Le Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ) revient à Rochefort

Une nouvelle proposition pour les enfants et jeunes de 6 à 18 ans va être lancée sur la paroisse de Rochefort à partir de Septembre 2021.

> Le MEJ, c’est quoi ?

Le Mouvement Eucharistique des Jeunes est un mouvement d’éducation humaine et spirituelle qui s’adresse aux enfants et aux jeunes de 7 à 18 ans qui désirent vivre à la manière de Jésus.

Le MEJ les aide à construire une relation d’amitié avec Jésus, en puisant ses fondements dans une spiritualité ignatienne.

Le MEJ aide chaque jeune à faire le lien entre sa vie et sa foi, à découvrir les trésors spirituels pour les faire fructifier et en témoigner.

A vocation apostolique, le mouvement ouvre les jeunes au monde afin d’être au service de leurs frères. Chaque enfant développe une sensibilité différente : protection de la planète, des plus pauvres et démunis, des plus fragiles… On s’engage seul ou en équipe pour faire l’expérience de la rencontre de l’autre, dans le Christ.

> Comment ça fonctionne ?

Le Mouvement Eucharistique des Jeunes se vit au sein de petites équipes de 6 à 10 jeunes.

Un thème d’année constitue le fil rouge de ces rencontres. Encadrés par des responsables d’équipe, les MEJistes peuvent s’exprimer en toute liberté sur les sujets qui leur tiennent à cœur ou tout simplement des sujets dans l’actualité du monde ou de l’Eglise.

Les réunions d’équipe auront lieu le samedi matin de 10h à 12h tous les 15 jours pour les plus jeunes. Pour les lycéens, possibilité d’adapter des réunions en fonction de l’agenda des jeunes.

Ils vont apprendre à mettre du sens dans tout ce qu’ils font : les jeux, la prière, les rencontres… La notion d’équipe est très importante : grâce à elle, les MEJistes apprennent à faire confiance et à s’ouvrir aux autres. Cela leur servira toute leur vie !

Qui dit MEJ dit créativité ! Sessions musique, mises en scènes déjantées, ateliers de peinture ou encore olympiades de sport… Le responsable d’équipe s’adapte aux talents (parfois cachés !) des jeunes de son équipe. Sans se prendre au sérieux, les jeunes découvrent leurs capacités au fur et à mesure de l’année et peuvent grandir à travers des activités variées.

Le MEJ  propose également des camps l’été qui permettent aux enfants de faire de belles rencontres, de créer, de partager…

> Vous voulez en savoir plus ?

Contacter Adélaïde OSTERMANN au 06.60.51.11.59 ou ao2ostermann@gmail.com

Le site du Mej : https://www.mej.fr/

Dispositif de lutte contre la pédophilie.

« Seigneur, délivre-nous de la tentation de vouloir nous
sauver nous-mêmes et sauver notre réputation ; aide-nous à
porter solidairement la faute et à rechercher des réponses
humbles et concrètes en communion avec tout le Peuple de
Dieu »
Pape François, février 2019

Cliquer ICI pour télécharger ou imprimer les 12  pages de la  lettre des évêques de France aux catholiques sur la lutte contre la pédophilie (publiée le 25 mars 2021)

Le sacrement de réconciliation à l’approche de Pâques

A Rochefort les confessions sont Le samedi de 10h 45 à 11h 45 à l’église St Louis

Les chrétiens portent la vie nouvelle du Christ dans « des vases d’argile ». Soumise à la tentation, cette vie d’enfant de Dieu peut être affaiblie voire étouffée par le péché. C’est pourquoi le Christ, médecin des âmes confie à l’Église de perpétuer son œuvre de guérison et de salut auprès de ses membres. C’est le but du sacrement de pénitence qui est un sacrement de guérison.

Qu’est ce que le sacrement de réconciliation ou confession ?

Le sacrement de la pénitence ou de la réconciliation est par excellence le sacrement de l’amour et de la consolation de Dieu. En tout premier lieu, se confesser, c’est confesser l’amour de Dieu et sa miséricorde. Et se rappeler la grâce du baptême qui nous a arraché au pouvoir du mal. Dans la suite de notre existence, le sacrement de pénitence est un peu un nouveau baptême. Après « l’eau du baptême », « les larmes de la pénitence »…

Origine du sacrement de réconciliation

l’enfant prodigue

Le sacrement de la pénitence et de la réconciliation prend sa source dans le mystère pascal. En effet, le soir même de Pâques, l’évangile de Jean rapporte que le Seigneur apparaît aux disciples, enfermés au cénacle, et, après leur avoir adressé son salut « Paix à vous ! », souffle sur eux et dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis » (Jn 20, 21-23).

