jésus dit à Marthe : «Ne te l’ai-je pas dit ? Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu.» On enleva donc la pierre.

Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit : «Père, je te rends grâce parce que tu m’as exaucé. Je savais bien, moi, que tu m’exauces toujours, mais si j’ai parlé, c’est pour cette foule qui est autour de moi, afin qu’ils croient que tu m’as envoyé.» Après cela, il cria d’une voix forte : «Lazare, viens dehors !» Et le mort sortit, les pieds et les mains attachés, le visage enveloppé d’un suaire. Jésus leur dit : «Déliez-le, et laissez-le aller.»

Les nombreux Juifs, qui étaient venus entourer Marie et avaient donc vu ce que faisait Jésus, crurent en lui.

Un pain de Paroles : méditation de Carême avec le livret du CCFD -5e semaine de Carême : “Sortons de nos tombeaux” (Ez 37,12-14)

Les rencontres “Un pain de Paroles” sont provisoirement annulées en raison de la situation sanitaire dans notre pays mais vous pouvez méditer chez vous, seul, en couple ou en famille  la proposition du livret du CCFD “Contre la faim. L’heure de l’écologie intégrale a sonné”

Il s’agit d’une méditation autour de la Parole de Dieu, de la Parole du magistère (encyclique du pape François “Laudato Si”), de la Parole des hommes, de l’échange entre frères et sœurs… à partir du livret proposé par le CCFD, pour se nourrir d’un “pain de Paroles” .

5ème semaine de carême  : “Sortons de nos tombeaux” (Ez 37,12-14)

Une méditation  en quatre temps :

 1 – Lecture et méditation de la Parole de Dieu  : Ezéchiel 37, 12-14
Dans le silence, je prends le temps de lire le passage biblique et de m’en de imprégner. Je note une chose, un mot, une expression du texte qui m’a marqué, interpellé ou surpris. Si je fais cette lecture et cette méditation avec d’autres je peux partager ce que j’ai noté. Veiller à ne pas s’interrompre et à s’écouter. Il ne s’agit pas d’un débat mais d’une méditation. J’accueille ce que l’autre me fait sans commentaire.

2 – Contemplation du monde et méditation à partir de l’extrait proposé de l’encyclique du Pape François Laudato Si’ sur le thème “Donner l’accès à l’eau pour bien commun”.

3 -Recherche d’un chemin de conversion personnel pour agir avec amour et justice.

Pourquoi est-ce important de ne pas en rester aux idées mais de s’engager sur un chemin de conversion qui rejoint le quotidien de nos vies ?
Le Pape François nous l’explique dans son exhortation Evangelii Gaudium n°183. « Une foi authentique – qui n’est jamais confortable et individualiste – implique toujours un profond désir de changer le monde, de transmettre des valeurs, de laisser quelque chose de meilleur après notre passage sur la terre. Nous aimons cette magnifique planète où Dieu nous a placés, et nous aimons l’humanité qui l’habite, avec tous ses drames et ses lassitudes, avec ses aspirations et ses espérances, avec ses valeurs et ses fragilités. La terre est notre maison commune et nous sommes tous frères. Bien que “l’ordre juste de la société et de l’État soit un devoir essentiel du politique”, l’Église « ne peut ni ne doit rester à l’écart dans la lutte pour la justice”. Tous les chrétiens, et aussi les pasteurs, sont appelés à se préoccuper de la construction d’un monde meilleur… »

Suivre le Christ c’est choisir de mener une Vie d’hommes et de femmes libres et debout. Ici, je m’interroge :
Comment mon engagement au service de la Création est-il source de joie pour moi ? Comment est-ce que je partage et je rayonne de ce bonheur de la Vie autour de moi ?

4 – Pour terminer, j’offre une action de grâce au Seigneur et récite un Notre-Père.

Se nourrir de la Parole de Dieu chaque jour de confinement.

Lundi 30 mars 2020.

