Festival Chrétien du cinéma : au sanctuaire de Port des Barques

“LA VIE EST BELLE” le conte de  Frank Capra

Samedi 8 juin 2024 vers 21h40 (70 mn)

La projection se déroulera au sanctuaire de port des Barques en plein air.

Si le mauvais temps s’invite la projection se déroulera : au complexe sportif : “Edgar Laugraud” de Port des Barques au lieu-dit “La Garenne”.

Entrée gratuite, libre participation.

Un repas festif, payant avec inscription, sera associé à cet évènement.

Synopsis:

Ce joli conte repose tout entier sur des voleurs de bienveillance et de solidarité : George a renoncé à ses rêves les plus personnels pour venir en aide aux membres de sa communauté. Ce faisant il affronte la malveillance d’un cupide M. Potter, qui lui dérobe 8000 dollars et l’accuse, la veille de Noël de les avoir volés. S’estimant déshonoré, il pense à se suicider, mais y renonce grâce à l’intervention d’un ange gardien qui nous fait alors découvrir combien le monde eût été moins fraternel sans George et combien sa communauté lui en est reconnaissante.

Pour toutes informations complémentaires :

WWW.catholiques17.fr/cinéma

mail : lefestival17@gmail.com

 

 

Le Pôle missionnaire au sanctuaire de Port des Barques

Le pôle missionnaire organise un repas festif et fraternel

Samedi 8 juin à 19h00 au sanctuaire de Port des Barques.

Le repas sera suivi de la projection gratuite du film tout public : un conte de Frank Capra : “La vie est belle”.

Projeté en clôture de la saison 2  du festival chrétien du cinéma en pays rochefortais.

ATTENTION

Inscription obligatoire : Prix du repas 12€ par personne.

Pour faciliter le service chacun doit  apporter ses couverts.

Si le mauvais temps s’invitait ce soir là,  la projection se déroulerait : au complexe sportif : “Edgar Laugraud” de Port des Barques au lieu-dit “La Garenne”.

  • CONTACT PAROISSE de rochefort : 

  05.16.65.42.89 – Courriel : paroissederochefort@gmail.com

  • Contact paroisse de Saint Agnant :

Claudie BOCCHI : 06.12.77.26.74 mail : claudie.bocchi@wanadoo.fr

  • Contact paroisse de Tonnay-Charente :

Jean-Michel Soleau : 06.41.04.44.82 Mail : jeanmichelsoleau@orange.fr

 

 

 

Festival : “Un week-end bien Loti” 8 et 9 juin à Rochefort

Nouveau RDV annuel à Rochefort : événement dédié à l’univers de Pierre Loti et ses voyages pour célébrer son héritage culturel et littéraire à travers des animations, conférences, lectures, spectacles, activités artistiques…

Samedi 8 juin, 10H30 -20H30, place Colbert de Rochefort sera au centre des animations proposées lors du festival “Un week end bien Loti.”

La place sera occupée par 5 pavillons qui reprennent les 5 thèmes importants pour Pierre Loti

Les mots (atelier Slam, jeu, écris un mot à Loti…)
Les océans (Sensibilisation à l’écologie marine, sculpture participative à partir de la laisse de mer, construis le bateau de Loti, jeux avec les pavillons marins…)
Le dessin ( masque de Loti à colorier, fresque participative sur Loti et la Mer, dessine le portrait de Loti)
La photo (deux ambiances maritimes pour se prendre en photo dans un décor 1900)
Les rencontres (rencontres et dédicaces )

Au programme de cette journée

– Jeu de piste
– Danse : 2 chorégraphies de l’école de danse de Marie Anne Le Bechec,
– les livres et les marins
– Conte pour enfant “Il était une fois Loti”
– Causerie avec Gustave (jeune public)
– Présence d’un passe tête pour vous permettre de réaliser de magnifiques photos souvenirs.
– déambulation en costume 1850-1923

Et sur scène

– Rencontre avec Alain Quella Villéger le biographe de Pierre Loti et Olivier Stroh passionné de Loti
– Lectures de textes de Loti
– Chorale du collège Pierre Loti
– Slam
– Défilé de mode bord de mer 1900 et 2024
– Scénette humoristique
– Concours de cri de mouette
– Chorale Live and Lesson
– DJC

– Dimanche 9 juin 2024 [Jardin de la Corderie Royale] (palmiers)

– 11H Olympiades en binôme intergénérationnel et déguisé sur le thème de la mer osez tout !

