En vente : bougies et calendriers de l’Avent du Secours Catholique

En cette période de crise sanitaire et sociale le Secours Catholique-Caritas France vient en aide aux plus démunis. Chaque jour, il agit près de chez vous et dans le monde.

Pour aider le Secours Catholique, pendant le temps de l’Avent, faites un geste en achetant des bougies et des calendriers de l’Avent
– Bougie petit modèle à 2€
– Bougie  grand modèle à 5€
– Calendrier de l’Avent à 5€

Contact : Père Eric NDIKUBWAYO ☏ 07.68.69.45.31

Enveloppes pour la collecte 2020

Vous pouvez prendre à l’église Notre-Dame (ouverte tous les jours de 9h à 17h) une enveloppe permettant d’envoyer vos dons ou de les déposer au local du Secours Catholique de Rochefort, 20 rue Lesson . N’hésitez pas à en prendre pour vos voisins ou vos amis.

Vous pouvez également faire votre don en ligne.  Merci de votre soutien, merci de votre générosité !
Don en ligne pour le Secours Catholique

 Petits déjeuners au local de Rochefort

⇒ Des petits déjeuners à emporter sont offerts  :
Distribution  tous les mardis et jeudis matin de 8h30 à 11h.

⇒ Accueil pour les aides  sur rendez-vous, par téléphone au 07.68.69.45.31

Comment s’organise localement  l’aide financière

Pour aider une personne à sortir rapidement  d’une situation critique, ou pour contribuer à la réalisation d’un projet professionnel, le Secours Catholique peut accorder une aide financière, sous forme de don ou de prêt.

Chaque dossier est étudié au niveau local par une Commission des aides : une équipe de bénévoles examine la pertinence de la requête et vérifie que toutes les autres solutions possibles ont été envisagées.

L’existence d’un accompagnement entamé avec un bénévole du Secours Catholique est un critère important dans la décision d’accorder, ou non, une aide.

Comment s’organise l’aide alimentaire

– En urgence :
Face à la détresse de familles confrontées à la misère économique, le Secours Catholique fournit une aide alimentaire d’urgence. Celle-ci est souvent, pour la personne aidée, une porte d’entrée vers un processus d’accompagnement sur le moyen ou long terme.

– En accompagnement :
Il existe  des épiceries solidaires (comme la Boussole à Rochefort) qui permettent aux personnes à faibles revenus d’acheter des produits de base à très bas prix. et des produits frais.

Le Secours Catholique propose  également des boutiques solidaires, à Surgères, à Marans et à Pons, où l’on peut choisir des vêtements pour femmes et hommes, pour enfants de tous les âges, à des prix très bas pour les personnes en grande difficulté. Des meubles d’occasion sont également disponibles.

Vêtements – Meubles

Dans ces boutiques solidaires les bénévoles reçoivent également les dons de vêtements, de linge de maison qui sont ensuite triés pour être mis à la vente en bon état. Les meubles de toutes sortes, qui ne servent plus à certains d’entre nous,  peuvent être déposés  dans ces locaux, ils seront également mis à disposition, remis en état.

Délégation des Charentes
 90 bis rue du Général Sarrail
17100 Saintes.
05 46 73 36 01 – Mail : charentes.167@secours-catholique.org

La vie de foi : autour de la messe – 2ème semaine

Pendant le confinement, depuis une semaine,  il vous est proposé,  de mieux comprendre le sens  et le déroulement  de la messe, comme des rites qui l’accompagnent, grâce au MOOC – messe. Cette formation met à votre disposition 3 vidéos et quelques textes,  pour vous y aider.

 2ème semaine du  13 au 20 novembre :

  • Regardez les 3 nouvelles vidéos (4-5 et 6) en notant ce qui vous marque et vos questions.
  • Vous pouvez aller plus loin en reprenant les 2 fiches « références » qui proposent, soit des textes bibliques, soit des textes du Magistère (textes des papes ou de théologiens)
  • Enfin vous trouverez  une  fiche « méditation », d’approfondissement.

Si  vous souhaitez partager avec d’autres, signalez-vous pour que nous organisions des visio-conférences et indiquez aussi les créneaux de vos disponibilités.