1ère Lecture : Dn 13, 41c-62
Évangile : (Jn 8, 1-11) ou Jn 8, 12-20

En ces temps que nous vivons, comme Daniel dans la première lecture, nous avons tous besoin d’être éclairés sur ce qu’il convient de faire, sur la manière d’agir, sur les choix à poser entre l’important et l’accessoire, le prioritaire et le futile. Nous, mais évidemment tous ceux qui sont au premier rang dans la gestion de cette crise sanitaire que nous vivons, politiques, soignants…

Au chapitre 5 du livre de Daniel, on nous dit qu’en celui-ci se trouvait la lumière, l’intelligence et la sagesse pareille à la sagesse de Dieu. (Dn 5,11). Voilà qui nous plairait, n’est-ce pas ? Dieu a suscité en Daniel lisons nous au début de la lecture, l’Esprit de sainteté, dont il était déjà question en Isaïe 11,2 : « Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur. » Les capacités de David ne viennent donc pas de lui mais de cette puissance de l’Esprit Saint déposé dans son cœur.

Et l’évangile nous fait ainsi comprendre que c’est le Christ Jésus, par son Esprit, qui peut en effet nous éclairer et faire qu’ainsi nous ne marchions pas dans les ténèbres mais que nous ayons la lumière de la vie.

Frères et sœurs, quelle que soit l’épaisseur de nos ténèbres aujourd’hui, invoquons l’Esprit de Jésus pour que nous demeurions tout au long des jours dans cette lumière qui ne s’éteint pas, la lumière de l’espérance, de la charité et de la foi.

Bonne journée à vous tous.

Soyons unis dans la prière et l’amitié.

Père Mickaël

Pour retrouver, télécharger et relire un des derniers commentaires du Père Mickaël, cliquez ci-dessous, sur la date de votre choix  :

 

 

Il est temps d’acheter vos places pour le concert de Grégory Turpin (Rochefort Joy Festival) !

Grégory Turpin en concert, c’est bientôt ! N’attendez pas pour acheter vos places et invitez vos amis ou relations à faire de même ! Et faites de la pub  autour de vous. En cela, vous rendrez service à la paroisse qui engage des frais pour ce concert et qui, en raison du confinement, vit une période difficile !

Concert le vendredi 3 juillet 2020 à 20h30
en l’église Notre Dame,  place Samuel de Champlain à Rochefort
dans la cadre de la seconde édition du Rochefort Joy Festival.

RÉSERVEZ dès maintenant vos billets  en cliquant ici.

Carrière musicale

Précurseur dans ses choix musicaux,Grégory est un artiste singulier de la scène chrétienne française. Il a notamment permis à la pop spirituelle d’émerger dès 2007 et de s’installer durablement dans le paysage musical français.

En 2013, il est à l’origine de l’album Thérèse, Vivre d’amour, qu’il interprète notamment avec Natasha St-Pier et Grégoire. Produit par TF1 Music, l’album est un succès avec plus de 200 000 albums vendus (double disque de platine).
En juillet 2014, sa carrière se poursuit à travers la signature d’un partenariat avec la maison de disque Universal. Six mois plus tard, sort un album : il s’intitule Mes Racines et connaît un beau succès. En 2016, sort son dernier album Changer de vie. En parallèle Grégory, collabore avec des nombreux artistes reconnus de la scène française. Il se produit en tournées aussi bien dans des églises que dans des salles de concerts…

Cliquez ici pour découvrir Grégory TURPIN.

Plus de quêtes ! De grâce, donnez en ligne !

Bonjour,

Comme je l’avais annoncé dans le communiqué n°6 , il est possible maintenant de participer à la quête en ligne chaque dimanche.

Pour ce faire, il vous suffit d’aller sur le lien : quete.catholique.fr , puis de compléter les  3 rubriques  :

① – Mon offrande à la quête
Mon diocèse : dans le menu déroulant, sélectionner “La Rochelle et Saintes (17)”
Ma paroisse : inscrire “Rochefort”

② – Mes coordonnées
Inscrire votre adresse e-mail. Celle-ci est indispensable uniquement pour accuser réception de votre offrande à la quête, mais rassurez-vous la quête reste anonyme.

③– Mon règlement
– Suivre les indications. Il vous est possible de régler par Mastercard, carte Visa ou carte bleue.
– Pas d’inquiétude, ce site internet est 100% sécurisé. Vous le voyez en haut dans la barre d’adresse : un petit cadenas précède la mention https:// suivie de l’adresse.
– Toutes les informations bancaires pour traiter le paiement sont cryptées grâce au protocole SSL. Elles ne sont en aucun cas conservées sur les systèmes informatiques.

