“La force dans l’épreuve”, message du Pape François par temps de pandémie

Un livre rassemblant huit interventions du Pape François au cours de ces derniers mois est publié en langue française par la Librairie Éditrice Vaticane et les éditions Bayard ce mercredi 8 juillet 2020. En une centaine de pages, “La force dans l’épreuve” permet de trouver de l’espérance et du soutien en cette période de pandémie.
Résumé :
Pour exprimer la proximité et la tendresse de Dieu dans cette période de pandémie, marquée par la douleur, la souffrance, la solitude et la peur vécue par une immense partie de l’humanité, le pape François s’est exprimé de plusieurs manières.
A travers deux messages Urbi et orbi (à la ville de Rome et au monde), une lettre ouverte aux mouvements populaires, un message aux vendeurs de journaux de rue, une lettre à un ami, juge argentin de Buenos Aires, le pape ravive la foi des catholiques, donne des clés pour envisager sereinement la période après la pandémie.
Il plaide pour l’assouplissement des sanctions internationales, l’allègement de la dette des pays pauvres et l’instauration d’un cessez-le-feu mondial.

L’état d’urgence de la crise sanitaire prend fin en France

L’état d’urgence sanitaire Coronavirus décrété le 23 mars 2020 a pris fin le vendredi 10 juillet 2020.

Voici ce qui change, et ce qui ne change pas, à partir du 11 juillet.

Dès le 11 juillet, certaines interdictions seront levées, mais l’état d’urgence sanitaire sera suivi d’une “période transitoire de quatre mois

Ce qui change et ce qui ne changera pas :

À partir du samedi 11 juillet, avec une “jauge maximale” de 5 000 personnes.

Elle s’ajoute à celle  des cinémas, centres de vacances, casinos, salles de jeux et centres de loisirs, en vigueur depuis le 22 juin.

► Reprises des croisières.

Les croisières fluviales, et maritimes entre les ports européens, seront de nouveau autorisées, pour les navires dont la capacité ne dépasse pas une limite fixée par arrêté ministériel.  Les croisières maritimes internationales, pourraient être réautorisées à partir de septembre 2020.

► Fin de l’encadrement du prix des masques

Dans les faits, la plupart des enseignes les vendent 60 centimes.

►Fin de la trêve hivernale

La trêve hivernale, durant laquelle les expulsions locatives sont suspendues, prend fin. Cette trêve, qui dure habituellement du 1er novembre au 31 mars, a cette année été prolongée jusqu’au 10 juillet en raison de la crise du coronavirus.

Il en va de même pour les coupures de gaz et d’électricité, interdites durant la trêve hivernale. À compter du 11 juillet, les procédures d’expulsion locative, et de coupures d’énergie seront de nouveau autorisées.

► Arrêts  maladie : retour du délai de carence.

Concernant les arrêts maladie, le délai de carence (1 jour dans le public, 3 jours dans le privé) sera de nouveau appliqué, à l’exception des arrêts des personnes ayant contracté le Covid-19, qui pourront continuer à bénéficier du système dérogatoire jusqu’au 10 octobre.

► Le plafond de défiscalisation des heures supplémentaires redescend.

Concernant la défiscalisation d’une partie des heures supplémentaires, le plafond élevé à 7 500 euros, redescend à 5 000 euros.

Il n’y aura plus d’exonération de l’impôt sur le revenu au-delà de cette limite.

► Pas de reconfinement sans nouvel état d’urgence sanitaire

Cependant le  gouvernement pourra réglementer et même interdire, là où le virus est actif, la circulation des personnes et des véhicules ainsi que l’accès aux transports en commun.

Les déplacements “strictement indispensables aux besoins familiaux, professionnels et de santé” doivent rester permis.

►Fin du report du paiement des factures pour les entreprises

Mais le gouvernement a prévu un nouvel arsenal pour aider les entreprises en difficulté.

► Les rassemblements de + de 1500 personnes sont toujours restreints

Les festivals et rassemblements devront être préalablement déclarés.

► Masque toujours obligatoire dans les transports en commun jusqu’en novembre.

► Foires, expositions, salons et discothèques toujours fermées

Pour l’instant, les foires, expositions, salons et les discothèques ne sont pas autorisés à rouvrir. Le gouvernement se penchera sur ces réouvertures au mois de septembre.

► La Guyane et Mayotte, en état d’urgence sanitaire, jusqu’en novembre.

► Test des voyageurs

Il sera possible d’imposer aux personnes prenant l’avion de présenter le résultat d’un test virologique, les tests salivaires seront envisagés.

Lire ou télécharger le texte de loi N° 2020- 856 du 9 juillet 2020

Le e-pèlerinage de Lourdes chez soi le 16 juillet

Réouvert le 16 mai , le sanctuaire de Lourdes ne pourra accueillir cet été les traditionnels pèlerinages.

