La rénovation du grand orgue entame sa première étape

Pour l’heure, les oiseaux ne gazouilleront pas en même temps que le grand orgue de la cathédrale de Paris.

La restauration de ses 19 sommiers et 8 000 tuyaux a débuté en mars dernier.

À savoir que durant l’incendie, le grand orgue « n’a pas été inquiété par les flammes et a reçu très peu d’eau au cours de l’intervention des pompiers. Néanmoins, il a été recouvert de poussières de plomb qui se sont répandues sur l’ensemble de l’instrument et certaines parties ont souffert des variations thermiques subies par la cathédrale depuis l’incendie, notamment lors de la canicule de juillet 2019.

Il nécessite donc un nettoyage approfondi et une restauration, qui ne peuvent être effectués sur place », précise l’établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Suite à leur dépose progressive entre le 3 août au 9 décembre 2020, les différents éléments de l’instrument ont été répartis à différents endroits en France.

Ainsi les 19 sommiers – un assemblage de pièces de bois où sont posés les tuyaux –, ont été envoyés cet hiver à l’atelier Quoirin, dans le Vaucluse, pour qu’ils soient un à un décontaminés, avant le début de leur restauration.

Une étape qui se poursuivra jusqu’en août, au sein de la Manufacture languedocienne de Grandes Orgues, dans l’Hérault.

Les sommiers seront de nouveau confiés cet été à l’atelier Quoirin, qui se chargera de le pose 850 électro-aimants et de 180 vérins pneumatiques, nécessaires à la résonance de l’instrument.

Manufacture Languedocienne de Grandes Orgues, préalablement décontaminé par l’atelier Quoirin Crédit photo : Charles Sarélot / Manufacture Languedocienne de Grandes Orgues
Manufacture Languedocienne de Grandes Orgues, préalablement décontaminé par l’atelier Quoirin – Crédit photo : Charles Sarélot / Manufacture Languedocienne de Grandes Orgues

 

Même refrain pour les 8 000 tuyaux du grand orgue, qui ont rejoint en mars l’atelier Cattiaux-Chevron en Corrèze pour leur décontamination et révision. Dès octobre prochain, ces éléments entameront leur restauration.

Avant cette échéance, le buffet devrait être parallèlement restauré.

Pareil pour les quatre grands soufflets, dont les travaux consistent à renouveler tous les joints d’étanchéité, confectionnés en peau de mouton et difficiles à décontaminer. Ils devront s’effectuer en été, période de forte chaleur, idéale pour l’adhésion de la colle au bois, possible à une température de plus de 20°C.

Point d'étapes de la restauration du grand orgue de Notre Dame de Paris

Une fois tous ces éléments prêts, ils seront assemblés courant 2023 au sein de Notre-Dame de Paris. Le nouvel orgue installé sera accordé et harmonisé avant son ouverture au culte et à la visite en 2024.

(tiré d’un article du site Bati Web)

 

Les matériaux livrent leur secret

Prochainement : Concert à l’église St Louis

Vendredi 12 août 2022 à 20h30 en l’église St Louis de Rochefort

Concert classique organisé par l’association Moge : Nathalie Blin, au violoncelle, professeure titulaire au conservatoire de Laval et Éric Blin, à l’accordéon classique, compositeur, vous invitent.

Au programme : Dvorák, Vivaldi, Massenet, Borodine, Schubert.

Cet ensemble s’est  produit régulièrement en concert avec des orchestres symphoniques, la plupart du temps en jumelage avec des chœurs  apportant une couleur  spirituelle  à la musique.

Il démontre que l’accordéon a toute sa place dans les ensembles classiques  et peut se mettre à l’unisson de la musique classique.

Entrée libre 

Pour réserver téléphoner au 06 70 15 41 24

L’Assomption de Marie

Célébrée le 15 août, la fête de l’Assomption, commémore la gloire de Marie en Dieu au terme de sa vie terrestre. Pour Marie, l’Assomption est la suite de sa participation à la vie de Jésus.

L’Assomption et l’Ascension sont deux fêtes différentes. L’une : l’Ascension, a lieu 40 jours après Pâques,  elle célèbre l’Ascension du Christ qui s’est élevé aux cieux pour rejoindre le Père tandis que l’autre : l’Assomption, se déroule le 15 août,  elle fête l’ascension de Marie à la suite de Jésus et grâce à Lui.