Merci pour ce geste de solidarité qui permettra à la paroisse de continuer à recevoir les ressources nécessaires à sa mission.

 

Vous pouvez continuer aussi à demander des intentions de messes ou vous inscrire dans cette belle chaine de solidarité des bougies de Pentecôte (cf. bon de soutien).

Un grande merci à vous tous !

P. Mickaël, curé

Communiqué n°6 du père Mickaël Le Nezet, curé de Rochefort.

Le Mardi 24 mars 2020.

Chers paroissiens, chers frères et sœurs,

Dans cette crise que nous vivons tous, nous réalisons l’importance des liens qui nous unissent. Que le Seigneur en soit remercié.

1 – Restons unis

Si le confinement nous oblige à rester chez nous, nous demeurons liés de bien des manières à commencer par la prière. Dans le livre des Actes des Apôtres (Ac 4, 31) face au péril de la persécution, la communauté se met à prier et c’est alors qu’elle reçoit la force de l’Esprit Saint qui lui donne audace, assurance et confiance. C’est une prière commune de toute l’Église, et cette prière renforce son unité. Quand les croyants sont mis à l’épreuve à cause de leur foi, leur unité se consolide, au lieu d’être compromise, parce qu’elle est soutenue par une prière inébranlable. Certes nous ne sommes pas dans des temps de persécution, mais nous sommes tous déstabilisés par cette épreuve. Et la prière nous aide à grandir encore plus dans une plus grande unité et dans un amour plus intense les uns pour les autres. Ne lâchons rien !

Demain à l’invitation du pape, à midi, tous les chrétiens sont invités à prier le Notre Père. Et le soir, à 19h30, alors que les cloches des paroisses sonneront pendant 10 minutes, nous pourrons déposer sur nos fenêtres une bougie allumée en signe de communion avec tous les soignants, les malades et les familles éprouvées.

Grâce à internet, la paroisse poursuit sa mission de vous nourrir spirituellement, de vous donner des nouvelles régulières, de vous faire des propositions. Je remercie encore une fois les personnes qui travaillent sur ces outils de communication. Mais tout le monde n’a pas internet. En équipe pastorale, réunie hier en visio-conférence nous avons décidé de répertorier si possible les personnes de la paroisse qui n’utilisent pas internet pour leur transmettre les informations sous format papier et ainsi les associer encore à la vie de la paroisse. Si vous connaissez des paroissiens concernés, faites nous le savoir en communiquant leurs coordonnées. Nous verrons comment assurer ce service.

Enfin, nous savons déjà aujourd’hui que nous ne pourrons pas célébrer en assemblée la semaine sainte et la fête de Pâques. C’est ainsi dans nos maisons que nous vivrons le sommet de la vie liturgique. Prochainement je vous enverrai une proposition pour vivre en famille à la maison ces fêtes liturgiques.

2 -Restons solidaires

Mais cette crise sanitaire est aussi et sera pour beaucoup une crise économique. Dans les mois à venir, l’Église, notre communauté paroissiale devront être attentives à toutes les solidarités à encourager pour soutenir les commerçants, les entrepreneurs, tous ceux qui vont subir de plein fouet cette crise.

Mais la paroisse elle-même est fortement concernée. Depuis le confinement, nous n’avons ni quête, ni offrande de messes, ni vente de bougies, nos principales ressources. C’est une très grosse perte pour notre paroisse qui ne vit que de ces dons. Concrètement, nous n’avons plus de ressource pour subvenir aux charges fixes de la paroisse (facture d’eau, d’électricité, de chauffage). Cela a un impact aussi sur le travail d’Anne-Marie Gauvrit, notre secrétaire paroissiale. A partir du 1er avril, nous allons devoir la déclarer en chômage technique à 80%. Nous souhaitons qu’Anne-Marie garde 20% d’activité. Elle a un rôle important de suivi administratif des familles qui avaient demandé un sacrement à l’Église. Elle suit les mails de la paroisse, et continue le travail de secrétariat en cours.

En conseil économique, réuni aussi hier en visio-conférence, nous avons aussi décidé pour le moment de suspendre le projet de l’accueil des religieuses vietnamiennes. Nous reportons ce projet d’une année. Cela nous semble plus sage et plus prudent compte tenu de la situation financière que notre pays va connaître. Nous devrons attendre avant de solliciter de nouveau les donateurs. Les priorités sont en effet à redéfinir. Nous avons prévenu les entreprises qui avaient été retenues, de l’arrêt des travaux. C’est aussi dommageable pour elles mais nous n’avons pas le choix. J’ai informé la sœur responsable du projet du report de celui-ci.

