Soirée CCFD à Rochefort : lundi 27 février

Le CCFD Terre Solidaire organise une soirée
lundi 27 février – de 19h à 20h30 – à la salle paroissiale, rue Voltaire
Au programme :
  • Que font les associations que soutient le CCFD dans des régions où sévissent guerres et conflits ?
  • Echanges sur la Parole de Dieu.
Contact :
  • Philippe Bortolus – 06 09 66 15 37

Lourdes : film et témoignage d’une miraculée 26 février 2023

À l’Apollo Ciné 8, le dimanche 26 février 2023 à 16h00 – 19h00 les paroisses de Rochefort, Saint-Agnant, Tonnay-Charente proposent le témoignage de soeur Bernadette Moriau,  dernière miraculée, autour du film documentaire : “LOURDES”. durée du film 95 mn

Réservation recommandée sur : www.apollocine8.fr

 

Synopsis :

Le rocher de la grotte de Lourdes est caressé par des dizaines de millions de personnes qui y ont laissé l’empreinte de leurs rêves, leurs attentes, leurs espoirs et leurs peines. A Lourdes convergent toutes les fragilités, toutes les pauvretés. Le sanctuaire est un refuge pour les pèlerins qui se mettent à nu, au propre – dans les piscines où ils se plongent dévêtus – comme au figuré – dans ce rapport direct, presque charnel à la Vierge. Film documentaire de Thierry Demaizières et Alban Teurlai

Bienvenue au pub catholique !

En plein hiver, alors qu’il fait froid dehors, rien de mieux que de venir chercher un peu de chaleur et de fraternité au Catholic’s Pub !
Le pub sera ouvert vendredi à partir de 19h !
On ne change pas les bonnes habitudes ! 
Et pour ceux qui parlent anglais (on est dans un pub tout de même !!) :
S’il vient au pub, vous pourrez peut-être rencontrer Asher, un nouveau paroissien indien, tout juste arrivé à Rochefort. Il apprend le français, mais est encore plus à l’aise avec l’anglais pour l’instant…
Merci d’avance de l’accueillir chaleureusement !
A vendredi !

L’Equipe du Catholic’s Pub
-Bar associatif soumis à adhésion-

Fraternité de prière avec la paroisse St Jean-Baptiste du Liban

À l’approche de l’entrée en Carême et de notre marche vers Pâques, nous serons appelés à entrer plus profondément dans le mystère de la passion et de la Résurrection du Christ.

C’est dans ce sens qu’il vous sera proposé de participer à la fraternité de prière en union avec la paroisse saint Jean-Baptiste de Beyrouth, en vous engageant à porter dans votre prière une intention particulière qui vous sera confiée.

Des flyers seront à votre disposition à la sortie de l’église.

D’avance soyez remerciés de votre engagement au service de l’église universelle, et tout particulièrement auprès de nos frères et sœurs du Liban

 

L’école privée St Joseph de Rochefort au service de vos enfants

Adresse de cette école privée :

  • Ecole saint Joseph
  • 65, rue Voltaire
  • 17300 ROCHEFORT SUR MER
  • Tél : 05.46.99.07.46
  • Fax : 05.46.99.07.46

Equipe enseignante :

1: Capucine Legourd (classe B), 2; Agnès Morange (AESH), 3: Nathalie Moore (English teacher), 4: Philippine Caillaud (CM1), 5: Fanny Dauchel (CE2), 6: Aîcha Garnier (AESH), 7: Adèle Larue (CE1), 8: Nadège Guillet (Classe B) 9: Julie  Gaborit (CP), 10: Lorie Baranger (CM2), 11: Dorothée Prineau (Classe A).