Jésus avait déjà averti qu’ « il y a plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion. » Et toute sa vie, il n’a eu de cesse d’offrir son pardon se montrant accueillant envers les pécheurs. En parabole, il se présentait comme le bon berger sorti à la recherche de son unique brebis perdue. C’est pour continuer cette œuvre de miséricorde que le Christ confie aux apôtres le pouvoir de remettre les péchés dans un geste qui le rend présent et lui permet de relever les pécheurs.

Sens et signification

Pour la foi catholique, il existe un péché originel. Par son incarnation rédemptrice, (du latin redimere, « racheter c’est-à-dire payer la rançon d’un captif pour lui rendre la liberté »), le Christ en délivre l’humanité.

Mais un principe du mal reste à l’œuvre dans le monde. Le cœur de l’homme est parfois lourd et endurci, opaque à lui-même. La vie nouvelle reçue au baptême ne supprime pas la fragilité et la faiblesse de la nature humaine. L’inclination au péché demeure dans les baptisés. C’est l’occasion pour eux de faire leurs preuves dans le combat de la vie chrétienne avec le soutien de la grâce du Christ. En effet la confession régulière des péchés aide à former la conscience, à lutter contre les penchants mauvais, à se laisser guérir par le Christ, à progresser dans la vie avec l’Esprit-Saint. En recevant fréquemment, par ce sacrement, le don de la miséricorde du Père, nous sommes poussés à être miséricordieux comme lui.

Comment se confesser ?

On peut recevoir le sacrement de la réconciliation dans toutes les paroisses, dans les monastères et auprès de n’importe quel prêtre. Dans la plupart des églises, le sacrement de pénitence est administré dans des confessionnaux, ces guérites en bois qui jalonnent les bas-côtés ou ont été transformées en petites pièces confidentielles. On s’y présente après avoir préparé un examen de conscience à la lumière de la parole de Dieu. D’entrée de jeu, on peut demander au prêtre sa bénédiction. « Mon père, bénissez-moi car j’ai péché. » Dans les églises orientales, la coutume veut que le prêtre accueille le pénitent en lui posant l’étole sur la tête et un bras autour des épaules, par solidarité. Avant d’être pardonné de ses fautes, le pécheur fait acte de contrition, c’est-à-dire qu’il exprime son regret de les avoir commises. Il précise ensuite la nature de ses fautes en les confessant au prêtre qui lui donne l’absolution et une pénitence, c’est-à-dire une réparation ou satisfaction, le plus souvent quelques prières ou une parole de la Bible à méditer. Contrition, confession et réparation sont les actes nécessaires pour obtenir l’absolution. « Quand quelqu’un fait la queue pour se confesser, raconte le pape François, il ressent la honte, mais ensuite quand la confession se termine, il sort libre, grand, beau, pardonné, blanc, heureux. C’est ce qui est beau dans la confession ! » L’Église invite ses fidèles à recevoir ce sacrement une fois par an au moins. C’est l’origine de l’expression « faire ses Pâques » qui consiste à se confesser et à communier à la faveur de la fête de Pâque. Dans la vie spirituelle comme dans la vie quotidienne, on mange, on boit et on se lave. La communion eucharistique alimente l’âme, la confession la nettoie. L’une et l’autre doivent être fréquentes.

Pourquoi demander le sacrement de réconciliation ?

Parce que c’est une rencontre vivante avec la miséricorde, même si l’aveu est une démarche exigeante. « On peut ressentir de la honte. C’est une bonne chose, assure encore le pape François. Il est bon d’avoir un peu honte, car avoir honte est salutaire. La honte rend plus humbles, et le prêtre reçoit avec amour et avec tendresse cette confession et, au nom de Dieu, il pardonne. » Alors on peut être résolu à reconstruire avec Dieu ce qu’on détruisait par le péché. C’est la pénitence envers soi-même, les personnes que l’on lésait, l’Église ou le monde. Dieu lui même prend alors en charge ce qui parait humainement irréparable. Le pardon est un cadeau.