Pique nique libre

Le OFF

* [Musée des Commerces d’Autrefois] : plusieurs dictées à la plumes sur des textes de Loti (sur inscription)
* [Musée national de la Marine] : exposition gratuite “Pierre Loti et la Marine” avec visite flash, Escape Game “Loti en quête de Viaud”
* [Cour du Collège Pierre Loti] : Théâtre “Toutes les femmes de Loti” Cie

[Epithe’âtre] 40 min (sur réservation 06 83 80 80 53 / 06 26 34 14 89)

[Rade de la Méduse] soirée concert, menu Loti

 

En juin, le Pape invite les Chrétiens du monde à prier pour ceux qui fuient leur pays :

Prions pour que les migrants, qui fuient les guerres ou la faim et sont contraints à des voyages pleins de dangers et de violence, puissent trouver l’hospitalité ainsi que de nouvelles opportunités de vie dans les pays d’accueil.

 

L’intention du Pape donne à imaginer les épreuves de ceux qui fuient les guerres ou la faim. Sa prière à Dieu et la nôtre qu’il sollicite font le lien entre ces personnes et la vie dans les pays d’accueil. Elles ont le souci de l’avenir des uns et des autres, car les mouvements migratoires s’amplifient avec les changements climatiques. Les décisions qui sont prises aujourd’hui contribuent à donner à nos pays le visage qu’ils auront demain. Sera-t-il fait d’accueil et de fraternité pour le bien-être de tous ?

L’histoire de l’humanité comme l’histoire biblique est faite de migrations. Dieu en prend l’initiative. Il dit à Abraham : « Quitte ton pays… Va vers le pays que je t’indiquerai ». Le chemin passe par l’Égypte, le désert, la terre promise, l’Exil. Persécutés, les premiers chrétiens sèment l’Évangile dans leur exode. Ils ont aussi fait l’expérience d’être accueillis.

Nous sommes tous des migrants. La vie n’est-elle pas une migration d’un état à un autre ? Notre vraie richesse est la vie elle-même. Elle est à vivre. Ne passons pas à côté ! Oui l’enjeu est redoutable, mais ne laissons pas la peur décider à notre place. Vivons ! Les migrants qui ont tout laissé derrière eux nous adressent une question difficile à entendre mais essentielle, celle de l’aventure de notre propre vie. L’appel n’est pas à boucher le flacon de nos vies, mais à l’ouvrir pour que sa richesse fructifie. Cette question est personnelle, communautaire et politique. Que chacun l’aborde au niveau qui est le sien.

Dire que nous sommes tous des migrants et donc des frères ne nie pas les écarts culturels, religieux, anthropologiques, politiques. Le vivre ensemble dans la paix est un apprentissage difficile qui n’exige pas d’être tous pareils. Parler de fraternité ne dit pas non plus ce qu’il convient de faire face à ces situations difficiles. C’est un appel à regarder suffisamment haut pour ne pas compromettre notre avenir individuel et collectif.

