Spectacle de Pentecôte à Rochefort : Le chemin du ciel

Dimanche 19 mai 2024 à 20h00 à l’église Notre Dame.

Il n’y a pas de réservations.

Spectacle : Le chemin du ciel

1794 : La déportation de J.B de Souzy et ses compagnons sur les pontons de Rochefort.

Texte et mise en scène : Louis Chassériau

Musique : Bruno Rougevin-Baville

Costumes : confectionnés par les paroissiennes de la paroisse de Rochefort

« Le chemin du Ciel » raconte l’histoire des prêtres et des religieux français déportés par le régime de la Terreur dans le port de Rochefort entre 1793 et 1794. Ce spectacle s’inscrit dans le cadre du pèlerinage de l’île Madame, organisé en août par le diocèse de La Rochelle et de Saintes, « en mémoire des prêtres martyrs ».

Louis Chasseriau, séminariste, est rochefortais, sa famille y est implantée depuis de nombreuses années. S’il a écrit et mis en scène ce spectacle, c’est qu’en plus « d’aimer Rochefort, et d’y être fortement attaché », c’est un événement « qui n’apparaît presque jamais dans les mémoires de la ville », explique-t-il. « Cette mémoire n’est portée que par la communauté chrétienne,»

 

Le diocèse vous propose une neuvaine pour les vocations à l’Île Madame

Du dimanche 19 mai au lundi 20 mai 2024

Inscrivez-vous!!

On recherche des bénévoles pour l’organisation du week-end des vocations sur Rochefort.

15 personnes disponibles le dimanche après-midi 19 Mai

Contacté Jean François Ermeneux: 0644198336

A l’issue de cette neuvaine, nous vivrons un grand pèlerinage rassemblant les 5 diocèses de la Province pour un spectacle sur les prêtres déportés à l’Eglise Notre Dame de Rochefort le dimanche 19 mai et une marche à Port des barques le lundi de Pentecôte 20 mai.

CONTACT PAROISSE de Rochefort : 

SECRÉTARIAT PAROISSIAL 109 Ter  rue Pierre Loti (derrière l’église Saint-Louis) 17300 Rochefort
  05.16.65.42.89 – Courriel : paroissederochefort@gmail.com

 

 

Rencontre des Jeunes Pros

Prochaine réunion  ce soir Jeudi 16 mai  à 20h00 dans la salle du Catholic’s Pub. (109 ter rue Pierre Loti derrière l’église St Louis)

Venez rejoindre le groupe des Jeunes Pros !

►  Vous êtes un jeune chrétien en vie active  entre 20 et 35 ans
►  Vous souhaitez vivre votre foi en harmonie avec votre vie dans le monde
►  Vous avez envie d’échanger, de partager, de prier avec d’autres jeunes professionnels.

Alors… rejoignez le groupe des Jeunes Pros de Rochefort !

Un groupe œcuménique qui réunit des jeunes en activité professionnelle, catholiques et protestants, tous les mois, autour d’un repas suivi d’un temps d’échange sur des sujets variés définis ensemble et d’un temps de prière commune. Chacun y apporte sa singularité et toutes les initiatives peuvent y éclore.

CONTACTS
  • Marine Arviset, responsable du groupe   –  06.49.95.49.07
  • Secrétariat paroissial :   05.16.65.42.89

 

Bientôt au Catholic’s Pub

Bonjour à toutes et tous !

Déjà deux semaines se sont écoulées,

Alors, retrouvons-nous pour partager un bon moment,

Vendredi 17 mai, à partir de 19h00

Même heure, même endroit !

 

 

 

PS : Pensez qu’il faut reprendre votre carte d’adhésion pour 2024 (5€ par famille). Des formulaires sont à votre disposition sur place. (Nous ne prenons pas de carte bancaire).

L’Equipe du Catholic’s Pub

– Bar associatif soumis à adhésion

Fin de vie à Rochefort : Aide active à vivre ou à mourir ?

Mercredi 15 mai de 20h00 à 22h30

Salle paroissiale 65 ter rue Voltaire  17300 Rochefort

Le 24 avril 2024, Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, Responsable du groupe de travail « Bioéthique » et Mgr Vincent Jordy, archevêque de Tours, Vice-président de la CEF, en charge des questions sur la fin de vie, ont été auditionnés par la commission spéciale sur le projet de loi relatif à l’accompagnement des malades et de la fin de vie.

Les évêques de France se disent « sensibles aux soucis de vouloir promouvoir un modèle français de la fin de vie », où le soin et l’accompagnement sont au centre, mais il ne semble pas que le projet de loi présenté aille dans ce sens. Sans avoir suffisamment de données sur les besoins réels, ce projet fait basculer vers un modèle qui rompt une digue essentielle, un principe structurant de notre société voire de notre civilisation, celui de l’interdit de tuer qui se trouve entre autres au cœur du serment d’Hippocrate. Cette loi introduit donc un déséquilibre, qui renforce les inquiétudes de l’Église de France quant aux effets sociaux d’un tel projet. Comme le souligne Mgr Vincent Jordy, « la dignité d’une société humaine consiste à accompagner la vie jusqu’à la mort et non à faciliter la mort ».

Les évêques observent que ce texte de loi ne dit pas clairement ce qu’il ouvre comme possibilités et regrettent que ne soient pas clairement évoqués ce que prévoit de fait le projet de loi, à savoir, l’euthanasie et le suicide assisté. Pour Mgr Pierre d’Ornellas : « il convient donc de bien nommer les choses, de les assumer pour s’assurer d’un débat éclairé. La réalité du contenu du texte et son objectif doivent être clairs ». Ils sont également surpris de l’usage qui est proposé de la notion de fraternité, aujourd’hui principe constitutionnel, qui assure la solidarité dans les droits économiques et sociaux, et qui devrait, avant toute chose, permettre une vraie égalité d’accès aux soins palliatifs, comme le prévoient les quatre lois depuis 1999. À ce titre, la priorité devrait être à la bonne application des lois existantes.

Les évêques estiment qu’il est essentiel de prendre conscience des liens étroits entre la société et l’individu pour construire un avenir durable et équilibré. Comme dans le concept de l’écologie intégrale, « tout est lié ». L’être humain est un être de relation. La liberté individuelle ne saurait se confondre avec l’individualisme, car la vie humaine trouve son sens dans la relation aux autres et ne peut être envisagée sans une interdépendance nécessairement solidaire. La manière d’envisager la mort est également l’objet d’un contrat social et la société ne se résume pas à une somme d’individus. Nul n’est l’exclusif propriétaire de sa vie, ses décisions comptent également pour les autres. La fraternité existe donc pour tisser des liens de vie et non pour arrêter la vie.