Homélies du Père Mickaël

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (6, 1-6. 16-18)

” Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite.” Matthieu 6, 3

Homélie des Cendres en lien avec l’actualité du moment

Frères et sœurs, nous entrons ce soir dans un temps de désert, un temps de purification, un temps de conversion. L’actualité récente de l’Eglise, les affaires de pédo-criminalité qui ne cessent de se révéler en son sein, les cas d’abus sexuel et de conscience commis par des membres du clergé, le déchaînement médiatique depuis plusieurs semaines, de notre fait, nous encourage à vivre sans doute plus intensément ce temps du carême, au désert. Il ne s’agit pas, en prenant le chemin du désert, de fuir nos responsabilités ni de nous boucher les oreilles, ni de fermer les yeux sur ces drames qui sont révélés, sur ces nombreux scandales. Le contexte dans lequel nous sommes plongés, nous rappelle encore plus fortement la pauvreté de l’homme, sa fragilité, sa complicité avec le mal. Nous sommes tous pécheurs. « Ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait. Ma faute est toujours devant moi » Ps 50.

Les paroles invitatoires du prophète Joël résonnent encore plus fortement en ce début de carême : « Revenez à moi de tout votre coeur, dans le jeûne, les larmes et le deuil. » Nous avons tous en effet besoin de prendre la route du désert pendant quarante jours. Mais nous ne la prenons pas séparément chacun de notre côté. Nous allons nous engager dans cette marche, tous ensemble, communautairement, parce que, membres d’un même corps nous sommes solidaires les uns des autres qui sommes pécheurs. Nous allons ensemble regarder dans la même direction, être là où le Seigneur désire que nous soyons, convertir nos cœurs en sa présence. Pour cela, la prière et la pénitence, à travers le jeûne, mais aussi l’attention aux plus pauvres, nous aideront.

Cette année, nous avons souhaité d’une manière toute particulière nous encourager à prendre du temps pour écouter la Parole de Dieu. Comme l’écrivait le pape Benoît dans son exhortation verbum domini : « Celui qui construit sa propre vie sur la Parole de Dieu, bâtit vraiment de manière solide et durable ». VD 10 « La Parole de Dieu a cette capacité de répondre aux problèmes que l’homme doit affronter dans la vie quotidienne ». VD 23 Aujourd’hui nous avons besoin d’entendre une Parole vraie, une Parole éclairante, une Parole sûre capable de nous aider, de nous guider et de transformer nos vies. Cette Parole, nous l’avons frères et sœurs mais elle est souvent inaudible pour nos vies parce que tant de bruits nous empêchent de l’entendre. « Le péché de l’homme est essentiellement désobéissance et non écoute (de cette Parole de Dieu) ». VD 26 L’Eglise nous offre ce temps de carême pour écouter plus intensément cette Parole, pour la recevoir dans nos vies, pour qu’elle fasse son travail en nous. Vous trouverez dans les propositions de carême, des lieux et des horaires différents pour vous retrouver en petite équipe et partager cette Parole de Dieu pendant trois semaines.

Ce temps de désert, ce temps de carême, nous encourage à nous retrouver pour prier ensemble de bien des manières (Chemin de croix, contemplation biblique, chapelet, adoration). Nous pourrons le faire aussi d’une manière particulière lors de la soirée de miséricorde que nous vous proposons. Vous pourrez recevoir le sacrement de réconciliation lors d’une rencontre personnelle avec un prêtre. Mais vous pourrez aussi, durant ce temps ouvert, vivre des démarches personnelles de prière. « Quand des circonstances nous accablent, nous pouvons toujours recourir à l’ancre de la supplication qui nous conduit à demeurer encore dans les mains de Dieu et près de la source de la paix. » GE 114 Car c’est bien vers cette paix que nous tendons en effet durant cette marche de carême. Nous ne prenons pas le chemin du désert avec crainte et découragement. Nous savons que ce chemin que nous allons vivre, en communauté, nous conduira à une plus grande intensité de vie, une joie et une paix renouvelées. L’engagement de nous tous est essentiel.

Enfin, comme l’écrit le pape François dans sa lettre adressée au peuple de Dieu, « lorsque nous faisons l’expérience de la désolation que nous causent les plaies ecclésiales, avec Marie, il nous est bon de donner plus de temps à la prière, cherchant à grandir davantage dans l’amour et la fidélité à l’Eglise. » Voilà pourquoi, je souhaite que nous terminions ce chemin du carême, le samedi saint par un pèlerinage sur la tombe des prêtres déportés des Pontons de Rochefort. Nous confierons aux prêtres martyrs de la foi, notre communauté paroissiale, notre diocèse et l’Eglise de Rome, pour que, par leurs intercessions, nous grandissions en effet dans l’amour et la fidélité à l’Eglise, que celle-ci soit plus humble, simple, plus fidèle à la mission reçue.

Oui frères et sœurs, c’est le moment favorable, en ce début de carême, de nous décider à tourner nos regards et nos cœurs vers le Seigneur car il est lui, tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour. Que nous puissions durant 40 jours mieux le comprendre pour mieux le vivre. Amen

Père Mickaël Le Nezet, curé

Pour télécharger les homélies du Père Mickaël cliquez sur la date de l’homélie que vous souhaitez lire ou télécharger: