Sœur Marie Guillet nous a quitté

Ce mercredi 8 juillet 2020, à 10h30, se tiennent les obsèques de Sœur Marie Guillet, ancienne supérieure générale des Xavières, à l’église saint Médard à Paris.

Celle qui a vécu 10 ans dans le diocèse de La Rochelle et Saintes a été rappelée à Dieu à l’âge de 77 ans le jeudi 2 juillet à la maison médicale parisienne Jeanne Garnier.

C’est à l’âge de 24 ans que Marie Guillet entre dans la vie religieuse, après une formation aux métiers de la petite enfance. À 38 ans seulement, elle est élue supérieure générale de la congrégation de la Xavière. Elle le restera de 1981 à 1993. Sœur Marie Guillet s’envole ensuite pour une année sabbatique au Québec, où elle découvre « les exercices spirituels dans la vie », la méthode de discernement de Saint Ignace de Loyola, mais exercée en groupe. Elle importe la méthode en France.

Par la suite, Sœur Marie Guillet est envoyée à La Rochelle, dans le quartier de Mireuil, pour y être la responsable de la communauté des Xavières. Elle y restera une dizaine d’années, entre 2005 et 2015 avant de rejoindre Paris. Dans notre diocèse, elle travaille en tant qu’animatrice pastorale, notamment au service du catéchuménat, mais plus spécifiquement en fondant le service diocésain de la vie spirituelle. Elle est également à l’origine des semaines de prière accompagnée, des fiches spirituelles de Carême, de la proposition de la retraite dans la vie… Elle avait également été appelée par Mgr Bernard Housset pour contribuer aux travaux du conseil épiscopal.

« Je lui suis très reconnaissant pour tout ce qu’elle a pu apporter pour notre diocèse », a salué Mgr Georges Colomb dans un courrier envoyé le 3 juillet dernier aux prêtres, aux diacres, aux religieux et aux laïcs investis dans la pastorale du diocèse de La Rochelle et Saintes. Mgr Colomb a en outre invité les prêtres à prier à son intention lors des messes dominicales du week-end suivant le décès de la religieuse.

Les épreuves ne l’ont pas épargnée : elle a fait face avec courage, pendant plus d’un an, à un cancer qui l’avait privée de sa voix. Ces derniers jours, elle aimait reprendre cette phrase de saint Paul : « J’ai mené jusqu’au bout le bon combat, j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi » (2 Tm 4,7). La confiant à la prière de tous les diocésains, Mgr Colomb a assuré sa famille et sa congrégation de sa prière.

La communauté des Xavières est une congrégation religieuse apostolique de spiritualité ignatienne. Née en 1921, elle a été reconnue officiellement en 1963 par l’Église catholique sous le nom d’Institut La Xavière, missionnaire du Christ Jésus. Elle est de droit pontifical depuis 2010. Elle compte à ce jour 115 religieuses, réparties dans vingt communautés répartis sur trois continents : Afrique, Europe et Amérique. Ces sœurs, qui ont vocation à porter le message de l’Évangile pour un public qui en est éloigné, ne portent pas l’habit religieux.

Ordinations de 2 prêtres à la cathédrale de Saintes

Jean-Eudes Blandin de Chalain

“Seigneur tu m’as séduit et je me suis  laissé  séduire”.

Natif de La Rochelle, il s’engage à 18 ans à la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris. Trois ans après, Jean-Eudes change radicalement de chemin et entre au séminaire pour rejoindre une communauté en fondation : Les Apôtres de la Vie. Il est incardiné dans le diocèse de La Rochelle et Saintes.

Dans l’action de grâce, nous confions Jean-Eudes et tous les futurs prêtres à la miséricorde de Dieu et à la protection de la Vierge Marie, et notamment Brice qui sera ordonné le même jour à la cathédrale Saint-Pierre de Saintes.

 Brice Degbey

“Fais de moi un instrument de paix”.

Après son baccalauréat canonique obtenu en 2014 à Lyon, cet ancien oblat de saint François de Sales est accueilli dans le diocèse de La Rochelle et Saintes.

Brice est également diplômé en droit et en philosophie (licence en droit privé à l’université de Parakou au Bénin et Master 2 de philosophie à l’université catholique de Lyon).

Jean-Eudes Blandin de Chalain et de Brice Degbey ont été ordonnés prêtres le samedi 27 juin 2020 à la cathédrale Saint-Pierre de Saintes par Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes.