C’est pourquoi  un « e-pèlerinage » baptisé ‘Lourdes United’ est organisé le jeudi 16 juillet, on peut y participer chez soi.

En raison de la crise du Covid-19, toutes les activités du sanctuaire sont perturbées. Là où d’habitude on avait  20 000 personnes par jour, on en a 3 000, a expliqué Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, le recteur du sanctuaire.

Afin de  permettre aux absents de participer, le sanctuaire de Lourdes donne rendez-vous au monde entier pour le premier pèlerinage digital mondial, baptisé « Lourdes United ». Cette rencontre se tiendra en direct à la Grotte des apparitions le 16 juillet prochain.

Cette date correspond à l’anniversaire de la 18e et dernière apparition de la Vierge Marie à la jeune bergère Bernadette Soubirous en 1858. L’événement doit durer 15 heures, de 7h à 22h, et sera retransmis en direct sur des chaînes de télévision du monde entier, notamment sur la chaîne de télévision catholique KTO.

Toutes les célébrations, les processions et les prières seront retransmises en direct. Une émission inédite à la Grotte aura lieu en direct de 16h à 18h.

Se succéderont sur le plateau des personnalités religieuses et civiles qui témoigneront du rôle que Lourdes joue dans leur vie.

Les caméras partiront à la découverte des coulisses de ce lieu unique pour mieux en expliquer la mission.

De nombreuses interventions sur les thèmes de la solidarité, de la fraternité, de l’engagement, de l’(entr)aide, de l’espérance et de la recherche de sens ainsi que des reportages, des vidéos d’archives, de la musique live, des duplex avec l’étranger et d’autres temps forts viendront compléter ces deux heures de direct.

Pierre Bouin, médaillé chevalier de St Eutrope

Pendant sept ans, animateur pastoral puis délégué épiscopal aux animateurs pastoraux et aux équipes pastorales, dans le diocèse.

Pierre Bouin  part servir dans un diocèse voisin.

Dans son discours d’adieu prononcé le 7 juillet 2020 à la Maison diocésaine de Saintes, loyal collaborateur de Mgr Georges Colomb depuis 2016, Pierre Bouin  a dit la joie qu’il a eue de servir le  diocèse de La Rochelle et Saintes et  tous ceux qu’il a eu la chance et l’honneur de rencontrer. Il a eu également une pensée pour sa femme, sa plus fidèle collaboratrice.

En récompense de ses services  à l’Eglise catholique, Mgr Colomb lui a remis la médaille des chevaliers de Saint-Eutrope.

Cette médaille rappelle la grande dévotion que les chevaliers portaient au premier évêque de Saintes, et leur confiance  en sa protection.

A compter du 1er septembre 2020, Pierre Bouin sera remplacé par Céline Le Guilloux que Mgr Colomb a nommée déléguée épiscopale aux animateurs pastoraux et aux équipes pastorales. Elle remplacera Pierre Bouin au  conseil épiscopal .

Merci Guillaume.

Guillaume Léonardi est arrivé en septembre 2018 sur la paroisse pour développer des projets pour les jeunes et de projets missionnaires innovants.
C’est ainsi que nous avons ouvert le catholic’s Pub qu’il a piloté et mis en place.
Il a commencé à nouer des liens avec les quartiers Libération et Petit Marseille qui ont permis de vivre en mai 2019 la Foot Fraternity Cup qui a réuni près de 70 jeunes des quartiers et de la paroisse pour un tournoi de foot. Aujourd’hui des liens se poursuivent avec ces quartiers pour envisager une suite.
Guillaume s’est beaucoup impliqué auprès des collégiens du collège de la Providence et là aussi il a su rejoindre, grâce à son charisme, des jeunes plus loin de l’Eglise.
Il a également su mobiliser ses relations pour assurer la tenue du premier festival “Rochefort Joy Festival” en juillet 2019, avec Natasha Saint Pier et le groupe Jubilate: une totale réussite.
Si la mission de Guillaume  ne s’était arrêtée, malheureusement,  fin février 2020, elle aurait été d’une plus grande fécondité encore.
Guillaume a commencé à semer et d’autres récolteront et poursuivront, nous l’espérons, son engagement.
Guillaume manquera à la paroisse. Nous le remercions de tout ce que nous avons pu vivre grâce à lui.
Père Mickaël
Photos GT       ” FOOT Fraternity Cup” en mai 2019
Photos GT       “6-7 juillet  2019 Jubilate & Co”
Photos GT  “ouverture du Catholic’s pub”

Les protecteurs du mois de juillet

Le mois de juillet est le mois consacré au Précieux Sang de Jésus.
Vertu recommandée :l’adoration de la Sainte Eucharistie.