Contact :

Presbytère St Louis 102 rue Pierre Loti – 17300 Rochefort – Téléphone : 05.46.99.03.11 ou par mail : paroissederochefort @gmail.com

Cliquer sur chaque fiche proposée pour les télécharger ou les imprimer

Fiche  : références bibliques

Fiche : références du magistère

Fiche : méditer la Parole

Pour voir  la vidéo, cliquer sur la flèche blanche centrale et les vidéos se dérouleront les unes derrière les autres .

Sous le rectangle noir vous pouvez sélectionner la vidéo 4 – 5 ou 6

Cliquer ICI pour revoir les vidéos et les fiches de la 1ère semaine

La vie de foi : réflexion, approfondissement, échange autour de la messe

Nous vous proposons durant plusieurs semaines de réfléchir, d’approfondir sur la messe, son sens, son déroulement, sa signification, les différents rites. Pour cela, chaque semaine, vous trouverez sur le site de la paroisse 3 vidéos et quelques textes pour creuser celles-ci.

Regardez les 3 vidéos en notant ce qui vous marque et les questions que cela suscite en vous.

Vous pouvez aller plus loin en reprenant les 2 fiches « références » qui proposent les textes bibliques des vidéos et les textes du Magistère (textes des papes ou de théologiens)

Vous êtes enfin invités à vous saisir de la fiche « méditation » qui vous permettra de vivre un temps de méditation.

Si enfin vous souhaitez partager avec d’autres, signalez-vous pour que nous organisions des visio-conférences et indiquez aussi les créneaux de vos disponibilités.

Le cœur de l’Eglise bat plus fort lorsque chaque baptisé répond à l’appel du Seigneur à prendre au sérieux son baptême, sa vie de disciple et de témoin. Alors demeurons unis dans la prière et l’affection fraternelle et ne nous laissons pas voler notre espérance.

Bon dimanche à vous tous.

Père Mickaël, curé

Qu’est-ce qu’un MOOC ?

Un MOOC (Massive Open Online Course) est un cours en ligne ouvert à tous. Il est composé de brèves vidéos d’enseignement, de ressources complémentaires et d’évaluations individuelles sous forme de quiz.

Cliquer sur chaque fiche proposée pour les télécharger ou les imprimer

Fiche – Référence Biblique

Fiche – Référence Magistère

Fiche – Méditer la Parole

Pour voir  la vidéo, cliquer sur la flèche blanche centrale et les vidéos se dérouleront les unes derrière les autres .

Sous le rectangle noir on peut sélectionner la vidéo 1- 2 ou 3

 

 

 

 

 

 

Je donne grâce à la quête en ligne

 Pendant le confinement, la mission de l’église continue ! Chaque dimanche, donnons  à la quête en ligne.

C’est simple ! Cliquez  sur le lien : quete.catholique.fr
puis  complétez les  3 rubriques  :

① – Mon offrande à la quête
Mon diocèse : dans le menu déroulant, sélectionner “La Rochelle et Saintes (17)”
Ma paroisse : inscrire “Rochefort”

② – Mes coordonnées
Inscrivez votre adresse e-mail. Celle-ci est indispensable uniquement pour accuser réception de votre offrande à la quête,  la quête reste anonyme.

③ – Mon règlement
– Suivez les indications. Il vous est possible de régler par Mastercard, carte Visa ou carte bleue.
Pas d’inquiétude ! Ce site internet est 100% sécurisé. Vous le voyez en haut dans la barre d’adresse : un petit cadenas précède la mention https:// suivie de l’adresse.
– Toutes les informations bancaires pour traiter le paiement sont cryptées grâce au protocole SSL. Elles ne sont en aucun cas conservées sur les systèmes informatiques.

Merci pour ce geste de solidarité qui permettra à la paroisse de continuer à recevoir les ressources nécessaires à sa mission.

Vous pouvez faire dire une messe pendant le confinement

Pendant le confinement du 3 au 30 novembre 2020 les prêtres continuent à célébrer la messe ensemble. Vous pouvez donc leur faire connaître,  vos intentions de prière, avec  le nom des personnes concernées.