Messe d’ordination

Retrouvez également ici l’homélie de Mgr Colomb (texte + vidéo)

Fais ton travail d’évangélisateur (extrait de l’homélie)
Confesser Jésus, Christ et Seigneur, c’est accepter de le suivre jusqu’au bout, vous souvenant sans cesse de l’amour  et de la joie de l’ami de l’Epoux, jusqu’au don total de vos vies, sans peur, car il est votre roc et votre salut ! Confesser Jésus Christ, c’est croire à la force de la Parole, c’est l’annoncer à temps et à contre temps. Vous n’êtes pas des gentils animateurs qui font leurs 35 heures dans une ONG humanitaire, vous êtes prêtres de l’Eglise catholique, votre maison devra être accueillante, votre téléphone branché pour être à l’écoute de vos frères et sœurs.

Vous devrez être attentifs au rythme de vie des Fidèles laïques qui œuvrent pour l’annonce de l’évangile avec vous. Ils ont bien souvent une vie de famille et de plus, bénévolement, la plupart du temps, ils donnent du temps et leur amour du Christ dans le cadre de leur mission. Sachez le, Il est normal que votre agenda soit bien rempli.

Les bonnes journées sont celles où l’on s’endort fatigué.”

Jean-Eudes et Brice bénissant Mgr Colomb sur le parvis de Saint-Pierre (Saintes) à l’issue de leur ordination

Passage de Marie pèlerine ce juillet en Chte Mme

Le projet de pèlerinage “M” Marie est un projet qui a pour but de toucher, sur la route, les personnes qui croient ou qui ne croient pas et de demander à la vierge Marie de délivrer la France du Covid 19 :

Deux calèches portant une statue de Notre-Dame de France partiront  l’une de Lourdes et l’autre de La Salette le 2 juin  pour se rejoindre au sanctuaire de Pellevoisin.

Tous sont invités à participer à cette procession sur les traces des 5 apparitions de la vierge Marie au XIXème siècle en France (qui forment un  M sur la France) ou à participer à l’accueil de la procession dans les villages.

En Charente-Maritime le pèlerinage après être passé à :

  • Bussac Forêt le 29 juin, Montendre le 30 juin
  • Saint-Simon de Bordes le 1er juillet, Clam le 3 juillet
  • Bougneau le 4 juillet

Passera à 

  • Jarlac-Montils  le 5 juillet
  • La Chapelle des Pots le 6 juillet
  • Saint Hilaire de Villefranche le 7 juillet
  • Saint Jean d’Angély les 8 et 9 juillet
  • Courant le 10 juillet
  • Marsais le 11 juillet

Planning de la route de l’Ouest

Dimanche, 5 juillet : 8:00 Laudes, bénédiction par le père Benoit
8:30 départ pour Courcoury 12:00 repas tiré du sac à Montils prés de la salle des fêtes 17:30  arrivée à Courcoury 19:00 veillée Mariale 20:00 repas partagé
Lundi, 6 juillet : 9:00 messe 10:00 bénédiction , départ vers la Chapelle des Pots 11:00 passage de la Charente par le bac 12:00 repas tiré du panier à Chaniers en compagnie du père Salin 17:00 arrivée à la Chapelle des pots, SDF 18:00 repas tiré du panier 19:00  procession vers l’église  20:15 veillée
Mardi, 7 juillet : 8:30 Messe Bénédiction des Pèlerins 9:00 Marche: 8,6 km La Chapelle Ecoyeux 9:00  Départ de La Chapelle des Pots vers Ecoyeux
12:00 Pause déjeuner Ecoyeux 15:00 Marche: 5,8 km, Ecoyeux à Saint Hilaire de Villefranche 16:30 Arrivée à Saint Hilaire 18:00 Messe à Saint Hilaire de Villefranche 19:30  Repas partagé et veillée
Mercredi, 8 juillet : 9:00 Marche: 8,6 km. Saint Hilaire Asnières-La-Giraud
9:00  Départ de Saint Hilaire de Villenfranche 11:30 Maréchal Ferrand
11:30  Pause déjeuner Asnières La Giraud  13:30  Marche: 9,8 km. Asnières vers Saint Jean d’Angély 17:00 Arrivée à la Maison Paroissiale 18:30  Messe puis veillée Saint Jean d’Angély
Jeudi, 9 juillet :  Repos du cheval 12:00  Messe Eglise Saint Jean 15:00
 Chapelet en l’Eglise saint Jean
Vendredi, 10 juillet :  8:30 Messe Bénédiction des Pélerins 9:00
 Marche: 11,6 km Saint Jean d’Angély Parc Art Roman 12:00
 Pause déjeuner Visite Architecture Romane 15:00 Marche: 4 km
16:00  Pause à Courant  17:00  Marche: 1,5 km Courant-Chapelle Sainte Radegonde  18:00 Messe Chapelle Sainte Radegonde 19:00
 Veillée et repas partagé 20:30 Trajet: 1,6 km Chapelle Ligueil
Samedi, 11 juillet : 9:00  Marche : 6 km, Courant/Ligueil vers Saint Félix
12:00  Pause déjeuner Saint Félix 15:00  Marche: 4,5 km, Saint Félix-Marsais
16:30 Accueil à Marsais. Jardin de l’église. 18:30 Messe à Marsais
Dimanche, 12 juillet  : 9:00 Marche : 7,5 km Marsais-Olbreuse 12:00
 Pause: Olbreuse 14:00  Marche: 9 km Olbreuse-Vallans-Epannes
17:00  Accueil festif à Epannes 18:00  Messe + confessions possibles
20:00 Veillée à l’église d’Epannes
Lundi, 13 juillet : 9:00  Messe avant le départ

