Vous pouvez faire dire une messe pendant le confinement

Pendant le confinement du 3 au 30 novembre 2020 les prêtres continuent à célébrer la messe ensemble. Vous pouvez donc leur faire connaître,  vos intentions de prière, avec  le nom des personnes concernées.

Une des belles traditions de l’Église consiste à faire célébrer une messe pour une personne aimée.

Il peut s’agir d’intercéder en faveur d’un défunt, auprès du Christ.

La Messe peut être célébrée pour une personne vivante, pour la soutenir dans sa lutte contre une maladie ou une épreuve, pour sa conversion ou sa sanctification.

L’intention peut être plus large : « action de grâce », « pour les âmes du Purgatoire »… Ou secrète, elle est alors notée « intention particulière », que Dieu connaît, et que le prêtre porte en son cœur.

❖ Comment offrir une messe

Complétez  le formulaire. Le télécharger pour l’imprimer ici : formulaire d’offrande de messe.

Précisez succinctement l’intention de messe (merci de préciser s’il s’agit d’une personne défunte, ou vivante). Indiquez le nombre de messes souhaitées, la (les) date(s) souhaitée(s), ainsi que vos coordonnées où vous joindre en cas de besoin, sans oublier de joindre votre offrande

Adresse : Presbytère Saint – Louis,  102 rue Pierre Loti – 17300 Rochefort

  • L’OFFRANDE DE MESSE

Une intention particulière fait l’objet d’une offrande.

Une messe n’a pas de prix, mais cette offrande participe à la vie matérielle du prêtre. Les personnes démunies donnent ce qu’elles peuvent.

Le montant de l’offrande, proposé par l’assemblée des Évêques, est de :

  • 18€ pour une messe
  • 180€ pour une Neuvaine  (célébration de 9 messes consécutives pendant 9 jours)
  • 535€ pour un Trentain glorieux (célébration de 30 messes consécutives pendant 30 jours)

Vous pouvez verser votre offrande soit en espèces, soit par chèque à l’ordre de “Paroisse de Rochefort”

CONTACT PAROISSE : 

SECRÉTARIAT PAROISSIAL
Presbytère Saint-Louis
102 rue Pierre Loti
17300 Rochefort
 05 46 99 03 11 – @ : paroissederochefort@gmail.com

Confinement : lettre de Mgr Georges Colomb

Chers frères et sœurs,

L’information bruissait depuis quelques jours. Lors de son allocution télévisée, le 28 octobre 2020, le chef de l’Etat nous a informés de sa décision d’appliquer un nouveau confinement pour faire face à la crise du coronavirus. Cette interdiction de déplacement s’applique sur tout le territoire français, le département de la Charente-Maritime y compris.

Je tiens à vous apporter quelques précisions concernant la vie de nos communautés chrétiennes. Je vous encourage à continuer à respecter les gestes barrières que nous appliquons depuis quelques mois déjà et qui permettent de lutter contre la propagation du virus. Continuez à porter le masque et à appliquer les règles d’hygiène et de distanciation qui sont valables pour tous les Français.

Pendant cette période de confinement, je vous invite, chers frères prêtres, à célébrer personnellement la messe, source et sommet de la vie chrétienne, chaque jour comme vous le faites habituellement. Vous le ferez en communion avec nos frères et sœurs qui ne pourront être présents à partir du 2 novembre et à leurs intentions. Les célébrations en public sont interdites, seules les funérailles pourront être célébrées en accueillant 20 personnes au maximum.

Gardons les portes de nos églises ouvertes afin que nos lieux de culte soient accueillants pour la prière des fidèles. Exposons le Saint-Sacrement à certaines heures du jour. Sachons faire preuve d’intuition pastorale pour rester en communion avec nos frères et sœurs pendant cette période de confinement, comme nous avons su le faire précédemment (méditations quotidiennes de la Parole de Dieu, homélies dominicales envoyées par mail, coups de téléphone aux fidèles, notamment aux personnes seules ou isolées, utilisation d’autres médias : site diocésain, sites paroissiaux, Facebook…). Utilisons tous les moyens permettant la prière et le soutien fraternel auprès de nos frères et sœurs en paroisse.

N’hésitez pas à faire sonner les cloches de vos églises à sept heures, à midi ou à dix-neuf heures, lors de l’angélus , pour rappeler aux fidèles que, dans l’église du quartier ou du village, un prêtre, des fidèles prient pour eux. Plus que jamais pendant cette période, notre prière doit monter vers Dieu pour lui présenter les angoisses mais aussi les espoirs des hommes d’aujourd’hui.

