La fête de l’Ascension

Ascension : le retour au Ciel marque le début de l’évangélisation sur terre

Lors des différents Regina Coeli prononcés le jour de l’Ascension, 40 jours après Pâques, ou le dimanche qui suit selon la tradition italienne, le Pape François a souvent rapproché cette montée du Christ au Ciel «au début de la mission de l’Église», à savoir diffuser l’Évangile dans le monde entier.

Dans les Évangiles, l’Ascension vient immédiatement après la mission que Jésus confie aux disciples, «une mission sans limites — c’est-à-dire, littéralement “sans limites” — qui dépasse les forces humaines», soutenait le Pape François en mai 2018 lors de cette fête.

Une tâche audacieuse confiée à un petit groupe d’hommes «simples et sans grandes compétences intellectuelles», censé «apporter le message d’amour et de miséricorde de Jésus aux quatre coins de la terre», déclarait l’évêque de Rome, soulignant la puissance de l’Esprit Saint à cet égard.

La diffusion de l’Évangile dans le monde

Effectivement, selon François, cette fête contient deux éléments. D’une part, elle dirige notre regard «vers le ciel, où Jésus glorifié est assis à la droite de Dieu» (cf. Mc 16, 19). D’autre part, elle nous rappelle le début de la «mission de l’Église», parce que Jésus ressuscité et monté au ciel envoie ses disciples diffuser l’Évangile dans le monde entier.

«Par conséquent, l’Ascension nous exhorte à élever le regard vers le ciel, pour le tourner ensuite immédiatement vers la terre, accomplissant les tâches que le Seigneur ressuscité nous confie», expliquait-il en 2018.

Chant : – Jésus tu montes au ciel

Les plaies du Christ, cadeau du Ciel

«Aller», ou mieux, «partir» devient le mot clef de l’Ascension, affirmait-il lors du Regina Coeli de 2014: «Jésus part vers le Père et il commande à ses disciples de partir vers le monde». Le Souverain pontife argentin qui rappelait le cadeau apporté par Jésus lors de son retour au Ciel: «Ses plaies». «Son Corps est très beau, sans les bleus, sans les blessures de la flagellation, mais il conserve les plaies. Et quand il revient au Père, il lui dit: ‘’Regarde Père, cela est le prix du pardon que tu donnes’’».

Le péché et le pardon

Ainsi, lorsque Dieu voit les plaies de Jésus, «il nous pardonne toujours, non pas parce que nous sommes bons, mais parce que Jésus a payé pour nous, parce qu’il regarde les plaies de Jésus, il regarde notre péché et il le pardonne.».

«L’Ascension du Christ n’est pas un voyage dans l’espace, vers les astres les plus lointains; car, au fond, les astres sont eux aussi faits d’éléments physiques comme la terre», mentionnait quant à lui Benoût XVI en mai 2005 en la basilique Saint-Jean-de-Latran. À propos du Ciel, le Catéchisme de l’Église catholique parle de «l’état de bonheur suprême et définitif».

La collaboration des baptisés

Et le Pape de citer le Christ: «Mais vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre» (Ac 1, 8). C’est ainsi que cette mission a pu se réaliser et que les apôtres ont commencé cette œuvre, qui a ensuite été poursuivie par leurs successeurs.

«La mission confiée par Jésus aux apôtres requiert notre collaboration à tous», a enjoint François, avant d’insister: «Chacun, en vertu du baptême qu’il a reçu, est habilité en ce qui le concerne à proclamer l’Évangile. C’est précisément le baptême qui nous habilite et nous pousse à être des missionnaires, à annoncer l’Évangile».

Soubise, ambiance exceptionnelle au synode.

Le synode du doyenné de Rochefort, a eu lieu ce 21 mai à Soubise.

La municipalité de Soubise ayant mis à la disposition du doyenné de Rochefort  la salle des fêtes, le synode s’est déroulé dans un cadre idéal.