 

 

 

Le pape François écrit à Benoît XVI pour lui transmettre ses condoléances

Décès le 1er juillet 2020 de Georg Ratzinger, le frère du pape émérite, Benoit XVI 

« Je désire vous renouveler l’expression de mon plus profond sentiment cordial et de ma proximité spirituelle dans ce moment douloureux », a écrit le pape François dans une lettre adressée à Benoît XVI, ce jeudi 2 juillet,

Au lendemain du décès de Georg Ratzinger, grand frère de Benoît XVI, le pape François a écrit au pontife émérite pour lui faire part de sa proximité.  « Vous avez eu la délicatesse de me communiquer en premier la nouvelle du décès de votre bien-aimé frère Mgr Georg », souligne le pontife. « Je désire renouveler l’expression de mon plus profond sentiment cordial et de ma proximité spirituelle dans ce moment douloureux ». Il dit encore prier pour le « regretté défunt, afin que le Seigneur de la vie, dans sa bonté miséricordieuse l’introduise dans sa patrie du ciel et lui accorde la récompense préparée pour les fidèles serviteurs de l’Évangile ».

« Je prie aussi pour vous, Sainteté, écrit encore l’actuel pontife, invoquant du Père, par l’intercession de la Bienheureuse Marie, le soutien de l’espérance chrétienne et la tendre consolation divine », a écrit le pape François qui rend encore grâce pour leur commune adhésion au Christ, « source d’espérance et de paix » et termine en signant ainsi : « Filialement et fraternellement ».

Le Pape invite les médias catholiques à “l’unité dans la diversité”

Pour la première fois de son histoire, la conférence annuelle des médias catholiques, promue par la Catholic Press Association (Association de la presse catholique) se tiendra en mode virtuel les 1-2 juillet.
Dans un message qu’il leur adresse à cette occasion, le Pape François invite les participants à être entre eux signes d’unité ; pour le Saint-Père, le monde a plus que jamais besoin d’hommes et de femmes de principes pour protéger une information de tout ce qui pourrait l’altérer.

«L’expérience de ces derniers mois a montré combien la mission des médias est essentielle pour maintenir les gens ensemble, en réduisant les distances, en fournissant les informations nécessaires et en ouvrant les esprits et les cœurs à la vérité», écrit le Pape aux conférenciers.

Ce rendez-vous annuel majeur de la presse catholique réunit d’ordinaire aux États-Unis nombre de journalistes, professionnels du monde de la communication et de l’édition, ainsi que plusieurs évêques.

En raison de la crise sanitaire actuelle et des restrictions de déplacements qu’elle induit, cette conférence se déroulera cette année en mode virtuel sur le thème «ensemble bien que séparés» (Together while apart), lequel exprime «de manière éloquente, selon le Pape, le sentiment d’union qui a paradoxalement émergé de l’expérience de la distance sociale imposée par la pandémie».

 C’est d’ailleurs cette prise de conscience qui conduisit à la création des premiers journaux catholiques américains, remarque François, citant l’exemple du Catholic Miscellany, publié pour la première fois à Charleston en 1822 et qui fut suivi par d’autres revues et périodiques.

Protéger la communication

«L’unité dans la diversité» («E pluribus Unum», qui est la devise des États-Unis) doit inspirer le service des journalistes et communicants au service du bien commun, écrit encore le Pape.

