Matthieu Cavalié nouveau pasteur chez nos frères protestants.

Je suis originaire de Nantes. À 20 ans, j’ai suivi une formation de théologie à Montpellier. Une fois reconnu pasteur, mon itinéraire m’a d’abord conduit dans les Cévennes puis en Charente-Maritime. En juillet 2008, j’ai posé mes valises en Vendée, à Mouchamps, un choix plutôt familial pour me rapprocher de Nantes. Je devenais pasteur de la paroisse du bocage vendéen.

Pasteur, un métier comme un autre ?

Pas sûr, il doit avoir une énorme boîte à outils afin de répondre à toutes les demandes à la fois du conseil presbytéral et des paroissiens jusqu’à être le confident ! J’ai aussi apprécié le travail d’œcuménisme avec nos frères catholiques. Un travail indispensable entre les deux communautés en particulier dans notre bocage. J’ai rencontré des bons curés catholiques, très ouverts”.

Juillet 2020 départ du pasteur Jean-Luc CREMER vers une autre mission…

Jean-Luc Cremer, pasteur de l’Église protestante unie à Rochefort, est devenu  le nouveau président de la région Ouest, depuis le 1er juillet 2020.

Quand, il y a quelques mois, Jean-Luc Cremer a reçu l’appel du Conseil régional, la décision a été difficile à prendre, pour lui comme pour Claire, son épouse. Malgré l’éloignement avec leurs parents et leurs enfants qui résident en Centre-Alpes Rhône, il a accepté la fonction de président, ” alors qu’à  Rochefort, on en est encore à débroussailler ».

S’engager

Jean-Luc et Claire Cremer sont arrivés en 2016. Beaucoup d’observateurs ont noté que ces quatre années ont été bien employées, eu égard à tout ce qui a été mis en place : comme le Culte 3 D (Dire Dieu Différemment), les groupes Médit’ en Dieu, Marche en Dieu, la démarche écologique.
Ce qui a pesé dans la balance, c’est la confiance. La confiance de ceux qui l’ont appelé à ce nouveau poste, et sa confiance en Dieu. Cet appel fait écho à celui qu’il a reçu à l’âge 35 ans pour devenir pasteur.

Né dans une famille protestante, baptisé, confirmé, Jean-Luc Cremer a suivi l’école biblique, le catéchisme, les camps, les éclaireurs.

De 20 à 35 ans, il a eu le temps d’être animateur socio-culturel, agent commercial en agence de voyages, directeur d’une école de langue française dans un cadre missionnaire, et animateur dans un centre chrétien en Alsace. Ses études  de théologie à Montpellier ont été menées avec le soutien de Claire. La famille avait  trois enfants et Claire partait travailler comme assistante sociale à Alès.  « Elle a été, et elle est pour moi  un véritable soutien, à la fois discrète et présente ». Jean-Luc Cremer a commencé son ministère pastoral à Die dans la Drôme, et l’a poursuivi en région Centre Alpes Rhône.

Accompagner

Depuis quatre ans, Jean-Luc Cremer est membre du Conseil régional. Il connaît l’ampleur de la tâche qui l’attend  et il sait l’importance des décisions qu’il prendra avec son conseil en ce qui concerne  la diffusion de l’Évangile à Laval, en Indre et Creuse, en Bretagne, à Rennes, à Saint-Nazaire, et en Charente Maritime.

Bonne route …

Interview du pasteur Jean-Luc CREMER par RCF sur son départ

 

 

 

Les responsables reprennent leur activités…

Mardi 15 septembre à 20h30, le père Mickaël Le Nézet curé de la paroisse réunissait les responsables de services de la paroisse, pour faire le point sur l’année qui vient de s’écouler et celle qui nous attend.

Voici l’ordre du jour:

— Quel projet pastoral pour l’année scolaire à venir ? De quelle manière chacun va pouvoir s’investir.

— Organiser la journée de rentrée, dimanche 27 septembre, dans l’esprit de ce projet.

Tout le monde était au rendez-vous.

Nous avons commencé cette soirée par la lecture de l’évangile (1ère épître aux  Corinthiens 12, 12-14. 27-31a), suivi de la prière de Guiseppe Lanza Del Vasto .