Une des belles traditions de l’Église consiste à faire célébrer une messe pour une personne aimée.

Il peut s’agir d’intercéder en faveur d’un défunt, auprès du Christ.

La Messe peut être célébrée pour une personne vivante, pour la soutenir dans sa lutte contre une maladie ou une épreuve, pour sa conversion ou sa sanctification.

L’intention peut être plus large : « action de grâce », « pour les âmes du Purgatoire »… Ou secrète, elle est alors notée « intention particulière », que Dieu connaît, et que le prêtre porte en son cœur.

❖ Comment offrir une messe

Complétez  le formulaire. Le télécharger pour l’imprimer ici : formulaire d’offrande de messe.

Précisez succinctement l’intention de messe (merci de préciser s’il s’agit d’une personne défunte, ou vivante). Indiquez le nombre de messes souhaitées, la (les) date(s) souhaitée(s), ainsi que vos coordonnées où vous joindre en cas de besoin, sans oublier de joindre votre offrande

Adresse : Presbytère Saint – Louis,  102 rue Pierre Loti – 17300 Rochefort

  • L’OFFRANDE DE MESSE

Une intention particulière fait l’objet d’une offrande.

Une messe n’a pas de prix, mais cette offrande participe à la vie matérielle du prêtre. Les personnes démunies donnent ce qu’elles peuvent.

Le montant de l’offrande, proposé par l’assemblée des Évêques, est de :

  • 18€ pour une messe
  • 180€ pour une Neuvaine  (célébration de 9 messes consécutives pendant 9 jours)
  • 535€ pour un Trentain glorieux (célébration de 30 messes consécutives pendant 30 jours)

Vous pouvez verser votre offrande soit en espèces, soit par chèque à l’ordre de “Paroisse de Rochefort”

CONTACT PAROISSE : 

SECRÉTARIAT PAROISSIAL
Presbytère Saint-Louis
102 rue Pierre Loti
17300 Rochefort
 05 46 99 03 11 – @ : paroissederochefort@gmail.com

Prêtre et chef d’établissement à Fénelon (La Rochelle)

Lundi 12 octobre 2020, le Père Eric Blanchard a  été nommé chef d’établissement secondaire/supérieur de Fénelon Notre-Dame à La Rochelle.

Ils ne sont que deux en France à être à la fois prêtre et chef d’Etablissement.

Originaire de Paris, le père Éric Blanchard, titulaire, d’un baccalauréat général série A2 obtenu en 1990, il a fait une année de propédeutique à la maison Saint- Jean-Baptiste de Versailles en 2005. Séminariste au séminaire universitaire des Carmes de l’Institut catholique de Paris de 2005 à 2010,

il obtient une licence universitaire de théologie, reconnue par l’État en 2010, avant d’être prêtre pour le diocèse de Gap et Embrun de 2010 à 2018, ministère exercé en tant que « fidei Donum » pour le diocèse de La Rochelle et de Saintes.

Il a été professeur principal de lettres classiques au collège Notre-Dame de Bressuire. Membre puis délégué épiscopal de l’enseignement des Hautes-Alpes et responsable de la pastorale des jeunes et des aumôneries de l’enseignement privé et public du diocèse de Gap et Embrun, le père Éric Blanchard, qui a aussi exercé en tant que professeur de français, professeur de musique et de piano, est également un éminent musicien, il a notamment reçu le premier prix en excellence et prix spécial du jury au concours international des jeunes pianistes parrainé par l’Unesco en 1994.

 

Le caté-vacances : un franc succès !