Ce besoin se fait toujours plus criant dans un monde marqué par la polarisation et les conflits, qui n’épargnent pas les catholiques eux-mêmes. «Nous avons besoin de médias capables de construire des ponts, de défendre la vie et d’abattre les murs, visibles et invisibles, qui empêchent un dialogue sincère et une véritable communication entre les personnes et les communautés. Nous avons besoin de médias qui peuvent aider les gens, en particulier les jeunes, à distinguer le bien du mal, à porter des jugements corrects, fondés sur une présentation claire et impartiale des faits, à comprendre l’importance de l’engagement en faveur de la justice, de l’harmonie sociale et du respect du foyer commun. Nous avons besoin d’hommes et de femmes de principes pour protéger la communication contre tout ce qui pourrait la déformer ou la plier à d’autres fins», plaide François qui demande à ces médias d’être signes d’unité dans la foi, forts «face aux modes culturelles fugaces qui n’ont pas le parfum de la vérité évangélique».

Attester personnellement de la véracité du message transmis

La communication n’est «pas seulement une question de compétence professionnelle»; le vrai communicant doit en effet se consacrer entièrement au bien-être des autres, s’impliquer personnellement, attester de la véracité du message qu’il transmet. «Toute communication a sa source ultime dans la vie du Dieu trinitaire, qui partage avec nous la richesse de sa vie divine et nous demande, à notre tour, de communiquer ce trésor à d’autres, unis au service de sa vérité».

Seul le regard de l’Esprit-Saint «nous permet de ne pas fermer les yeux» devant la souffrance de l’humanité. «C’est seulement avec ce regard que nous pouvons travailler efficacement pour vaincre les maladies du racisme, de l’injustice et de l’indifférence qui défigurent le visage de notre famille commune», et ainsi, aider les autres à contempler la réalité des personnes précisément avec ce regard de l’Esprit. «Là où notre monde parle trop souvent avec des adjectifs et des adverbes, puissent les communicants chrétiens parler avec des noms qui reconnaissent et encouragent la revendication silencieuse de la vérité et favorisent la dignité humaine.

Là où le monde voit des conflits et des divisions, regardez la souffrance et les pauvres pour donner une voix aux demandes de nos frères et sœurs qui ont besoin de miséricorde et de compréhension», conclut le Saint-Père.

Projet de loi bioéthique à l’Assemblée Nationale : ce n’est pas une urgence !

Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes, s’étonne que la priorité actuelle pour l’Assemblée nationale consiste à étudier en catimini et dans l’urgence la révision de la loi de bioéthique.

Depuis le 29 juin, les députés ont commencé l’examen en deuxième lecture du projet de loi de bioéthique. Ce projet de loi prévoit entre autre l’abandon du critère d’infertilité médicale pour accéder aux techniques de procréation médicalement assistée ou encore la disparition des derniers remparts qui protégeaient jusqu’ici les embryons humains.

Compte tenu de la gravité des enjeux sociétaux mis en cause dans ce texte, l’évêque de La Rochelle et Saintes s’interroge sur l’urgence d’un tel vote en plein cœur de l’été. Les citoyens doivent avoir le temps de s’approprier toutes les conséquences pour les générations futures de ces choix législatifs gravissimes.

L’urgence est ailleurs ! Comme le répète le pape François, notre société devrait consacrer son énergie à protéger les plus faibles. Les responsables politiques engagent fortement leur responsabilité en choisissant d’éviter la mobilisation des consciences et en faisant l’impasse sur des discussions justes et ouvertes.

 

Prière du mois de juillet 2020

Prière à Saint Pierre et Saint Paul

saints pierre et paul

En ce jour de la Fête des deux apôtres Pierre et Paul, nous « prions Dieu pour toute notre société, avec ces deux témoins de la foi ».

Pierre, pour toi, toute l’église a prié avec insistance : que le rôle et les tâches des responsables dans l’église soient soutenus par la prière des fidèles !

Que l’appel du pape François aux baptisés de prier pour lui soit pris en compte sérieusement au cœur de la vie de chaque chrétien !

Pierre, toi qui as écouté et réalisé ce que dit l’ange du Seigneur, aide-nous à être attentifs aux événements dans la vie de tous les jours ! Qu’à notre tour, nous soyons toujours discernant et dociles au souffle de Dieu !

Paul, converti sur le chemin de Damas : que les yeux de chair de tout homme puissent être transformés au regard de Dieu ! Que le feu du péché qui installe la guerre dans les sociétés humaines, laisse la place au feu ardent de l’amour et de la paix !