Après sa mort, la Vierge selon la Tradition, a été enlevée au ciel par le Christ.

La célébration de l’Assomption est très ancienne. Au début, c’était plus une fête populaire qu’une célébration religieuse car il n’existe aucune référence à l’Assomption dans la Bible.

En 1950,  le pape Pie XII proclame le dogme de l’Assomption. Des vêpres son célébrées la veille de l’Assomption qui est l’une des quatre fêtes catholiques fériées du calendrier.

C’est l’Empereur byzantin Maurice Ier qui à instauré, au VIe siècle, la date du 15 août pour célébrer ce que la Tradition orientale appelait la fête de la « Dormition de la Vierge Marie ». Pour l’Eglise orientale la Vierge n’était pas morte, elle dormait en attendant de retrouver son fils.

En Occident l’Assomption attire l’attention plus tardivement. La fête commence à s’étendre en Europe à partir du VIII ème siècle et atteint l’empire Franc où le concile de Mayence, en 813, sous Charlemagne, impose le 15 août comme « fête de l’Assomption de la Vierge Marie ».

En France, l’Assomption devint importante dès le XVIIe siècle.

Le roi Louis XIII prit  la Vierge pour protectrice  du royaume et fit du 15 août la Fête Nationale de la France. Ce n’est qu’en 1870, sous la 3ème république, que le 14 juillet, jugé plus républicain, remplaça le 15 août.

 

Fidélité et mission pour la vie en Christ : thème du pèlerinage à l’île Madame

Vendredi 19 août 2022, les chrétiens de Charente-Maritime se sont retrouvés au pèlerinage à l’Île Madame, dédié aux prêtres et religieux martyrs sous la Révolution.

Cliquer ICI pour lire le texte “Fidélité et Mission pour la vie en Christ” de Mgr G. Colomb

Programme  :

  • 9 h 45 : Accueil des pèlerins au sanctuaire de  Port-des-Barques
  • 10h00 : Ouverture du pèlerinage, accueil et présentation de Mgr Hervé Gosselin  par Mgr Georges Colomb. Réponse de Mgr Gosselin.

 

Mgr Hervé Gosselin, évêque d’Angoulême, invité par Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes, a présidé ce pèlerinage .

 

Vidéo de l’intervention de Mgr Gosselin

Texte recueilli après l’intervention de Mgr H. Gosselin par GT

Père Blomme

Temps spirituel et évocation du martyr des prêtres et religieux sur les pontons de Rochefort, par le père Blomme, postulateur de la cause en béatification des 64 prêtres et religieux martyrs de la Révolution française en 1794; déclarés bienheureux le 1er octobre 1995, à Rome, par saint Jean-Paul II, avec le père Jean-Baptiste Souzy à leur tête.

Vidéo de la Messe du pèlerinage

Les prêtres martyrs de Rochefort – 1794

La plus grande nécropole de prêtres au monde.

 L’île Madame à l’embouchure de la Charente, est un lieu unique, d’une grande beauté, c’est aussi « Le plus grand reliquaire de prêtres martyrs, en France, et peut-être dans le monde », comme le déclarait en 1994, Mgr Roger Etchegarray, venu au pèlerinage du bicentenaire des prêtres et religieux martyrs des pontons de Rochefort. Propos repris en 1995 par le cardinal Lustiger, présidant à son tour le pèlerinage à l’île Madame.

La Révolution française fut anticléricale, dans ce rejet ont joué :

Les dérives et excès scandaleux du haut clergé aristocratique, puisque les évêques étaient nommés avec l’accord du roi, tout comme les riches abbés, selon le système commendataire,

L’alliance séculaire du trône et de l’autel et la pauvreté du peuple, due aux guerres de Louis XIV, n’expliquent pas tout, car le peuple connaissait le dévouement du bas clergé, des curés, des moines et des moniales. Bien souvent, ce sont les curés, qui rédigèrent les cahiers de doléance du peuple, pour les adresser aux Etats Généraux de mai 1789.

En fait, les élites révolutionnaires, animées par l’esprit des Lumières et la montée de la Franc maçonnerie, rejetaient l’Eglise, considérée comme une force obscurantiste, et elles haïssaient la monarchie et la noblesse qui leur barraient la route, malgré leurs compétences, leur dévouement et leur habileté, vers le pouvoir, les promotions et les faveurs. Enfin, le mépris affiché par les aristocrates envers tout roturier, même dévoué et talentueux, n’arrangea rien.