A l’appel du père Mickaël Le Nezet curé doyen de Rochefort et de ses confrères : Les abbés, Arockiya curé de St Agnant, l’abbé Go Ika-Apollinaire curé de Tonnay-Charente et Daniel Cassegrain curé de Fouras, 70 paroissiens sont venus participer au synode. Étaient également présent l’abbé Pierre Bigot prêtre coopérateur et Arnaud Fouan diacre.

La journée a été bien remplie comme on peut en juger.

9h30 : – accueil :  café, thé, jus et de biscuits.

Travaux après le temps de prière de 10h, centré sur les Evangiles suivants, magnifiquement illustrés sur écran par des illustrations :

  • Zachée
  • Bartimée
  • Le bon samaritain
  • Le lavement des pieds des disciples (Jean 13, 1-20).

Dans ces 4 Évangiles nous rencontrons 4 personnalités très différentes.

Prière de la démarche synodale (cliquer ICI)

équipe musicale

Chant d’entrée introduit à la prière : –  Saint Esprit ( voici mon coeur).

 

10h15 : – Appel à l’élan missionnaire par le père Mickaël Le Nezet.

10h45 : – Partage en 9 groupes de 6 à 8 personnes sur les axes d’action missionnaire discernés par les fraternités du doyenné (voir la fiche).

11h45 : – Après les échanges en groupe les participants portent les 3 orientations (sur 16) qu’ils retiennent,  sur leur bulletin de vote.

12h15 : – Bénédicité et repas partagé, tiré du sac.

13h45 : -vidéo sur une mission de Billy Graham, pasteur protestant, dans le stade archi comble de Johannesburg, en 1973.

Billy Graham 1973 Johannesburg

14h30 : Après dépouillement des votes 3 orientations sont retenues en priorité :  Prendre soin des plus fragiles (24 voix) – Restaurer, soigner nos communautés (23) Accueillir chacun et chacune comme le Seigneur le demande (23). A la demande des participants du synode une 4ème orientation a été ajoutée – Evangélisation des familles, des jeunes et des enfants.

Travail en 4 ateliers de 12 personnes sur ces 3 orientations synodales.

15h15 : – Eucharistie

Tableaux des 3 orientations pendant l’Eucharistie

Remerciements : avant dispersion le père Mickaël Le Nezet a tenu à remercier au nom de tous les participants, l’équipe d’animation de cette journée très réussie :

Le père Arockiya – curé la paroisse Saint Agnant, Jean-Michel Soleau, Brigitte Gadenne, Marie-Christine Charpentier, Philippe Bocchi, sans oublier les 3 musiciennes choristes.

Il ne reste plus qu’a se mettre en marche sans oublier de s’en remettre au Christ et à l’Esprit Saint.

❖Prochain rendez-vous avec Mgr Georges Colomb.

Après les assemblées synodales, Mgr Georges Colomb se rendra dans chaque doyenné, à l’automne prochain, pour lancer les envois en mission.

A Rochefort ce sera  le dimanche 9 octobre à 15h30

photos GT

Photos GT

Photos GT

 

 

 

 

Décès du père Bernard Tourneur

C’est avec une profonde tristesse que nous venons d’apprendre le décès du Père Bernard Tourneur, ce samedi 14 mai après-midi ; hospitalisé depuis plusieurs jours, il était entouré de la présence aimante de l’une de ses sœurs.