Lundi 19 et mardi 20 octobre , 12 enfants du caté ( sur 22 ) se sont retrouvés dans les locaux Notre Dame rue Voltaire à Rochefort, pour partager, prier, chanter et s’exprimer autour du thème de l’année : “Dieu est amour .
Ils ont tous participé activement  aux activités proposées.
– Une chasse aux trésors, dans l’église Notre-Dame, pour se sentir chez soi dans la maison de Dieu, mieux comprendre les beautés de la liturgie et réaliser que nous sommes l’Eglise…..
– S’émerveiller devant la création que Dieu fait par amour et nous confie. Réfléchir comment prendre soin de la nature et de nos frères.
– Découvrir que l’Amour de notre Père est sans limite, pour chacun d’entre nous, à travers l’histoire du “fils prodigue”
– et, fort de cet Amour immense, nous essayons de nous mettre en marche vers la sainteté, à la suite de tous les Saints qui nous ont précédés.
Toutes ces activités ont été ponctuées de beaucoup de chants, de temps de jeux et de prière, pour la plus grande joie de tous.
Au revoir pour le prochain KT vacances…
Photo 1  = mime de la création
Photo 2  = préparation des panneaux de la création
Photo 3 = la création…vue par les enfants
Photo 4 = un des temps de prière
Photo 5  =  quand il pleut …on joue à l’intérieur
Photos de BG
Gallery not found.

Deux veillées de prière, de louange et d’adoration pour la vie

Le diocèse organise deux veillées de prière, de louange et d’adoration pour la vie le 27 novembre 2020 à 20h30 dans la chapelle Sainte-Eustelle à Saintes et dans l’église Sainte-Jeanne-d ’Arc à La Rochelle.

Porter ensemble dans le prière la cause de la vie tout en rassemblant tous les types de sensibilité présents dans l’Église : voilà l’ambition de cette soirée.

Ces veillées pour la vie sont l’occasion de louer le Seigneur pour le don de la vie, de toute vie, et de prier pour toutes les vies difficiles ( personnes malades, handicapées, migrantes, souffrant de solitude, en situation de précarité, rejetées, en fin de vie, prisonniers..).

Ce type de veillées s’inscrit dans une démarche de promotion d’une véritable culture de vie et d’amour. Elles ont été désirées par le Pape Jean-Paul II, lancées par le Pape Benoît XVI en 2010 puis bénies et encouragées par le Pape François. Plus de 400 veillées pour la vie sont attendues en France en 2020.

Pour toute précision, merci de contacter l’équipe de préparation des veillées pour la vie au 06 07 75 71 70.

Les veilleuses à la Toussaint.

Elles brilleront cette année à la lumière de Laudato Si.

« Que ta lumière oriente ce monde »

Cette année, les veilleuses de la Toussaint brilleront aussi en écho avec l’encyclique du pape Laudato Si,  afin que nous portions dans nos cœurs cette espérance

Voici un extrait de la prière chrétienne avec la création (Laudato Si)

Loué sois-Tu !
Esprit-Saint, qui par ta Lumière
orientes ce monde vers l’Amour du Père
et accompagnes le gémissement de la création,
Tu vis aussi dans nos cœurs
pour nous inciter au bien. Loué sois-Tu !

Pourquoi acheter une veilleuse ?

Cette veilleuse peut être posée sur une tombe, mais également être offerte à un proche, un voisin, un membre de la famille. Nous pouvons aussi mettre ces bougies sur nos fenêtres, dans nos jardins : grâce à un verre de qualité, elles brûlent en toute sécurité, résistant au vent et à la pluie. C’est un beau témoignage en ces temps de Toussaint de faire resplendir silencieusement la douceur et la force du Christ !

Les origines de la fête de la Toussaint

A Rome le culte des saints existait probablement dès le Vème siècle, le pape Boniface IV plaça, en 610, cette fête  au 13 mai et transféra au Panthéon, devenu une église dédiée à “sainte Marie et aux martyrs”, toutes les reliques des martyrs des catacombes romaines. Il ordonna que tous les ans serait célébré l’anniversaire de cette Dédicace.

En 731 le pape Grégoire III dédicaça, le 1er novembre,  en l’église St Pierre du Vatican, une chapelle en l’honneur “du Christ sauveur, de sa sainte Mère, des saints apôtres, martyrs, confesseurs et de TOUS les JUSTES  reposant par toute la terre”. Cette chapelle serait donc le berceau de la fête de la Toussaint.

