31 mai le Pape François lance un rosaire pour la paix dans le monde

Mardi 31 mai à 18h00, le Pape François récitera le Rosaire pour la paix en la basilique Sainte Marie Majeure de Rome.
Acte d’espérance auquel sont conviés tous les fidèles du monde

En conclusion du mois marial, le Pape François propose un signe d’espérance au monde, blessé par la guerre en Ukraine et  la violence concernant de nombreux autres pays en guerre.

A l ‘intention de la paix, le 31 mai, le Saint-Père priera le Rosaire en la basilique  Sainte-Marie-Majeure de Rome entouré par de nombreuses personnes concernées par ces drames.

Parmi elles, des familles de la communauté ukrainienne de Rome, des représentants de la Jeunesse ardente mariale (GAM), des groupes de jeunes scouts, un groupe d’aumôniers militaires ou encore des personnes anciennement victimes de conflits à travers le monde.

Les  fidèles de sanctuaires du monde entier réciteront en même temps que le Saint-Père la prière du rosaire, reliés par streaming  internet à Rome. Alors que l’accès a beaucoup de sanctuaires des pays en conflit est soit perturbé, soit empêché, par l’insécurité ou l’instabilité ambiantes

Participeront à cette chaîne de prière le sanctuaire de la Mère de Dieu en Ukraine,  la cathédrale de Sayidat al-Najat (Notre-Dame du Salut) en Irak, la cathédrale Notre-Dame de la Paix en Syrie et encore la cathédrale Marie Reine d’Arabie, à Bahreïn.

D’autres sanctuaires mariaux internationaux retransmettront également l’événement en direct, parmi lesquels Our Lady of Peace and Good Voyage de Manille, le sanctuaire de Jasna Góra en Pologne, Notre-Dame de Guadalupe au Mexique et Notre-Dame de Lourdes, en France.

Tous les fidèles du monde entier sont invités à soutenir le Pape François dans cette prière à la Reine de la Paix

Le rosaire retransmis en direct sur les canaux officiels du Saint-Siège sera rendu accessible aux personnes sourdes et malentendantes grâce à la traduction simultanée et le recours au langage des signes.

Confirmation d’adultes à la Pentecôte

Samedi 4 juin 2022 à 18h30,  confirmation diocésaine des adultes à la cathédrale de la Rochelle.

          Virginie Mons de la paroisse de Rochefort sera confirmée.

Deux autres, Laetitia et Violeta seront confirmées le 12 novembre 2022

La confirmation

La confirmation est un sacrement. Recevoir la confirmation, c’est recevoir les dons de l’Esprit Saint, promesse d’une vie enracinée en Christ. En recevant ce sacrement, le chrétien répond à l’amour que Dieu lui porte et s’engage à en être le témoin.

Au temps de l’adolescence et à l’âge adulte, la démarche de préparation s’étale sur une ou deux années. Une rencontre commune avec l’évêque pour un temps d’approfondissement et de catéchèse permet aux futurs confirmés et à leurs accompagnateurs de vivre une expérience forte d’Église diocésaine. Une journée diocésaine se déroule chaque année avec ceux qui se préparent à la confirmation.

“Sois marqué de l’Esprit saint, le don de Dieu” : telle est la parole prononcée par celui qui confirme et impose la main pour l’onction d’huile, c’est une parole très forte. Par la confirmation, le baptisé reçoit la marque de l’Esprit du Père et du Fils. Il l’a déjà reçue quand il plongeait dans l’eau du baptême, il continue de la recevoir par l’onction de la confirmation. Cette marque est comme une trace indélébile qui exprime un don de Dieu, le don qu’il fait au baptisé de sa propre vie, de son propre esprit, de sa puissance d’amour et de vie.

Dans la confirmation, nous sommes marqués par un geste d’onction, avec de l’huile parfumée, qu’on appelle “saint-chrême”, un geste plein de douceur. Les mots “christ” et “chrême” ont la même racine. Est “christ” celui qui a reçu l’onction d’huile.