3 – Soyons généreux

Aussi je me permets de venir vers vous pour vous encourager, dans la mesure du possible, à soutenir notre paroisse.

Concrètement :

  • Vous pouvez continuer à participer à la quête du dimanche en mettant de côté ce que vous donnez habituellement pour, une fois le confinement terminé, verser à la quête votre obole. Mais vous pouvez dès aujourd’hui faire un virement bancaire d’une somme que vous souhaitez donner. Prochainement, vous pourrez aussi le faire via internet.
  • Vous pouvez demander aux prêtres de célébrer des messes pour vos proches dont vous êtes éloignés en ce moment, pour les malades ou les défunts de vos familles. Les prêtres célèbrent chaque jour la messe dans leur presbytère. Ils vous portent dans leur prière.
  • Enfin nous vous proposons de participer à une grande chaine de solidarité sur la paroisse en achetant virtuellement dès à présent des bougies pour allumer le grand feu de l’Esprit Saint. Le jour de la Pentecôte, nous ferons une grande fête au cours de laquelle Quentin Rouleau sera baptisé. Toutes vos bougies achetées seront allumées ce jour-là. Elles seront le signe que les ténèbres ne l’emporteront jamais, car le Christ qui est la vraie lumière est sorti victorieux de la mort.

Je sais que je peux compter sur vous et au nom de la paroisse, je vous remercie. Saint Paul, dans sa lettre aux Philippiens exprime d’une très belle manière ce que j’aimerais vous dire encore aujourd’hui.

« À vous, la grâce et la paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ. Je rends grâce à mon Dieu chaque fois que je fais mémoire de vous. À tout moment, chaque fois que je prie pour vous tous, c’est avec joie que je le fais, à cause de votre communion avec moi, dès le premier jour jusqu’à maintenant, pour l’annonce de l’Évangile. J’en suis persuadé, celui qui a commencé en vous un si beau travail le continuera jusqu’à son achèvement au jour où viendra le Christ Jésus. Il est donc juste que j’aie de telles dispositions à l’égard de vous tous, car je vous porte dans mon cœur, vous qui communiez tous à la grâce qui m’est faite dans mes chaînes comme dans la défense de l’Évangile et son annonce ferme. Oui, Dieu est témoin de ma vive affection pour vous tous dans la tendresse du Christ Jésus. Et, dans ma prière, je demande que votre amour vous fasse progresser de plus en plus dans la pleine connaissance et en toute clairvoyance pour discerner ce qui est important. » (Ph 1, 2-10)

Prenez soin de vous. Surtout restez bien chez vous.

Père Mickaël, curé

 

Bon de soutien de la paroisse de Rochefort :

Pour retrouver, télécharger et relire un des derniers communiqués du Père Mickaël en ce temps de coronavirus, cliquez ci-dessous, sur le communiqué de votre choix :

Et tout s’est arrêté…

Ce monde lancé comme un bolide dans sa course folle, ce monde dont nous savions tous qu’il courait à sa perte mais dont personne ne trouvait le bouton « arrêt d’urgence », cette gigantesque machine a soudainement été stoppée net. A cause d’une toute petite bête, un tout petit parasite invisible à l’œil nu, un petit virus de rien du tout… Quelle ironie ! Et nous voilà contraints à ne plus bouger et à ne plus rien faire. Mais que va t-il se passer après ? Lorsque le monde va reprendre sa marche ; après, lorsque la vilaine petite bête aura été vaincue ? A quoi ressemblera notre vie après ?

Après ?
Nous souvenant de ce que nous aurons vécu dans ce long confinement, nous déciderons d’un jour dans la semaine où nous cesserons de travailler car nous aurons redécouvert comme il est bon de s’arrêter ; un long jour pour goûter le temps qui passe et les autres qui nous entourent. Et nous appellerons cela le dimanche.

Après ?
Ceux qui habiteront sous le même toit, passeront au moins 3 soirées par semaine ensemble, à jouer, à parler, à prendre soin les uns des autres et aussi à téléphoner à papy qui vit seul de l’autre côté de la ville ou aux cousins qui sont loin. Et nous appellerons cela la famille.