Bonus

« Chers amis, célébrer le sacrement de la réconciliation signifie être enveloppés par une étreinte chaleureuse : c’est l’étreinte de la miséricorde infinie du Père. Rappelons cette belle parabole du fils qui est parti de chez lui avec l’argent de son héritage ; il a gaspillé tout son argent et ensuite, quand il n’avait plus rien, il a décidé de revenir chez lui, non comme un fils, mais comme un serviteur. Il ressentait profondément sa faute dans son cœur et tant de honte. La surprise a été que quand il commença à parler, à demander pardon, son père ne le laissa pas parler, il l’embrassa et fit la fête. Quant à moi je vous dis: chaque fois que nous nous confessons, Dieu nous embrasse, Dieu fait la fête ! Allons de l’avant sur cette route. »

Pape François, audience générale, mercredi 19 février 2014

Magali Michel

Bientôt les Rameaux

Horaires des messes sur la paroisse de Rochefort

  • Samedi 27 mars : – à 17h 30 messe anticipée à l’église St Paul
  • Dimanche 28 mars : – à 9h30 à l’église du Breuil Magné – à 10h00 à l’église St Paul – à 11h00 à l’église Notre Dame

 18h00 Exceptionnellement pas de messe

Six jours avant la fête de la Pâque juive, Jésus vient à Jérusalem.

La foule l’acclame lors de son entrée dans la ville. Elle a tapissé le sol de manteaux et de rameaux verts, formant comme un chemin royal en son honneur.

C’est en mémoire de ce jour que les catholiques portent des rameaux (de buis, d’olivier, de laurier ou de palmier), selon les régions. Ces rameaux, une fois bénis, sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche, en procession : marche vers Pâques du peuple de Dieu à la suite du Christ.

La foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ; ils prirent les rameaux des palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !

Ces paroles sont chantées comme antienne d’ouverture au lieu où les fidèles se sont réunis : après une brève allocution, le célébrant bénit les rameaux et on lit le récit évangélique de l’entrée messianique de Jésus avant de se rendre en procession jusqu’à l’église.

La tradition chrétienne veut que l’on emporte, après la messe, les rameaux bénits, pour en orner les croix dans les maisons : geste de vénération et de confiance envers le Crucifié.

 

Nouvelles mesures gouvernementales concernant le Coronavirus

Depuis vendredi 19 mars 2021 à minuit, ces 16 départements sont soumis à des mesures renforcées pour quatre semaines :  Aisne, Alpes-Maritimes, Essonne, Eure, Hauts-de-Seine, Nord, Oise, Paris, Pas-de-Calais, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Seine-Maritime, Somme, Val-de-Marne, Val-d’Oise et Yvelines.

Les commerces

Dans les 16 départements soumis à des mesures renforcées, les commerces autorisés sont ceux qui étaient ouverts lors des deux premiers confinements (commerces de première nécessité), auxquels s’ajoutent notamment les librairies, les disquaires, les salons de coiffure, les magasins de bricolage, les magasins de plantes et de fleurs, les chocolatiers, les cordonniers, les concessions automobiles (sur prise de rendez-vous) et les visites de biens immobiliers. Voir la liste complète des commerces autorisés à ouvrir dans les départements soumis au confinement

Les déplacements et sorties  

Les règles relatives aux déplacements et sorties sont, à compter de ce samedi 20 mars 2021 :

  • une attestation applicable le soir et la nuit (entre 19h le soir et 6h du matin) sur tout le territoire national, au titre du couvre-feu ;
  • une attestation applicable en journée (entre 6h du matin et 19h le soir) dans les seuls départements soumis à des mesures renforcées.

Dans les 16 départements soumis à des mesures renforcées :

  • pour tout déplacement dans un rayon  de 10 km autour de son domicile entre 9h et 19h, il n’est pas obligatoire de produire une attestation, ni de justifier du motif de son déplacement. En cas de contrôle, il faut produire un simple justificatif de domicile (comme une pièce d’identité) ;
  • pour tout déplacement de plus de 10 km, soit au sein du département, soit pour des déplacements inter-régionaux, une attestation et la justification du motif du déplacement sont obligatoires.

