Dimanche 17 décembre : journée internationale des Migrants

“100 pour un toit Pays Rochefortais” vous invite – Dimanche   17 décembre      à partir de 15 h 30 Clos Lapérouse chemin de la Vieille Forme 17300  Rochefort 

A venir soutenir la journée internationale des migrants                                              en partenariat avec le Collectif Migrants 17.

Bénéfices reversés aux associations d’aide aux migrants.
Venez nombreux et en famille !
Programme  détaillé ci-dessous.
À bientôt donc !                     
Merci de faire circuler l’information
👉 𝟏𝟓𝐡𝟑𝟎 – 𝟏𝟖𝐡 : ateliers en famille, thème Noël  Solidarité
Encadrés par des animateurs Laurette et Compagnie, L’Or-en-Ciel et Fun & Calm, seront proposés aux enfants et à leurs parents, des jeux, des chansons, des contes, kamishibaï, des ateliers d’éveil créatif, d’arts-plastiques et de danse…  Après-midi d’amusement garanti tant aux enfants qu’aux parents.
Ouvert gratuitement aux familles de migrants 5 € conseillés pour les autres familles.
👉 𝟏𝟖𝐡𝟑𝟎 – 𝟏𝟗𝐡𝟑𝟎 Débat mouvant 
Coordonné par les acteurs associatifs (Migrants 17…), le débat mouvant consiste à soumettre une proposition à un groupe, puis à demander aux participants de prendre physiquement position pour ou contre elle, en allant au côté de la salle qui correspond à l’affirmation ou bien à la négation.
Après avoir laissé un temps de réflexion pour élaborer des arguments, on lance le débat avec la règle suivante : formuler des arguments pour expliquer sa position et changer de « côté » si les arguments de l’autre camp sont convaincants. Le débat mouvant permet ainsi aux participants d’élaborer et de justifier leur opinion en construisant des arguments.
👉 𝟏𝟗𝐡𝟑𝟎 – 𝟐𝟑𝐡 : petite restauration du monde et concerts
𝐌𝐞𝐥𝐯𝐢𝐧 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐥𝐞𝐬 𝐍𝐮𝐚𝐠𝐞𝐬
Des chansons qui parlent de nous, des chemins que l’on arpente, des rêves que l’on invente.
L’interprétation et les textes véhiculent l’émotion, celle qui touche le cœur et fait frissonner la chair.
Le groove à la guitare et l’envie de vivre au cœur, Melvin nous emmène en voyage avec lui, dans les nuages.
𝐁𝐚𝐥 𝐭𝐫𝐚𝐝 𝐩𝐚𝐫 𝐃𝐢𝐝𝐢𝐞𝐫 𝐏𝐚𝐢𝐥𝐥𝐚𝐮𝐝
Danse et amusements en perspective !

 

Film exceptionnel : Prêtres des pontons de Rochefort – Saintes.

Vendredi 8 décembre à 19h00 au cinéma Atlantique-Ciné

Pour la première fois un film sur les prêtres réfractaires déportés à Rochefort pendant la terreur révolutionnaire en 1794 passe sur écran à Saintes, et en France. sous le titre : les oubliés de l’île, il a été tourné par Sébastien Cassen

Entrée gratuite sur réservation. (05.46.92.49.60) : 17 rue Champagne (St Georges Parc Atlantique) 17100 Saintes. 

Article de Sud-Ouest cliquer ICI

En 1794, la Révolution française reléguait les prêtres qui avaient refusé de prêter serment à la République révolutionnaire au prix de la rupture avec le pape et Rome( prêtres insermentés ).829 prêtres et religieux seront entassés sur d’anciens bateaux négriers ( les Deux associés et le Washington), au large de Rochefort, 527 mourront, en 1995 leur martyre est reconnu : 64 d’entre-eux seront béatifiés par le pape Jean-Paul II.

Le Saintais Sébastien Cassen illustre cette tragédie dans un documentaire visible à Saintes vendredi 8 décembre à 19h00.

Temps de l’avent 2023

Que fête-t-on pendant l’Avent ?

L’ Avent est le temps liturgique précédant la fête de Noël, où les chrétiens se préparent à célébrer la naissance de Jésus lors de la messe de minuit. Ce temps de préparation est marqué par la symbolique de l’attente et du désir.

Il commence le 4ème dimanche avant Noël.

Pendant ces quatre semaines d’attente, les foyers installent des crèches et un arbre de Noël avec des boules et des guirlandes.

Parfois, c’est toute la maison qui est décorée en vue des fêtes de Noël, où l’on s’échange des cadeaux de Noël. L’Avent est aussi le début de l’année liturgique.

Origines et histoire de l’Avent

Le mot « Avent » ne veut pas dire « avant Noël » ; il vient du latin adventus qui signifie « venue, avènement ». On l’employait autrefois en latin pour désigner la venue de Jésus Christ sauveur parmi les hommes.