Après ?
Nous écrirons dans la Constitution qu’on ne peut pas tout acheter, qu’il faut faire la différence entre besoin et caprice, entre désir et convoitise ; qu’un arbre a besoin de temps pour pousser et que le temps qui prend son temps est une bonne chose. Que l’homme n’a jamais été et ne sera jamais tout-puissant et que cette limite, cette fragilité inscrite au fond de son être est une bénédiction puisqu’elle est la condition de possibilité de tout amour. Et nous appellerons cela la sagesse.

Après ?
Nous applaudirons chaque jour, pas seulement le personnel médical à 20h mais aussi les éboueurs à 6h, les postiers à 7h, les boulangers à 8h, les chauffeurs de bus à 9h, les élus à 10h et ainsi de suite. Oui, j’ai bien écrit les élus, car dans cette longue traversée du désert, nous aurons redécouvert le sens du service de l’Etat, du dévouement et du Bien Commun. Nous applaudirons toutes celles et ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont au service de leur prochain. Et nous appellerons cela la gratitude.

Après ?
Nous déciderons de ne plus nous énerver dans la file d’attente devant les magasins et de profiter de ce temps pour parler aux personnes qui comme nous, attendent leur tour. Parce que nous aurons redécouvert que le temps ne nous appartient pas ; que Celui qui nous l’a donné ne nous a rien fait payer et que décidément, non, le temps ce n’est pas de l’argent ! Le temps c’est un don à recevoir et chaque minute un cadeau à goûter. Et nous appellerons cela la patience.

Après ?
Nous pourrons décider de transformer tous les groupes WhatsApp créés entre voisins pendant cette longue épreuve, en groupes réels, de dîners partagés, de nouvelles échangées, d’entraide pour aller faire les courses où amener les enfants à l’école. Et nous appellerons cela la fraternité.

Après ?
Nous rirons en pensant à avant, lorsque nous étions tombés dans l’esclavage d’une machine financière que nous avions nous-mêmes créée, cette poigne despotique broyant des vies humaines et saccageant la planète. Après, nous remettrons l’homme au centre de tout parce qu’aucune vie ne mérite d’être sacrifiée au nom d’un système, quel qu’il soit. Et nous appellerons cela la justice.

Après ?
Nous nous souviendrons que ce virus s’est transmis entre nous sans faire de distinction de couleur de peau, de culture, de niveau de revenu ou de religion. Simplement parce que nous appartenons tous à l’espèce humaine. Simplement parce que nous sommes humains. Et de cela nous aurons appris que si nous pouvons nous transmettre le pire, nous pouvons aussi nous transmettre le meilleur. Simplement parce que nous sommes humains. Et nous appellerons cela l’humanité.

Après ?
Dans nos maisons, dans nos familles, il y aura de nombreuses chaises vides et nous pleurerons celles et ceux qui ne verront jamais cet après. Mais ce que nous aurons vécu aura été si douloureux et si intense à la fois que nous aurons découvert ce lien entre nous, cette communion plus forte que la distance géographique. Et nous saurons que ce lien qui se joue de l’espace, se joue aussi du temps ; que ce lien passe la mort. Et ce lien entre nous qui unit ce côté-ci et l’autre de la rue, ce côté-ci et l’autre de la mort, ce côté-ci et l’autre de la vie, nous l’appellerons Dieu.

Après ?
Après ce sera différent d’avant mais pour vivre cet après, il nous faut traverser le présent. Il nous faut consentir à cette autre mort qui se joue en nous, cette mort bien plus éprouvante que la mort physique. Car il n’y a pas de résurrection sans passion, pas de vie sans passer par la mort, pas de vraie paix sans avoir vaincu sa propre haine, ni de joie sans avoir traversé la tristesse. Et pour dire cela, pour dire cette lente transformation de nous qui s’accomplit au cœur de l’épreuve, cette longue gestation de nous-mêmes, pour dire cela, il n’existe pas de mot.

Ecrit par Pierre Alain LEJEUNE, prêtre à Bordeaux

L’invité du direct sur RCF ce mercredi 25 mars : le Père Mickäel Le Nezet

Notre curé, le père Mickaël Le Nezet était ce matin – mercredi 25 mars 2020 à 7h01 –  l’invité de RCF Charente-Maritime.