Les deux modèles d’attestation seront mis en ligne prochainement sur le site du ministère de l’Intérieur.

Pour rappel, les déplacement inter-régionaux sont interdits, hors motifs impérieux ou professionnels.

Par ailleurs, les préfets ont la possibilité d’interdire certains rassemblements dans l’espace public.

Le couvre-feu

Le couvre-feu est maintenu selon les mêmes règles, mais repoussé à 19h pour l’ensemble du territoire à partir de samedi 20 mars 2021.

Les écoles et les universités

  • les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges continuent de respecter les modalités déjà en place ;
  • passage en demies-jauges pour l’ensemble des lycées ;
  • les universités continuent de fonctionner selon le rythme en vigueur ;
  • activité sportive : reprise normale sur le temps scolaire, maintien des activités en plein-air sur les temps extra-scolaires.

Les lieux de culte

Les lieux de culte restent ouverts selon les protocoles actuellement en vigueur.

Le travail

  • le télétravail doit être la norme pour l’ensemble des entreprises et administrations qui peuvent l’appliquer, en appliquant la règle des 4 jours sur 5 en télétravail ;
  • un protocole renforcé est envisagé dans la restauration collective en entreprises.

Quelques éléments de méditation sur la personne de St Joseph

à partir de “Patris Corde” du pape François

1. Un homme qui assume la réalité.
Le moins que l’on puisse dire, en effet, c’est que Joseph a dû assumer une réalité qu’il n’avait jamais imaginée. Il avait sans doute commencé à penser bien des choses auprès de celle qu’il chérissait déjà. Il avait sans doute formé dans sa tête et dans son cœur bien des projets, bien des rêves avec celle qui deviendrait son épouse et la mère de ses enfants. Et les choses, dès le
début, avant même qu’ils ne vivent ensemble, ne se sont pas passées ainsi.

La réalité, tout autre, a rattrapé Joseph.
Dès la naissance, Joseph est confronté à l’hostilité de ceux qui ne voulaient pas accueillir Marie prête à mettre au monde son enfant. Plus tard, face à la menace qui pèse sur l’enfant, Joseph doit fuir en Egypte sans trop savoir ce qui va se passer par la suite. Lorsque Jésus aura douze ans, ses parents connaîtront aussi l’angoisse de la disparition de l’enfant qu’ils ne retrouveront que trois jours plus tard, assis dans le Temple.

L’histoire de Joseph qui est aussi celle de Marie n’a rien d’un conte de fée. La réalité est marquée par des peurs, des incompréhensions, des doutes, des souffrances, des angoisses, des tempêtes.

Le Pape François écrit que Joseph est un père qui accueille. Il accueille cette réalité. Il se soumet aux imprévus. « Il laisse de côté ses raisonnements pour faire place à ce qui arrive et, aussi mystérieusement que cela puisse paraître à ses yeux, il l’accueille, en assume la responsabilité et se réconcilie avec sa propre histoire.»  Joseph n’est pas un homme passivement résigné. Il est fortement et courageusement engagé. » Joseph adhère au réel et à l’aujourd’hui ! Cela nous rejoint sans doute dans ce que nous vivons. La maladie ou le décès brutal d’un être aimé ; le projet professionnel que nous avions travaillé, désiré et qui ne se réalise pas ; le divorce qui arrive après des années de mariage ; les contrariétés diverses qui nous arrivent…Bien des choses qui pourraient nous faire baisser les bras et nous faire renoncer à poursuivre le chemin.

Le pape François écrit : « Il faut laisser de côté la colère et la déception, et faire place, sans aucune résignation mondaine mais avec une force pleine d’espérance, à ce que nous n’avons pas choisis et qui pourtant existe […} Dieu fait germer des fleurs dans les rochers. » C’est le réalisme chrétien écrit encore le pape.

2. Un homme qui s’ouvre à la volonté de Dieu dans l’obéissance
Joseph accueille cette réalité, non pas en la subissant mais en s’en remettant à la volonté du Seigneur. Le pape écrit : « Joseph nous enseigne ainsi qu’avoir foi en Dieu comprend également le fait de croire qu’il peut agir à travers nos peurs, nos fragilités, notre faiblesse. » Celles-là ne sont pas un obstacle au projet de Dieu pourvu que nous sachions les remettre au Seigneur.