Paul, du Saul-persécuteur au Paul-porteur du nom chrétien, aide tout homme qui est en quête du sens de la vie de rencontrer le Christ, le Fils de Dieu qui s’est fait petit et humble, qui est abandonné, emprisonné, persécuté…

Avec Pierre et Paul, nous demandons à Dieu, le Père, de faire grandir notre foi en Christ jour après jour. Que l’Esprit Saint nous aide à témoigner son amour miséricordieux dans le milieu où nous vivons !

Amen.

(Retrouver cette prière du mois dans le menu : “Célébrer / prier” et dérouler jusqu’à la prière du mois)

Saint Paul désire être propre…

Une église sale est une église triste.

De plus par ce temps de circulation de coronavirus, la propreté de l’église permet de diminuer les risques de contamination.

Rendez-vous lundi 29 juin à 10h si le coeur vous en dit

La tâche sera plus facile et plus agréable si  l’on est nombreux.

Il est recommandé de prendre quelques ustensiles et produits de ménage

–  MERCI –

Nouvelle mission de Monseigneur Barbarin.

Dans un entretien accordé à Aleteia ( site chrétien intéressant) en juin 2020, le cardinal Philippe Barbarin, prélat de 69 ans,  se confie sur sa prochaine mission qui débutera en juillet.,

De retour d’une longue retraite spirituelle en Terre sainte, après sa démission le 6  mars dernier, le cardinal Barbarin, nommé archevêque de Lyon en 2002, après avoir servi les Lyonnais pendant dix-huit ans d’une manière exemplaire célébrera sa messe d’adieu et d’action de grâce le dimanche 28 juin.

Sa  nouvelle mission, auprès des petites sœurs des pauvres en Bretagne, comportera  deux dimensions essentielles :  « suivre Jésus de près » et « rendre service », elle s’inscrira dans la continuité de son action de cardinal primat des Gaules.

Finalement relaxé et jugé « non coupable » pour non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs dans le cadre de l’affaire Bernard Preynat, Mgr Barbarin commence une nouvelle étape de sa vie. Il n’est pas excessif de dire que comme le Christ il aura été humilié et sanctionné pour des négligences anciennes dont il était innocent. Pour l’opinion publique il fallait que quelqu’un paye, c’est lui qui a payé.

Conscients de cette injustice les fidèles de Lyon ont ouvert  le site  : Merci Cardinal, où chacun peut exprimer son émotion et sa reconnaissance.

Voici quelques témoignages : « Depuis 18 ans, le cardinal Barbarin s’engage courageusement dans la société et dans le monde, au service du dialogue, de la rencontre et de la fraternité, du respect des plus petits, de la défense des chrétiens martyrs […] ». Un autre témoignage : « Depuis les débuts de sa vie de prêtre, il nous a changés, bousculés, édifiés, nous voulons lui dire notre gratitude ». À quelques jours de la messe d’adieu, les messages de remerciement se multiplient.

Entretien.

Aleteia : Monseigneur, quelle est votre prochaine mission ?

Cardinal Philippe Barbarin : En rentrant de Terre sainte, je suis allé voir le Saint-Père fin mai. Nous avons beaucoup parlé du Proche-Orient. Il m’a dit qu’il aimerait que je reste disponible pour des missions dans les pays que je connais bien, comme l’Irak, le Liban ou Israël. Pour le reste, il m’a laissé le choix de faire ce que je souhaite. J’avais déjà pris contact avec l’archevêque de Rennes et avec la supérieure des Petites Sœurs des Pauvres de Saint-Pern, en Bretagne, là où vit Mgr Marcus, l’ancien archevêque de Toulouse. Dès le début du mois de juillet, je serai donc à ses côtés, mais aussi comme un aumônier pour les sœurs.

D’autre part, Mgr d’Ornellas (archevêque de Rennes) m’a demandé de donner des cours au séminaire de Rennes.

Je l’accueille comme un frère. C’est un homme de Dieu, qui est unanimement reconnu comme un enseignant de la Parole de Dieu, réagit l’archevêque de Rennes. Il a été déjà été professeur au séminaire de Madagascar. Et il reste cardinal. Il est donc effectivement susceptible d’être envoyé en mission par le Vatican, notamment pour les Chrétiens d’Orient. »

Les jeunes religieuses des Petites sœurs des pauvres, lors de la messe des vœux perpétuels. | OUEST-FRANCE

Le cardinal Barbarin sera donc accueilli à la Tour Saint-Joseph, la « maison-mère » des Petites sœurs de pauvres à Saint-Pern, en Ille-et-Vilaine, congrégation fondée par la bretonne Jeanne Jugan, née à Cancale.