Une tradition de l’Avent utilise la symbolique des bougies tout au long des quatre dimanches de l’Avent. Cette tradition s’appuie sur l’Ancien Testament et relie les chrétiens au peuple juif, qui fête Hanouka à partir du 11 décembre. Chaque dimanche de l’Avent, la coutume veut que les chrétiens allument progressivement une bougie sur les quatre, placées sur une couronne végétale.

– Le premier dimanche de l’Avent, la bougie symbolise le pardon à Adam et Eve
– Le deuxième dimanche, elle symbolise la foi des Patriarches en la Terre Promise
– Le troisième dimanche, c’est la joie de David, célébrant l’Alliance avec Dieu
– Le quatrième dimanche, elle symbolise l’enseignement des Prophètes, annonçant un règne de paix et de justice.

Signification et sens de l’Avent

L’Avent est la période où les fidèles se préparent intérieurement à célébrer Noël, événement décisif pour l’humanité, puisque Dieu s’est fait homme à travers l’Enfant Jésus. De sa naissance à sa mort sur la Croix, il a partagé en tout la condition humaine, à l’exception du péché.

Chacun est appelé à la vigilance et au changement de vie. La parole des Prophètes est lue lors de chaque messe dominicale de l’Avent. Elle redit la nécessité de la conversion et de la préparation du cœur, comme le rappellent également les autres lectures de la messe. L’Avent invite les chrétiens à découvrir ce que la venue de Jésus-Christ change dans leur vie pour mieux lui faire une place.

Le début de l’Avent marque aussi l’entrée dans une nouvelle année liturgique : celle-ci commence chaque année avec ce temps de préparation à Noël, pour s’achever une année plus tard à la même période. L’ensemble du calendrier liturgique aide les fidèles à revivre les grands événements de la vie et de l’enseignement du Christ, en particulier de sa naissance (Noël) à sa Résurrection (Pâques).

 

 

 

 

 

 

 

Vivre l’Avent sous le signe de la solidarité

VIVRE L’ AVENT :  COMMENT SE PRÉPARER À NOEL SUR LA PAROISSE ?

►” Le Secours Catholique” propose une collecte de produits alimentaires,  non périssables de préférence, et de produits d’hygiène (dentifrice, gel douche, savon, shampoing, brosses à dents, mousse à raser, rasoirs, kleenex…)

Des cartons et des bacs sont mis à votre disposition pour déposer vos dons dans les églises.

 

                 

Forum au Centre J.B. Souzy : Transmission à travers l’art

Après une première soirée consacrée à la transmission intergénérationnelle, la maison de la Parole Jean-Baptiste Souzy nous invite le 5 décembre à une soirée consacrée à la transmission à travers l’art.
Avec 2 artistes locaux, Bruce Krebs et Didier Roten, nous avons invité Annick Jager, qui a travaillé pendant plusieurs années sur les liens entre l’Eglise et le monde des arts pour le diocèse de Paris et le collège des Bernardins.
Le cœur de la soirée portera donc sur la nature de l’art comme acte de création et vecteur de transmission.

Rendez-vous sur le parvis de l’église St Louis

Samedi 9 décembre de 14h30 à 16h30 sur le parvis de l’église St Louis, un temps festif et d’évangélisation sera organisé.

Au programme :

  • Chorale et chants de Noël
  • Distribution des horaires des messes de Noël de la paroisse.
  • Boissons et gâteaux offerts
  • Evangélisation et discussions avec les passants
  • Inviter les passants à rentrer dans l’église, prier avec eux et pour eux devant le Saint Sacrement, rencontrer un prêtre et pourquoi pas se confesser.

Venez nombreux témoigner…

Sauvons l’église de St Nazaire / Charente !

Samedi 25 novembre 2023 à midi  un repas indien  a réuni 150 convives à la salle des fêtes de St Nazaire sur Charente. A l’invitation,  de M. David Samzun, maire, du comité des fêtes et de M. l’abbé Arockiya,  curé de St Nazaire.

De très nombreux bénévoles ont rendu ce moment très agréable. Le père Arockiya a présenté une diaporama sur l’inde, la société hindoue, le système des castes et l’église catholique avec ses grandes figures, notamment St Thomas apôtre fondateur de l’Eglise chrétienne en Inde et mère Teresa. N’a pas été oubliée la grande figure du Mahatma Gandhi guide spirituel du mouvement non violent pour l’indépendance, imposée aux Anglais en 1947.

Ce grand moment de convivialité, réunissant municipalité et paroisse, a permis une collecte de fonds en faveur de la restauration de la vénérable église de St Nazaire ; elle a été, en effet,  fondée au XII ème siècle.

Située au cœur de l’estuaire de la Charente classé Grand Site de France, Saint-Nazaire-sur-Charente recèle un riche patrimoine : la Fontaine royale de Lupin où les vaisseaux s’approvisionnaient en eau douce, l’adorable  fort Lupin de type Vauban, son ancienne prison et bien sûre son église située au centre du village.

Celle-ci a été fermée pour raison de sécurité depuis 2018, sa charpente menaçant de s’affaisser. D’importants travaux  permettront d’assurer la pérennité de l’édifice et sa réouverture au public : restauration de la toiture et des voûtes en bois et plâtre, mise en sécurité de la tribune, assainissement et consolidation des maçonneries extérieures.