Saint Joseph nous enseigne que, « dans les tempêtes de la vie, nous ne devons pas craindre de laisser à Dieu le gouvernail de notre bateau. Parfois nous voudrions tout contrôler, mais lui regarde toujours plus loin. »
Toujours dans son texte le pape François repart des 4 songes par lesquels Dieu parle à Joseph.

  • Le premier songe l’invite à accueillir Marie chez lui alors qu’elle est déjà enceinte et qu’il avait décidé de la répudier en secret. « Grâce à l’obéissance, il surmonte son drame et il sauve Marie. »
  • Le deuxième songe l’invite à fuir en Egypte avec Marie et l’enfant. Et Joseph
    n’hésite pas un instant. Sans trop savoir ce qui adviendra, il se lève et fait ce que l’ange lui dit. Et c’est ainsi qu’il sauvera l’enfant
  • Dans le troisième songe il fera le chemin inverse, à l’invitation de l’ange.
  • Enfin, alors qu’il est sur le chemin de retour, un quatrième songe l’oblige à changer de destination pour se retirer non dans son village d’origine mais à Nazareth.

Ainsi Dieu parle par des portes qui s’ouvrent, mais souvent aussi par des portes qui se ferment déjouant nos attentes et nos pronostics. C’est ainsi que Joseph va suivre, non sa volonté, mais la volonté de Dieu. Jésus a été à bonne école ! Joseph est à l’écoute de la volonté de Dieu.

Il se laisse conduire par l’Esprit de Dieu. Il a choisi de donner les rênes de sa vie à Dieu et à Dieu seul. Et c’est ainsi qu’il est pour nous un exemple. Dans une homélie Mgr Rey écrit cette parole pour moi lumineuse : « Joseph est pour nous le témoin d’un exode : celui d’un cœur qui affronte les tempêtes intérieures jusqu’au calme rivage de l’abandon filial. Il est l’icône d’un être réconcilié et disponible qui s’est remis entièrement entre les mains de Dieu.
Un être qui ne s’est jamais révolté contre les chemins mystérieux par où Dieu le fait passer. »
Il y a sans doute dans nos vies bien des choses que nous ne comprenons pas, ou même que nous n’acceptons pas. Et souvent ceci est le lieu d’une colère, d’une amertume,  d’un combat, qui, à force d’être ressassés, nous enferment, nous durcissent, nous isolent.

Le pape François écrit : « la vie spirituelle que Joseph nous montre n’est pas un chemin qui explique mais un chemin qui accueille ». C’est un chemin qui accueille ce qui n’est pas compréhensible dans le moment présent mais porte la certitude que Dieu n’en n’est pas absent. Mystérieusement son projet pour nous se poursuit car rien ne lui est étranger. Le pape écrit : « Une lecture superficielle de ces récits donne toujours l’impression que le monde est à la merci des forts et des puissants. Mais la bonne nouvelle de l’Evangile est de montrer comment, malgré l’arrogance et les dominateurs terrestres, Dieu trouve toujours un moyen pour réaliser son plan de salut. » C’est vraiment une attitude pleine de confiance à laquelle nous invite saint Joseph.

Résonne encore en moi la belle parole d’Isaïe : « Par la conversion et le calme, vous serez sauvés ; dans la tranquillité, dans la confiance sera votre force. » (Is 30, 15)

3. Un homme créatif et courageux mais aussi humble et silencieux
Accueillir la réalité qui nous arrive et nous abandonner au projet de Dieu dans la confiance ne signifie pas rester inerte, inactif en attendant “que ça passe” ou bien des jours meilleurs.
Nous voyons Joseph pleinement investi dans sa tâche et sa mission de père adoptif et d’époux aimant. Le pape écrit : « Devant une difficulté on peut s’arrêter et abandonner la partie, ou bien on peut se donner de la peine. Ce sont parfois les difficultés qui tirent de nous des ressources que nous ne pensions même pas avoir. »
Dans un ouvrage récent, le pape François invite, dans des circonstances qui pourraient nous conduire à baisser les bras, à fuir une réalité trop difficile ou encore  à tomber dans la désespérance, à nous concentrer sur les petites actions concrètes et positives que nous pouvons entreprendre, en semant de l’espoir ou en travaillant pour la justice. (in Un temps pour changer p. 31)