L’école a construit son projet éducatif autour de :

  1. l’acquisition des savoirs
  2. l’ouverture sur la vie
  3. la construction de la personne dans le respect de sa liberté
  4. la recherche d’un éveil spirituel ou d’un approfondissement de la foi chrétienne, la quête et l’appropriation des valeurs de l’Évangile
  5. L’acquisition des savoirs

Enseigner, c’est guider, éveiller la curiosité, apprendre à apprendre tout en assurant la solidité des fondamentaux : lire, écrire, compter.

L’apprentissage de l’enfant est favorisé par la proposition d’activités et de démarches pédagogiques ciblées et diversifiées qui tiennent compte de la personnalité et des besoins de l’enfant. Une aide individualisée est mise en place pour les élèves en difficulté ainsi qu’une proposition de soutien le midi.

  1. Une école ouverte sur la vie :

Les activités, au même titre que les enseignements, contribuent à l’ouverture sur le monde d’aujourd’hui.

Ainsi, au cœur des activités scolaires, les enfants sont initiés à l’anglais dès la petite section de maternelle. Les cours, assurés par un professeur d’anglais, ont lieu deux fois par semaine selon une progression solide et structurée.

  1. La construction et l’épanouissement de la personne :

Il n’y a pas d’instruction sans désir d’éduquer.

Enseigner, c’est accompagner un groupe classe mais aussi chaque élève personnellement en tenant compte de ce qu’il est afin qu’il trouve la voie qui sera pour lui la meilleure.

  1. La recherche de l’éveil spirituel :

Ouvert à tous, notre établissement se veut témoin engagé de la Foi chrétienne

Mme Guillet, chef d’établissement

Les classes de l’école

L’école Maternelle

Elle comprend deux classes de cycle: Classe A et Classe B regroupant des élèves des 3 niveaux de Maternelle  Petite section ,Moyenne section et Grande section .Les enfants y sont accueillis dès l’âge de 2 ans et demi.

Le CYCLE 1 cible les premiers apprentissages. il est principalement basé sur la variété des découvertes et les multiples expérimentations qui doivent être vécues sur cette période d’âge afin d’accompagner le développement de l’enfant.

L’école élémentaire

Elle comprend cinq classes réparties en deux cycles :

 le CYCLE 2  (1 classe de CP, de CE1 et une classe de CE2) cible la période des apprentissages fondamentaux.

 Le CYCLE 3  ( 1 classe de CM1, 1 classe de CM2) est consacré aux approfondissements nécessaires à l’enfant.

Peu à peu, une place particulière est accordée à l’appropriation des méthodes de travail qui permettent à l’élève d’acquérir l’autonomie suffisante pour entrer au Collège.

Les classes possèdent une structure d’aide apportée aux enfants en difficulté provisoire qui est assurée par une enseignante spécialisée en adaptation, appelé le RA (regroupement d’adaptation). 

L’enseignante spécialisée du réseau rochefortais s’appelle Blandine Rauturier.

Dsc 1023

 Toutes les classes de l’école bénéficient dès la maternelle :

  • d’une initiation à la langue anglaise
  • d’un programme de découverte de l’informatique et d’internet (à partir de la Grande Section)

Contact :

 

Fête de Bernadette Soubirous le 18 février

La prière à sainte Bernadette Soubirous de Lourdes « S’il te plaît Bernadette, prête-moi tes sabots ! » :

« Pour mettre dans tes pas mes pas trop hésitants, s’il te plaît, Bernadette, prête-moi tes sabots ! Ils sont pour moi symbole de bon sens, d’esprit d’humilité et de simplicité. Et tu sais bien, hélas, que tout cela me manque.