La « Constitution civile du clergé »,

Une tentative de prise de contrôle de l’Église catholique par l’État.

La persécution des prêtres et religieux qui refusèrent de rompre avec le pape pour se placer sous le contrôle de l’Etat français en 1791, en ne signant pas la « Constitution civile du clergé » fut un épisode dramatique de l’histoire de France.

Le clergé, qui, en 1789, comptait 130 000 prêtres dont 44 000 curés de paroisse, auxquels il fallait ajouter 30 000 religieux et religieuses, se partagera sous la Révolution en deux camps, presque égaux: les jureurs « assermentés », qui composèrent avec le nouveau pouvoir, et les non-jureurs « insermentés », qui restèrent fidèles au pape Pie VI et refusèrent de prêter le serment d’allégeance au gouvernement révolutionnaire.

En effet, le 12 juillet 1790, l’Assemblée constituante vote la Constitution civile du clergé qui coupe les ponts entre le clergé français et Rome : les évêques devant être élus par le corps électoral civil, mêlant croyants et incroyants, sans interférence du pape.

Le 14 juillet 1790 c’est la fête de la Fédération au Champ-de-Mars, à Paris.

Le 24 juillet, le serment d’allégeance à la République est imposé aux évêques et aux prêtres, Louis XVI accepte le texte,

Le 27 novembre 1790 un décret impose à tous les ecclésiastiques de prêter serment sous 8 jours, la moitié, environ, du clergé paroissial « jurera » et l’autre moitié refusera ; on la dira « insermentée ».

Le 10 mars 1791, Pie VI rejette la Constitution civile du clergé.

Le 27 mai 1792 l’Assemblée, devenue législative, vote la loi d’exil dans les 3 mois des prêtres rebelles, dits « insermentés », sinon c’est la déportation en Guyane.

Le 26 août 1792 la loi est durcie : départ en exil dans les 15 jours, sinon c’est l’arrestation et la déportation en Guyane.

Le 27 mars 1793  les prêtres insermentés sont regroupés à Bordeaux pour déportation.

La saturation des prisons de Bordeaux dirige les flux suivants vers Rochefort.

En 1794, c’est la Terreur, le Comité de salut public a envoyé 1 494 ecclésiastiques, de toute la France, à Bordeaux  (on comptera 160 décès à Bx), puis à Rochefort829 ecclésiastiques  arriveront de mars à juillet 1794.

A Rochefort ils embarquent, à partir d’avril 1794, d’abord sur les « Deux Associés », puis », à partir de juin 1794, sur le « Washington ».

 Entassés sur ces deux navires négriers, ancrés à l’embouchure de la Charente, près de l’île d’Aix, dans des conditions concentrationnaires 547 prêtres et religieux mourront en 8 mois.

En janvier 1795, après la chute de Robespierre, la détention s’adoucit.

Le 15 août 1795 les détenus apprennent leur débarquement sur l’île Madame et ils mettent ce bonheur au compte de Notre Dame.

Au total, il n’y aura que 228 survivants, soit à peine le quart des prisonniers. Fait capital à souligner : ils décideront, au nom du Christ, de pardonner à leurs bourreaux et de ne pas s’étendre, en liberté, sur leurs souffrances, afin de contribuer à la paix civile.

Le 1er octobre 1995, à Rome, 64 ecclésiastiques, avec le père Jean-Baptiste Souzy, vicaire général de La Rochelle à leur tête, seront béatifiés, par le pape Jean-Paul II, comme martyrs de la foi. Ce  chiffre de 64 ecclésiastiques est dû au fait que ne furent retenus que ceux pour lesquels on disposait de témoignages d’héroïcité et de vertu, pour beaucoup d’autres, hélas, ce fut impossible, faute de témoignages.

Initié en 1910, le pèlerinage diocésain de l’île Madame a lieu à proximité du 18 août, jour de la fête commémorant le martyre des ecclésiastiques français.

Pour télécharger ou imprimer ce texte sur les prêtres et religieux déportés, cliquer ICI

 

Photos GT

Photos GT

 

 

 

 

 

 

Notre-Dame de Paris : fouille préventive à la croisée du transept

Le 2 février 2022, la fouille préventive a démarré, une première tranche de trois semaines a été menée sur le terrain, suivie d’une tranche optionnelle de deux semaines.