Il est revenu sur l’impact des interdictions de rassemblement sur l’organisation des fêtes de Pâques et sur le message porté par la conférence des évêques de France en ce jour de célébration de l’Annonciation.
La période de confinement bouleverse bien entendu la vie de sa paroisse : comment peuvent être célébrés les obsèques ? Quelles sont les initiatives mises en place pour garder le lien avec les paroissiens ? Il témoigne.

Pour écouter l’émission, cliquez sur le symbole ▷ ci-dessous :

ou cliquez ici pour aller sur le site de RCF Charente-Maritime.
Bonne écoute !

 

En cette période de crise, votre soutien financier est précieux !

Comme vous l’indique le Père Mickaël dans son communiqué n°6, la paroisse est fortement concernée par la crise économique qui suivra la crise sanitaire en cours.

Depuis le confinement, il n’y plus ni quête, ni offrande de messes, ni vente de bougies, ses principales ressources. C’est une très grosse perte pour notre paroisse qui ne vit que de ces dons. Concrètement, la paroisse n’a plus de ressource pour subvenir à ses charges fixes (facture d’eau, d’électricité, de chauffage).

Cela a un impact aussi sur le travail d’Anne-Marie Gauvrit, notre secrétaire paroissiale. A partir du 1er avril, la paroisse va devoir la déclarer en chômage technique à 80%. Nous souhaitons qu’Anne-Marie, qui a un rôle important de suivi administratif des familles qui avaient demandé un sacrement à l’Église, garde 20% d’activité. Anne-Marie suit également les mails de la paroisse et continue le travail de secrétariat en cours.

Comment, dans la mesure de vos possibilités , soutenir notre paroisse ?

Concrètement :

  • Quête du dimanche :

Vous pouvez continuer à participer à la quête du dimanche en mettant de côté ce que vous donnez habituellement pour, une fois le confinement terminé, verser à la quête votre obole. Mais vous pouvez aussi dès aujourd’hui faire un virement bancaire d’une somme que vous souhaitez donner. Prochainement, vous pourrez aussi le faire via internet.

  • Offrir des messes :

Vous pouvez demander aux prêtres de célébrer des messes pour vos proches dont vous êtes éloignés en ce moment, pour les malades ou les défunts de vos familles. Les prêtres célèbrent chaque jour la messe dans leur presbytère. Ils vous portent dans leur prière.

  • Vente de bougies aujourd’hui “virtuelles” mais qui seront allumées à la Pentecôte :

Nous vous proposons de participer à une grande chaine de solidarité sur la paroisse en achetant virtuellement dès à présent des bougies pour allumer le grand feu de l’Esprit Saint. Le jour de la Pentecôte, nous ferons une grande fête au cours de laquelle Quentin Rouleau sera baptisé. Toutes vos bougies achetées seront allumées ce jour-là. Elles seront le signe que les ténèbres ne l’emporteront jamais, car le Christ qui est la vraie lumière est sorti victorieux de la mort.

Merci de votre générosité !

Voir le bon de soutien plus bas sous l’infographie vous expliquant les ressources de la paroisse.

 

Un numéro de téléphone pour vous accompagner spirituellement et vous aider en cette période de crise sanitaire.

► Nous ne pourrons avoir de messes, ni de rencontres en paroisse ces jours prochains.

Si vous en ressentez le besoin, la paroisse vous propose un accompagnement téléphonique dans votre vie spirituelle et sacramentelle :

📞  Appelez le 05.46.99.03.11
Permanence téléphonique tous les jours
de 9h à 12h et de 14h30 à 17h30

>>> Vous pourrez y joindre l’équipe des prêtres, diacres et séminaristes pour toute demande.

► Cette période est difficile pour beaucoup : personnes âgées, fragiles, malades ou en situation de handicap, parents…

– Vous êtes âgé et avez besoin d’aide pour faire vos courses ?
– Vous avez besoin d’aide pour garder vos enfants sur un petit temps de la journée ?
>>>  Des jeunes peuvent être disponibles pour vous aider !

📞 Appelez ce même numéro  05.46.99.03.11
Permanence téléphonique tous les jours
de 9h à 12h et de 14h30 à 17h30