Les Protecteurs du mois :

le 3    :St Thomas, Apôtre.  Bienheureux celui qui croit sans avoir vu. D’anciennes traditions rapportent qu’il alla jusqu’en Inde et peut-être même jusqu’aux portes de la Chine ; il mourut martyr, vers l’an 52, à Mylapore, près de Madras (Chennai aujourd’hui ; sur le golfe du Bengale, au sud-est de l’Inde).

Jean-Paul II, en 1986, a prié sur sa tombe, dans la crypte de la basilique St Thomas, située dans la banlieue de Madras, à Mylapore Santhome. Au XVIème siècle,Saint François-Xavier,“l’Apôtre des Indes”, avait une conscience aiguë de mettre ses pas dans ceux de St Thomas.

le 11  : St Benoît de Nursie, père des moines occidentaux, abbé à Subiaco et au Mont-Cassin (près de Naples),  proclamé en 1964 saint patron de l’Europe.

En 1980, Jean-Paul lui adjoindra les Saints Cyrille et Méthode, apôtres des Slaves et de l’Europe de l’est ; de plus, il adjoindra à ces 3 “géants missionnaires”, en 1999, trois co-saintes patronnes :  Sainte Brigitte de Suède, Sainte Catherine de Sienne et Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein, juive convertie, Carmélite, déportée et morte à Auschwitz en 1942).

le 26  : Ste Anne et St Joachim, les saints parents de la Très Sainte Vierge, grands-parents de Jésus.

Sainte Anne, mère de la Vierge Marie, particulièrement vénérée par les Bretons, apparut un jour de 1624 à un paysan, Yves Nicolazic, près d’Auray, en Morbihan ; quelque temps après, là fut construite la grande basilique actuelle de Sainte-Anne d’Auray ; le Pardon de Sainte Anne à Auray est devenu le 3ème plus grand pèlerinage de France après Lourdes et Lisieux.

Quelques grands Saints et Saintes du mois :

Nous avons déjà fêté :

le 1er : St Thierry du Mont d’Hor  :  fils d’un bandit ! Converti, il fut ordonné prêtre par saint Rémi, puis chargé de fonder un monastère au Mont d’Hor, près de Reims, où finit par venir aussi… son propre père. Mort vers 533. Ayant guéri le roi Thierry 1er, fils de Clovis, les rois de France prirent l’habitude d’aller dîner le soir du sacre dans cette abbaye. On fête aussi, ce jour, Aaron et Myriam, frère et sœur de Moïse.

le 3St Thomas(voir plus haut)

Nous  fêterons :

le 5 :St Antoine-Marie Zaccaria ; d’abord médecin, il devient prêtre puis fonde à Milan les religieux Barnabites ; il fait partie des grands Saints réformateurs de l’Église au XVI° siècle.

Pour réformer en profondeur la société, il cherche à restaurer la piété des laïcs, popularisant les Adorations du Saint-Sacrement ; il répondait ainsi à l’affaiblissement de la foi dans le mystère de l’Eucharistie, particulièrement dans les régions qui allaient devenir protestantes. Épuisé par ses sacrifices et son travail apostolique, il meurt à l’âge de 37 ans, en 1539. Son corps incorrompu repose dans l’église St Barnabé de Milan.

Dans une célèbre lettre écrite en 1539, 2 semaines avant sa mort, il écrit à un pieux couple de laïcs :

” […] je désire que nous ne vous laissiez pas envahir par la tiédeur mais que vous marchiez de progrès en progrès […] :Le tiède – ou pharisien – a le comportement suivant : il évite les péchés graves mais commet volontiers des péchés plus légers et il ne se fait plus aucun scrupule des petites fautes.

Ainsi, il s’abstiendra de blasphémer et de dire des injures, mais il ne s’en fera pas trop de s’emporter un peu ni de vouloir toujours avoir raison, sans vouloir céder à autrui. S’il évite de dire du mal de son prochain, il ne considère pas comme une faute considérable … de se permettre souvent des paroles vaines et inutiles. Il ne mange pas avec excès et ne se remplit pas de vin comme font les ivrognes, mais il se plaît à se régaler, sans besoin, de quelque friandise qui l’attire… Il veut le bien mais il ne le veut pas tout entier […].

Douce madame Laura, et vous, aimable monsieur Bernardo, accueillez et méditez mes paroles avec les mêmes sentiments affectueux qui me les dictent. Je ne vous dis pas de tout faire en un jour, mais je voudrais que vous soyez attentifs à faire chaque jour quelque chose de plus que la veille, à mortifier un peu la convoitise et la sensualité, même dans ce qui est permis ; et cela, par ardent désir de progresser dans la vertu, pour diminuer vos imperfections et pour échapper au danger de tomber dans la tiédeur […].