C’est bien ce que réalise Joseph en accueillant cette réalité qu’il n’a pas choisie et en s’y investissant pleinement.
A plusieurs reprises, il fait preuve de courage. Dans sa recherche d’un lieu pour que Marie puisse mettre son enfant au monde, on imagine Joseph si habile de ses mains réaliser le nécessaire pour le nouveau-né et son épouse. Courage aussi lorsqu’il se lève en pleine nuit pour fuir en Egypte et protéger l’enfant. Il a fallu qu’il élabore un plan, qu’il reste sur ses gardes tout au long du voyage, qu’il envisage les étapes, qu’il prévoie le nécessaire…Un tel voyage suppose une réelle organisation. Joseph y déploie son intelligence, ses compétences,
son savoir-faire et il surmonte sa peur. Même courage, même audace lorsqu’il choisira de se rendre à Nazareth à son retour pour éviter encore la menace qui pèse sur l’enfant.

Tout au long de ces années jusque dans l’éducation de Jésus, Joseph s’investit, se donne avec audace, avec courage, avec justesse. Le pape écrit : « Loin de nous de penser que croire signifie trouver des solutions consolatrices faciles. La foi que nous a enseignée le Christ est au contraire, celle que nous
voyons en saint Joseph qui ne cherche pas de raccourcis mais qui affronte “les yeux ouverts” ce qui lui arrive en en assumant personnellement la responsabilité. »
Il y a chez Joseph à la fois ce mélange de force qui lui permet d’être un homme d’action qui prend des décisions difficiles comme nous venons de le dire et d’autre part cette attitude faite d’humilité, de réserve, de retrait. Saint Joseph ne se met jamais en avant mais reste comme caché.

Il y a chez lui la force d’un homme d’action et une grande douceur et une grande délicatesse de cœur. Le pape François écrit : « Que de personnes font preuve chaque jour de patience et insufflent l’espérance. (…) Nous pouvons trouver en saint Joseph l’homme qui passe inaperçu, l’homme de la présence quotidienne, discrète et cachée, un intercesseur, un soutien et un guide dans les moments de difficultés. Saint Joseph nous rappelle que tous ceux
qui, apparemment, sont cachés ou en deuxième ligne,  jouent un rôle inégalé dans l’histoire du salut. »

Mais n’est-ce pas cette attitude intérieure qui donne à saint Joseph cette fécondité, cette capacité et cette force ! Il y en a en effet certains qui font beaucoup de bruit, qui s’agitent mais qui ne produisent pas grand-chose de solide et de durable. Il y en a qui savent cultiver un silence intérieur propice à une action juste et constructive. Saint Joseph est de ceux-là.

Ce silence qu’il observe n’est pas une absence de paroles mais une plénitude de présence.

4. Conclusion

Joseph est tout donné à Jésus et pour Jésus jusqu’à s’oublier lui-même. Il renoncera même à retourner dans sa ville natale,  Bethléem pour vivre à Nazareth par souci de Jésus et de sa croissance.

Ce qui compte pour lui, c’est la vie de Jésus et de Marie, les protéger, les entourer, veiller sur eux, les aimer. Le bonheur de Joseph est dans le don de soi par amour. C’est là qu’il reçoit la joie véritable qui ne fait pas de bruit mais qui comble une vie.
Le pape écrit que « nous devons toujours nous demander si nous défendons de toutes nos forces Jésus et Marie qui sont mystérieusement confiés à notre responsabilité, à notre soin, à notre garde ». Saint Jean Paul II attribuait le titre de « défenseur de la vie et de son mystère » à saint Joseph.

Car le témoignage de saint Joseph est un encouragement en effet à prendre
nous aussi notre part de responsabilité pour la défense de la vie humaine. Et c’est ainsi qu’aujourd’hui, dans cette réalité qui est la nôtre, avec courage et audace, nous devons prendre soin de celles et ceux dont Jésus est le visage, les plus petits, les plus fragiles, les plus pauvres, les laissés pour compte, les isolés, les exilés…
Comment ne pas rendre grâce à Dieu pour cette proposition que le pape François nous fait en nous encourageant à approfondir cette belle figure de saint Joseph durant tout une année. Sa discrétion nous aurait presque fait oublier sa grandeur d’âme, son courage et sa foi.