L’huile assouplit les sportifs et les rend forts.

Le parfum a ceci de particulier qu’il se diffuse quasiment à notre insu. On dit souvent que certaines personnes respirent la joie, la bonté, à travers ce qu’elles disent et ce qu’elles font, mais aussi à travers ce qu’elles sont.

Nous portons des marques sur nos traits, sur notre corps qui rappellent nos parents. De même, le baptême et la confirmation nous marquent à jamais : nous sommes les fils et les filles de Dieu, habités par son Esprit.

La visitation de Marie à sa cousine Élisabeth

La fête de la visitation est fêtée Mardi 31 mai 2022

Monseigneur Jacques Habert, évêque de Bayeux-Lisieux, accompagnateur de l’Association des œuvres mariales (AOM), évoque la Visitation de la Vierge Marie , fête qui clôt le mois de mai -mois de Marie.

C’est un mystère joyeux que l’Église nous invite à célébrer en ce 31 mai, une fête qui vient aussi conclure le « mois de Marie ». Toute dévotion mariale doit nous renvoyer à notre appartenance à l’Église et à notre vie chrétienne au quotidien. Le mystère de la Visitation en est une belle illustration. En effet, une façon traditionnelle de présenter la mission de l’Église est de dire précisément qu’elle accomplit une triple mission : annoncer l’évangile, célébrer Dieu et servir les pauvres.

 Dans l’évangile de la Visitation nous contemplons la Vierge Marie. Elle accomplit de façon étonnante et unique cette triple mission :

  • Marie annonce la bonne nouvelle. C’est le sens de sa visite chez sa cousine Élisabeth qui s’écrie : « D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? » Cette annonce est accueillie avec une grande joie. C’est la joie d’Élisabeth, la joie de Marie, la joie mystérieuse aussi de Jean-Baptiste dans le sein de sa mère.
  • Marie célèbre son Dieu. C’est la proclamation du magnificat : « Mon âme exalte le Seigneur. » Cette prière deviendra la prière de l’Église tous les soirs à l’office des vêpres.
  • Marie se met aussi au service. Discrètement l’évangile nous l’indique : « Marie resta avec Élisabeth environ trois mois. »

On comprend mieux pourquoi, lors du Concile Vatican II, les pères conciliaires ont décidé que le développement sur la Vierge Marie serait intégré à la constitution présentant le mystère de l’Église. En effet en contemplant Marie, on découvre en vérité quelle est la mission de l’Église. Celui qui veut comprendre ce qu’est l’Église doit se tourner vers Marie.

Que cette fête de la Visitation nous renvoie à ces trois missions que chacun reçoit le jour de son baptême : Comment, à l’image de Marie, j’annonce le Seigneur à mes frères ? Comment, à l’image de Marie, je loue le Seigneur ? Comment, à l’image de Marie, je me mets au service des autres ?

Voilà une bonne médiation en ce jour de la Visitation. Comme toute méditation elle nous renvoie à une mise en pratique concrète. Si nous vivons cela alors certainement nous goûterons nous aussi à la joie de l’évangile.

 

 

Abus et violences sexuelles dans l’église

Plusieurs soirées de conférence-débat ont été proposées ces dernières semaines (voir liens de rediffusion ci-dessous).

Après 2 ½ ans de travail intense, les 22 membres de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase) ont rendu leur rapport en octobre 2021.

Leurs conclusions ont créé une ONDE DE CHOC chez les catholiques et dans les paroisses.

Jean Marc Sauvé reviendra avec nous sur sa propre prise de conscience et sur les suites à attendre de ce rapport J.M. Sauvé, depuis 2018, il est président de la Cité internationale universitaire à Paris ainsi que de la Fondation des Apprentis d’Auteuil.

“- Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.Chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait“. (Mt 25, 40.45).