Je voudrais, – et je le désire, et vous en êtes capables si vous le voulez – que vous deveniez de grands saints…

le 6  : Ste Maria Goretti ; martyre de la chasteté, elle fut tuée en 1902, à l’âge de 12 ans ; le 24 juin 1950, son assassin, converti, était présent à la canonisation, aux côtés de la maman de Marietta. En la canonisant, le pape Pie XII déclara : ” Fruit d’une famille où l’on priait tous les jours, où les enfants furent élevés dans la crainte du Seigneur et l’obéissance aux parents…, elle eut la force d’âme des vierges et des martyrs”.

le 14  : St Camille de Lellis ; longtemps militaire (comme St Ignace de Loyola –voir au 31), de caractère difficile, il se convertit et devient infirmier dans un hôpital de Rome ; il fonde les Frères “à la croix rouge” : les “Servants des malades” ou “Clercs réguliers ministres des infirmes”, appelés aujourd’hui Camilliens.

Aux jeunes qu’il formait, il écrivait : “Rappelez vous que les malades sont la pupille et le cœur de Dieu et que ce qui est fait à ces pauvres est fait à Dieu”. Il souffrit toute sa vie d’un douloureux ulcère à la jambe ; il meurt en 1614, à l’âge de 64 ans ; il est le saint patron des hôpitaux, du monde infirmier et des infirmes.

le 15  : St Bonaventure (Jean, de son nom de baptême) ; son nom lui fut donné par saint François d’Assise lui-même ; “second fondateur de l’Ordre franciscain” ; pour sa doctrine et sa douceur admirables, on l’a appelé le “Docteur séraphique”. On lui attribue la célèbre hymne de Noël : “Adeste fideles” (traduit en français par le cantique : “Peuple fidèle, le Seigneur t’appelle“) ; il est l’auteur aussi d’un célèbre commentaire, mot à mot, du “Salve, Regina” 

Voici la Prière du « Salve Regina » priée et commentée mot à mot par Saint Bonaventure (1217-1274), Franciscain Italien, Archevêque, Cardinal et Docteur de l’Église Catholique. site-catholique.fr

le 16   :  Apparition de Notre-Dame du Mont Carmel (1251) à saint Simon Stock, (Supérieur) Général de l’Ordre des Carmes ; la Vierge promettait une bénédiction spéciale pour ceux qui porteraient le scapulairede l’Ordre. Le scapulaire (du latin scapula, épaule) est une sorte de vêtement porté sur les épaules, descendant de part et d’autre du buste de la personne ; au début, il était réservé aux moines ; puis les simples laïcs se mirent à l’utiliser par dévotion ; il peut être substitué par deux petits carrés de tissu, reliés par de fines bandes de tissu passant sur les épaules, un carré tombant sur la poitrine et un dans le dos.

A Fatima, en particulier le 13 juillet, Notre Dame de Fatima confia aux 3 petits Bergers que « Dieu voulait établir dans le monde la dévotion au Cœur Immaculé de Marie ». Or, lors de ces apparitions, Notre-Dame demanda cinq pratiques : la consécration de la Russie, la communion réparatrice des premiers samedis du mois, les sacrifices pour la conversion des pécheurs, la récitation quotidienne du chapelet et le port du scapulaire. Lors de la dernière apparition, le 13 octobre 1917, les 3 enfants virent la Vierge Marie leur apparaître sous l’aspect de Notre Dame du Carmel, tenant le scapulaire dans la main droite.

Sœur Lucie ( l’une des trois voyants de Fatima, décédée en 2005) dira même, le 15 octobre 1950 : « Le scapulaire est le signe de notre consécration au Cœur Immaculé de Marie. (…) Le scapulaire et le rosaire sont inséparables ». On peut donc dire que le scapulaire et le Rosaire font implicitement partie de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, le chapelet bien récité étant la prière qui “touche le plus le cœur de Notre Dame“, comme le rappelèrent tous les Papes depuis au moins le XVI° siècle et jusqu’au Pape François.

le 22  :  Ste Marie-Madeleine, la pécheresse convertie.
Sa conversion et son immense amour du Christ lui valurent la grâce d’être le premier témoin de Sa résurrection ; annonçant celle-ci aux Apôtres incrédules, elle mérita le titre d’ “Apôtre des Apôtres“.

le 25  :  St Jacques le Majeur, frère de St Jean, fils de Zébédée ; simple pêcheur sur le lac de Tibériade, il fut, avec son frère et avec Pierre, témoin de la Transfiguration et de l’Agonie du Christ. Premier des Apôtres à verser son sang, saint patron de l’Espagne. Lorsque sa fête tombe un dimanche, c’est une Année Sainte à Compostelle.

le 31  :  St Ignace de Loyola, fondateur, avec St François (de) Xavier, de la “Compagnie de Jésus“. Il faut, disait-il, toujours agir “pour la plus grande gloire de Dieu” (“ad majorem Dei gloriam“) et “le plus grand bien des âmes“. Il est le créateur des fameux « Exercices spirituels ».