Né le 27 octobre 1944 à Saint-Hippolyte (17), le Père Bernard Tourneur a été ordonné prêtre le 8 novembre 1977 à Croix-Gente. Il a exercé son ministère dans le diocèse de La Rochelle en tant que prêtre – ouvrier (plombier), tout en gardant, chevillées au cœur, les valeurs du monde ouvrier, par son engagement syndical à la CFDT afin de défendre ses collègues. En novembre 1978, il est nommé adjoint à l’équipe pastorale rurale de Jonzac, puis, le 7 juin 1985, de celle d’Aigrefeuille. En juillet 1991, il devient curé in solidum de la paroisse de La Jarrie. Envoyé en 2004, par l’évêque Georges Pontier, dans le quartier de Villeneuve les Salines, à La Rochelle, il y a vécu en communauté, « à la manière des prêtres-ouvriers », depuis 18 ans. Il est nommé prêtre référent de la maison de retraite du clergé de Voiville (Saintes) le 1er décembre 2011. Il a eu aussi des responsabilités dans l’accompagnement diaconal et auprès des Chrétiens dans le monde rural (CMR) durant de nombreuses années, dont il deviendra l’accompagnateur fédéral ; le Père Tourneur s’est également investi à l’aumônerie de l’hôpital Saint-Louis de La Rochelle.

Nous confions le Père Bernard à la prière de chacun, ainsi que sa famille et ses amis que nous portons dans nos intentions.

Ses obsèques seront célébrées vendredi 20 mai, à 14h à Villeneuve les Salines.

Tous à Soubise samedi 21 mai, pour le doyenné de Rochefort

Au terme des temps de rencontre en équipe, et après un travail de synthèse des réponses, chaque membre des équipes fraternelles est invité à participer à l’assemblée synodale de son doyenné.

Trois orientations seront votées parmi toutes les propositions reçues, elles serviront à mettre en œuvre des initiatives missionnaires spécifiques à chaque doyenné, afin d’être au plus près des réalités locales.

Chers Frères, Chères Sœurs du doyenné de Rochefort

Voici le temps de la récolte !

L’équipe d’animation de l’assemblée synodale est heureuse de vous accueillir, ainsi que l’ensemble de toutes les équipes fraternelles de notre doyenné, le samedi 21 mai  de 9h30 à 17h00

Salle des fêtes de Soubise

Adresse :

 

Dès 9h30 nous vous recevrons avec plaisir autour d’un café, thé, jus et de biscuits.

Nos travaux débuteront par un temps de prières à 10h00.

Vous allez recevoir  la liste des orientations synodales discernées dans notre doyenné. Chacun sera appelé à voter pour les trois de son choix, afin que nous puissions tous ensemble, choisir nos orientations missionnaires !

Lors de la pause déjeuner nous vous proposons un repas partagé et fraternel. Nous remercions chaque équipe synodale d’équilibrer au mieux ses préparations entre ; entrée, plat, dessert et boisson. Chacun doit apporter ses couverts et son sourire bien sûr !

Nous vous remercions de relayer ces informations auprès des membres de votre équipe et de nous confirmer les noms et prénoms des participants, au plus tard le lundi 16 mai, par retour adressé à ce mail.

Nous sommes à votre disposition pour répondre à toutes vos questions, aussi, n’hésitez pas à nous solliciter.

Notre rencontre se terminera par la célébration de l’Eucharistie de 15h30.

Dans l’attente d’avoir le plaisir de tous nous retrouver réunis pour ce beau temps d’échange, notre équipe vous souhaite Paix et Joie en Christ !

Bien fraternellement.

L’équipe d’animation

Arockiya – curé la paroisse Saint Agnant, Jean-Michel Soleau, Brigitte Gadenne, Marie-Christine Charpentier, Philippe Bocchi

Pour toutes vos questions, n’hésitez pas : 06 23 47 55 03 !

A l’issue des assemblées synodales dans chaque doyenné, Mgr Georges Colomb se rendra dans chacun d’entre eux, à l’automne prochain, afin de présider une célébration d’envoi en mission.

Pour le doyenné de Rochefort la date est fixée au Dimanche 9 octobre 2022 à 15h30

 

Presbytère Voltaire – benne à remplir

 Mercredi 18 mai à 9h30, toutes les bonnes volontés  seront les bienvenues pour aider à  remplir la benne qui emportera le vieux mobilier, les ordures et les gravats  entassés  dans la cour du 65 bis rue Voltaire ( face au café “Le Voltaire” ). Les travaux de l’ancien presbytère et des salles paroissiales battent leur plein !