Le père Mickaël, en fin d’année scolaire,  après 2 ans de mission a souhaité rencontrer chaque membre responsable, personnellement,  pour une relecture de sa lettre de mission, afin d’envisager soit l’arrêt , soit le prolongement de son service.

Ce fut un temps d’écoute et de réponses aux  questionnements et  réflexions des responsables de services..

Pour chacune des personnes envoyées en mission ce fut un temps privilégié qui a permis de se resituer dans le charge reçue, tout en réalisant que la charge n’est pas forcément facile à réaliser et à maintenir dans le temps. Certains ont demandé de cesser leur mission après des années de service.

S’engager/Servir la mission de la paroisse

Prenez part à la vie de la paroisse, devenez acteur / actrice,
Votre paroisse a besoin de vous !

« Tous peuvent participer de quelque manière à la vie ecclésiale, tous peuvent faire partie de la communauté » Pape François,  “La joie de l’Évangile”


Nous avons besoin de vous, pour :

  • Transmettre la foi aux plus jeunes : catéchisme, éveil à la foi
  • Accompagner un catéchumène adulte vers le baptême
  • Participer à la préparation au mariage, à la préparation au baptême des petits enfants
  • Prendre part à l’animation liturgique (lecteurs, chants, équipe florale…)
  • Participer à l’animation d’un groupe de prière ( lundis de la Parole, « prière des mères », chapelet pour les vocations, « monastère invisible »)
  • Aider à la communication ( prise de photos, transmission d’infos, etc.)
  • Participer à l’accueil à l’église lors de la messe dominicale.
  • Organiser des événements.
  • Prendre part à des activités au service des familles, des jeunes, des célibataires, des personnes âgées…
  • Apporter la communion aux malades, rendre visite aux personnes isolées.
  • Accompagner des familles en deuil, conduire les obsèques
  • Et proposer d’autres idées en aidant à les mettre en œuvre ?…

Vous êtes intéressé pour soutenir telle ou telle activité ?

Contactez-nous par mail à : paroissederochefort@gmail.com

Téléphone 05.46.99.03.11

Presbytère St Louis : 102 rue Pierre Loti 17300 Rochefort

« Ne restez pas au balcon de la vie ! Jésus n’y est pas resté. Jésus s’est engagé, engagez-vous! » Pape François aux jeunes des JMJ à Rio (Brésil)

 

 

Fête de Notre Dame des douleurs

Dans les moments difficiles, la dévotion à la Sainte Vierge est  d’un grand secours. Elle-même a traversé de nombreuses épreuves douloureuses. Elle nous comprend.

Traditionnellement, le mois de septembre est consacré à Notre-Dame des Douleurs. Cette année, dans ce contexte de pandémie qui perturbe nos vie ainsi que la rentrée à l’école, nous pouvons puiser de la force dans cette dévotion, la Vierge apporte la meilleure consolation possible.

Tournez vos yeux incessamment vers la Vierge Marie, elle qui est Mère de douleurs mais aussi Mère de consolation.

Entre le mois d’août, marqué par la dévotion au Cœur Immaculé et le mois d’octobre, consacré à Notre-Dame du Rosaire, septembre est le moment idéal pour renforcer notre relation à Marie. Communier à ses douleurs est un bon moyen pour y parvenir.

« Tournez vos yeux incessamment vers la Vierge Marie, elle qui est Mère de douleurs mais aussi Mère de consolation. Elle peut vous comprendre pleinement et vous aider. En regardant vers elle, en la priant, votre torpeur deviendra sérénité, votre angoisse se transformera en espérance, votre deuil en amour », disait saint Jean Paul II.                 Voici dix façons de prier:

DONNER DU SENS À LA SOUFFRANCE

Prenez les souffrances que vous endurez et offrez-les au Cœur Immaculé de Marie. Faire quelque chose de sa peine permet d’éviter la révolte et le sentiment que la vie est absurde ou injuste. Il faut se livrer  à Marie comme un enfant malheureux dans les bras de sa mère. La dévotion du premier samedi du mois est conseillée, donner du sens à sa souffrance guérit  l’esprit et le cœur.