Au début de son pontificat, en allant à Lampedusa, le pape François a exprimé sa compassion pour le sort des migrants et a interpellé les potentiels pays d’accueil. Si l’humanité se ferme sur elle-même, elle construit son malheur. Les discours du pape ne sont pas différents de ce que disaient ses prédécesseurs. Les tensions mondiales actuelles favorisent des réactions instinctives de protection, même au sein du monde catholique. Des contre-vérités circulent. Mais, de nombreuses personnes et associations œuvrent pour l’accueil et l’accompagnement de personnes migrantes. Loin du tapage médiatique, elles répondent aux besoins immédiats de personnes en souffrance. Les idées abstraites s’humanisent au contact des noms, des visages et des histoires des personnes accueillies. La vie alors se donne mutuellement en se faisant inventive ; elle construit le monde de demain.

Daniel Régent sj.
directeur du Réseau Mondial de Prière du Pape France

St Louis : librairie missionnaire sortie de messe le 9 juin

A la fin de la messe dominicale  de l’église St Louis, les dimanches 9 juin 

La librairie missionnaire vous propose de nombreux livres et
objets destinés à vitaliser la foi de tous, à tout âge de la vie. Elle se tiendra à l’issue des messes dominicales de Saint Louis .

N’hésitez pas à vous y arrêter. Et si vous ne trouvez pas ce que
vous cherchez, passez commande !

 

ATTENTION ce soir messe de 18h30 à la salle paroissiale Jacques DAVID

Chers frères et soeurs

Suite à un problème de réservation de l’Eglise Notre Dame pour un concert ce samedi 1 juin nous sommes obligés de déplacer le lieu de la messe de samedi 18h30.

Exceptionnellement la messe du samedi soir 1 juin à 18h30 aura lieu dans la salle paroissiale “Jacques David”, 65 ter rue Voltaire.

Merci de communiquer aux personnes habituées de la messe du samedi soir.

Excusez nous pour ce changement de dernière minute.

P. Mickaël

Chapelet médité à l’église St Paul

Samedi  1er juin 2024 

 Chapelet médité à 17 h00 à l’église Saint-Paul de Rochefort

 

Nous prierons le Cœur Immaculé de Marie pour nos familles ; que Celle-ci les garde de la discorde ; qu’Elle les protège de tous les dangers spirituels et corporels et accorde aux éprouvés la consolation.
En ce mois de juin, consacré au Sacré-Cœur de Jésus, fournaise ardente de charité et de miséricorde, nous Le prierons de protéger notre France et de la faire “revenir à elle”, selon les promesses faites à sainte Marguerite-Marie, à Paray-le-Monial.
En effet, le 27 décembre 1673, devant le Saint Sacrement, Jésus dit à Sœur Marguerite-Marie :  “Mon divin Cœur est si passionné d’amour pour les hommes… que, ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu’il les répande et qu’il se manifeste à eux pour les enrichir de ses précieux trésors, qui contiennent les grâces sanctifiantes et salutaires pour les retirer de l’abîme de perdition”.

Ces révélations seront à l’origine de la dévotion du 1er vendredi du mois et de l’Heure sainte (une heure de prière dans la nuit du jeudi au vendredi, en union avec Jésus au Jardin de Gethsémani :”Dans la solitude amère du Jardin des Oliviers, le Seigneur, broyé par la souffrance, vécut les paroles du psalmiste : « J’espérais la compassion mais en vain ; des consolateurs, je n’en ai pas trouvé » Ps 69,21 “).

Jésus promit que là où l’image de son Cœur serait exposée pour être honorée, Il répandrait ses grâces, et Il indiqua “que cette dévotion était comme un dernier effort de son Amour qui voulait favoriser les hommes, en ces derniers siècles de cette rédemption amoureuse, pour les retirer de l’emprise de Satan”.
C’est en 1689 que le Christ demanda la Consécration du roi et du royaume de France à son Cœur Sacré ainsi que la représentation de ce Cœur sur les étendards du royaume pour que le monde et l’Église connaissent la paix ; cette demande est à l’origine des petits drapeaux du Sacré-Cœur, qui se développèrent, à partir de 1917 (au moment le plus sombre de la Grande Guerre) et jusqu’à aujourd’hui.