Au vu des découvertes, il a été décidé, en concertation avec l’Établissement public et la maîtrise d’œuvre, de poursuivre l’opération jusqu’au 25 mars 2022. Déjà bien entamé par les travaux d’Eugène Viollet-le-Duc au 19e siècle, et notamment par les carneaux de chauffage en brique mis à nu dans le cadre de la fouille, ce secteur de la croisée du transept a révélé des vestiges d’une importance scientifique remarquable.

Un sarcophage en plomb datant du 14ème siècle sous la dalle de Notre-Dame de Paris.

C’est l’une des sépultures découvertes lors de fouilles archéologiques préalables aux travaux de reconstructions de la flèche de la cathédrale. Le sarcophage pourrait être celui d’un haut dignitaire, son état de conservation est exceptionnel.

L’opération a également mis en évidence, immédiatement sous le niveau de dallage actuel de la cathédrale, “l’existence d’une fosse dans laquelle ont été enfouis des éléments sculptés polychromes identifiés comme appartenant à l’ancien jubé de Notre-Dame [tribune formant une clôture de pierre ou de bois et séparant le chœur liturgique de la nef, ndlr], construit vers 1230 et détruit au début du XVIIIe siècle”.

Lors de ses travaux, au milieu du XIXe siècle, Viollet-Le-Duc, concepteur de la flèche, avait retrouvé d’autres fragments de ce jubé, aujourd’hui exposés au musée du Louvre.

Cette fouille a été entreprise par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) en amont du montage de l’échafaudage nécessaire aux travaux de reconstruction de la flèche, depuis le 2 février.

L’établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame a rendu possible leur poursuite jusqu’au 25 mars, selon le ministère qui n’a pu fournir de précisions quant à leur devenir.

Concert Piano à l’église St Louis

Samedi 30 juillet 2022 à 20h30 , à l’église St Louis, concert de piano avec Solène PRECEDA :  ” La musique au delà des notes”.

Solène PRECEDA concertiste pianiste, vous donnera l’occasion d’explorer les œuvres emblématiques de la musique classique en les interprétant.

Le fil rouge de ce concert est un dialogue entre les résonances de différentes époques et écritures musicales baroque, classique, romantique et moderne. Solène renouvelle le concert classique en faisant côtoyer la célèbre Marche Turque de Mozart avec les Valses de Chopin ou encore Clair de Lune et l’Appassionata de Beethoven avec la grande Toccata en ré mineur de Bach.

La Campanella de Litz. laissant place avec souplesse à l’Orientales de Granados.

Ce concert vous propose un voyage musical où découverte, musicalité et virtuosité seront au rendez-vous.

Une expérience humaine et artistique où l’auditeur redécouvre les grandes œuvres universelles de la musique classique.

 

Marthe, tu t’agites pour beaucoup de choses, une seule est nécessaire….

A Béthanie, non loin de Jérusalem, vivaient Marthe, Marie et leur frère Lazare. Jésus aimait à se reposer dans leur maison.

Qu’il devait faire bon puisqu’il s’y sentait bien, nous pourrions même dire détendu et paisible. Honneur donc à la maîtresse de maison, sainte Marthe. Mais elle est toujours affairée et elle reproche à sa soeur de ne pas l’aider.

Le Maître ne lui en fait pas grief. Il lui demande seulement de rester calme et de donner à chaque chose sa valeur : « Marthe, Marthe, tu t’agites, tu t’inquiètes pour beaucoup de choses… »

Ce n’est pas l’activité que Jésus condamne, (que s’en consolent les maîtresses de maison), mais l’activisme, l’agitation. Il vaut mieux recevoir dans la paix du cœur que de voir la maîtresse de maison sans cesse à la cuisine, venir en éclair à la table, abandonner son hôte et repartir pour que la salade soit au point.

L’essentiel c’est la convivialité, avec un équilibre des réalités. Marthe d’ailleurs n’en manque pas, car lorsque Marie ne sait que pleurer devant le tombeau de son frère, Marthe est confiante : « Je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, il te l’accordera. » La réponse ne se fait pas attendre : « Je suis la Résurrection et la Vie. » Une belle légende dit que Jésus lui-même est venu l’accueillir à la porte du paradis.