CULTIVER LA PAIX INTÉRIEURE

En septembre,  mois des douleurs de Marie, malgré nos problèmes, tentons de trouver la paix en pensant à la merveilleuse  mère que nous avons au ciel.  Disons un Je vous salue Marie, certains notent leurs peines dans un carnet avec une prière à la Vierge.

SOULAGER LA PEINE DE QUELQU’UN D’AUTRE

Aider quelqu’un d’autre à porter sa croix, à l’image de Simon de Cyrène est très beau. Il existe de nombreuses manières de le faire : en envoyant une carte, en prêtant une oreille attentive à quelqu’un qui a besoin de confier un souci, une souffrance, un deuil ; en dégageant du temps et en tenant compagnie à une personne qui se sent seule. On peut aussi envoyer un bouquet à une personne qui traverse une période difficile, avec des roses ou des lis pour rappeler la Vierge ! Cuisiner un bon plat pour quelqu’un qui souffre est une autre manière d’apporter du réconfort et de rendre service.

 

LE CHAPELET DE LA DÉVOTION DES SEPT DOULEURS

La dévotion des sept douleurs consiste à dire sept Je vous salue Marie (au lieu des dix traditionnels), en méditant à chaque fois sur l’une des douleurs de la Vierge, à savoir :

  • La prophétie de Siméon
  • La fuite en Égypte
  • La disparition de l’enfant Jésus au temple pendant trois jours
  • La rencontre entre Jésus et Marie sur le chemin de croix
  • La crucifixion et la mort de Jésus
  • La descente du corps de Jésus de la croix et la remise à sa Mère
  • La mise au tombeau

ROSAIRE ET MYSTÈRES DOULOUREUX

La contemplation des mystères douloureux:  l’agonie de Jésus, la flagellation, le couronnement d’épines, le portement de la croix et la crucifixion, convient particulièrement à la dévotion aux douleurs de Marie. Offrons lui  notre présence aimante et notre soutien, en nous plaçant à ses côtés alors qu’elle assiste aux souffrances de son Fils bien-aimé.

FAIRE UN DON, MÊME MODESTE

Donnez ce que vous pouvez à une association qui en a besoin.

PRIER EN COMMUNION AVEC QUELQU’UN

Priez quotidiennement pour une personne qui en a besoin, et dites-lui que vous vous associez à elle dans la prière afin qu’elle se sente moins seule.

Ce mois-ci, vous pouvez dire cette prière écrite pour la fête de Notre-Dame des Douleurs le 15 septembre : Ô Dieu, dont la Passion perça d’un glaive de douleur la si précieuse âme de la glorieuse Vierge Marie, comme l’avait prédit Siméon, permets que nous qui commémorons pieusement ses douleurs, recevions les grâces issues de Ta Passion. Toi qui vis et règnes dans l’unité du Saint-Esprit pour les siècles des siècles, Amen. 

AMÉNAGEMENT DE NOTRE COIN PRIÈRE EN HOMMAGE À NOTRE-DAME DES DOULEURS

Choisissons une carte, une statue ou une œuvre d’art représentant la Vierge plaçons un bouquet de fleurs  en signe de tendresse, agrémentons le coin de bougies à allumer pendant le temps de prière.

ÉCOUTER DES CHANTS À LA VIERGE

Écouter un Ave Maria ou tout autre chant consacré à la Vierge est un moyen très efficace d’entrer en communion avec elle.

Fin du Pèlerinage national : M comme Marie

Après trois mois  à travers la France, les deux calèches “Est” et “Ouest” du pèlerinage ” M  comme Marie” se sont retrouvées, ce samedi 12 septembre 2020, au sanctuaire marial de Pellevoisin. Mgr Jérôme Beau, archevêque de Bourges, a clôturé ce pèlerinage inédit par une grande messe dans la basilique.

« Je repars triste que l’aventure se termine, mais j’ai le cœur changé » : cocher du cheval de la route OUEST avec un autre bénévole pendant une grande partie du pèlerinage, Christophe Gasche avait du mal à cacher son émotion, ce dimanche 13 septembre, alors que l’incroyable périple du « M de Marie » vient de se clôturer. « Au début, je n’étais venu que pour marcher une journée. Mais pendant la récitation du chapelet, je me suis souvenu d’un rêve que j’avais fait il y trois mois. Je me suis trouvé frissonnant, et j’ai décidé de continuer », raconte-t-il à Aleteia.