Le Christ ne peut être confiné, l’Evangile est un livre ouvert qui chaque jour doit inspirer nos pensées, nos paroles et nos actes pour que, en glorifiant Dieu, nous servions nos frères et participions à la recherche du bien commun auquel sont attachés tous les hommes de bonne volonté.
Que le Seigneur nous bénisse tous et que par l’intercession de tous les saints que nous allons vénérer tout particulièrement dimanche, nous puissions trouver un jour prochain la guérison et la paix.

+ Georges COLOMB
Evêque de La Rochelle et Saintes

Covid 19 : Conseils pratiques – Agence Régionale de Santé (ARS)

Voici les conseils pratiques lorsque votre test COVID-19 est positif :

– Durée d’isolement,
– Les conditions d’isolement, la gestion des déchets,
– Surveiller son état de santé
– Partager ses contacts.
COVID-19 - Visuel Test COVID-19 Positif

Je m’isole

Il est important de respecter les consignes d’isolement même si vous êtes asymptomatique car vous êtes quand même contagieux.

7 jours d’isolement

COVID-19 - Icone Je m'isole
  • Pour les symptomatiques : à partir de la date d’apparition des symptômes. En cas de fièvre persistante, je sors d’isolement 2 jours après sa disparition. A la fin de l’isolement, je porte rigoureusement le masque et je respecte strictement les mesures barrières.
  • Pour les asymptomatiques : à partir de la date de réalisation du test. A la fin de l’isolement, je porte rigoureusement le masque et je respecte strictement les mesures barrières.

Pour les personnes immunodéprimées, la durée d’isolement est de 10 jours.

Les conditions d’isolement

  • Je reste si possible, dans une pièce isolée que j’aère très régulièrement,
  • Je me lave les mains très souvent et je les sèche avec ma serviette personnelle,
  • J’évite les contacts avec les autres personnes de la maison et surtout je ne les embrasse pas,
  • Lorsque je suis dans la même pièce qu’une autre personne je porte un masque chirurgical,
  • J’utilise si possible, des toilettes et une salle de bain séparés. Dans le cas contraire, je nettoie la pièce après utilisation sans oublier de désinfecter les poignées de porte,
  • Je ne fréquente pas des personnes fragiles : + 65 ans, maladies chroniques, personnes obèses et femmes enceintes au 3ème trimestre…
  • Je lave mes couverts et ma vaisselle avec du produit à vaisselle ou au lave vaisselle à 60°. Et je mets mon linge en machine sans le secouer à 60° minimum pendant 30 minutes,
  • Je ne partage pas mes objets de tous les jours : serviettes, couverts, savon, téléphone…
  • Si je suis seul, je demande à des proches (familles, amis, voisins) de me livrer mes médicaments, mes courses et mes repas,
  • Si j’ai besoin de soins ou d’aide à mon domicile, je choisis, si possible, une seule personne.

La gestion des déchets

  • J’ai mon propre sac plastique (opaque et fermetures avec des liens) dans la pièce où je vis dans lequel je jette les masques, les mouchoirs, les lingettes ou tous les autres supports de nettoyage jetables utilisés. Lorsqu’il est plein, je place dans un autre sac plastique et j’attends 24h pour le mettre dans les ordures ménagères.

J’informe mes contacts

COVID-19 - icone telechargement je suis positif

 

Recommandations à suivre pour protéger les proches du malade COVID 19

Quand faire le test ?

>>> On fait un test dès l’apparition de symptômes 

Si je vis avec la personne malade

Je fais un premier test immédiatement.

  • S’il est négatif, je dois en faire un deuxième 7 jours après la guérison de la dernière personne malade du foyer/domicile. je reste isolé jusqu’à la confirmation que mon deuxième test est négatif.
  • Si le test est positif même sans symptôme, je m’isole pendant 7 jours à partir de la date du prélèvement. En cas de fièvre persistante après ce délai, je ne sors d’isolement que 2 jours après la disparition de la fièvre.

Si je ne vis pas avec la personne malade

Je fais mon test 7 jours après mon dernier contact avec la personne malade.

  • S’il est négatif, je peux sortir d’isolement.
  • S’il est positif, même sans symptôme, je m’isole pendant 7 jours à partir de la date du prélèvement. En cas de fièvre persistante après ce délai, je ne sors d’isolement que 2 jours après la disparition de la fièvre.

A la fin de l’isolement, je porte rigoureusement le masque et je respecte strictement les mesures barrières pendant encore une semaine.