Cette nouvelle solennité, se confondit progressivement avec la fête de la Dédicace de l’église de ” sainte Marie et des martyrs” et les deux  furent célébrées le 1er novembre par décision du pape Grégoire IV, en 835. La même année il engagea le roi de France, empereur d’Occident, Louis le Débonnaire fils de Charlemagne, à célébrer cette fête dans tous ses états. A partir de ceux -ci  elle s’étendit rapidement d’Occident au monde entier, l’Eglise latine venait de  solenniser le rite de la Toussaint au 1er novembre.

Au XXème siècle, Pie X l’insère dans la liste des huit fêtes, avec l’obligation d’entendre la messe. La fête de tous les saints devient une fête chômée.

 

Journée mondiale du refus de la misère samedi 17 octobre 2020

La Journée Mondiale du Refus de la Misère est célébrée chaque 17 Octobre. Née de l’initiative du père Joseph Wresinski et de celle de plusieurs milliers de personne, de tous milieux, qui se sont rassemblées sur le parvis des Droits de l’Homme à Paris en 1987, cette journée est officiellement reconnue par les Nations Unies depuis 1992.

Pourquoi une Journée mondiale du refus de la misère ?

Pour faire entendre la voix des personnes en situation d’extrême pauvreté et faire entendre ceux qui sont habituellement réduits à leurs difficultés, voire en sont jugés responsables. “C’est notre journée. On peut exprimer ce que l’on a dans le cœur sans honte, sans gêne”, dit une participante. La Journée mondiale du refus de la misère leur donne la parole, sur les conditions indignes qu’elles vivent, sur leur résistance quotidienne et leurs aspirations. On ne peut vaincre la misère qu’avec les premiers concernés.

Pour mobiliser citoyens et responsables publics. La misère est une violation des droits humains fondamentaux, elle n’est pas fatale, et peut être combattue et vaincue comme l’ont été l’esclavage et l’apartheid. En France en particulier, elle invite à encourager chacun, là où il est, à agir.

Un point d’appui pour une lutte de fond contre la misère ATD Quart Monde, à l’origine de cette journée, souhaite que les initiatives inspirées du message inscrit sur la Dalle du refus de la misère se multiplient de toutes parts à l’initiative d’associations, d’élus, de citoyens. ATD Quart Monde s’investit pour donner avec d’autres un écho particulier à cette journée, en l’honneur des personnes victimes de la misère, et pour une mobilisation de tous les défenseurs des droits de l’homme.

Un message qui rassemble très largement Sur le parvis des droits de l’homme et des libertés, Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde a inauguré la dalle où figure cette inscription : « Le 17 octobre 1987, des défenseurs des droits de l’homme et du citoyen de tous pays se sont rassemblés sur ce parvis. Ils ont rendu hommage aux victimes de la faim, de l’ignorance et de la violence. Ils ont affirmé leur conviction que la misère n’est pas fatale. Ils ont proclamé leur solidarité avec ceux qui luttent à travers le monde pour la détruire.  Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré. » Joseph Wresinski

Dalle Trocadéro

Dalle du Trocadéro

 

Toussaint et Halloween est-ce la même chose ?

Chaque année, le 31 octobre, c’est Halloween, une fête d’origine celte.

N’est-ce pas, pour les catholiques, une occasion à saisir pour redécouvrir la Toussaint ?

Toussaint 2019 - Halloween

Cette cérémonie festive, en l’honneur de la divinité Samhain (dieu de la mort), permettait de communiquer avec l’esprit des morts.

Ce jour-là, les portes entre le monde des vivants et celui des morts s’ouvraient : selon la légende, cette nuit-là, les fantômes des morts rendaient visite aux vivants. Pour apaiser les esprits, les villageois déposaient des offrandes devant leurs portes.

Cette fête est conservée dans le calendrier irlandais après la christianisation du pays, comme un élément de folklore, de carnaval.

Elle s’implante ensuite aux Etats-Unis avec les émigrés irlandais de la fin du XIXème siècle où elle connaît, aujourd’hui encore, un immense succès. Halloween traversera ensuite l’Atlantique et arrivera en France essentiellement pour des raisons commerciales.

« All Hallows Eve » ?