 

Sablonceaux : week-end CANA pour couples

Du samedi 21 mai 2022 à 14h00 au dimanche 22 mai à 16h30

 Abbaye de Sablonceaux 

Accueil des enfants possible
– Cout :  – 40-64 € par adulte –  30-54 € par enfant + 2ans
– le week-end cana :
Offrez-vous un temps de ressourcement, à deux ou en famille,  la Communauté du Chemin Neuf de Sablonceaux vous accueille.
  • Thème : Amoris Laetitia, pour redécouvrir, goûter et partager la joie de l’amour au coeur  du couple et de la famille !
Au programme :  enseignements, partages, louanges et temps en couple… font partie du week-end CANA. Et cela dans un cadre inoubliable : l’abbaye de Sablonceaux –

Pour toutes informations appeler le 06.12.04.75.10

Karol et Joanna Medrzycki
Mission CANA, Communauté du Chemin Neuf

Marche découverte de l’île Madame

Dimanche 22 mai de 9h30 à 17h00

Le réseau Eco Chrétiens17 vous invite à participer à une marche-découverte sur l’île Madame : découverte de la flore – animation spirituelle et corporelle

Prévoir son repas froid, de bonnes chaussures de marche et une tenue adaptée à la météo.

Rendez-vous sur le parking avant la passe aux Bœufs

Renseignements et inscriptions : ecochretiens17@gmail.com – 06 65 69 41 88

Sur les pas de Pauline Jaricot

Fondatrice de l’œuvre de la Propagation de la foi et du Rosaire Vivant, Pauline Jaricot sera béatifiée à Lyon – Eurexpo le dimanche 22 mai 2022, à 15h, lors d’une célébration présidée par le cardinal Luis Antonio Tagle, préfet de la congrégation pour l’évangélisation des peuples.

Connue dans le monde entier, Pauline-Marie Jaricot (1799-1862) est une femme hors norme. Issue d’une famille aisée de soyeux lyonnais, elle connaît à 17 ans une conversion fulgurante. Elle consacre sa vie à Dieu par un vœu solennel dans la chapelle de la Vierge de Fourvière à Lyon. Elle entreprend de soulager les misères autour d’elle en multipliant les initiatives. Elle crée le Rosaire Vivant, une chaine de prière qui existe encore.

Mais elle veut surtout répandre l’Évangile dans le monde entier en soutenant les missions. Pour cela, elle initie l’Œuvre de la Propagation de la foi, à l’origine des Œuvres Pontificales Missionnaires, dans laquelle chaque donateur ou donatrice doit en trouver 10 autres et devient par là même, un acteur du premier réseau social missionnaire ! « La mère des missions » vient de voir son premier miracle reconnu par l’Église.

Chaque épisode retrace  la vie de Pauline Jaricot, dans les actualités du diocèse.

Merci au diocèse de Lyon pour cette très belle réalisation

Regarder l’épisode 1

Regarder l’épisode 2

Regarder l’épisode 3

Regarder l’épisode 4

Regarder l’épisode 5

Une veillée diocésaine de prière sera organisée à la maison diocésaine (Saintes, 20h30) le dimanche 22 mai 2022, jour de la béatification de Pauline Jaricot. Informations ici

« Abus et violences sexuelles dans l’Église : et maintenant ? », une conférence de Jean-Marc Sauvé

La conférence se tiendra le mercredi 18 mai 2022 à 19h dans l’auditorium du Monde, en présence de Jean-Marc Sauvé, président de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (Ciase).
Pour vous inscrire à la conférence du 18 mai 2022, rendez-vous ici.

Après deux ans et demi de travail intense, les 22 membres de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (Ciase) ont rendu leur rapport en octobre 2021.