 

Sortie le 15 févr. 2022Méthodologie défaillante”, “carences” et recommandations “discutables” : en novembre 2021 huit membres de l’Académie catholique de France faisaient parvenir à Rome un commentaire très critique du rapport de la Ciase, la Commission Indépendante sur les abus sexuels commis dans l’Eglise mandatée par les évêques et les religieux français, rendu public un mois auparavant.

Le 9 février 2022, la Ciase à son tour commente le document de l’Académie avec un argumentaire de 50 pages et deux études sur le travail statistique. Alors, peut-on juger que les chiffres de la Ciase sont fiables ? Ses recommandations visent-elles à promouvoir une réforme de toute l’Eglise, un certain modèle d’Eglise ? La Ciase a-t-elle outrepassé sa mission ? Jean Marc Sauvé répond et affirme : « l’Académie catholique et moi poursuivons le même but : que l’Eglise puisse porter au monde la nouvelle du Salut ».

Entretien avec J.M. Sauvé et Philippine de St Pierre (KTO)

 

Jean-Jérôme Tran Van Tien sera ordonné diacre à Saintes

La célébration de l’ordination diaconale en vue du sacerdoce de Jean-Jérôme TRAN VAN TIEN, séminariste du diocèse, par Mgr Georges Colomb aura lieu à l’abbaye aux Dames (Saintes) à 10h00 le samedi 18 juin.  

Dans la vidéo ci dessous, Jean-Jérôme témoigne de son cheminement et de son engagement à venir.

Qu’est ce que l’ordination diaconale en vue du sacerdoce ?

Le diacre (du grec diakonos, serviteur) est un homme qui répond à l’appel reçu de Dieu à se consacrer de manière particulière au service, dans l’imitation de Jésus Christ qui est venu «  non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie  pour les autres » (Mt 20, 28).

Par l’ordination diaconale, Dieu lui confère la grâce surnaturelle qui lui permet de vivre pleinement son ministère malgré sa faiblesse. Il reçoit alors la mission de proclamer l’Évangile, prêcher, porter l’Eucharistie, baptiser, bénir les mariages, présider les funérailles, et de se mettre tout entier au service de tous, particulièrement des plus pauvres.

Pour celui qui est appelé à devenir prêtre, c’est lors de son ordination diaconale qu’il s’engage à vivre le célibat pour le Royaume de Dieu, à prier quotidiennement la Liturgie des Heures en intercédant pour l’Église et pour le monde, à vivre en communion avec l’évêque dans le respect et l’obéissance. Cette étape est la première qui soit définitive, pour la vie  !

Avant cette ordination , les séminaristes passent par différentes étapes : l’admission comme candidat au sacerdoce, le lectorat, c’est à dire le service de la Parole de Dieu et l’acolytat, c’est à dire le service de l’eucharistie et des prières personnelles et communautaires.

La fête de l’Ascension

Ascension : le retour au Ciel marque le début de l’évangélisation sur terre

Lors des différents Regina Coeli prononcés le jour de l’Ascension, 40 jours après Pâques, ou le dimanche qui suit selon la tradition italienne, le Pape François a souvent rapproché cette montée du Christ au Ciel «au début de la mission de l’Église», à savoir diffuser l’Évangile dans le monde entier.

Dans les Évangiles, l’Ascension vient immédiatement après la mission que Jésus confie aux disciples, «une mission sans limites — c’est-à-dire, littéralement “sans limites” — qui dépasse les forces humaines», soutenait le Pape François en mai 2018 lors de cette fête.

Une tâche audacieuse confiée à un petit groupe d’hommes «simples et sans grandes compétences intellectuelles», censé «apporter le message d’amour et de miséricorde de Jésus aux quatre coins de la terre», déclarait l’évêque de Rome, soulignant la puissance de l’Esprit Saint à cet égard.

La diffusion de l’Évangile dans le monde

Effectivement, selon François, cette fête contient deux éléments. D’une part, elle dirige notre regard «vers le ciel, où Jésus glorifié est assis à la droite de Dieu» (cf. Mc 16, 19). D’autre part, elle nous rappelle le début de la «mission de l’Église», parce que Jésus ressuscité et monté au ciel envoie ses disciples diffuser l’Évangile dans le monde entier.