Vraiment n’hésitons pas à le choisir comme compagnon de route, et par son intercession que nous puissions avancer nous aussi sur ce beau chemin de sainteté qu’il nous propose, non pas immédiatement un chemin de perfection, mais un chemin d’abandon confiant dans les mains de Dieu.

19 mars 2021
Père Mickaël Le Nezet

Cliquez ICI pour télécharger ou imprimer ces éléments de méditation

La place du père dans le couple.

Dimanche 14 mars de 9h00 à 16h30 à l’abbaye de Sablonceaux

la Communauté du Chemin Neuf propose une journée pour les couples autour de la paternité

Homme, père – ça signifie quoi pour mon couple ?
défis / opportunités / enjeux / besoins
Prenez une journée pour votre couple, pour mieux comprendre le rôle de
l’homme, pour mieux trouver sa place dans le couple et dans la famille!

 Au programme :

Enseignements, temps en couple, témoignage, prière, partage…
Lieu : Abbaye de Sablonceaux, 17600 Sablonceaux
Heure : 9h00 – 16h30
Repas : chacun apporte son pic-nic
Participation : 10-15 euros / couple
Enfants : possibilité de garde (si vous n’avez pas de choix )

Contact ;
Questions et inscriptions : karol.medrzycki@gmail.com, 06 12 04 75 10
à bientôt !

Pèlerinage diocésain des mères de famille

Il se déroulera cette année les samedi 6 mars et dimanche 7 mars 2021 autour de Saint-Genis de Saintonge sur le thème :

Seigneur, apprends-nous à prier !”.

Il est impératif de s’inscrire avant le 27 février.

Ce pèlerinage est ouvert à toutes les mères et grands mères, la marche sera de 15 km environ. Si la nuitée n’est pas possible à la MFR en raison des mesures sanitaires, la journée de marche du samedi 6 mars sera maintenue, sauf en cas de confinement total.

L’équipe de préparation de ce pèlerinage est à votre disposition pour toute précision et vous remercie de bien vouloir diffuser largement cette information autour de vous à toute personne qui pourrait être intéressée !

L’équipe de préparation du pèlerinage diocésain des mères de familles est joignable au 06 07 75 71 70

Pour information, le pèlerinage des pères de famille aura lieu les samedi 20 et dimanche 21 mars 2021

Campagne du denier de l’Eglise

 

Vous allez bientôt recevoir une information concernant la campagne du denier de l’Eglise pour l’année 2021.
Le denier ne sert pas au fonctionnement des paroisses mais c’est une aide précieuse versée directement à l’évêché pour le traitement et les charges sociales des prêtres et des acteurs pastoraux. Grâce à ce denier, chaque prêtre du diocèse reçoit 560 euros par mois. Le reste du traitement des prêtres,  soit 450€ provient des offrandes de messes des paroissiens. Une offrande messe se monte à 18€.

Pour information le denier sur notre ensemble paroissial de Rochefort était l’année dernière de 44151 euros en baisse de 7% Mais par ailleurs, les dons faits directement à la paroisse était de 9286 euros en augmentation par rapport aux années passées.
Je tiens à vous remercier pour votre générosité qui n’a jamais fait défaut
même dans ces temps difficiles.

P. Mickaël

Très prochainement avec le conseil économique nous vous rendrons compte de la situation de la paroisse et des projets que nous envisageons en fonction de la situation actuelle.

 

Le mystère du Christ s’exprime dans la liturgie.

En cette première audience générale de février 2021 depuis la Bibliothèque du Palais apostolique, le Saint-Père a médité sur l’importance de la liturgie dans le catholicisme, en tant que «manifestation du Christ et de son corps sacramentel».

Delphine Allaire – Cité du Vatican

«Dans l’histoire de l’Église, on a plusieurs fois enregistré la tentation de pratiquer un christianisme intimiste, qui ne reconnaît pas aux rites liturgiques publics leur importance spirituelle», constate d’emblée le Souverain pontife argentin. Le Pape rapproche cette tendance de la revendication d’une «grande pureté présumée» propre à une religiosité sans cérémonies extérieures, «considérées comme un poids inutile ou nuisible». Au centre de ces critiques est visée la liturgie.