L’archevêque de Bourges présent pour l’arrivée

Trois mois plus tard, après avoir parcouru près de 1.000 kilomètres, il faisait partie des près de deux cents pèlerins qui ont pris part à la dernière étape entre Ecueillé (Indre) et le sanctuaire marial de Pellevoisin, ce samedi 12 septembre. A Pellevoisin, c’est l’archevêque de Bourges, Mgr Jérôme Beau, qui a accueilli les calèches des routes EST et OUEST. « En tant que cocher, j’étais dans la calèche lorsque l’on est arrivé à Pellevoisin. Beaucoup de personnes étaient là pour nous accueillir… Jamais je n’aurais imaginé que j’allais vivre des moments aussi forts », souffle Christophe Gasche. Après une nouvelle prière pour la France, les pèlerins ont eu un temps de repos, avant de prendre part à une procession vers le sanctuaire. Comme ce fut le cas de nombreux soirs pendant tout le pèlerinage, une veillée d’adoration a été organisée.

Grande messe de clôture

Le lendemain, après une conférence sur le sens de ce pèlerinage et sur le message de Pellevoisin, Mgr Jérôme Beau a présidé une grande messe. « Pendant la messe qui a duré deux heures, Mgr Jérôme Beau consacré le diocèse de Bourges aux Cœurs de Jésus et de Marie. Il a également couronné solennellement la Vierge de Pellevoisin. C’était une très belle grâce », raconte Christophe Gasche. Un « moment fort », à l’issue duquel le pèlerinage a officiellement pris fin. « Ému » de retourner chez lui, dans le Béarn, Christophe Gasche repart « confiant » dans l’avenir, et surtout « revigoré » dans sa foi.

Déjà bénévole aux piscines de Lourdes et dans un groupe de prière de son diocèse, il espère pouvoir renouveler l’expérience des veillées d’adoration plus souvent.

Et espère bien pourvoir témoigner autour de lui des « multiples » grâces reçues pendant ces trois mois.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour découvrir le diaporama du pèlerinage national M comme Marie

Inscriptions à l’Aumônerie des jeunes de 6ème; 5ème; 4ème.

 Contact : Père Éric – 07 68 69 45 31

► Aumônerie des Jeunes Collégiens (classes de la 6ème à la  4ème)

Il n’est pas trop tard

Jeunes collégiens (6e à 4e) vous êtes invités à participer à des rencontres mensuelles et à des temps forts.

 

► Pour les 6e : Tous les vendredis de 17h30 à 19h

► Pour les 5e/4e : Tous les vendredis de 19h15 à 21h

Prêtre accompagnateur : Père Eric

Voulez-vous être catéchiste, témoin de la foi ?

La, ou le catéchiste, un être de relation.

Etre catéchiste c’est  accompagner un groupe d’enfants, de jeunes tout en veillant aux liens avec leurs parents. C’est être en lien avec la communauté paroissiale.

Pour la paroisse de  Rochefort

Au 65 ter rue Voltaire salle Notre Dame -17300 Rochefort

Contact : Brigitte Gadenne -Tèl : 06.74.28.07.76

Secrétariat du presbytère – 102 rue Pierre Loti Rochefort – Tél: 05.46.99.03.11

La ou le catéchiste est un “médiateur”, dans deux directions : la dimension verticale qui relie Dieu à l’homme et la direction horizontale qui unit les personnes entre elles.

Ces deux directions, structurant la catéchèse, sont celles de la croix; elles renvoient à la force du mystère de la Passion, la mort et la résurrection de Jésus. « Jésus-Christ seul peut conduire à l’amour du Père dans l’Esprit et nous faire participer à la vie de la Trinité Sainte. ».

Le, ou la  catéchiste, témoin de la foi de l’Eglise

La, ou le catéchiste, respecte la liberté et le cheminement particulier des personnes auxquels il ou elle s’adresse. « Le catéchiste se prépare en effet à faciliter la croissance d’une expérience de foi dont il n’est pas le dépositaire. C’est Dieu qui l’a déposée au cœur de l’homme et de la femme. La tâche du catéchiste se borne à cultiver ce don, à l’offrir, à l’alimenter et à l’aider à croître. » . Le catéchiste se situe à l’intérieur de la foi de l’Eglise et ne peut se livrer à des simplifications personnelles, il n’est pas le propriétaire de la foi mais son serviteur.