HOPITAL DE LA ROCHELLE Ligne dédiée au Covid 19
                                       ⇒  0 800 130 000

Prêtre et chef d’établissement à Fénelon (La Rochelle)

Lundi 12 octobre 2020, le Père Eric Blanchard a  été nommé chef d’établissement secondaire/supérieur de Fénelon Notre-Dame à La Rochelle.

Ils ne sont que deux en France à être à la fois prêtre et chef d’Etablissement.

Originaire de Paris, le père Éric Blanchard, titulaire, d’un baccalauréat général série A2 obtenu en 1990, il a fait une année de propédeutique à la maison Saint- Jean-Baptiste de Versailles en 2005. Séminariste au séminaire universitaire des Carmes de l’Institut catholique de Paris de 2005 à 2010,

il obtient une licence universitaire de théologie, reconnue par l’État en 2010, avant d’être prêtre pour le diocèse de Gap et Embrun de 2010 à 2018, ministère exercé en tant que « fidei Donum » pour le diocèse de La Rochelle et de Saintes.

Il a été professeur principal de lettres classiques au collège Notre-Dame de Bressuire. Membre puis délégué épiscopal de l’enseignement des Hautes-Alpes et responsable de la pastorale des jeunes et des aumôneries de l’enseignement privé et public du diocèse de Gap et Embrun, le père Éric Blanchard, qui a aussi exercé en tant que professeur de français, professeur de musique et de piano, est également un éminent musicien, il a notamment reçu le premier prix en excellence et prix spécial du jury au concours international des jeunes pianistes parrainé par l’Unesco en 1994.

 

Jean Paul II est vivant

C’est la fête de saint Jean Paul II

La chaine KTO retrace la vie de St Jean Paul II et les témoignages des personnes guéries de façon extraordinaire. A voir absolument :

Jean-Paul II vivant : prochaines diffusions

  • vendredi 23 octobre 2020 à 22:20
  • samedi 24 octobre 2020 à 14:10
  • dimanche 25 octobre 2020 à 07:25
  • lundi 26 octobre 2020 à 10:50
  • mardi 27 octobre 2020 à 16:02

La canonisation de Jean-Paul II a fourni plus de 15.000 témoignages de guérisons ou d’événements extraordinaires.

Deux de ces cas, impliquant une mère du Costa Rica et une religieuse en France, ont été analysés par d’éminents médecins spécialistes. Leur conclusion est claire : il n’y a aucune explication scientifique à ces guérisons.

Le documentaire “Jean-Paul II est vivant” analyse ces miracles du XXIe siècle du point de vue des intéressés et des médecins qui les ont suivis. Il expose également d’autres guérisons inexplicables dans l’état actuel de la science qui se sont produites après le décès du pape polonais.

Au cours de ce documentaire de 48 minutes, Rome Reports interroge des personnes en France, en Italie et au Costa Rica qui ont connu Jean-Paul II et qui affirment toutes avoir reçu une grâce spéciale par son intercession.

Une production ROME REPORTS, 2020 – Réalisé par Antonio Olivié

 

Le caté-vacances : un franc succès !

Lundi 19 et mardi 20 octobre , 12 enfants du caté ( sur 22 ) se sont retrouvés dans les locaux Notre Dame rue Voltaire à Rochefort, pour partager, prier, chanter et s’exprimer autour du thème de l’année : “Dieu est amour .
Ils ont tous participé activement  aux activités proposées.
– Une chasse aux trésors, dans l’église Notre-Dame, pour se sentir chez soi dans la maison de Dieu, mieux comprendre les beautés de la liturgie et réaliser que nous sommes l’Eglise…..
– S’émerveiller devant la création que Dieu fait par amour et nous confie. Réfléchir comment prendre soin de la nature et de nos frères.
– Découvrir que l’Amour de notre Père est sans limite, pour chacun d’entre nous, à travers l’histoire du “fils prodigue”
– et, fort de cet Amour immense, nous essayons de nous mettre en marche vers la sainteté, à la suite de tous les Saints qui nous ont précédés.
Toutes ces activités ont été ponctuées de beaucoup de chants, de temps de jeux et de prière, pour la plus grande joie de tous.
Au revoir pour le prochain KT vacances…
Photo 1  = mime de la création
Photo 2  = préparation des panneaux de la création
Photo 3 = la création…vue par les enfants
Photo 4 = un des temps de prière
Photo 5  =  quand il pleut …on joue à l’intérieur
Photos de BG
Gallery not found.