Les travaux vont débuter en décembre 2023, pour se terminer en janvier 2025 par l’inauguration

Les partenaires  : – Le département de la Charente Maritime ; la préfecture de Charente Maritime ; la préfecture de la région  nouvelle Aquitaine et la communauté d’agglo de Rochefort Océan.

(Source : Bâtiments de France)

Reportage  photo  de la rencontre

 

 

Nouveau : Baptêmes par immersion à l’église St Louis

Dimanche 26 novembre à la messe de 11h00,en l’église St Louis, huit jeunes furent baptisées selon le rituel de l’ immersion par le père Mickaël Le Nezet, ont suivi les sacrements de la  communion et de la confirmation.  Les pères Guillaume Salin, Moïse Kiaza,  concélébraient et le jeune séminariste Martin Chauvet ayant participé au cheminement de ces 8 jeunes  est venu pour les accompagner.

Chant d’entrée : – “Ecoute ton Dieu t’appelle”

Baptême à l’église St Louis

Le Rituel du baptême recommande de baptiser par immersion ; qu’il s’agisse d’enfants ou d’adultes, il prévoit que les baptisés soient plongés dans l’eau ; si ce n’est pas possible, on leur versera de l’eau sur la tête. 

Le geste de l’immersion est bien plus expressif mais l’immersion, exige beaucoup d’eau et des fonts baptismaux très vastes ce qui est exceptionnel dans nos églises. L’eau acquiert ainsi une grande visibilité et le symbole de la plongée dans la mort pour ensuite ressusciter devient évident. L’eau du baptême est bénie.

Les Notes doctrinales et pastorales expliquent l’intérêt de l’immersion : “On peut légitimement employer le rite de l’immersion qui signifie clairement la participation à la mort et la résurrection du Christ, ou, à défaut, le rite de l’ablution” (n° 22). L’intérêt est donc théologique : le geste d’ablution évoque le lavage, tandis que l’immersion qui comporte à la fois plongée et remontée évoque enfouissement et résurrection. Ainsi, la manière d’accomplir l’acte baptismal se rapproche du texte central de saint Paul, au chapitre 6 de l’épître aux Romains :

“Ne le savez-vous donc pas nous tous, qui avons été baptisés en Jésus Christ c’est dans sa mort que nous avons été baptisés. Si, par le baptême dans sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lu c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, de même que le Christ par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. Car, si nous sommes déjà en communion avec lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons encore par une résurrection qui ressemblera à la sienne” (v. 3-5).

L’immersion et la sortie des eaux, c’est d’abord le passage dans la mort, puis la résurrection à la suite du Christ. Non seulement le geste est plus solennel, mais il est plus théologique, c’est de la catéchèse en acte.

Photos NG

 

Qu’est-ce que la fête du Christ-Roi ?

La solennité du Christ Roi de l’Univers termine l’année liturgique et précède le premier dimanche de l’Avent.

Cette solennité est d’origine récente : elle fut instituée par le Pape Pie XI en 1925. Elle est célébrée le 34e et dernier dimanche du temps ordinaire. Son thème essentiel reprend les grandes proclamations de Louange au Christ que l’on trouve, par exemple, au début des lettres de saint Paul aux Éphésiens et aux Colossiens. À cette occasion, on célèbre le Christ, Fils de Dieu notre Sauveur, comme Seigneur du Cosmos tout entier.

“Il est l’icône du Dieu invisible, le premier-né par rapport à toutes les créatures. C’est en Lui que tout a été créé dans les cieux et sur la terre, les êtres visibles comme les invisibles. Tout est créé par Lui et pour Lui. Il est avant tout les êtres et tout est maintenu en Lui. Il est aussi la Tête du Corps qui est l’Eglise. Il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, puisqu’il devait avoir en tout la primauté” (Col. 1. 15-18).

Jésus est-il vraiment roi ?

On peut être gêné par cette appellation de Roi donnée au Christ et se demander, à la suite de la question que posa Pilate au Procès de Jésus à Jérusalem : de quelle royauté s’agit-il ?

Le nom que préfère se donner Jésus n’est ni celui de Roi, ni celui de Messie. Quel nom lui donner alors ? Un double nom reliant la Gloire et la Croix. Il est à la fois le Fils de l’Homme et le Serviteur livré : un titre de gloire et de souveraineté (Fils de l’Homme) et un titre d’amour, de service et de don total à l’Humanité (Serviteur livré).

Jésus le rappelait sur la route d’Emmaüs, après sa mort et sa résurrection, aux disciples qui n’avaient rien compris : “Ne fallait-il pas que le Christ souffrit cela d’abord, pour entrer dans sa Gloire ?” (Lc 24, 25). La Royauté du Christ n’est pas de s’imposer aux consciences, de faire poser le poids de l’autorité comme les puissants de ce monde. Jésus l’avait déclaré à ses disciples Jacques et Jean : “Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude” (Marc 10.45). Si le Christ est Roi, c’est un Roi Serviteur, un Roi qui aime et sauve.

(Article tiré du Jour du Seigneur)