S’il te plaît Bernadette, prête-moi tes sabots ! Tu allais ramasser le bois qui fait la flamme et réunit les hommes en les réconfortant, pour que je puisse aussi réchauffer ceux qui ont froid et éclairer ceux qui ont besoin d’un sourire,

s’il te plaît Bernadette, prête-moi tes sabots. Peut-être tes sabots seront-ils trop petits pour moi. Ce sera très bien ainsi ! Cela me rappellera que je suis limité, que je ne connais pas tout, que je peux tomber et me relever…

S’il te plaît Bernadette, prête-moi tes sabots. Pour aller vers Marie avec plus de confiance, pour découvrir l’eau vive offerte aux assoiffés, pour accueillir le Pain que Dieu nous donne,

s’il te plaît Bernadette, prête-moi tes sabots. Pour monter vers le Père qui m’attend et qui m’aime, pour marcher sur la route avec mes joies et mes peines, pour entrer dans la fête tout au bout du chemin, tout en te demandant de me donner la main,

s’il te plaît Bernadette, donne-moi tes sabots ! Ainsi soit-il. »

Sainte Bernadette Soubirous (1844-1879)

Notre-Dame de Lourdes, priez pour nous !
Sainte Bernadette, priez pour nous !

N’oubliez pas d’aller voir le film : ” Lourdes “  le dimanche 26 février à l’Apollo Ciné 8 de 16h00 à 19h00. Film documentaire de Thierry Demaizières et Alban Teurlai

Le regard chrétien transfigure souffrance et mort

Conférence :  Théophile Lwamba diacre et cadre infirmier parlera de son expérience auprès des malades et des mourants. Oui malgré la souffrance, la révolte et le sentiment d’injustice devant la maladie et la mort le Christ nous offre une lueur d’espoir, un souffle de tendresse et l’espoir de la résurrection, à sa suite.

Ouvert à tous

Dates prévues :

 

 

La Saint Valentin, fête de l’amour, est catholique

Qui est saint Valentin ?

Valentin de Terni, plus connu sous le nom de saint Valentin est un moine qui a refusé de se soumettre à l’empereur Claude II Le Gothique, ce dernier voulait interdire le mariage pour éviter que les hommes soient tentés de rester avec leurs femmes plutôt que de partir à la guerre.

A cette époque l’empire romain, engagé dans des campagnes militaires sanglantes, éprouve des difficultés à recruter des soldats,  Aussi les fiancés se mettent en quête d’une personne acceptant de les unir par les liens du mariage. Valentin de Terni accepta de marier les couples et défia ainsi l’autorité de l’empereur.

La légende prétend  que Valentin, après avoir assuré les jeunes hommes, leur donnait, une fleur de son jardin  que ceux-ci s’empressaient d’offrir à leurs fiancées. Informé l’empereur ordonna que Valentin soit emprisonné.

Si tu savais le don de Dieu, tu serais heureux et ton empire aussi !” Ce jour là à Rome, vers l’an 270, Valentin répond ainsi à l’empereur Claude qui l’interroge. Il est ensuite conduit chez le juge.

Or, celui-ci à une fille adoptive, aveugle. “Si tu peux la guérir, lui dit le juge, je croirais que Jésus est la lumière et qu’Il est Dieu“.

Le prisonnier, mettant la main sur les yeux de la jeune fille, pria : “Seigneur, qui êtes la Vraie Lumière, éclairez votre servante”. L’enfant recouvra la vue, demanda le baptême avec toute sa famille (une cinquantaine de personnes), et son père délivra tous les chrétiens qu’il tenait prisonniers.

Averti de ces conversions, l’empereur fait mettre à mort le juge et tous les siens. Valentin est décapité vers 273. Les reliques de ces martyrs sont vénérées  à Rome, dans l’église Sainte Praxède.

Le pape Gélase Ier le reconnaitra saint en 494 et il décidera de mettre sa fête au  14 février.

Cette histoire explique pourquoi fiancés et célibataires se sont placés sous le patronage de saint Valentin, saint patron des amoureux. Le jour de son martyr, fixé au 14 février, correspondait déjà dans la Rome Antique, aux festivités païennes des Lupercales, marquant l’arrivée du printemps.

Vers 500, les chrétiens remplacèrent les fêtes païennes par une fête liturgique, en l’honneur de saint Valentin. Que saint Valentin bénisse tous les amoureux !