Etymologiquement, « Halloween » vient de l’expression anglaise « All Hallows Eve »?, qui signifie « veille de la Toussaint ». N’y a-t-il donc pas là, pour les catholiques, une occasion de redécouvrir la Toussaint ?

Il est, bien entendu, difficile de comparer Halloween à la Toussaint. Ces deux fêtes sont en effet, si l’on y réfléchit, totalement contradictoires.

La « vraie lumière »

Halloween est avant tout un prétexte pour « faire la fête » et oublier les longues soirées automnales, souvent pluvieuses et tristes.

La Toussaint, elle, est une fête beaucoup plus recueillie, « intérieure ».

L’Eglise nous libère de cette peur de la mort en insistant, au jour de la Toussaint, sur l’espérance de la Résurrection et sur la joie de ceux qui ont mis les Béatitudes au centre de leur vie. Elle recentre sur le Christ, vainqueur de la mort.

Quelques passages d’ Évangile peuvent d’ailleurs éclairer ce débat (Jn 1, 9 ; Mt 5, 14 ; Ps 139, verset 12).

Fête de la peur et communion

Halloween est une fête de la peur. Les enfants « s’amusent » à se faire peur (aux autres et à eux-mêmes).  La Toussaint, au contraire, est une fête de la communion, communion avec les saints, le 1er novembre, et avec les morts, le 2 novembre. Communion de tous par et avec un Dieu d’Amour. Être en communion de pensée, par la prière, c’est être en lien, en relation, en sympathie avec les autres. A contrario, cultiver la peur, c’est s’éloigner des autres, s’isoler d’eux, se replier sur ses peurs.

« Négatif » et « positif »

Halloween est une fête du négatif :  la peur, la frayeur, la mort anonyme, l’angoisse.
La Toussaint, elle, est une fête du positif : les saints, la proximité avec les morts de sa famille, la mémoire des autres. Les saints
ont des individus qui, soucieux de suivre l’Evangile, ont aimé les autres, se sont dévoués corps et
âme pour l’humanité souffrante. Ils sont des modèles de vie.

Alors que faire ? Sans doute redonner éclat à la Toussaint, fêter avec plus de joie et de dignité ce grand jour. Et expliquer à nos enfants qu’Halloween, c’est juste pour s’amuser !

 

Rentrer au catéchisme n’est jamais trop tard.

Le catéchisme est proposé aux enfants de 7 à 12 ans, après l’Eveil à la Foi, 

Quand et comment inscrire mon enfant au catéchisme à Rochefort ?

Au 65 ter rue Voltaire salle Notre Dame -17300 Rochefort

Contact : Brigitte Gadenne -Tèl : 06.74.28.07.76

Secrétariat du presbytère – 102 rue Pierre Loti Rochefort – Tél: 05.46.99.03.11

La date d’inscription n’est pas un obstacle.

Cette démarche construira leur personnalité pour la vie entière, elle leur rendra Jésus-Christ familier et les aidera à découvrir Dieu et à l’aimer.

Inscrire son enfant au catéchisme, c’est lui permettre de rencontrer Jésus et de découvrir que Dieu l’aime.

C’est aussi lui donner des éléments de réflexion sur des questions qu’il se pose sur lui-même, sur le monde et sur Dieu.

Le catéchisme présente la foi de l’Eglise, sa cohérence, son intelligence, sa dynamique, pour que chacun puisse exprimer sa foi chrétienne par des mots et des actes.

C’est l’engagement concret d’un jeune qui chemine avec Dieu et ses amis.

On ne va pas au catéchisme comme on va à la musique ou à la danse.

« II s’agit d’apprendre  à cheminer avec le Christ, de s’émerveiller de tout ce qu’il représente dans notre existence.

Il s’agit de savoir accueillir l’amour de Dieu à travers tous les signes qu’il nous donne dans la vie quotidienne…et ils sont nombreux.

Il s’agit d’être inséré dans une communauté chrétienne et de découvrir, en elle et par elle, la nouveauté de l’Évangile.

La musique, la danse et bien d’autres choses enrichissent les enfants et leur donnent des atouts pour le présent et le futur, mais ne leur font pas découvrir le sens profond de la vie et n’éduquent pas leur liberté spirituelle.