Obsèques de Claude Poireault

La messe d’au revoir à  Claude Poireault a eu lieu le jeudi 25 juin 2020 à 10h 30 en l’église Notre Dame de Rochefort.

La messe était présidée par le père Pierre Bigot  entouré des pères Yves Guiochet et  Jean-Pierre Baron tous deux anciens curés de Rochefort venus de Saintes, du père Arockiya, du père Joseph The Tao Nguyen vicaires et du père  Eric Ndikubwayo récemment ordonné. Était également présent Henry Leblong, diacre.

L’absence du père Le Nezet curé de Rochefort fut expliquée par le père Pierre Bigot. N’ayant pas vu ses parents depuis plus d’un an, il était auprès d’eux en Bretagne.

L’église était bien remplie, on pouvait y voir Irène, son épouse,  entourée par sa famille et ses neveux et nièces. Étaient également présents  ses nombreux amis de Rochefort  et M. Hervé Blanché, maire.

La chorale St Vincent dirigée par Marie-Claude Fardet a animé la messe par ses cantiques et ses hymnes, Marc Fardet était à l’harmonium.

Pour lire l’homélie du père Pierre Bigot Cliquez ICI

Pour lire le témoignage de ses neveux et nièce Cliquez ICI

Pour lire le Témoignage de ses amis proches J.Paul Davy  Cliquez ICI

Pour lire le Témoignage de Blandine Vernier aumônerie Cliquez ICI

 

Claude et Irène dans leur maison à Ste Marie de Campan
Irène et Claude sur la route de Campan

Réception au presbytère de St Nazaire après l’ordination de Sam.

Après l’ordination presbytérale de Joseph Marie VO TA SAM,  le samedi 20 juin au matin par Mgr Georges Colomb évêque de La Rochelle et Saintes, les amis et les paroissiens de la rive gauche de Charente (Echillais, St Agnant, Soubise, St Nazaire et Port des Barques) ont été invités à un pique nique dans le jardin du presbytère de St Nazaire.

Ils ont été accueillis par le père Sam, le père Arockiya, le père Jean vicaires et les sœurs vietnamiennes. Ces dernières avaient préparé un excellent repas exotique et surtout une magnifique pièce montée, qui a fait le bonheur de tous les convives. Étaient également là,  le père Joseph The Tao Nguyen et un prêtre vietnamien ami, sans oublier Placide Esse Loko acolyte.

Au terme d’une émouvante allocution l’abbé Joseph Marie VO TA SAM a été chaleureusement applaudi, et un beau soleil couchant  laissera dans la mémoire de tous les invités un excellent souvenir. Deo gratias

Merci père Sam et bon apostolat…

Photos GT

 

Ordination sacerdotale d’Eric et de Sam

 Eric Ndikubwayo et Joseph Marie Vo Ta Sam seront ordonnés prêtres,

le 20 juin à 10h à la Cathédrale Saint-Louis de La Rochelle, par Monseigneur Georges Colomb 

Dans l’action de grâce, nous confierons Sam, Eric, ainsi que  tous les futurs prêtres, à la miséricorde de Dieu et à la protection de la Vierge Marie.

Les entrées étant limitées par mesure sanitaire, il convient de   réserver sa place au 05.46.99.03.11 ou par mail : paroissederochefort@gmail.com

Ceux qui désirent participer au cadeau qui sera  offert aux deux nouveaux prêtres, à savoir les rituels nécessaires pour exercer leur ministère, peuvent s’adresser au presbytère St Louis 102 rue P. Loti ( téléphone et mail ci-dessus)

Eric NDIKUBWAYO
Eric NDIKUBWAYO

Diacre, né en 1990 au Rwanda, à été formé en partie au Rwanda puis au Cameroun à l’université catholique d’Afrique Centrale, de spiritualité carmélitaine. Arrivé en France en 2017 dans le diocèse de La Rochelle et Saintes, il a été nommé à Rochefort pour son stage pastoral, où il est :

  • Co-responsable du Secours Catholique
  • Accompagnateur des jeunes professionnels.
  • Responsable de la préparation au baptême des enfants non scolarisés (de 3 à 7 ans)

Eric célébrera sa 1ère messe le dimanche 21 juin 202 à 18h à l’église Notre Dame

Joseph Marie Vo Ta Sam
Sam en tablier de service

Né au Vietnam en 1984, au sein  d’une famille pratiquante de 11 enfants,  il a 3 sœurs religieuses. Après son bac il est entré dans une fraternité missionnaire située au sud du pays où il a appris le français. Depuis sa plus tendre enfance il veut être prêtre. A l’âge de 30 ans, il s’est rendu à Lisieux, où il est rentré au séminaire :”Notre Dame de vie”  . En 2017 il arrive dans le diocèse de La Rochelle et Saintes, il sera nommé par Mgr Georges Colomb, en stage pastoral, à Rochefort .

