Être pardonné

Le Sacrement de Réconciliation

En préparant sa première communion, l’enfant déjà baptisé vit, pour la première fois, le sacrement du pardon. Pour se réconcilier, il faut être deux et que l’un aille vers l’autre. Dans toute l’histoire biblique, Dieu ne cesse de venir à la rencontre de l’homme pour lui offrir son pardon. Le pardon est toujours offert à celui qui revient vers Dieu dans un mouvement de conversion. Le jour de notre baptême, en recevant la vie de Dieu, nous recevons le pardon de tous nos péchés. Par la suite, le péché nous détourne sans cesse de cette vie reçue de Dieu.

Jésus confie à son Église ce signe du pardon, ce sacrement qui nous plonge à nouveau dans la grâce de notre baptême. Dans ce sacrement, c’est Dieu qui, en Christ, vient nous réconcilier avec lui en nous donnant le pardon. En recevant ce sacrement nous venons confesser l’amour de Dieu dans nos vies et ensuite, nous confessons notre péché que nous remettons à sa miséricorde. Cette démarche fait la Joie de Dieu : “Il fallait bien se réjouir et faire la fête car ton frère que voilà était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé”, Luc 15, 32.

► Recevoir le sacrement de Réconciliation

Le samedi de 10h45  à 11h45 à l’église Saint-Louis : rencontre individuelle avec un prêtre du doyenné.

Aux approches des grandes fêtes, des soirées de Miséricorde (célébrations pénitentielles) sont proposées dans l’une ou l’autre des églises de la paroisse.

Par ailleurs, il est toujours possible de prendre rendez-vous avec un prêtre en téléphonant au Secrétariat paroissial.

► Les soirées de Miséricorde

Une soirée avec plusieurs propositions pour goûter à la Miséricorde de Dieu : SACREMENT de la réconciliation, ADORATION eucharistique, MÉDITATION de la Parole de Dieu.

► Quelques conseils pour se préparer au sacrement de réconciliation.

Je me pose au calme

Je prends le temps de lire un texte de la Parole de Dieu. Je le médite.

Je relis un peu ma vie sous le regard de Dieu : simplement, pour faire le tour de mes dernières décisions, de mes rencontres, de mes combats, de mes pensées, de ma vie spirituelle et familiale, de mon travail. J’examine tout cela avec courage, ça n’est pas terrible, mais c’est comme ça. J’ai confiance : le Seigneur m’aidera dans le combat que je mène contre mes défauts.

Je rencontre un prêtre

Avec le prêtre je ne me hâte pas, je commence plutôt un dialogue pénitentiel : je peux dire « Bénissez-moi, mon père, parce que j’ai péché ».

Je me présente, comme je suis devant les hommes et devant Dieu. Je dis mon souci éventuel de me confesser ou ma joie de le faire pour retrouver la communion avec Dieu et l’Église …

Avec humilité, je reconnais mes faiblesses, mes limites, mon péché, ce qui m’éloigne de Dieu et des autres. Je vais à l’essentiel, même si cela me coûte, car c’est ainsi qu’on est délivré du poids du péché et des remords. J’exprime deux ou trois choses que je regrette profondément. Ce qui maintenant me gêne, ce que je voudrais faire disparaître : mes attitudes, mes façons d’être, par rapport à la prière, à mes colères, à ma jalousie, à mon orgueil, à ma cupidité. Avant tout, je demande au Seigneur qu’il me guérisse par son pardon.

Je parle également de ce que je sens, de ce que je perçois de positif, de mes bonnes démarches, de mes temps spirituels. Je remercie Dieu pour les bons côtés de ma vie.

La joie du pardon

Le prêtre peut m’éclairer, discuter avec moi, prier avec moi. Enfin m’accorder le pardon du Seigneur par la parole de l’absolution. Je prends un temps de prière pour remercier Dieu.

Contact : 

SECRÉTARIAT PAROISSIAL
Presbytère Saint-Louis
102 rue Pierre Loti
17300 Rochefort
05 46 99 03 11 – @ : paroissederochefort@gmail.com