A ce propos, le Texte National pour l’Orientation de la Catéchèse parle d’une responsabilité spécifique qui distingue le catéchiste de celui qui est en chemin avec lui : « Le catéchète est frère du catéchisé. Il n’est pourtant pas « à égalité » avec lui : le devoir de transmettre appelle à exercer une forme d’autorité, celle qui permet à l’autre de devenir « auteur » de sa vie… L’autorité du catéchète vient de ce qu’il n’est pas lui-même la source, mais le garant de la fidélité à une longue histoire de la foi vécue dans l’Eglise à travers les âges.». Le catéchisme de l’Eglise catholique est un livre de référence important au service de cette fidélité. De plus, pour tenir compte de l’âge et de la culture des personnes catéchisées, le catéchiste dispose de documents catéchétiques choisis en concertation avec son Eglise locale.

La formation des catéchistes

Les catéchistes sont comme des disciples en chemin. Ils ont toujours à cultiver leur propre relation au Christ, à se former.  Savoir être, savoir-connaître, savoir-faire” telles sont les qualités que les catéchistes doivent acquérir.  La formation des catéchistes est centrée avant tout sur leur vie de foi, leur spiritualité, la conscience qu’ils ont de faire partie de l’Eglise. La meilleure manière de progresser est de toujours partir de la personne de Jésus-Christ, maître et formateur de ses disciples, stimulant leur zèle pour le Royaume.

Le pape François donnait trois clés pour être catéchiste lors du congrès des catéchistes pour l’année de la foi : être familier du Christ, l’imiter pour sortir de soi et rencontrer l’autre, sans avoir peur d’aller avec Lui dans les périphéries. A partir de cette façon d’être il est possible de développer un savoir de la foi.

Le catéchiste doit non seulement être un témoin, mais aussi un maître qui enseigne la foi. Une formation biblique et théologique lui permet d’avoir une bonne connaissance  du message chrétien, centré sur mystère de la foi: Jésus-Christ.”

En résumé, ce qui distingue les catéchistes réside dans un rapport personnel, authentique, respectueux de la liberté, nourri constamment par la prière et la Parole de Dieu.

Quelques nouvelles de l’association : “100 pour 1 toit”

Bonjour !

Pour celles et ceux qui n’auraient pas eu trop de nouvelles, en voici de la famille arménienne logée jusqu’à présent à la maison  St Paul.

Ils sont en train de déménager cette semaine  à Surgères pour libérer la maison fin août.

Nous avons trouvé un appartement à Surgères dont le coût n’est pas excessif,

et l’Association “100 pour 1 Toit -pays rochefortais” a décidé de le louer, les recherches

pour trouver un logement correct et pas trop cher sur Rochefort n’ayant rien donné.

Bien sûr, ce n’est pas de gaieté de coeur que la famille part à 30 kms, alors qu’elle

s’était fait amis, connaissances etc.. à Rochefort

Aujourd’hui, l’ensemble de la famille est plus “détendue”

et il s’agit de mettre en place un “réseau” sur Surgères et de continuer les contacts

avec Rochefort dans la mesure du possible.

C’est pour cela que je vous invite à une rencontre – comme nous en avions pris l’habitude de temps en temps –

entre personnes proches de la famille ou intéressées par les contacts à faire perdurer.

Achetez vite le nouveau numéro d’Eglise en mission

Il vient de sortir !
A la Une, les quatre prêtres récemment ordonnés :
Eric Ndikubwayo, Joseph-Marie Vo Ta Sam, Brice et Jean-Eudes
  • Quel  résultat pour la collecte du Denier du culte?
  • Quels changements de rentrée dans les paroisses ?
  • Quelle est l’actualité du bienheureux Charles de Foucauld ?
  • Quel avenir pour la démarche synodale missionnaire prévue pour 2020 et reportée en raison du coronavirus?
  • Idem pour le pèlerinage prévu en Pologne ?
  • Enfin, où peut-on retrouver les photos des ordinations de juin ?
  • Toutes ces questions, et bien d’autres encore, trouvent une réponse dans ce beau numéro estival.
Bonne lecture !