 

Préparons-nous à la venue des reliques de St Thomas d’Aquin cet été à la Rochelle

Pour se préparer à la venue des reliques de saint Thomas d’Aquin cet été à la Rochelle et dans notre diocèse.

Invitation le jeudi 30 mai à 20h00 en l’église Sainte Jeanne d’Arc à Fétilly

Le frère Gilbert Narcisse o.p. donnera une conférence sur saint Thomas, comme maître de vie spirituelle
(entrée libre, avec panière à disposition pour financer les œuvres du couvent de Bordeaux)

 

 

Crédit photo Sophie Delay – Couvent des Jacobins Toulouse

Thomas d’Aquin est reconnu docteur de l’Église en 1567 puis docteur commun en 1923. Tous les conciles, de Florence (1431 et 1437) à Vatican II (1962-1965), en passant par celui de Trente (1545-1563), s’y réfèrent comme à une autorité majeure. Pas un couvent, pas une université, pas une grande ville européenne qui n’ait souhaité disposer d’une relique du saint docteur.

Le culte de saint Thomas s’est élargi à mesure que sa sainteté, proclamée par le pape Jean XXII en 1323 à Avignon, a gagné en popularité et que son enseignement s’est diffusé bien au-delà du cercle des Dominicains, comme le signale l’historien Guy Lobrichon dans sa conférence « La canonisation par Jean XXII »

Quel est le sens de la vénération des reliques

« Celui qui est affectionné pour quelqu’un vénère aussi les choses que cette personne a laissées d’elle-même après sa mort » dit simplement saint Thomas d’Aquin († 1274).

La théologie tient compte de l’expérience humaine. Quand on regarde le collier porté par une grand-mère ou le missel dont elle se servait, ce n’est pas au collier ou au missel que va notre affection, mais à  la grand-mère que ces objets rappellent. Vous vous souvenez alors de sa bonté et de sa foi, des bons conseils qu’elle  a prodigués et vous rendez grâce à Dieu de vous avoir donné une telle grand-mère. C’est dans ce comportement humain naturel que s’enracine le culte des reliques. Si nous conservons des photos, des vêtements ou des objets de nos parents, à  plus forte raison devons-nous vénérer le corps d’un saint qui fut très proche  de Jésus Christ.

Le culte des reliques a commencé avec le témoignage des martyrs  et avec Hélène, la mère de l’empereur Constantin, qui a restauré les lieux saints de Jérusalem (326 – 328) et retrouvé les reliques de la Passion du Christ ( sainte Croix et couronne d’épines). Le récit des chrétiens martyrisés est très émouvant comme celui de Ste Blandine jetée aux bêtes, à Lyon, en 177 sous l’empereur Marc Aurèle. Son innocence et son courage convertirent même certains de ses bourreaux, de là vient peut-être la célèbre phrase de Tertullien ( 155-225), premier père de l’Eglise d’Occident : ” sanguis martyrum, semen christianorum – sang des martyrs, semence des Chrétiens.”

On comprend aisément que la famille et les amis d’un témoins de la foi ayant donné sa vie pour le Christ,  aient voulu conserver, plus que le souvenir d’un martyr,  sa présence, grâce à une relique. La coutume fort ancienne de célébrer l’Eucharistie sur le tombeau des martyrs se prolonge encore aujourd’hui avec les autels consacrés qui contiennent, enchâssées dans la pierre, des reliques de saints.

Quand les persécutions prirent fin, l’usage s’est établi  de célébrer  l’anniversaire des  martyrs au lieu de leur sépulture. Tous les Pères de l’Eglise appuient ce culte de leur autorité . En Orient saint Jean Chrysostome (†407) conseille de venir prier le Seigneur sur le tombeau des martyrs pour solliciter des  grâces, et parfois celles ci sont accordés.