 

 

 

En juillet, le Saint-Père invite à prier pour les familles

Chaque mois, le pape François confie aux fidèles une intention particulière.

En ce mois de juillet, il les invite à prier pour la famille, « qui est confrontée à de nombreux dangers et attaques”.

« L’Église doit encourager les familles et être à leur côté afin qu’elles découvrent des chemins leur permettant de surmonter toutes ces difficultés ».

En ce mois de juillet, le pape François invite tous les chrétiens à prier pour la famille, en particulier pour celles qui font face à des difficultés. Il insiste sur les moments difficiles qu’elles peuvent traverser ces temps-ci, à cause du stress ou du rythme de vie parfois effréné. Il arrive que, « les parents oublient de jouer avec leurs enfants », regrette-t-il d’ailleurs.

En ces temps difficiles, les familles ont besoin d’être protégées

Alors que la crise du coronavirus a ébranlé l’Europe pendant plusieurs mois, et qu’elle risque de continuer à sévir, les familles connaissent des difficultés sociales et économiques.

Certaines personnes ont perdu leur emploi, voire leur logement. En période de crise il devient  évident que ni les individus ni la société ne peuvent se passer des familles.

C’est la raison pour laquelle le pape François invite les chrétiens à prier pour que les familles « soient accompagnées avec amour, respect et conseil ». « Et, de manière particulière, prions pour qu’elles soient protégées par les États », conclue-t-il.

Dans la vidéo ci-dessous,  parue ce 2 juillet, le Saint-Père insiste sur les moments difficiles que traversent les familles aujourd’hui, marquées par les incertitudes d’un monde en crise, et demande qu’elles soient «accompagnées avec amour, respect et conseil».

Vidéo à écouter cliquez sur l’image

Sam et Eric ordonnés prêtres à la cathédrale de La Rochelle

L’ordination presbytérale de Eric NDIKUBWAYO du Rwanda et de Joseph Marie VO TA SAM du Vietnam a eu lieu samedi 20 juin 2020 à 10h  à la cathédrale St Louis de La Rochelle.

La cérémonie a été présidée par Mgr Georges COLOMB évêque du diocèse de La Rochelle et Saintes. En cette journée belle et ensoleillée, régnait une bonne ambiance, très priante. L’assemblée des fidèles heureuse de se retrouver, a respecté les consignes sanitaires.

Eric et Sam étaient entourés par le presbytérium, les religieux et religieuses les diacres et bien sûr leurs nombreux amis. Seule une partie de leur famille, a pu les rejoindre, beaucoup de leurs parents sont restés au Vietnam et au Rwanda  en raison des restrictions aux voyages internationaux.

La vidéo de la cérémonie et l’homélie du père Colomb sont à retrouver plus bas

Photos GT

Photos GT

 

Vidéo de la messe d’ordination de Sam et Eric 

Vidéo de l’Homélie de Mgr Colomb 

Pèlerinage diocésain à l’île Madame 25 août 2020

Le pèlerinage diocésain à l’île Madame aura lieu le mardi 25 août 2020 à partir de 9h 30

Mgr Celestino Migliore

Mgr Celestino Migliore, nonce apostolique en France depuis  le 5 mars 2020 est l’invité d’honneur du pèlerinage diocésain à l’île Madame, qui sera présidé par Mgr Colomb, évêque de la Rochelle et Saintes

Programme

  • 9h 45 :    Accueil des pèlerins
  • 10h 00 : Ouverture du pèlerinage et temps de confession et réconciliation.
  • 11h 00 :  Célébration Eucharistique
  • 12h 15 :   Pique nique
  • 14h 00 :  Procession à la croix des galets.
  • 15h 30 :  Célébration à la croix des galets et envoi.

Certaines  obligations sanitaires devront être respectées pour tenir compte de la pandémie Covid-19.

Stèle commémorative de l’île Madame

Ce pèlerinage commémore  le martyre des 829 prêtres et religieux originaires de divers diocèses de France déportés au printemps 1794 vers le port de Rochefort,  547 mourront, par suite des conditions épouvantables de leur enfermement  sur deux navires négriers,  “les Deux associés” et  “le Washington“, ancrés  en rade de l’île d’Aix.

La fin de la Terreur mettra fin à leur calvaire, ils débarqueront de leurs prisons flottantes fin janvier 1795. “ l’embouchure de la Charente est la plus grande nécropole de prêtres au monde“. Phrase prononcée par le cardinal Etchgarray, lors du pèlerinage du bicentenaire, en août 1994.