Leurs conclusions ont créé une onde de choc chez les catholiques et dans les paroisses. Jean-Marc Sauvé, président de la Ciase, reviendra avec nous sur sa propre prise de conscience et sur les suites à attendre de ce rapport.

Jean-Marc Sauvé, vice-président honoraire du Conseil d’État, a présidé de 2019 à 2021, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase). Haut-fonctionnaire, il fut secrétaire général du gouvernement de 1995 à 2006 avant de rejoindre le Conseil d’État jusqu’en 2018. Depuis, il est président de la Cité internationale universitaire à Paris ainsi que de la Fondation Apprentis d’Auteuil.

CONFÉRENCE GRATUITE POUR LES ABONNÉS DE LA VIE 
Auditorium Groupe Le Monde – Ouverture des portes à 18h30
Possibilité d’y assister par visioconférence Zoom
67-69 avenue Pierre-Mendès-France
75013 Paris
Gare d’Austerlitz : lignes 5 -10 – RER C
Gare de Lyon : lignes 1-14 – RER A et D

Le replay de la soirée sera envoyé aux inscrits à l’issue de l’événement.

Découverte de la ruche paroissiale

Samedi 30 avril 2022 dès 9h30 dans l’église Notre Dame, plus de 70 bénévoles ont été conviés,  par le père Mickaël Le Nézet curé,  afin de les remercier pour le travail qu’ils accomplissent en remplissant la mission qui leur a été confiée,
Cette réunion, a été ouverte par Blandine Vernier (membre de l’équipe pastorale ) qui  a  lu le texte qu’elle a écrit, riche en anecdotes, celui-ci montre les différentes tâches exécutées au sein de notre Église locale, par les bénévoles.
**********************************
Ce matin-là, elle avait besoin de pousser la porte de l’église de son quartier pour venir déposer un cierge et trouver un instant de répit dans ce lieu qu’elle fréquente parfois. Elle a été touchée par les fleurs joliment mises et les chaises alignées. C’était apaisant, c’est ce qu’elle était venu chercher. Elle se demandait si un jour elle ne demanderait pas à être baptisée, on lui avait dit que c’était possible pour les adultes.
Ils étaient arrivés un peu essoufflés ce dimanche-là. Ils avaient eu du mal à se garer ne connaissant pas la ville. Ils étaient en vacances pour quelques jours dans la région. Ils avaient trouvé les informations sur la messe dominicale grâce au site de la paroisse. Sur le seuil de l’église attendaient deux personnes qui leur souhaitèrent la bienvenue en leur donnant la feuille de chants et en leur indiquant qu’était proposé pour leurs jeunes enfants un temps d’éveil à la foi. Quel accueil !
Ce jour-là, ils sont venus ensemble au secrétariat de la paroisse, c’était important ils venaient demander comment ils devaient procéder pour se marier à l’Église. L’échange qu’ils ont eu les a rassurés, un sourire, une personne à contacter, ils allaient pouvoir s’organiser !
Premier jour des vacances, son petit- fils revient du caté-vacances. Il appelle sa grand-mère à laquelle il explique ce qu’il a vécu. Elle est surprise de découvrir cette nouvelle formule et trouve pertinent cette proposition, surtout que son petit-fils a l’air ravi !
Ce soir-là en sortant de son travail, timidement elle a franchi le seuil du secrétariat paroissial, elle avait cherché l’adresse sur internet. Elle venait demander si leur premier enfant pourrait être baptisé au printemps. Ensuite elle a été recontactée, ils seraient accueillis, son compagnon et elle, par un couple qui les accompagnerait, c’était chaleureux, elle qui appréhendait tant !
Il faisait si sombre ce matin-là, même le temps avait accompagné le départ de son papa. Les lumières étaient déjà allumées, une musique emplissait toute l’église. Son fils avait respecté ses volontés, lui qui parlait tant de son Dieu. Il avait été surpris de voir combien ses propos recueillis quelques jours plus tôt pour préparer les obsèques de son père étaient ajustés aux textes choisis. Il avait même ressenti une certaine paix dans cette église. Peut-être qu’il y reviendrait.