Et c’est bien ce que tant de personnes ressentent aujourd’hui comme un manque fondamental. »

Que fait-on au catéchisme ?

Au catéchisme, les enfants “apprennent” à devenir croyants.

La foi n’est  pas un savoir que l’on évalue comme à l’école. C’est une façon de vivre avec Jésus-Christ de lire l’Évangile. 

Au catéchisme, l’enfant découvre progressivement une relation à Dieu qui s’enracine dans l’Église. L’occasion lui est donnée de comprendre ce qui est vécu dans les sacrements, et d’aborder la Parole de Dieu. Il découvre ainsi les contenus d’une foi vivante qui donne sens à sa vie.

Parce qu’il y a différentes façons de mieux connaître Jésus, le catéchisme propose des itinéraires variés : les enfants peuvent étudier un texte d’Évangile, l’illustrer, ou bien regarder un DVD, découvrir un épisode de la Bible par le jeu ou le mime, aller voir une exposition, visiter une église, ou découvrir ensemble l’histoire de la vie d’un saint.

Le catéchisme permet aussi aux enfants de rencontrer d’autres croyants.

C’est l’occasion pour eux d’aborder des questions existentielles, qui touchent à leur quotidien.

Parfois, ils sont invités à participer à une célébration et à prier ensemble. Des rassemblements avec les familles et tous les paroissiens sont proposés.

Le ou la catéchiste les accompagne dans leurs découvertes, les écoute, lance le débat, répond à leurs questions, les initie à la prière de l’Église.

Avec l’école et les activités extra-scolaires, les enfants sont parfois débordés. Mais le catéchisme n’est pas une activité comme les autres : ni école, ni club … C’est un lieu particulier où ils sont eux-mêmes et parlent de ce qu’ils vivent.

Ils posent des questions qu’ils ne peuvent poser ailleurs et réfléchissent avec d’autres sur ce qui les intéresse, avec l’aide d’un adulte : ni un prof ni un parent. C’est un lieu unique de rencontres et de jeux où se nouent souvent de belles amitiés. Oui, le catéchisme est une activité à ne pas manquer !

À quel âge aller au catéchisme ?

Le catéchisme s’adresse d’abord aux enfants qui sont scolarisés à l’école primaire.

Il commence, selon les paroisses, au niveau du CE1 ou du CE2. 

Peut-on découvrir Jésus sans l’Église ?

Découvrir Jésus sans l’Église, c’est priver l’enfant de nombreux soutiens et exemples.
On n’est pas chrétien tout seul.

Sans l’Église, l’Évangile ne serait jamais parvenu jusqu’à nous.
Jésus a voulu que les chrétiens forment une communauté, qu’ils grandissent, écoutent la Parole de Dieu, prient et reçoivent les sacrements au sein de cette communauté. On ne peut se passer de l’Église pour découvrir Jésus.
Quel dommage de se priver du catéchisme !

Que proposer à un enfant après le catéchisme du primaire ?

La catéchèse évolue avec l’âge de chacun, tout au long de la vie.

L’aumônerie des collèges et lycées fait suite au catéchisme.

Il y a également des mouvements de jeunes  comme le scoutisme, le MEJ, l’ACE, la JOC … propositions adaptées aux jeunes, selon leur personnalité et leurs études.

Bien sûr, les enfants sont invités à participer à la messe du dimanche.

Mon enfant peut-il aller au catéchisme sans être baptisé ?

Oui, parce que le catéchisme est ouvert à tous les enfants, qu’ils soient déjà baptisés ou pas encore, et que leurs parents le soient ou non.

Au cours des années de catéchisme votre enfant pourra, s’il le désire, demander à recevoir le baptême et à faire sa première communion.

Avec votre accord, et en lien avec les catéchistes et le prêtre de votre paroisse, il suivra une préparation en plusieurs étapes et, après ce cheminement, il recevra le baptême.

Dans notre couple, nous n’avons pas la même religion. Est-ce judicieux d’inscrire notre enfant au catéchisme?

Inscrire l’enfant au catéchisme est possible si les deux parents sont d’accord.