Deux veillées de prière, de louange et d’adoration pour la vie

Le diocèse organise deux veillées de prière, de louange et d’adoration pour la vie le 27 novembre 2020 à 20h30 dans la chapelle Sainte-Eustelle à Saintes et dans l’église Sainte-Jeanne-d ’Arc à La Rochelle.

Porter ensemble dans le prière la cause de la vie tout en rassemblant tous les types de sensibilité présents dans l’Église : voilà l’ambition de cette soirée.

Ces veillées pour la vie sont l’occasion de louer le Seigneur pour le don de la vie, de toute vie, et de prier pour toutes les vies difficiles ( personnes malades, handicapées, migrantes, souffrant de solitude, en situation de précarité, rejetées, en fin de vie, prisonniers..).

Ce type de veillées s’inscrit dans une démarche de promotion d’une véritable culture de vie et d’amour. Elles ont été désirées par le Pape Jean-Paul II, lancées par le Pape Benoît XVI en 2010 puis bénies et encouragées par le Pape François. Plus de 400 veillées pour la vie sont attendues en France en 2020.

Pour toute précision, merci de contacter l’équipe de préparation des veillées pour la vie au 06 07 75 71 70.

Le logo des JMJ 2023 de Lisbonne dévoilé

Le logo des Journées mondiales de la Jeunesse de Lisbonne a été présenté vendredi 16 octobre 2020, jour anniversaire des 42 ans de l’élection du Pape Jean-Paul II, fondateur des JMJ. Reportées d’un an à cause de la pandémie, ces JMJ lisboètes se tiendront en août 2023.

Ce nouveau logo s’inspire du thème choisis par le Saint-Père pour cette édition 2023 «Marie se leva et partit avec empressement», une phrase tirée de l’Évangile de Luc, mais aussi des particularités culturelles et religieuses portugaises. La Croix domine ce nouveau logo. Elle est traversée par un chemin d’où surgit l’Esprit Saint, représentant cette invitation faite aux jeunes de ne pas rester immobiles, mais de devenir protagonistes d’un monde plus juste et fraternel. Les couleurs du logo, vert, rouge et jaune, rappellent le drapeau national portugais. Il a été conçu par une jeune designer portugaise de 24 ans, Beatriz Roque Antunez.

Actuellement, le comité organisationnel local des JMJ continue d’œuvrer en priorité pour les victimes de la pandémie, sans pour autant perdre de vue les préparatifs à la rencontre internationale, en dialogue constant avec le Saint-Siège.

Initialement prévues en 2022, ces Journées mondiales de la jeunesse ont été reportées d’une année en raison de l’urgence sanitaire déclenchée par la Covid-19. Ainsi les jeunes du Panama, où se sont déroulées les JMJ en 2019, n’ont pu remettre la croix et l’icône aux jeunes Portugais en avril dernier; la petite cérémonie symbolique devrait avoir lieu en novembre prochain, en la solennité du Christ-Roi de l’Univers.

Article (Vatican news)

Traditions de la Toussaint

Les traditions de la Toussaint ont évolué avec le temps.

Avant la guerre de 14-18 les familles déposaient volontiers des bougies sur la tombe des défunts.

Fleurir les tombes, une tradition récente.

En 1919, à l’occasion du premier anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, qui célébrait la fin des combats de la Première Guerre Mondiale, le président Raymond Poincaré a appelé les Français à fleurir les tombes des soldats morts au front. Le chrysanthème fut choisi pour deux raisons : il fleurit durant cette période et résiste aux basses températures.

Les chrysanthèmes, dont l’étymologie grecque signifie “fleur d’or”, sont les fleurs les plus achetées chaque année pour la Toussaint.  En Asie, le chrysanthème est un symbole de félicité. En France, il est traditionnellement choisi pour fleurir les tombes, le 2 novembre, jour de commémoration des défunts.

Les veilleuses ont fait leur apparition.

Depuis une dizaine d’années la tradition d’illuminer les tombes est revenue avec les veilleuses qui remplacent avantageusement les bougies, car elles résistent au vent et aux intempéries, certaines peuvent rester allumées 35 heures. Le Christ, décore souvent les veilleuses car il est le  symbole de la résurrection promise au défunt, la veilleuse évoque par sa lumière le cierge de Pâques.

 

Les veilleuses à la Toussaint.

Elles brilleront cette année à la lumière de Laudato Si.

« Que ta lumière oriente ce monde »

Cette année, les veilleuses de la Toussaint brilleront aussi en écho avec l’encyclique du pape Laudato Si,  afin que nous portions dans nos cœurs cette espérance

Voici un extrait de la prière chrétienne avec la création (Laudato Si)

Loué sois-Tu !
Esprit-Saint, qui par ta Lumière
orientes ce monde vers l’Amour du Père
et accompagnes le gémissement de la création,
Tu vis aussi dans nos cœurs
pour nous inciter au bien. Loué sois-Tu !