Croix de galets île Madame

254 prêtres sont enterrés sur l’île Madame. Le lieu de leur sépulture est marqué par une grande croix de galets qui s’enrichit chaque année des galets votifs qu’y déposent les pèlerins, après avoir franchi, à marée basse,  la passe aux Bœufs qui relie le sanctuaire de Port des Barques à l’île Madame. Le mois d’août fait référence au 27 août date de la mort de l’abbé Jean-Baptiste Souzy, vicaire général de La Rochelle, béatifié avec 63 prêtres et religieux martyrs comme lui, en 1995 par le pape St Jean-Paul II

Contact :  Direction diocésaine des pèlerinages. ☏   07 72 32 08 28 – @ : pelerinages@diocese17.fr. Site internet diocésain

Télécharger affiche et programme ICI

Se nourrir de la Parole de Dieu chaque jour.

Vendredi 10 juillet 2020

1ère Lecture : Os 14, 2-10

Évangile : Mt 10, 16-23

Lorsque Jésus envoie ses disciples en mission il ne leur cache pas la réalité qu’ils vont rencontrer. Il y aura des persécutions, des incompréhensions, des diffamations. Cela fait partie de la vie du missionnaire. Il n’y a pas de mission sans croix.

J’aime l’invitation de Jésus à « tenir bon jusqu’au bout » Nous n’avons pas à nous inquiéter pour notre vie dira-t-il encore. (Lc 12, 22). Car en effet, le disciple n’est pas au-dessus du maître. (v24)

Je pensais encore à Jésus lui-même dans sa passion, jusque dans sa mort sur la croix. Comment a-t-il pu tenir bon lui-même jusqu’au bout ? Peut-être dans ce qu’il exprime sur cette même croix : « Père en tes mains, je remets mon esprit ». Il choisit de s’en remettre au Père, à l’Esprit de son Père. « Puisque l’Esprit nous fait vivre, marchons sous la conduite de l’Esprit. » (Ga 5, 25)

Voilà bien ce à quoi nous encourage le psalmiste : « écoute, et viens me délivrer. Sois le rocher qui m’abrite, la maison fortifiée qui me sauve. Ma forteresse et mon roc, c’est toi : pour l’honneur de ton nom, tu me guides et me conduis. Tu m’arraches au filet qu’ils m’ont tendu ; oui, c’est toi mon abri. En tes mains je remets mon esprit ; tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité. » (Ps 30, 3-6)

Bonne journée

Père Mickaël

Partant ce matin même pour une semaine de retraite puis deux semaines de vacances, l’envoi des commentaires va s’arrêter pendant ce temps et reprendre à partir du mois d’Août. Merci pour vos encouragements. Que nous puissions toujours mieux prendre conscience que la Parole de Dieu est vivante et rejoint le concret de nos vies.

 

Pour retrouver, télécharger et relire un des derniers commentaires du Père Mickaël, cliquez ci-dessous, sur la date de votre choix  :

Première messe d’Eric à Notre Dame

Ordonné  prêtre le samedi 20 juin 2020 en la cathédrale St Louis de La Rochelle, par Mgr Georges Colomb, Eric Ndikubwayo a célébré sa première messe,  le dimanche 21 juin 2020 à 18h, dans l’église Notre Dame de Rochefort, devant ses amis, sa famille et les paroissiens de Rochefort. Il était entouré par 12 prêtres dont le père Mickaël Le Nezet curé de Rochefort, l’abbé Pierre Bigot prêtre coopérateur, les abbés Arockiya, Jean, Joseph The Tao et Vo Ta Sam, vicaires, parmi les prêtres amis,  invités, se trouvait le père Alexis , bien connu des Rochefortais.

L’ambiance était chaleureuse et entraînante, grâce au groupe musical et aux chanteurs menés par Marie-Noëlle Lastère et Estelle Hartenberger. Nous souhaitons une belle et riche vie de prêtre à Eric à la suite et au service du Christ et de son Eglise.

Voici la première homélie du père Eric :

Il est temps ! Le moment est venu pour les disciples de commencer la mission et… (Silence)

Dieu seul sait combien sont nombreux les obstacles qui les attendent !

Jusque-là ils étaient bercés dans l’admiration des miracles que Jésus accomplissait.

Et ils pouvaient croire que le paradis était déjà pleinement là.  Hélas ! Désormais, ils doivent quitter ce confort. Mais avant de partir Jésus leur parle ainsi: « Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes,  moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux » Mt 10, 32. Voilà une parole forte.

Les disciples peuvent maintenant se mettre en route car ils savent que leur mission consiste à annoncer leur attachement à Jésus et son enseignement. Et pour nous, rassemblés dans cette église, comment cette mission résonne-t-elle en nous ? Que faisons-nous pour rester témoin de notre Foi devant les hommes et les femmes d’aujourd’hui ?  Voilà des questions à laisser résonner dans notre cœur même après cette messe.