«Par conséquent, l’Ascension nous exhorte à élever le regard vers le ciel, pour le tourner ensuite immédiatement vers la terre, accomplissant les tâches que le Seigneur ressuscité nous confie», expliquait-il en 2018.

Chant : – Jésus tu montes au ciel

Les plaies du Christ, cadeau du Ciel

«Aller», ou mieux, «partir» devient le mot clef de l’Ascension, affirmait-il lors du Regina Coeli de 2014: «Jésus part vers le Père et il commande à ses disciples de partir vers le monde». Le Souverain pontife argentin qui rappelait le cadeau apporté par Jésus lors de son retour au Ciel: «Ses plaies». «Son Corps est très beau, sans les bleus, sans les blessures de la flagellation, mais il conserve les plaies. Et quand il revient au Père, il lui dit: ‘’Regarde Père, cela est le prix du pardon que tu donnes’’».

Le péché et le pardon

Ainsi, lorsque Dieu voit les plaies de Jésus, «il nous pardonne toujours, non pas parce que nous sommes bons, mais parce que Jésus a payé pour nous, parce qu’il regarde les plaies de Jésus, il regarde notre péché et il le pardonne.».

«L’Ascension du Christ n’est pas un voyage dans l’espace, vers les astres les plus lointains; car, au fond, les astres sont eux aussi faits d’éléments physiques comme la terre», mentionnait quant à lui Benoût XVI en mai 2005 en la basilique Saint-Jean-de-Latran. À propos du Ciel, le Catéchisme de l’Église catholique parle de «l’état de bonheur suprême et définitif».

La collaboration des baptisés

Et le Pape de citer le Christ: «Mais vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre» (Ac 1, 8). C’est ainsi que cette mission a pu se réaliser et que les apôtres ont commencé cette œuvre, qui a ensuite été poursuivie par leurs successeurs.

«La mission confiée par Jésus aux apôtres requiert notre collaboration à tous», a enjoint François, avant d’insister: «Chacun, en vertu du baptême qu’il a reçu, est habilité en ce qui le concerne à proclamer l’Évangile. C’est précisément le baptême qui nous habilite et nous pousse à être des missionnaires, à annoncer l’Évangile».

Soubise, ambiance exceptionnelle au synode.

Le synode du doyenné de Rochefort, a eu lieu ce 21 mai à Soubise.

La municipalité de Soubise ayant mis à la disposition du doyenné de Rochefort  la salle des fêtes, le synode s’est déroulé dans un cadre idéal.

A l’appel du père Mickaël Le Nezet curé doyen de Rochefort et de ses confrères : Les abbés, Arockiya curé de St Agnant, l’abbé Go Ika-Apollinaire curé de Tonnay-Charente et Daniel Cassegrain curé de Fouras, 70 paroissiens sont venus participer au synode. Étaient également présent l’abbé Pierre Bigot prêtre coopérateur et Arnaud Fouan diacre.

La journée a été bien remplie comme on peut en juger.

9h30 : – accueil :  café, thé, jus et de biscuits.

Travaux après le temps de prière de 10h, centré sur les Evangiles suivants, magnifiquement illustrés sur écran par des illustrations :

  • Zachée
  • Bartimée
  • Le bon samaritain
  • Le lavement des pieds des disciples (Jean 13, 1-20).

Dans ces 4 Évangiles nous rencontrons 4 personnalités très différentes.

Prière de la démarche synodale (cliquer ICI)

équipe musicale

Chant d’entrée introduit à la prière : –  Saint Esprit ( voici mon coeur).

 

10h15 : – Appel à l’élan missionnaire par le père Mickaël Le Nezet.

10h45 : – Partage en 9 groupes de 6 à 8 personnes sur les axes d’action missionnaire discernés par les fraternités du doyenné (voir la fiche).

11h45 : – Après les échanges en groupe les participants portent les 3 orientations (sur 16) qu’ils retiennent,  sur leur bulletin de vote.