Quand elle leur a proposé de venir boire un verre le vendredi suivant, ses collègues étaient partantes mais quand elle leur a dit que ce serait au Catholic’s pub, de l’espace Paul VI, là elles ont posé des questions ! Elle les a rassurées, ce n’était pas un lieu réservé aux catholiques bien au contraire et on ne leur demanderait pas si elles étaient baptisées à l’entrée ! Alors pourquoi ne pas essayer ?
Il vient toujours quelques minutes avant le début de la messe, cela lui permet de prier mais surtout il aime entendre les répétitions des musiciens et des animateurs de chant, quels qu’ils soient. Il n’a jamais su chanter, cependant il aime la musique et pouvoir prier avec ces chants l’aide au recueillement et à la communion avec tous les autres paroissiens.
Dimanche 11h. Lui entend les cloches sonner, mais elle ne les entend plus, c’est trop loin. Tous deux savent que les paroissiens vont se réunir, pour être ensemble. Eux ne peuvent plus assister à la messe dominicale. Cependant dans quelques jours, ils recevront la visite de l’un ou l’une de ces paroissiens et cela leur fera tellement chaud au cœur de savoir que l’on continue à prendre soin d’eux.
C’est son copain qui lui avait parlé des après-midis qu’il passait dans un local au Petit Marseille tous les mercredis. Il semblait tellement heureux quand il en parlait: de l’aide aux devoirs mais aussi des jeux avec des gens très attentionnés et souriants. Alors un mercredi il a osé il est venu !
Les journées sont longues ici. Souvent elles se ressemblent, il a un calendrier où il a noté des dates où sont célébrées les messes. Il se souvient de celle de Noël, cela l’avait bouleversé. Lui qui pense qu’en prison il ne mérite plus la visite du Christ.
Dans la cuisine du presbytère, elle s’affaire. C’est le jour où elle vient préparer de bons petits plats pour les prêtres. Permettre un temps de partage autour d’un bon repas, c’est le début de la fraternité !
Ils sont discrets mais indispensables ! Gérer le fonctionnement d’une paroisse c’est permettre que la comptabilité soit faite, anticiper les dépenses et veiller à ce que les commandes soient passées. Chaque lundi est effectué le décompte des quêtes; elle est importante la générosité des fidèles, merci à eux. Même, et surtout, pour la piécette de la pauvre veuve du Temple.
Le dimanche, ils sont présents à la messe parce qu’on est venu les chercher et qu’ils seront raccompagnés chez eux après. Il y a ce lien qui s’est tissé au fil des rencontres, en partageant la Parole et l’amitié dans leur quartier Libération.
Parfois ils pensent à la première équipe, celle qui a marché aux côtés du Christ et ils se disent qu’à leur manière, en essayant d’être à l’écoute des besoins de la communauté, ils contribuent à transmettre encore son message et bâtir son Royaume, en tout cas tel est leur souhait.
Il s’appelle Jacques, Bernard, Vincent, Thierry, … elle s’appelle Nicole, Pauline, Gabrielle, Géraldine, … ils sont mariés, célibataires, veufs, divorcés, adultes ou enfants et un jour ils ont franchi le seuil de l’Église. L’Église a pris un visage pour chacun d’eux parce que l’un de vous, l’une de vous était là pour les accueillir les entendre dans leurs joies, leurs peines, leurs questions.
********************************
Un buffet bien fourni a permis aux bénévoles et aux assistants, qui ne savent pas toujours, qui fait quoi et où, de se connaître, et, peut-être, de penser à un nouvel engagement.
Photos du père Mickaël
.”