Incendie criminel confirmé de la cathédrale de Nantes

Le bénévole  Rwandais  de 39 ans, employé comme portier de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes, a reconnu avoir allumé trois feux le samedi 18 juillet.

Cet incendie  a sérieusement endommagé la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes : l’édifice, de style gothique flamboyant, a perdu  son grand orgue, foyer principal de l’incendie, qui a été entièrement détruit ainsi que le tableau d’Hippolyte Flandrin, Saint Clair guérissant les aveugles. L’incendie a également calciné une partie des stalles du chœur ainsi que les vitraux inestimables de la grande verrière.

.Le bénévole du diocèse a été placé en garde à vue dans la nuit de samedi à dimanche pour « destructions et dégradations par incendie », a annoncé le procureur de la République de Nantes, le 26 juillet. Il a reconnu devant le juge avoir allumé les trois foyers de l’incendie de la cathédrale. “Mon client a coopéré” , confirme maître Quentin Chabert, avocat du mis en examen. « Il regrette amèrement les faits”. Le bénévole encourt pour cette infraction une peine de 10 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende  selon  le procureur.

La plume de l’infaillibilité pontificale

Une exposition originale ayant pour thème le Concile Vatican I (1869-1870) se tient jusqu’au 30 septembre 2020 dans la Galleria Arte Poli à Rome.

Parmi les objets historiques remarquables attachés au Concile Vatican I se trouve la plume ayant servi à Pie IX (1846-1878) pour parapher la Constitution dogmatique Pastor Aeternus, par laquelle le pontife proclamait, il y a 150 ans, le « dogme de l’infaillibilité pontificale ». L’exposition se tiendra jusqu’au 30 septembre 2020.

Le directeur du Musée des papes de Padoue, Ivan Marsura, à l’origine de cette exposition, a réussi à rassembler cette collection. Le 18 juillet 1870, après de longs mois de discussion et de débats, le pape Pie IX signe la Constitution dogmatique Pastor Aeternus, rédigée et approuvée par plus de 500 pères conciliaires réunis à Rome depuis 1869. La plume unique, conçue spécialement pour cet événement, est présentée dans le petit coffret de soie rouge de la galerie Poli.

Sur un petit ruban blanc cousu à l’intérieur du coffret, on peut lire l’inscription rédigée en français « Plume du décret de l’Infaillibilité – 18 juin 1870 », preuve de l’influence diplomatique française à cette époque ( le français est la langue diplomatique du Vatican). A cette époque le pape bénéficia à Rome de la protection militaire française accordée par l’empereur Napoléon III, lors des troubles liés à l’unification italienne.

Le dogme de l’infaillibilité pontificale proclame que le souverain pontife ne peut se tromper lorsqu’il s’exprime ex cathedra (en chaire, en latin) en matière de foi et de morale. Cette affirmation du pouvoir spirituel de l’évêque de Rome intervient à un moment où le pontife a perdu la plus grande partie des États pontificaux aux dépens de la jeune République italienne, exception faite de la Ville éternelle, défendue par un bataillon français.

Le détachement quitte cependant Rome au mois d’août afin de rejoindre les champs de bataille de la guerre franco-prussienne au nord.

L’exposition présente à ce sujet une seconde plume à l’importance historique tout aussi remarquable : la « Plume de la Porta Pia ».

Celle-ci a servi à signer l’acte de capitulation de la ville de Rome devant la troupe républicaine le 20 septembre 1870. Cette date est historique pour l’Italie : elle achève l’unification de la péninsule. Par un décret signé le même jour, les États pontificaux sont abolis et avec eux tout pouvoir temporel des papes, désormais « enfermés » dans le Vatican.