Prière

Dieu Tout-Puissant, dont la bonté et la miséricorde sont infinies,  faites que tous ceux qui invoquent saint Valentin, soient exaucés en considération de ses mérites. Nous Vous remercions, Dieu Tout-Puissant d’avoir été éduqué dans la foi que saint Valentin a prêchée dans nos pays, il y a plus de 1300 ans.  Nous qui sommes par le baptême devenus vos enfants, faites que nous puissions un jour Vous contempler face à Face avec Saint Valentin.

Nous Vous le demandons, par Jésus Christ, notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous, dans l’unité du Saint Esprit, maintenant et pour les siècles et les siècles. Amen.

Saint-Valentin,
Faites que ma vie s’illumine dans le partage de l’amour.

Prière extraite du livre “Prier avec les Saints, recueil de 212 litanies”, de A. Mius, aux Ed. Résiac

Source : Spiritualité Chrétienne

Pèlerinage des pères sur le diocèse, 18 et 19 mars 2023

Comme chaque année au mois de mars, la Pastorale des Familles propose deux pèlerinages : un pour les pères de famille; l’autre pour les mères ! Au programme de ces deux jours : marche dans la campagne charentaise, prière, méditation, partage, vie fraternelle, messe…

Dans mon Eglise a des talents, sur RCF, découvrez les témoignages de ceux qui ont participé à ces marches !

Samedi 18 et dimanche 19 mars 2023

 

Parcours de Clérac à Montendre, nuit à la maison familiale de Chevanceaux-Forêt

Thème : « Paternité, figure de joie et d’accueil »

Marche d’une vingtaine de kilomètres avec temps de prière, réflexion, échanges et convivialité entre pères et grands-pères

contact :
pastoraledesfamilles@diocese17.fr

Qu’est ce que le dimanche de la santé 2023

En France, cet événement se vit en paroisse à l’occasion du Dimanche de la Santé, généralement le dimanche le plus proche du 11 février. L’Église est présente sur le terrain de l’accompagnement, au sein des aumôneries hospitalières avec ses équipes de bénévoles qui œuvrent aux côtés d’associations laïques où tant de personnes de bonne volonté s’engagent aussi.

Le Dimanche de la Santé aura lieu cette année le dimanche 12 février 2023 à 11h00 à l’église St Louis de Rochefort

Télécharger le livret ici.

31ème journée mondiale du malade : jour de jeûne

Le conseil permanent de la Conférence des évêques invite les fidèles catholiques à faire du vendredi 10 février 2023, veille de la fête de notre Dame de Lourdes et de la journée de prière pour les personnes malades, une journée de jeûne et de prière pour le respect de la vie humaine

Lettre d’invitation des évêques de France

Lettre de Rome, Saint-Jean-de-Latran, du 10 janvier 2023

Pape François :

La maladie fait partie de notre expérience humaine. Elle peut devenir inhumaine si elle est vécue dans l’isolement et dans l’abandon, si elle n’est pas accompagnée de soins et de compassion.

Quand on marche ensemble, il arrive que quelqu’un se sente mal, qu’il doive s’arrêter en raison de la fatigue ou d’un incident de parcours. C’est là, dans ces moments-là, que l’on se rend compte de la façon dont nous cheminons : si réellement nous cheminons ensemble ou bien si l’on est sur la même route, mais chacun pour son compte, ne s’occupant que de ses propres intérêts et laissant les autres “s’arranger” comme ils peuvent.

Par conséquent, en cette XXXI ème Journée Mondiale du Malade, au beau milieu d’un parcours synodal, je vous invite à réfléchir sur le fait que c’est précisément à travers l’expérience de la fragilité et de la maladie que nous pouvons apprendre à marcher ensemble selon le style de Dieu, qui est proximité, compassion et tendresse.