12h15 : – Bénédicité et repas partagé, tiré du sac.

13h45 : -vidéo sur une mission de Billy Graham, pasteur protestant, dans le stade archi comble de Johannesburg, en 1973.

Billy Graham 1973 Johannesburg

14h30 : Après dépouillement des votes 3 orientations sont retenues en priorité :  Prendre soin des plus fragiles (24 voix) – Restaurer, soigner nos communautés (23) Accueillir chacun et chacune comme le Seigneur le demande (23). A la demande des participants du synode une 4ème orientation a été ajoutée – Evangélisation des familles, des jeunes et des enfants.

Travail en 4 ateliers de 12 personnes sur ces 3 orientations synodales.

15h15 : – Eucharistie

Tableaux des 3 orientations pendant l’Eucharistie

Remerciements : avant dispersion le père Mickaël Le Nezet a tenu à remercier au nom de tous les participants, l’équipe d’animation de cette journée très réussie :

Le père Arockiya – curé la paroisse Saint Agnant, Jean-Michel Soleau, Brigitte Gadenne, Marie-Christine Charpentier, Philippe Bocchi, sans oublier les 3 musiciennes choristes.

Il ne reste plus qu’a se mettre en marche sans oublier de s’en remettre au Christ et à l’Esprit Saint.

❖Prochain rendez-vous avec Mgr Georges Colomb.

Après les assemblées synodales, Mgr Georges Colomb se rendra dans chaque doyenné, à l’automne prochain, pour lancer les envois en mission.

A Rochefort ce sera  le dimanche 9 octobre à 15h30

photos GT

Photos GT

Photos GT

 

 

 

 

Décès du père Bernard Tourneur

C’est avec une profonde tristesse que nous venons d’apprendre le décès du Père Bernard Tourneur, ce samedi 14 mai après-midi ; hospitalisé depuis plusieurs jours, il était entouré de la présence aimante de l’une de ses sœurs.

Né le 27 octobre 1944 à Saint-Hippolyte (17), le Père Bernard Tourneur a été ordonné prêtre le 8 novembre 1977 à Croix-Gente. Il a exercé son ministère dans le diocèse de La Rochelle en tant que prêtre – ouvrier (plombier), tout en gardant, chevillées au cœur, les valeurs du monde ouvrier, par son engagement syndical à la CFDT afin de défendre ses collègues. En novembre 1978, il est nommé adjoint à l’équipe pastorale rurale de Jonzac, puis, le 7 juin 1985, de celle d’Aigrefeuille. En juillet 1991, il devient curé in solidum de la paroisse de La Jarrie. Envoyé en 2004, par l’évêque Georges Pontier, dans le quartier de Villeneuve les Salines, à La Rochelle, il y a vécu en communauté, « à la manière des prêtres-ouvriers », depuis 18 ans. Il est nommé prêtre référent de la maison de retraite du clergé de Voiville (Saintes) le 1er décembre 2011. Il a eu aussi des responsabilités dans l’accompagnement diaconal et auprès des Chrétiens dans le monde rural (CMR) durant de nombreuses années, dont il deviendra l’accompagnateur fédéral ; le Père Tourneur s’est également investi à l’aumônerie de l’hôpital Saint-Louis de La Rochelle.

Nous confions le Père Bernard à la prière de chacun, ainsi que sa famille et ses amis que nous portons dans nos intentions.

Ses obsèques seront célébrées vendredi 20 mai, à 14h à Villeneuve les Salines.

Tous à Soubise samedi 21 mai, pour le doyenné de Rochefort

Au terme des temps de rencontre en équipe, et après un travail de synthèse des réponses, chaque membre des équipes fraternelles est invité à participer à l’assemblée synodale de son doyenné.

Trois orientations seront votées parmi toutes les propositions reçues, elles serviront à mettre en œuvre des initiatives missionnaires spécifiques à chaque doyenné, afin d’être au plus près des réalités locales.