Bientôt l’Orient devait connaître la querelle iconoclaste : était-il permis ou non de vénérer les saintes images ? Le Concile de Nicée II (787) trancha la question en écartant toute accusation d’idolâtrie car « l’honneur rendu à l’image s’en va au modèle original et celui qui vénère l’image vénère en elle la personne de celui qu’elle représente » . En Orient, toujours, la vénération des saintes icônes s’est associée au culte des reliques des saintes et des saints.

En Occident, Saint Augustin (†430) encourage la vénération des martyrs « qui ont servi d’instrument et d’organe au Saint-Esprit pour toutes sortes de bonnes œuvres ».

Les croisades favorisèrent une véritable chasse aux reliques, surtout en Terre Sainte, parce que la possession de reliques célèbres assurait la fortune du sanctuaire qui en possédait une : reliques de St Marc à Venise, reliques de St Jacques à Compostelle, châsse des Rois mages à Cologne et ainsi de suite.

On peut également citer la maison de la sainte famille à Lorette en Italie, la vénération de  la couronne d’épines de la Passion dans la Sainte-Chapelle à Paris, celle du précieux sang à Bruges; la plus célèbre des reliques du Christ est probablement celle du saint suaire du Christ à Turin. Saint Thomas d’Aquin dans un article de la Somme théologique justifie la vénération des reliques en raison de trois motifs :

“• L’affection qui nous lie aux saints, amis de Dieu et nos intercesseurs auprès de Lui, nous porte à vénérer tout ce qui reste d’eux, vêtements, objets etc..
• On doit vénérer principalement le corps des saints qui ont été les temples et les organes de l’Esprit Saint et qui doivent être configurés au corps du Christ dans la gloire de la Résurrection.
• Toute l’histoire de l’Eglise prouve que Dieu accomplit des miracles en présence des reliques des saints.
Le Concile de Trente sanctionnera de son autorité cet enseignement .”

Les guerres de religion amenèrent le pillage et la dispersion d’innombrables reliques. La Révolution française, elle aussi, amena son lot de destructions.

Le Concile Vatican II rappelle que « selon la Tradition, les saints sont l’objet d’un culte dans l’Eglise, et l’on y vénère leurs reliques authentiques et leurs images. »

« Notre religion est sainte qui a bien connu l’homme », disait Pascal. L’homme reste l’homme :  le juste culte des saints  nous pousse à les imiter et à adorer Dieu.

( Tiré d’un article  du site du diocèse de Paris )

 

Fin de vie : prendre la mesure du projet de loi

Ce mercredi 24 avril 2024, Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, responsable du groupe de travail « Bioéthique » et Mgr Vincent Jordy, archevêque de Tours, vice-président de la CEF, en charge des questions sur la fin de vie, ont été auditionnés par la commission spéciale sur le projet de loi relatif à l’accompagnement des malades et de la fin de vie.

Les évêques de France se disent « sensibles au souci de vouloir promouvoir un modèle français de la fin de vie », où le soin et l’accompagnement sont placés au centre, car il ne semble pas que le projet de loi présenté aille dans ce sens. Sans avoir suffisamment de données sur les besoins réels, ce projet conduirait vers un modèle qui supprimerait une digue essentielle, un principe structurant de notre société et de toute civilisation respectueuse de l’homme: celui de l’interdit de tuer qui fonde le serment d’Hippocrate. ( Il faut savoir que le serment antique a été édulcoré en France à la fin du XX siècle, pour permettre la pratique de l’IVG). La loi sur la fin de vie place les personnes fragiles et âgées  sur une pente dangereuse, celle du suicide assisté promu selon des critères médicaux vagues et d’une vision mettant en doute la dignité et la raison de vivre des personnes âgées, malades et dépendantes.  Cela renforce les inquiétudes de l’Église de France quant aux effets sociaux d’un tel projet car il est avéré que dans les pays où l’euthanasie a été acceptée, Belgique, Suisse, Autriche, Hollande, Luxembourg, état de l’Oregon aux Etats-Unis  et Canada, tous les garde-fous ont été successivement éliminés pour conduire à  l’augmentation rapide des suicides assistés, et  même  à l’euthanasie des mineurs. Comme le souligne Mgr Vincent Jordy, « la dignité d’une société humaine consiste à accompagner la vie jusqu’à la mort et non à faciliter la mort ». De plus, la loi prévoit des kits pharmaceutiques de produits létaux pour permettre la mort à domicile.