“Sainte Marthe ne laissait pas d’être une sainte bien qu’on ne dise pas qu’elle fut contemplative… Si nous restions en contemplation comme Marie-Madeleine, il n’y aurait personne pour donner à manger à cet hôte divin. Que les sœurs se rappellent qu’il doit y avoir parmi elles quelque autre qui prépare le repas du Seigneur. Qu’elles s’estiment heureuses de le servir comme Marthe.”

(Sainte Thérèse d’Avila)

Prière à Ste Marthe

Ô Admirable Sainte Marthe,
J’ai recours à Vous, Et je compte entièrement sur Votre aide dans mes besoins, et surtout sur Votre assistance dans mes épreuves.
Comme remerciement, je Vous promets de propager partout cette prière.
Consolez-moi dans mes soucis et difficultés,
Je Vous supplie humblement, par l’immense joie qui a rempli votre âme, lorsque vous receviez le Sauveur du Monde dans votre demeure de Béthanie.
Je vous prie d’intercéder pour moi et ma famille, afin que nous gardions Dieu dans notre coeur, et qu’ainsi nous méritions d’obtenir le remède à nos nécessités,
Spécialement dans la situation actuelle qui m’accable. Je vous supplie, auxiliatrice dans tous les besoins, aidez-moi à surmonter les difficultés, vous, qui avez si Victorieusement combattu le démon. Sainte Marthe, priez pour nous (3 fois).
AMEN

Dieu n’est jamais en vacances, … Pense à lui pendant les tiennes !

Prière pour les vacances :

« Seigneur, notre Dieu, veille sur ceux qui prennent la route :
qu’ils arrivent sans encombre au terme de leur voyage.

Que ce temps de vacances soit pour nous tous
un moment de détente, de repos, de paix !
Sois pour nous, Seigneur, l’Ami
que nous retrouvons sur nos routes,
qui nous accompagne et nous guide.

Donne-nous le beau temps et le soleil qui refont nos forces
et qui nous donnent le goût de vivre.

Donne-nous la joie simple et vraie
de nous retrouver en famille et entre amis.

Donne-nous d’accueillir ceux que nous rencontrerons
pour leur donner un peu d’ombre quand le soleil brûle trop,
pour leur ouvrir notre porte quand la pluie et l’orage les surprennent,
pour partager notre pain et notre amitié
quand ils se trouvent seuls et désemparés.

Seigneur, notre Dieu, veille encore sur nous quand nous reprendrons le chemin du retour: que nous ayons la joie de nous retrouver pour vivre ensemble une nouvelle année, nouvelle étape sur la route du salut. Amen. »

Voyage pénitentiel du Pape au Canada

Du 24 au 30 juillet 2022, voyage du pape François au Canada.

Le Saint-Père a défini son voyage comme un « pèlerinage pénitentiel » auprès des peuples autochtones.

Evénement suivi en direct et traduit en français sur KTO et ktotv.com.

Pour son 37e voyage apostolique à l’étranger, le Pape visite les villes d’Edmonton, de Québec et la petite ville d’Iqaluit sur les terres inuites.

Ce voyage s’inscrit dans un long chemin de guérison et de réconciliation entre l’Eglise catholique et les autochtones indiens,  dans lequel le pape François s’est beaucoup investi.

Cette histoire est complexe, car l‘initiative de supprimer l’indianité au Canada  au profit de la culture anglo-saxonne, pour unifier la nation canadienne, provient du gouvernement canadien  anglophone, lui-même, à partir de 1830.

Les premières Églises  à avoir collaboré avec le pouvoir politique , à partir de 1830, furent  – anglicane – protestante méthodiste – méthodiste, puis catholique. Il est douloureux de constater l’aveuglement des autorités ecclésiastiques, et leur désir de ne pas déplaire au gouvernement canadien, au prix de la dignité, de la langue et de l’identité profonde des peuples qui vivaient au Canada, avant l’arrivée des colons français et anglais. Il convient également de souligner que le royaume de France et les missionnaires catholiques français ont eu un grand respect des Indiens, notamment des Hurons, leurs alliés, qu’ils ont favorisé les mariages mixtes et l’éducation des Indiens, sans les obliger à quoi que ce soit, et sans rejeter leurs traditions. On sait que la France a perdu le Canada au traité de Paris en 1763, le roi de France étant alors Louis XV.