Voici une prière de sainte Thérèse de Lisieux qu’il redit souvent:

“Je veux, Ô mon bien aimé, à chaque battements de mon coeur, vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois, jusqu’à ce que les ombres s’étant évanouies, je puisse vous redire mon amour dans un face à face éternel -Amen-” 

Sam célébrera  sa 1ère messe le Dimanche 21 juin 2020 à 11h au sanctuaire de l’île Madame à Port des Barques.

Par ailleurs, Mgr Colomb ordonnera prêtres pour le service de Dieu, de l’Eglise et des hommes :  Brice Degbey et Jean-Eudes Blandin de Chalain le 27 juin à 10 h à la cathédrale Saint-Pierre de Saintes

Le diocèse rend grâce pour ce don de Dieu et prie pour ses futurs prêtres

Nombre de prêtres en France

En 2009 le nombre de prêtres en France était de 19 000. En 1990, il y en avait 32 300. Le nombre de prêtres en France a beaucoup diminué, car il y a moins d’ordination de prêtres. En 2016, on comptait un peu moins de 16 000 prêtres en France, nombre en baisse de 600 à 650 chaque année en raison des 700 à 800 décès annuels.

Définition du prêtre

Chrétien qui, par l’imposition des mains au moment de l’ordination par l’évêque, reçoit la mission de rendre présent le Christ parmi les hommes, en célébrant l’eucharistie, en pardonnant les péchés, en instruisant et guidant le peuple qui lui est confié.

L’ordination des prêtres

1. Quel est le sens de l’ordination sacerdotale ?

L’ordination presbytérale est la célébration au cours de laquelle le prêtre reçoit de l’évêque le “sacrement de l’ordre”.
Par l’ordination, le nouveau prêtre reçoit le caractère sacerdotal « qui le configure au Christ Prêtre pour le rendre capable d’agir en la personne du Christ Tête » (Presbyterorum ordinis, n.2) ; il s’agit d’une marque ineffaçable, au même titre que le baptême. Appelés à servir le peuple de Dieu, les prêtres constituent un seul « presbyterium » : la communauté des prêtres d’un diocèse unis à leur évêque.

L’ordination sacerdotale est la célébration où le prêtre reçoit de l’évêque le sacrement que l’on appelle “sacrement de l’ordre” au degré de prêtre. Par l’ordination, le nouveau prêtre reçoit le caractère sacerdotal qui est une marque ineffaçable comme le caractère baptismal. Il entre aussi dans le “presbyterium” qui est la communauté des prêtres d’un diocèse unis à leur évêque.

2. Que nous apporte l’assistance à une cérémonie d’ordination ?

La cérémonie d’ordination nous fait participer intensément à une expérience spirituelle et à une expérience d’Église.

Après un dialogue entre l’évêque et chaque ordinand vient la promesse d’obéissance à l’évêque. L’assemblée chante la litanie des saints pendant laquelle les ordinands sont prosternés face contre terre devant l’autel. Puis c’est l’imposition des mains, signe du don de l’Esprit. L’évêque et les prêtres viennent successivement imposer les mains aux ordinants.

Enfin la prière de l’ordination est dite par l’évêque, tous les prêtres levant la main pendant ce temps.
L’ordination est suivie de rites complémentaires : chaque ordinand reçoit les vêtements sacerdotaux (l’étole et la chasuble). Il est marqué du saint Chrême sur les paumes, en signe de consécration par l’évêque qui lui remet la patène et le calice, lui donne le baiser de paix qu’il transmet à tous les prêtres. Les nouveaux prêtres concélèbrent la messe.

3. Comment se déroule une cérémonie d’ordination d’un prêtre ?

Présentation et appel des candidats – L’évêque les appelle et ils répondent “Me voici”. Les futurs prêtres peuvent être présentés par le responsable des vocations ou par un prêtre du séminaire.