Cependant, en y regardant de plus près, le témoignage de notre foi, peut être comparé à un rosier…

Cette plante qui au printemps fleurit et provoque notre admiration. Pour immortaliser cette beauté naturelle,  ceux qui ont des caméras prennent des photos, qui sont ensuite soigneusement gardées.

Au printemps seules les fleurs attirent notre attention et pourtant, un rosier n’est-il pas aussi fait d’épines ?

Il en est de même pour le témoignage de Foi. Quand nous arrivons à transmettre nos valeurs chrétiennes, là nous sommes satisfaits et fiers. A ce niveau les familles sont heureuses de voir les enfants ou les petits enfants  suivre  le caté et participer régulièrement à la messe. Ceux qui sont issus de familles non pratiquantes ou plus du tout catholiques sont du moins heureux quand leurs familles sont bien réceptives à ce que révèle leur attitude chrétienne. Par ces exemples, nous sommes au printemps du témoignage de notre Foi, de notre attachement au Christ et à son enseignement, à tel point que nous pouvons parfois oublier que les épreuves font aussi partie la vie de Foi comme  nous l’avons suivi dans la première lecture où le prophète Jérémie dit :  « J’entends les calomnie de la foule qui dit : « dénoncez-le ! Allons le dénoncer (…). Nous réussirons et nous prendrons sur lui notre revanche » (Jr 20, 10).

Quand les épreuves se présentent contre notre témoignage, là, nous devenons comme ce rosier, non plus au printemps mais plutôt en hiver.  Il est en hibernation et les fleurs qui attiraient notre attention ne sont plus là et nous ne voyons que les épines.   Ce qui faisait notre fierté devient sujet de discorde familiale ou amicale. Les enfants ont grandi et ne s’intéressent plus à la religion. Le gendre ou la belle-fille ne veut pas entendre parler du baptême des enfants, et là la grand-mère et le grand-père sont déstabilisés car l’aiguille de la boussole familiale, la Foi en Dieu,  semble perdre le nord. Et pour l’autre exemple, la famille non pratiquante, ou non catholique, n’est plus tolérante à tout ce qui a trait à la religion.  Et là on est au cœur des épreuves contre le témoignage de notre Foi. Dans ces situations le danger de la désolation spirituelle n’est pas loin.

On peut facilement tomber dans le risque de considérer que Dieu nous a abandonnés. Face à cette situation, y-a-t-il une solution miracle ? Hélas !  Je n’en ai pas ! J’ai juste une proposition. Je m’inspire de ce que Jésus dit dans l’évangile, écoutons-le : «  Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme. » Mt 10, 28.

Il est bien vrai que les relations humaines ne permettent pas de transmettre la foi ou ses valeurs dans de telles circonstances, comme notre plante n’en demeure pas moins rosier malgré ses épines, les épreuves ne nous enlèvent pas notre identité chrétienne. Il est alors important de revenir au Christ et de lui confier notre souffrance. Comme Monique qui pria pour la conversion de son fils Augustin qui était très éloigné de la Foi, ayant été exhaussé, Son fils est devenu saint Augustin, un modèle d’attachement au Christ.

Là où les conditions s’y prêtent, dans votre maison, n’hésitez pas à créer un espace dédié à la prière avec des éléments simples : une table sur laquelle on peut déposer une bougie, un cierge qui nous rappelle que le Christ est la lumière qui nous précède et qui illumine notre témoignage. Une Bible/ la Parole de Dieu, nourriture spirituelle de notre témoignage. Un pot de fleur, symbole de l’harmonie et de la beauté que l’on veut rétablir dans nos familles. Dans cet engament la prière est très importante et ce n’est pas pour rien que sainte Thérèse de Lisieux est patronne universelle de la mission alors qu’elle n’est jamais sortie des murs de son Carmel.

Père Eric

Pour télécharger et relire l’homélie du père Eric cliquez ICI

Photos de GT

photos GT

 

 

Première messe du père Sam au sanctuaire de Port des Barques

Ordonné  prêtre le samedi 20 juin 2020 en la cathédrale St Louis de La Rochelle, par Mgr Georges Colomb, Joseph Marie VO TA SAM  a célébré sa première messe,  le dimanche 21 juin 2020 à 11h, au sanctuaire des prêtres déportés à Port des Barques, devant ses amis  et les paroissiens de St Agnant, habitants la rive gauche de la Charente. Il était entouré par  les abbés Mickaël Le Nezet curé de Rochefort, Arockiya, Jean, Joseph The Tao et Eric Ndikubwayo, vicaires. Des sœurs vietnamiennes de plusieurs congrégations étaient également présentes et ont animé la célébration avec des chants liturgiques.