 

Fête de sainte Jeanne d’Arc : 12 mai

Fille d’humbles paysans de Lorraine Jeanne d’Arc entendit des voix mystérieuses alors qu’elle n’avait que 13 ans.

Saint Michel, sainte Catherine et sainte Marguerite pendant trois ans lui demandèrent de libérer la France des Anglais et de faire sacrer le roi Charles VII à Reims.

A Chinon, premier prodige, le roi confie une armée à cette bergère de 16 ans, ignorante des lois de la guerre. De rudes hommes de guerre, dont Jean comte de Dunois, sont séduits par la Pucelle et se mettent à son service. En huit jours, au début du mois de mai, elle délivre Orléans assiégée depuis sept mois.

En juillet 1429 , Charles VII est sacré roi à Reims.
Après les réussites faciles, vint le temps des épreuves. Le roi abandonne Jeanne ; un an après la victoire d’Orléans en mai 1429. Faite prisonnière le 23 mai 1430 à Compiègne, elle est livrée, par les Bourguignons, aux Anglais.

Elle passe un an en prison, dans le donjon de Rouen. Courageuse, elle défend, d’une part,  sa pureté devant les tentatives des soldats, d’autre part, elle argumente avec succès lors de son procès ( dont les actes ont été conservés). Elle ridiculise ses accusateurs désignés par l’évêque Cauchon par la clarté et la simplicité de ses réponses alors qu’elle n’a que 19 ans et qu’elle n’a pas d’avocat. Accusée d’avoir entendu des voix diaboliques, sa réplique à la question : ” Savez-vous être en la grâce de Dieu ?” : “Si je n’y suis, Dieu m’y mette et si j’y suis Dieu m’y tienne !” est passé à l’histoire.

De même lorsque l’évêque demande à Jeanne de réciter le Pater Noster en latin, elle répond : ” Entendez – moi en confession et je vous le dirai volontiers.” Cette réponse extraordinaire désigne l’évêque comme un accusateur, alors qu’il devrait se comporter en prêtre miséricordieux

En désespoir de cause, on lui tendit un piège : on lui demanda de quitter ses habits de soldat, habits d’homme, pour revêtir un habit de femme, ce qu’elle fit. Contrainte de reprendre ses habits d’homme en raison de la promiscuité avec les soldats, elle fut accusée d’avoir renié l’engagement de s’habiller en femme. Ce reniement en faisait une ” relapse”, c’est à dire une hérétique passible du bûcher. Par cruauté on lui refusa la Communion, il ne lui resta que la foi pour affronter la mort.

Condamnée à être brûlée vive à Rouen le 30 mai 1431.

Elle dira alors : “Mes voix me disent”, “Prends tout en gré, ne te chaille de ton martyre, tu t’en viendras enfin au Royaume de Paradis.”   Cela, mes voix me le disent simplement et absolument. C’est à savoir sans faillir. J’appelle cela martyre pour la peine et adversité que je souffre en prison et ne sais si j’en souffrirai de plus grande. Mais je m’en rapporte du tout à Notre Seigneur.Actes du procès de Jeanne d’Arc

 

Je suis seul (e) Je vais à Royan le 14 mai 2022

Bonjour,

Nous proposons une marche pour les personnes en situation de solitude (personnes célibataires, veuves, séparées ou divorcées) et ceux qui les accompagnent le samedi 14 mai 2022 de 10h à 17h autour de Royan sur le thème ” La solitude, amie… ou ennemie…?”.

Il s’agit d’un temps de réflexion, échanges, partage et amitié autour d’une marche accessible à tous ( 2×2,5km). Il est nécessaire de s’inscrire avant le 10 mai.

Nous sommes à votre disposition pour toute précision et vous remercions de bien vouloir diffuser largement cette information.
Bien fraternellement.
L’équipe du service diocésain de la Pastorale familiale

(06 07 75 71 70)