De 1830 aux années 1960 le gouvernement fédéral canadien a voté et financé des programmes publics d’inclusion à tout prix des peuples autochtones en s’appuyant sur l’éradication de leur culture ancestrale et de leurs langues. Arracher les enfants à leurs tribus et familles a paru logique et efficace pour former des citoyens canadiens compatibles avec la culture anglo-saxonne. Le gouvernement décida de sous-traiter cette opération avec les Eglises chrétiennes qui disposaient de grandes capacités scolaires, internats, pensionnats  et de formateurs: pasteurs, sœurs, frères et prêtres. Les ordres religieux supervisaient alors 67 % des établissements du Canada, à savoir 139 pensionnats publics , les “écoles résidentielles” qui ont vu se succéder des générations d’enfants de peuples autochtones, appelés les Premières nations, comme les Inuits. 150 000 enfants ont ainsi été rééduqués, coupés de leurs familles et de leurs frères et sœurs, puisque la mixité n’existait pas à cette époque.  Dans ces conditions la mortalité de ces enfants a été importante puisqu’on l’estime entre 4 000 et 6 000 décès  A titre d’exemple, en 2021,  ont été découvertes 215 tombes, non recensées, près du pensionnat catholique de Kamloops près de Vancouver en Colombie-Britannique et 751 autres tombes anonymes près du pensionnat catholique de Marieval dans la province de Saskatchevan.

Le 24 septembre 2021 la Confédération des évêques catholiques du Canada a publiquement exprimé son “profond remord” et présenté ” des excuses  sans équivoque” devant tant de “souffrances vécues”.  Source : journal La Croix du samedi 23 juillet 2022.

Un voyage tourné vers les peuples autochtones du Canada

Au cours de l’Angélus du dimanche 17 juillet, le pape a confié qu’il s’apprêtait à « accomplir un pèlerinage pénitentiel qui pourra, je l’espère, avec la grâce de Dieu, contribuer au chemin de guérison et de réconciliation déjà entrepris » avec les populations autochtones.

Ce voyage au Canada s’inscrit dans un chemin de guérison et de réconciliation de l’Église auprès des peuples autochtones du Canada, entamé dès 2009 par Benoît XVI. Une démarche accélérée ces dernières années avec la découverte de centaines de dépouilles d’enfants à proximité d’orphelinats ou de pensionnats autochtones, majoritairement gérés par l’Église catholique entre 1831 et 1996, sous mandat du gouvernement canadien.

Le 1er avril dernier, le pape François a reçu des délégations des peuples autochtones. Durant cette audience, le Saint-Père a notamment demandé « pardon à Dieu pour les comportements des personnes de l’Église » et a exprimé douleur, honte et indignation. « Le travail vient juste vraiment de commencer », confiait alors Mandy Gull-Masty, grande cheffe de la nation Eeyou Istchee, « la réconciliation ne se fait pas en une journée, ça prend du temps… ».

Un voyage en trois étapes

Le Pape se rend dans les villes d’Edmonton, capitale de la province d’Alberta, de Québec, la capitale de la province francophone du même nom, et la ville d’Iqaluit, capitale du Nunavut, dans le grand nord du Canada. Ce voyage de six jours est la première visite d’un Souverain Pontife depuis Jean-Paul II, qui fut le premier pape à s’y rendre. La dernière visite du saint polonais s’était déroulée au cours d’un voyage apostolique sur le continent américain, à l’été 2002. Saint Jean-Paul II s’était alors rendu à Toronto pour les Journées mondiales de la Jeunesse.

Jeudi 28 juillet 2022

9h20 (15h20) – Messe avec le pape François au Sanctuaire National de Sainte-Anne-de-Beaupré
17h15 (23h15) – Vêpres avec les évêques, les prêtres, les religieux, les agents pastoraux de la province de Québec

Sur les rives du Saint-Laurent, à une trentaine de kilomètres de Québec, le Sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré accueille le pape François. Le Saint-Père célèbre la messe dans ce lieu de pèlerinage qui accueille chaque année plus d’un million de personnes. De retour à Québec, le pape François célèbre les Vêpres avec les évêques, les prêtres, les religieux, les agents pastoraux de la province de Québec.