Dans le Livre du prophète Ézéchiel, dans un grand oracle qui constitue un des points culminants de la Révélation, le Seigneur parle ainsi : « C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer – oracle du Seigneur Dieu. La brebis perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la panserai. Celle qui est malade, je lui rendrai des forces […] je la ferai paître selon le droit » (34, 15-16).

L’expérience de l’égarement, de la maladie et de la faiblesse fait naturellement partie de notre chemin : elles ne nous excluent pas du peuple de Dieu, au contraire, elles nous placent au centre de l’attention du Seigneur, qui est Père et ne veut perdre en chemin pas même un seul de ses enfants. Il s’agit donc d’apprendre de lui, pour être véritablement une communauté qui chemine ensemble, capable de ne pas se laisser contaminer par la culture du rejet.

L’Encyclique Fratelli tutti, comme vous le savez, propose une lecture actualisée de la parabole du Bon Samaritain. Je l’ai choisie comme point cardinal, comme pivot, pour pouvoir sortir des « ombres d’un monde fermé » et « penser et engendrer un monde ouvert » (cf. n. 56). Il existe, en effet, un lien profond entre cette parabole de Jésus et les nombreuses façons dont la fraternité est aujourd’hui niée.

En particulier, le fait que la personne malmenée et volée soit abandonnée au bord de la route représente la condition où sont laissés trop de nos frères et sœurs au moment où ils ont le plus besoin d’aide. Il n’est pas facile de distinguer entre les assauts menés contre la vie et sa dignité qui proviennent de causes naturelles et ceux qui sont, en revanche, causés par les injustices et les violences.

En réalité, le niveau des inégalités et la prévalence des intérêts de quelques-uns affectent désormais tous les milieux humains, de sorte qu’il apparaît difficile de considérer quelque expérience que ce soit comme étant “naturelle”. Toute souffrance prend place dans une “culture” et au milieu de ses contradictions.

Ce qui importe, toutefois, c’est de reconnaître la condition de solitude, d’abandon. Il s’agit d’une atrocité qui peut être surmontée avant toute autre injustice, car – comme le rapporte la parabole – il suffit d’un instant d’attention, d’un mouvement intérieur de compassion, pour l’éliminer. Deux passants, considérés comme des religieux, voient le blessé mais ne s’arrêtent pas. Le troisième, au contraire, un Samaritain, un homme méprisé, est mû par la compassion et prend soin de cet étranger qui gît au bord de la route, le traitant comme un frère. En faisant cela, sans même y penser, il change les choses, il engendre un monde plus fraternel.

Nous ne sommes jamais prêts pour la maladie

Frères et sœurs, nous ne sommes jamais prêts pour la maladie. Et souvent nous ne sommes pas prêts non plus à admettre que nous avançons en âge. Nous craignons la vulnérabilité, et la culture envahissante du marché nous pousse à la nier. Il n’y a pas de place pour la fragilité. Et ainsi le mal, quand il fait irruption et nous assaille, nous laisse à terre, assommés. Il peut alors arriver que les autres nous abandonnent ou qu’il nous semble devoir les abandonner, pour ne pas être un poids pour eux.

Ainsi commence la solitude, et le sentiment amer d’une injustice nous empoisonne car le Ciel aussi semble se fermer. De fait, nous peinons à demeurer en paix avec Dieu, quand la relation avec les autres et avec nous-mêmes se détériore.

Voilà pourquoi il est si important, notamment en ce qui touche à la maladie, que l’Église tout entière se mesure à l’exemple évangélique du Bon Samaritain, pour devenir un bon “hôpital de campagne” : sa mission s’exprime en effet en prenant soin des autres, particulièrement dans les circonstances historiques que nous traversons. Nous sommes tous fragiles et vulnérables ; nous avons tous besoin de cette attention remplie de compassion qui sait s’arrêter, s’approcher, soigner et soulager. La condition des malades est donc un appel qui interrompt l’indifférence et freine les pas de ceux qui avancent comme s’ils n’avaient ni frères ni sœurs.