Le Pape François regrette ainsi que de nombreux fidèles, bien que participant assidument aux rites, en particulier à la Messe dominicale, ont plutôt puisé à d’autres sources, de type dévotionnel, la nourriture pour leur foi et leur vie spirituelle.

Le Mystère du Christ s’exprime dans la liturgie

Mais depuis la Constitution Sacrosanctum Concilium du Concile Vatican II, des progrès ont été accomplis, celle-ci réaffirmant l’importance de la divine liturgie pour la vie des chrétiens.

Dans la divine liturgie en effet, souligne l’évêque de Rome, les chrétiens trouvent «la médiation objective demandée par le fait que Jésus Christ n’est pas une idée ou un sentiment, mais une Personne vivante, et son Mystère un événement historique».

La prière des chrétiens passe à travers des médiations concrètes: l’Écriture Sainte, les Sacrements, les rites liturgiques. «Dans la vie chrétienne on ne fait pas abstraction de la sphère corporelle et matérielle, car en Jésus Christ celle-ci est devenue une voie de salut», insiste le Successeur de Pierre, concluant: «Il n’existe donc pas de spiritualité chrétienne qui ne soit pas enracinée dans la célébration des saints mystères.»

Des signes sacramentels divins

Et le Souverain pontife de poursuivre sur la beauté et spiritualité de la liturgie: «Elle n’est pas seulement une prière spontanée, mais quelque chose de plus et de plus originel: elle est l’acte qui fonde l’expérience chrétienne tout entière et, donc, également la prière. Elle est un événement, elle est un fait, elle est une présence, elle est une  rencontre».

Le Christ se rend ainsi présent dans l’Esprit Saint à travers les signes sacramentels: c’est de là que dérive pour nous, les chrétiens, la nécessité de participer aux mystères divins, assure le Pape François.

«Un christianisme sans liturgie est un christianisme sans Christ», ajoute le Saint-Père. «Même dans le rite le plus sobre, comme celui que certains chrétiens ont célébré et célèbrent dans les lieux de détentions, ou dans le secret d’une maison en temps de persécution, le Christ est réellement présent et se donne à ses fidèles».

Célébrer avec ferveur

La liturgie, précisément en raison de sa dimension objective, demande donc à être célébrée avec ferveur.

Selon le Saint-Père, chaque fois que nous célébrons un baptême, ou que nous consacrons le pain et le vin dans l’Eucharistie, ou que nous oignons le corps d’un malade avec l’huile sainte, le Christ est là.

«La prière du chrétien fait sienne la présence sacramentelle de Jésus», relève le Pape, continuant: «La Messe ne peut pas seulement être «écoutée», comme si nous n’étions que les spectateurs de quelque chose qui glisse sur nous, sans nous faire participer. La Messe est toujours célébrée, et pas seulement par le prêtre qui la préside, mais par tous les chrétiens qui la vivent. Le centre est le Christ! Nous tous, dans la diversité des dons et des ministères, nous unissons tous à son action, car c’est Lui le protagoniste de la liturgie».

Gestes, paroles et prières

Et le Saint-Père de rappeler l’exemple du culte des premiers chrétiens «Ils le vécurent en actualisant les gestes et les paroles de Jésus, avec la lumière et la force de l’Esprit Saint, afin que leur vie, touchée par cette grâce, devienne un sacrifice spirituel offert à Dieu. Cette approche fut une vraie ‘’révolution’’».

La vie est appelée à devenir un culte à Dieu, mais cela ne peut pas se produire sans la prière, en particulier la prière liturgique, en conclut le Successeur de Pierre. 

Article de Vatican News

 

 

 

Les feutiers de Lourdes

Lourdes, connue pour être un haut lieu de pèlerinage catholique, a une profession unique en France qui n’existe qu’à Lourdes, le métier de feutier.

Les feutiers sont chargés de nettoyer les brûle-cierges tous les soirs. Ils évacuent ainsi les déchets des 600 tonnes de cierges brûlés chaque année.

Pour accueillir au mieux les 6 millions de visiteurs chaque année, les feutiers assurent aussi le remplissage des présentoirs, gèrent le stock des cierges et veillent à ce que l’espace de la Grotte soit propre avant la première messe du matin.