Les évêques observent que ce texte de loi ne dit pas clairement qu’il conduit à l’euthanasie et au suicide assisté, au nom d’une soi-disant fraternité et  que les critères d’une interruption de vie ont été désignés de façon tellement floue qu’elles permettent toutes les interpretations possibles. Pour Mgr Pierre d’Ornellas : « il convient donc de bien nommer les choses, de les assumer pour s’assurer d’un débat éclairé. La réalité du contenu du texte et son objectif doivent être clairs ». Ils sont également surpris de l’usage qui est proposé de la notion de fraternité, aujourd’hui principe constitutionnel, qui assure la solidarité dans les droits économiques et sociaux, et qui devrait, avant toute chose, permettre une vraie égalité d’accès aux soins palliatifs, comme le prévoient les quatre lois depuis 1999. À ce titre, la priorité devrait être à la bonne application des lois existantes, les lois “Léonetti” un (2005) et deux (2016).

Les évêques estiment qu’il est essentiel de prendre conscience des liens étroits entre la société et l’individu pour construire un avenir durable et équilibré. Comme dans le concept de l’écologie intégrale, « tout est lié ». L’être humain est un être de relation. La liberté individuelle ne saurait se confondre avec l’individualisme, car la vie humaine trouve son sens dans la relation aux autres et ne peut être envisagée sans une interdépendance nécessairement solidaire. La manière d’envisager la mort est également l’objet d’un contrat social et la société ne se résume pas à une somme d’individus. Nul n’est l’exclusif propriétaire de sa vie, ses décisions comptent également pour les autres. La fraternité existe donc pour tisser des liens de vie et non pour arrêter la vie.

Communiqué de presse des évêques du 24 avril 2024

Fête de la Sainte Trinité

Dimanche 26 mai nous fêterons la Sainte Trinité

  • 9h30 à l’église St Pierre du Breuil Magné
  • 11h00 à l’église St Louis ( messe des familles et catéchisme)
  • 18h00 à l’église St Etienne de Tonnay-Charente

Les chrétiens sont baptisés : « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ». Quand ils commencent leur prière, ils se marquent du signe de la croix sur le front, le cœur et les épaules en invoquant Dieu : “Au Nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit” : c’est la Trinité.

L’homme n’est pas capable d’imaginer un Dieu unique qui existe en trois personnes. C’est Dieu qui nous a révélé ce mystère de son amour par l’envoi de son Fils et du Saint-Esprit. Jésus nous a révélé que Dieu est « Père », en nous montrant d’une façon unique et originale, que Lui-même n’existe que par son Père, Jésus est un seul Dieu avec le Père.

Jésus a promis à ses apôtres – les douze hommes qu’Il a choisis et envoyés – le don de l’Esprit Saint. Il sera avec eux et en eux pour les instruire et les conduire « vers la vérité tout entière » (Jean 16, 13). Ainsi, Jésus nous le fait connaître comme une autre personne divine.

La Trinité est Une : nous ne croyons pas en trois dieux, mais en un seul Dieu en trois personnes : le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Chacune des trois personnes est Dieu tout entier. Chacune des trois personnes n’existe qu’en union avec les deux autres dans une parfaite relation d’amour. Ainsi toute l’œuvre de Dieu est l’œuvre commune des trois personnes et toute notre vie de chrétiens est une communion avec chacune des trois personnes.

Source : Petit guide de la foi, Mgr Vingt-Trois, éd. le Sénevé.

Vidéo pour comprendre La TRINITE