Vendredi 29 juillet 2022

10h45 (16h45) – Rencontre du Pape avec une délégation d’autochtones présents au Québec à l’archevêché de Québec
17h00 (23h00) – Rencontre du Pape avec des jeunes et des personnes âgées à l’école primaire d’Iqaluit

Après avoir rencontré la veille la communauté catholique du Québec, le pape François rencontre une délégation d’autochtones présents au Québec. Dans ce chemin de réconciliation et de guérison de l’Église auprès des peuples autochtones, le pape François se rend dans la journée à Iqaluit, ville majoritairement inuite, à trois heures de vol de Québec, au bord de l’océan arctique. Cette dernière étape de la visite apostolique sera marquée par une rencontre avec des anciens élèves d’un pensionnat autochtone.

Le chemin de Saint Jacques passe par Puy du Lac

La mairie de Puy du Lac et l’association Saintaise des chemins de Saint Jacques de Compostelle vous proposent deux évènements “jacquaires”

Conférence le 5 août 2022  à  17heures

Cette conférence sur la thématique du pèlerinage sera donnée par M. Jean-Marie Paulin (infirmier, pèlerin et randonneur), auteur du livre “semeur d’espoir sur les chemins” (éditions Le passage des Heures). Son parcours sur le chemin de St Jacques en 2004 avait pour but une sensibilisation au don du sang, plasma et plaquettes. Dans sa présentation des chemins, il raconte les us et coutumes du pèlerinage, l’historique des chemins, leur classement au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il présente les différents chemins, les gîtes, la journée du pèlerin, les rencontres…

Une exposition du  5 au 19 août 2022

Entrée libre tous les jours de 10h00 à 18h00

Cette exposition est proposée par l’association Saintaise des chemins de Saint Jacques de Compostelle, sur le patrimoine régional intitulée: ” Sur les chemins de St Jacques en Poitou-Charentes”. Cette association rayonne sur tout le département de la Charente Maritime, gère le gîte jacquaire (utilisé par plus de 500 pèlerins chaque année à Saintes) et œuvre aussi  de nouveaux chemins jacquaires. L’exposition est le fruit du travail collectif de 4 associations de la région.

L’église de Puy du Lac (Notre Dame de l’Assomption) est située sur la D 739 à proximité de Tonnay-Boutonne ( direction Rochefort) à proximité d’un chemin secondaire emprunté par les pèlerins.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter la mairie de Puy du Lac au 09.77.08.14.57 ou par mail à l’adresse : mairie@puydulac.fr

Venez rencontrer le groupe HOPEN en concert à la Rochelle

Vendredi 29 juillet, à 20h, à l’église St Sauveur à la Rochelle, à l’occasion des estivales de St Sauveur.

Ils sont déjà venus à plusieurs reprises dans notre diocèse (à la Rochelle et à Saintes), ils animeront une soirée

HOPEN, ce sont quatre frères originaires d’Avignon : Antoine, Camille, Armand et Charles. Tous auteurs-compositeurs et musiciens, ils ont grandi dans une famille où la foi est présente.

lls découvrent très tôt des groupes phares de pop louange comme Hillsong, Elevation Worship, Exo ou Glorious… Cette même foi qui les anime les pousse à mettre leur talent au service de l’Eglise.

Les frangins mettent alors de côté leurs études ou métiers respectifs, et créent leur propre groupe qu’ils baptisent Hopen. L’aventure débute en 2013. Antoine, Camille, Armand et Charles rencontrent rapidement le succès au cœur de la communauté chrétienne, notamment auprès de la jeune génération.

S’en suivent quatre albums autoproduits et écoulés à plus de 40 000 exemplaires :
– Hopen en 2014
– Merci en 2016
– Nous avons chanté Noël en 2017
– Que le monde sache en 2018

… mais aussi de nombreux concerts en France comme à l’étranger, d’églises en cathédrales, de JMJ en salles de concert… Au total, plus de 350 dates en 7 ans, pendant lesquelles ils auront croisé la route de plus de 130.000 spectateurs, dont le Pape François qui les a d’ailleurs lui-même reçu au Vatican pour les encourager. Après Rennes, Avignon et Lyon, le groupe pose ses valises à Boulogne-Billancourt, au service de leur Eglise locale.

Vous pouvez déjà réserver votre billet pour participer au concert :
https://www.helloasso.com/associations/paroisse-christ-sauveur-la-rochelle-centre/evenements/concert-hopen