Chers Frères, Chères Sœurs du doyenné de Rochefort

Voici le temps de la récolte !

L’équipe d’animation de l’assemblée synodale est heureuse de vous accueillir, ainsi que l’ensemble de toutes les équipes fraternelles de notre doyenné, le samedi 21 mai  de 9h30 à 17h00

Salle des fêtes de Soubise

Adresse :

 

Dès 9h30 nous vous recevrons avec plaisir autour d’un café, thé, jus et de biscuits.

Nos travaux débuteront par un temps de prières à 10h00.

Vous allez recevoir  la liste des orientations synodales discernées dans notre doyenné. Chacun sera appelé à voter pour les trois de son choix, afin que nous puissions tous ensemble, choisir nos orientations missionnaires !

Lors de la pause déjeuner nous vous proposons un repas partagé et fraternel. Nous remercions chaque équipe synodale d’équilibrer au mieux ses préparations entre ; entrée, plat, dessert et boisson. Chacun doit apporter ses couverts et son sourire bien sûr !

Nous vous remercions de relayer ces informations auprès des membres de votre équipe et de nous confirmer les noms et prénoms des participants, au plus tard le lundi 16 mai, par retour adressé à ce mail.

Nous sommes à votre disposition pour répondre à toutes vos questions, aussi, n’hésitez pas à nous solliciter.

Notre rencontre se terminera par la célébration de l’Eucharistie de 15h30.

Dans l’attente d’avoir le plaisir de tous nous retrouver réunis pour ce beau temps d’échange, notre équipe vous souhaite Paix et Joie en Christ !

Bien fraternellement.

L’équipe d’animation

Arockiya – curé la paroisse Saint Agnant, Jean-Michel Soleau, Brigitte Gadenne, Marie-Christine Charpentier, Philippe Bocchi

Pour toutes vos questions, n’hésitez pas : 06 23 47 55 03 !

A l’issue des assemblées synodales dans chaque doyenné, Mgr Georges Colomb se rendra dans chacun d’entre eux, à l’automne prochain, afin de présider une célébration d’envoi en mission.

Pour le doyenné de Rochefort la date est fixée au Dimanche 9 octobre 2022 à 15h30

 

Presbytère Voltaire – benne à remplir

 Mercredi 18 mai à 9h30, toutes les bonnes volontés  seront les bienvenues pour aider à  remplir la benne qui emportera le vieux mobilier, les ordures et les gravats  entassés  dans la cour du 65 bis rue Voltaire ( face au café “Le Voltaire” ). Les travaux de l’ancien presbytère et des salles paroissiales battent leur plein !

 

Sablonceaux : week-end CANA pour couples

Du samedi 21 mai 2022 à 14h00 au dimanche 22 mai à 16h30

 Abbaye de Sablonceaux 

Accueil des enfants possible
– Cout :  – 40-64 € par adulte –  30-54 € par enfant + 2ans
– le week-end cana :
Offrez-vous un temps de ressourcement, à deux ou en famille,  la Communauté du Chemin Neuf de Sablonceaux vous accueille.
  • Thème : Amoris Laetitia, pour redécouvrir, goûter et partager la joie de l’amour au coeur  du couple et de la famille !
Au programme :  enseignements, partages, louanges et temps en couple… font partie du week-end CANA. Et cela dans un cadre inoubliable : l’abbaye de Sablonceaux –

Pour toutes informations appeler le 06.12.04.75.10

Karol et Joanna Medrzycki
Mission CANA, Communauté du Chemin Neuf

Marche découverte de l’île Madame

Dimanche 22 mai de 9h30 à 17h00

Le réseau Eco Chrétiens17 vous invite à participer à une marche-découverte sur l’île Madame : découverte de la flore – animation spirituelle et corporelle

Prévoir son repas froid, de bonnes chaussures de marche et une tenue adaptée à la météo.

Rendez-vous sur le parking avant la passe aux Bœufs

Renseignements et inscriptions : ecochretiens17@gmail.com – 06 65 69 41 88