Pourquoi acheter une veilleuse ?

Cette veilleuse peut être posée sur une tombe, mais également être offerte à un proche, un voisin, un membre de la famille. Nous pouvons aussi mettre ces bougies sur nos fenêtres, dans nos jardins : grâce à un verre de qualité, elles brûlent en toute sécurité, résistant au vent et à la pluie. C’est un beau témoignage en ces temps de Toussaint de faire resplendir silencieusement la douceur et la force du Christ !

Les origines de la fête de la Toussaint

A Rome le culte des saints existait probablement dès le Vème siècle, le pape Boniface IV plaça, en 610, cette fête  au 13 mai et transféra au Panthéon, devenu une église dédiée à “sainte Marie et aux martyrs”, toutes les reliques des martyrs des catacombes romaines. Il ordonna que tous les ans serait célébré l’anniversaire de cette Dédicace.

En 731 le pape Grégoire III dédicaça, le 1er novembre,  en l’église St Pierre du Vatican, une chapelle en l’honneur “du Christ sauveur, de sa sainte Mère, des saints apôtres, martyrs, confesseurs et de TOUS les JUSTES  reposant par toute la terre”. Cette chapelle serait donc le berceau de la fête de la Toussaint.

Cette nouvelle solennité, se confondit progressivement avec la fête de la Dédicace de l’église de ” sainte Marie et des martyrs” et les deux  furent célébrées le 1er novembre par décision du pape Grégoire IV, en 835. La même année il engagea le roi de France, empereur d’Occident, Louis le Débonnaire fils de Charlemagne, à célébrer cette fête dans tous ses états. A partir de ceux -ci  elle s’étendit rapidement d’Occident au monde entier, l’Eglise latine venait de  solenniser le rite de la Toussaint au 1er novembre.

Au XXème siècle, Pie X l’insère dans la liste des huit fêtes, avec l’obligation d’entendre la messe. La fête de tous les saints devient une fête chômée.

 

Journée mondiale du refus de la misère samedi 17 octobre 2020

La Journée Mondiale du Refus de la Misère est célébrée chaque 17 Octobre. Née de l’initiative du père Joseph Wresinski et de celle de plusieurs milliers de personne, de tous milieux, qui se sont rassemblées sur le parvis des Droits de l’Homme à Paris en 1987, cette journée est officiellement reconnue par les Nations Unies depuis 1992.

Pourquoi une Journée mondiale du refus de la misère ?

Pour faire entendre la voix des personnes en situation d’extrême pauvreté et faire entendre ceux qui sont habituellement réduits à leurs difficultés, voire en sont jugés responsables. “C’est notre journée. On peut exprimer ce que l’on a dans le cœur sans honte, sans gêne”, dit une participante. La Journée mondiale du refus de la misère leur donne la parole, sur les conditions indignes qu’elles vivent, sur leur résistance quotidienne et leurs aspirations. On ne peut vaincre la misère qu’avec les premiers concernés.

Pour mobiliser citoyens et responsables publics. La misère est une violation des droits humains fondamentaux, elle n’est pas fatale, et peut être combattue et vaincue comme l’ont été l’esclavage et l’apartheid. En France en particulier, elle invite à encourager chacun, là où il est, à agir.

Un point d’appui pour une lutte de fond contre la misère ATD Quart Monde, à l’origine de cette journée, souhaite que les initiatives inspirées du message inscrit sur la Dalle du refus de la misère se multiplient de toutes parts à l’initiative d’associations, d’élus, de citoyens. ATD Quart Monde s’investit pour donner avec d’autres un écho particulier à cette journée, en l’honneur des personnes victimes de la misère, et pour une mobilisation de tous les défenseurs des droits de l’homme.

Un message qui rassemble très largement Sur le parvis des droits de l’homme et des libertés, Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde a inauguré la dalle où figure cette inscription : « Le 17 octobre 1987, des défenseurs des droits de l’homme et du citoyen de tous pays se sont rassemblés sur ce parvis. Ils ont rendu hommage aux victimes de la faim, de l’ignorance et de la violence. Ils ont affirmé leur conviction que la misère n’est pas fatale. Ils ont proclamé leur solidarité avec ceux qui luttent à travers le monde pour la détruire.  Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré. » Joseph Wresinski

Dalle Trocadéro

Dalle du Trocadéro