La Journée Mondiale du Malade, en effet, n’invite pas seulement à la prière et à la proximité envers les souffrants ; en même temps, elle vise à sensibiliser le peuple de Dieu, les institutions sanitaires et la société civile à une nouvelle façon d’avancer ensemble.

La prophétie d’Ézéchiel, citée au début, contient un jugement très dur sur les priorités de ceux qui exercent un pouvoir économique, culturel et gouvernemental sur le peuple : « Vous vous êtes nourris de lait, vous vous êtes vêtus de laine, vous avez sacrifié les brebis les plus grasses, mais vous n’avez pas fait paître le troupeau. Vous n’avez pas fortifié les brebis chétives, soigné celle qui était malade, pansé celle qui était blessée. Vous n’avez pas ramené celle qui s’égarait, cherché celle qui était perdue. Mais vous les avez régies avec violence et dureté » (34, 3-4).

La Parole de Dieu est toujours éclairante et contemporaine. Non seulement pour dénoncer, mais aussi pour proposer. De fait, la conclusion de la parabole du Bon Samaritain nous suggère que l’exercice de la fraternité, qui commence par une rencontre en tête-à-tête, peut être élargi à une prise de soin organisée.

L’auberge, l’aubergiste, l’argent, la promesse de se tenir mutuellement informés (cf. Lc 10, 34-35) : tout cela fait penser au ministère des prêtres, au travail des agents sociaux et de santé, à l’engagement des familles et des volontaires grâce auxquels, chaque jour, dans chaque partie du monde, le bien s’oppose au mal.

Les années de la pandémie ont augmenté notre sentiment de gratitude pour ceux qui œuvrent chaque jour pour la santé et la recherche. Mais il ne suffit pas de sortir d’une aussi grande tragédie collective en honorant des héros.

La Covid-19 a mis à dure épreuve ce grand réseau de compétences et de solidarité et a montré les limites structurelles des systèmes de bien-être (welfare) existants. Il faut donc qu’à la gratitude corresponde la recherche active de stratégies et de ressources, dans chaque pays, pour que tout être humain ait l’assurance d’avoir accès aux soins et que le droit fondamental à la santé soit garanti.

« Prends soin de lui » (Lc 10, 35) : telle est la recommandation du Samaritain à l’aubergiste. Jésus la répète aussi à chacun de nous et, à la fin, nous exhorte ainsi : « Va, et toi aussi, fais de même ». Comme je l’ai souligné dans Fratelli tutti, « la parabole nous montre par quelles initiatives une communauté peut être reconstruite grâce à des hommes et des femmes qui s’approprient la fragilité des autres, qui ne permettent pas qu’émerge une société d’exclusion mais qui se font proches et relèvent puis réhabilitent celui qui est à terre, pour que le bien soit commun » (n° 67). De fait, « nous avons été créés pour une plénitude qui n’est atteinte que dans l’amour. Vivre dans l’indifférence face à la douleur n’est pas une option possible » (n. 68).

Le 11 février 2023 aussi, tournons notre regard vers le sanctuaire de Lourdes comme vers une prophétie, une leçon confiée à l’Église au cœur de la modernité. Il n’y a pas que ce qui a de la valeur qui fonctionne et il n’y a pas que celui qui produit qui compte. Les personnes malades sont au centre du peuple de Dieu qui avance avec elles comme prophétie d’une humanité où chacun est précieux et où personne n’est à exclure.

Je confie chacun de vous, qui êtes malades, à l’intercession de Marie, Santé des malades ; et vous aussi, qui prenez soin d’eux en famille, par le travail, la recherche et le volontariat ; et vous, enfin, qui vous engagez à tisser des liens personnels, ecclésiaux et civils de fraternité.

J’envoie à tous ma bénédiction apostolique.