“La force dans l’épreuve”, message du Pape François par temps de pandémie

Un livre rassemblant huit interventions du Pape François au cours de ces derniers mois est publié en langue française par la Librairie Éditrice Vaticane et les éditions Bayard ce mercredi 8 juillet 2020. En une centaine de pages, “La force dans l’épreuve” permet de trouver de l’espérance et du soutien en cette période de pandémie.
Résumé :
Pour exprimer la proximité et la tendresse de Dieu dans cette période de pandémie, marquée par la douleur, la souffrance, la solitude et la peur vécue par une immense partie de l’humanité, le pape François s’est exprimé de plusieurs manières.
A travers deux messages Urbi et orbi (à la ville de Rome et au monde), une lettre ouverte aux mouvements populaires, un message aux vendeurs de journaux de rue, une lettre à un ami, juge argentin de Buenos Aires, le pape ravive la foi des catholiques, donne des clés pour envisager sereinement la période après la pandémie.
Il plaide pour l’assouplissement des sanctions internationales, l’allègement de la dette des pays pauvres et l’instauration d’un cessez-le-feu mondial.

L’état d’urgence de la crise sanitaire prend fin en France

L’état d’urgence sanitaire Coronavirus décrété le 23 mars 2020 a pris fin le vendredi 10 juillet 2020.

Voici ce qui change, et ce qui ne change pas, à partir du 11 juillet.

Dès le 11 juillet, certaines interdictions seront levées, mais l’état d’urgence sanitaire sera suivi d’une “période transitoire de quatre mois

Ce qui change et ce qui ne changera pas :

À partir du samedi 11 juillet, avec une “jauge maximale” de 5 000 personnes.

Elle s’ajoute à celle  des cinémas, centres de vacances, casinos, salles de jeux et centres de loisirs, en vigueur depuis le 22 juin.

► Reprises des croisières.

Les croisières fluviales, et maritimes entre les ports européens, seront de nouveau autorisées, pour les navires dont la capacité ne dépasse pas une limite fixée par arrêté ministériel.  Les croisières maritimes internationales, pourraient être réautorisées à partir de septembre 2020.

► Fin de l’encadrement du prix des masques

Dans les faits, la plupart des enseignes les vendent 60 centimes.

►Fin de la trêve hivernale

La trêve hivernale, durant laquelle les expulsions locatives sont suspendues, prend fin. Cette trêve, qui dure habituellement du 1er novembre au 31 mars, a cette année été prolongée jusqu’au 10 juillet en raison de la crise du coronavirus.

Il en va de même pour les coupures de gaz et d’électricité, interdites durant la trêve hivernale. À compter du 11 juillet, les procédures d’expulsion locative, et de coupures d’énergie seront de nouveau autorisées.

► Arrêts  maladie : retour du délai de carence.

Concernant les arrêts maladie, le délai de carence (1 jour dans le public, 3 jours dans le privé) sera de nouveau appliqué, à l’exception des arrêts des personnes ayant contracté le Covid-19, qui pourront continuer à bénéficier du système dérogatoire jusqu’au 10 octobre.

► Le plafond de défiscalisation des heures supplémentaires redescend.

Concernant la défiscalisation d’une partie des heures supplémentaires, le plafond élevé à 7 500 euros, redescend à 5 000 euros.

Il n’y aura plus d’exonération de l’impôt sur le revenu au-delà de cette limite.

► Pas de reconfinement sans nouvel état d’urgence sanitaire

Cependant le  gouvernement pourra réglementer et même interdire, là où le virus est actif, la circulation des personnes et des véhicules ainsi que l’accès aux transports en commun.

Les déplacements “strictement indispensables aux besoins familiaux, professionnels et de santé” doivent rester permis.

►Fin du report du paiement des factures pour les entreprises

Mais le gouvernement a prévu un nouvel arsenal pour aider les entreprises en difficulté.

► Les rassemblements de + de 1500 personnes sont toujours restreints

Les festivals et rassemblements devront être préalablement déclarés.

► Masque toujours obligatoire dans les transports en commun jusqu’en novembre.

► Foires, expositions, salons et discothèques toujours fermées

Pour l’instant, les foires, expositions, salons et les discothèques ne sont pas autorisés à rouvrir. Le gouvernement se penchera sur ces réouvertures au mois de septembre.

► La Guyane et Mayotte, en état d’urgence sanitaire, jusqu’en novembre.

► Test des voyageurs

Il sera possible d’imposer aux personnes prenant l’avion de présenter le résultat d’un test virologique, les tests salivaires seront envisagés.

Lire ou télécharger le texte de loi N° 2020- 856 du 9 juillet 2020