Voici une prière de sainte Thérèse de Lisieux qu’il redit souvent:

“Je veux, Ô mon bien aimé, à chaque battements de mon coeur, vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois, jusqu’à ce que les ombres s’étant évanouies, je puisse vous redire mon amour dans un face à face éternel -Amen-” 

Homélie de la première messe du père Sam

Nous sommes invités tous à témoigner pour l’Evangile

 Il y avait un jeune garçon de 12 ans, qui, tous les jours, comme d’habitude, allait à l’école le matin et retournait à la maison pour déjeuner. Mais un jour, son programme écolier a changé. Ce jour-là était un lundi, il devait rester manger à l’école, car il avait cours dans l’après-midi. A l’heure du repas, il sortit son pique-nique.

Lui, éduqué chrétiennement, ne mangeait jamais sans dire le bénédicité. Entouré par ses amis qui s’agitaient en comparant leur nourriture, il ne savait comment faire pour commencer son déjeuner : il eut honte de faire son signe de croix devant ses amis, et il n’osa pas. Finalement il décida intérieurement de dire une petite prière en silence, puis il commença son repas ! Mais sa conscience le tourmenta de l’après-midi jusqu’au soir, car la veille, le dimanche, à la messe, il avait entendu dans l’évangile : « quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon père qui est aux cieux. Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon père qui est aux cieux ». Ce garçon c’était moi ! C’était Sam ! Jésus pardonne-moi encore !

Chers frères et sœurs, les paroles que Jésus m’a dites, il y a plus 20 ans, me travaillent encore aujourd’hui.

Oui, Jésus nous encourage, vous et moi, aujourd’hui à ne pas craindre les hommes, à ne pas renoncer à notre dignité et à notre vocation chrétienne devant les attaques, les difficultés et même les persécutions.

Nous sommes tous invités à aller sur les places publiques, sur les marchés et sur les plages afin de parler de Jésus, de témoigner et de proposer, au bon moment, une discussion sur Dieu.

Jésus nous chatouille encore aujourd’hui , il nous incite à nous lever au milieu de la foule pour dire la vérité, dénoncer les injustices, dévoiler les secrets ténébreux, et à ne pas avoir peur des calomnies ou des moqueries des hommes, parce que les paroles de calomnie ne feront pas tomber un seul de nos cheveux.

Le monde a besoin de prophètes mais tout le monde n’est pas prophète ! Et si nous ne sommes pas tous des prophètes, au sens biblique de ce terme, nous sommes tous, néanmoins, des témoins du Christ pour le monde d’aujourd’hui qui a tellement besoin de témoins. Comme dit le pape Paul VI dans l’exhortation Evangelii nuntiandi: « Les hommes d’aujourd’hui ont plus besoin de témoins que des maîtres ».

Témoigner par les paroles est important, mais tout d’abord il faut triompher de nous, il faut vaincre, en premier lieu, les obstacles et les difficultés intérieures : telles que la peur, la lâcheté, la mollesse qui sont nos premiers adversaires. Si nous voulons gagner le monde, commençons par nous vaincre nous-même !

Frères et sœurs, Jésus nous dit aujourd’hui : ne soyons pas des chrétiens mous, osons perdre en  risquant notre vie, nos intérêts propres et personnels pour Le gagner Lui et gagner ainsi sa vie, car qui perd sa vie la trouvera, comme il nous l’a promis. N’ayons pas peur des petites blessures, mais soyons au contraire de courageux soldats du Christ ! Ne nous laissons pas séduire par les voix cajoleuses du monde car elles sont trompeuses. Le témoignage des prêtres martyrs, sur cette terre de Charente maritime, est pour nous une leçon à imiter. Ils n’ont pas crié comme Jean Baptiste dans le désert, mais leur mort, quoique restée longtemps dans le silence, témoigne maintenant éloquemment de leur amour pour l’Eglise et pour le Christ.

Ils ont obéi à la loi de Dieu plutôt qu’à celle des hommes. Ils craignaient Celui qui a le pouvoir de sauver l’âme de la mort plutôt que ceux qui tuent le corps. Ils sont restés fidèles à leur engagement au détriment de leur vie.  Mais où trouver ce courage ? Où ont-ils  puisé la force du martyre ? C’est dans  la force de l’amour du Christ qu’ils les ont trouvés, ils ont compté sur cette unique force, qui est celle de Dieu ! Sans le Seigneur nous ne pouvons rien faire, n’ayant pas compté sur le Seigneur le jeune garçon n’a pas eu la force de tracer un signe de croix devant ses amis !« Malheur à moi si je n’annonce pas l’Evangile ! »

Père Sam

Pour télécharger et relire l’homélie du père Sam Cliquez ICI

Photos GT

Photos GT