Liturgie de la Parole – Lectures et homélie de l’évêque

L’ordination proprement dite – Après un dialogue entre l’évêque et chaque ordinand et sa promesse d’obéissance à l’évêque, on chante la litanie des saints pendant laquelle les ordinands sont prosternés face contre terre devant l’autel (signe de leur disponibilité à l’action de Dieu en eux). Puis c’est l’imposition des mains, signe du don de l’Esprit Saint. L’évêque et les prêtres viennent successivement imposer les mains aux ordinants. Enfin la prière de l’ordination est dite par l’évêque, tous les prêtres peuvent garder la main droite levée pendant ce temps.

Les rites complémentaires – L’ordination est suivie des rites complémentaires. Chaque ordinand reçoit les vêtements sacerdotaux (l’étole presbytérale et la chasuble). L’évêque lui fait une onction de saint chrême, qui a été consacré à la messe chrismale, sur la paume des mains (signe de consécration), lui remet le pain sur la patène et le calice contenant le vin et l’eau mélangés et lui donne un baiser fraternel qu’il reçoit aussi de tout ou partie des prêtres.

Les nouveaux prêtres concélèbrent la messe

Le lendemain, chaque prêtre célèbre une première messe.

4. Que peut on faire quand on participe à une cérémonie d’ordination ?

On peut recevoir la bénédiction du nouveau prêtre. En effet après la cérémonie, il donne sa première bénédiction à tous ceux qui le désirent. On peut aussi participer à un cadeau. Souvent les amis et la famille du jeune prêtre se cotisent pour offrir un cadeau : un calice, une aube, une étole…

Le sacrement de l’ordre (ou ordination)

1. Quelle est la nature du sacrement de l’ordre ?

Le sacrement de l’ordre est un des sept sacrements. Pour comprendre le sacrement de l’ordre, il faut le situer par rapport au sacrement de baptême. Grâce au Baptême, tous les baptisés participent au Sacerdoce du Christ. Cette participation s’appelle “sacerdoce commun des fidèles”. En effet, comme le dit saint Pierre, toute l’Église est un peuple de prêtres, un peuple sacerdotal.(1 Pierre 2, 5.9). Ceux qui reçoivent le Sacrement de l’Ordre sont consacrés pour servir au nom et en la personne du Christ-Tête au milieu de la communauté. Le sacerdoce ministériel diffère du sacerdoce commun des fidèles, parce qu’il confère un pouvoir sacré au milieu de la communauté.

Nom du sacrement de l’ordre – Les théologiens appellent ce sacrement ” sacrement de l’ordre “. On peut dire aussi ” sacrement de l’ordination ” expression qui est plus claire pour les non initiés. Le mot Ordre, dans l’antiquité romaine, désignait des corps constitués au sens civil, surtout le corps de ceux qui gouvernent. Ordination désigne l’intégration dans un ordre, l’ordre des évêques, l’ordre des prêtres, l’ordre des diacres, qui va au delà d’une simple élection, désignation, délégation ou institution par la communauté, car elle confère un don du Saint-Esprit permettant d’exercer un ” pouvoir sacré ” qui ne peut venir que du Christ lui-même, par son Église.

Les degrés du sacrement de l’ordre – Le sacrement de l’ordre comporte trois degrés : le diaconat, le presbytérat et l’épiscopat qui concernent l’ordination des diacres, des prêtres et des évêques. Les prêtres sont institués pour être collaborateurs des évêques, associés à eux dans la fonction sacerdotale au service du peuple de Dieu. Les diacres sont institués pour aider l’évêque et ses prêtres, avec charité et simplicité de cœur. Il y a l’ordination diaconale, presbytérale et épiscopale.

2. Quel est la nature du “presbytérat” (ce qui constitue le prêtre) ?

La compréhension du presbytérat a progressé avec le concile Vatican II. Le concile de Trente qui devait combattre les erreurs protestantes, parle du sacerdoce comme pouvoir de consacrer, d’offrir et d’administrer le Corps et le Sang de Jésus, ainsi que de remettre et de retenir les péchés.

Le concile Vatican II reprend cet enseignement. Il situe le presbytérat par rapport à l’épiscopat : le presbytérat est une participation à l’ordre épiscopal et à sa mission d’enseigner, de sanctifier et de gouverner. Le prêtre a aussi pour mission d’annoncer la Parole de Dieu et de faire paître le peuple de Dieu. Cette conception a beaucoup de conséquences sur la manière d’exercer le ministère presbytéral.