Dimanche 20 mars : Journée nationale de prière pour les personnes victimes de violences et d’agressions sexuelles au sein de l’Eglise

En mars 2021, les évêques réunis en Assemblée plénière ont voté une série de 11 résolutions, dont la 8ème fait écho à l’invitation du pape François à vivre une journée de prière pour les personnes victimes de violences et agressions sexuelles et d’abus de pouvoir et de conscience au sein de l’Église. En 2022, le thème retenu pour cette journée est : « Témoins pour une vie nouvelle ».

Cette journée se situe au moment du Carême, période liturgique de conversion, d’un retour à Dieu. C’est pour nous l’occasion de reconnaître notre péché, reconnaître que nous n’avons pas su écouter, protéger, alerter, dénoncer, reconnaître que tant d’abus ont été faits au sein de l’Église.

Père Hugues de Woillemont, secrétaire général et porte-parole de la CEF

Différents outils pour vivre cette journée de prière ont été conçus par des victimes-témoins ainsi que par plusieurs services de la Conférence des évêques de France : un dossier liturgique , un livret de prièresun livret chemin de croix ainsi qu‘une image-prière. Chaque communauté peut donc choisir la proposition la plus appropriée localement.


Prière universelle qui sera lue ce week-end dans les paroisses de notre diocèse :

  • Seigneur, Toi qui as pris la route de l’exil, petit enfant, avec Marie et Joseph, toi qui nous dis « Laissez venir à moi les petits enfants », nous te prions pour ces jeunes vies auxquels des prêtres et des laïcs coupables ont volé leur pureté, leur innocence, leur jeunesse et ont mis en péril leur avenir.
  • Seigneur, nous avons péché dans ton Eglise, parce que nous avons fait comme d’autres institutions. Nous avons préféré le silence coupable à la vérité qui libère, à la transparence qui restaure les relations entre adultes et mineurs.

Toi, petit enfant qui a pleuré et que nous avons laissé sur le bord du chemin, aujourd’hui nous te prenons avec nous. Accepte que nous avancions la main dans la main, pardonne-nous nos fautes et donne- nous de préparer un présent et un avenir meilleurs. C’est toi qui es sage, c’est nous qui nous sommes comportés comme des fous !

  • Seigneur, accorde ton pardon aux pécheurs et donne-leur la grâce de réparer leurs fautes afin qu’ils puissent se tenir debout devant Toi.
  • Seigneur, accorde aux enfants blessés et meurtris par la violence des adultes de prendre dans ton Eglise, dans leurs églises, la place que tu leur réserves. Donne à tous tes serviteurs la grâce du discernement et l’audace du courage pour demain !

+ Georges Colomb

Évêque de La Rochelle et Saintes

Venez vivre la joie de la Réconciliation à Rochefort

A l’église St Louis de Rochefort samedi 26 mars de 9h30 à 12h30

  • 9h30 : – Rassemblement et lancement à l’église St Louis.
  • 9h45 : – Enseignement par le père Michaël Le Nézet sur la Miséricorde.
  • 10h15 : – Temps personnel de méditation.
  • De 10h30 à 12h30 : – Confessions individuelles.

Le sacrement de Réconciliation avec le pape François

Avant le VIe siècle

Un contexte marqué par les persécutions

C’est au IIIème siècle. que l’on trouve les premiers témoignages d’une pratique liturgique de l’Église concernant la réconciliation (on disait “confession – pénitence “) de ceux qui avaient péché gravement dans la perspective de la foi au Christ. A cette époque de persécutions féroces, conduisant souvent à la mort, parfois aux tortures, la pénitence ecclésiale concernait ceux qui avaient renié le Christ ou trahi leurs frères. Elle était offerte aux repentants comme un second baptême, une seconde chance, non renouvelable, pendant toute l’Antiquité.

Le pénitent venait donc trouver l’évêque, celui qui fait l’unité de l’Église au nom du Christ, pour être « réintégré » à la communauté. Il va supplier l’Eglise,  ses frères, de lui accorder leur pardon  pour avoir brisé l’unité, en invoquant la miséricorde infinie de Dieu. Selon la gravité de ses actes, et de son état, la pénitence sera adaptée au pénitent.

Une  célébration liturgique comportant des litanies pour la conversion de tous réunissait alors la communauté chrétienne.

La pénitence se vivait de façon concrète, cet état pouvait durer plusieurs années, rythmé par des assemblées de prière. Une fois la pénitence accomplie, une grande prière de l’évêque le jeudi Saint, rétablissait la communion;  il réintroduisait le pénitent au sein de l’Église.

La crise de la fin de l’Antiquité

Le contexte ayant changé, le processus ne fonctionne plus dès le Vème siècle. Plus personne n’est prêt à affronter l’état de pénitent avec tous ses interdits : en général sont interdites les relations conjugales, le commerce, la réception des successions, pour une durée limitée ou pour toute la vie.  L’Église y renoncera et abandonnera le principe de non-réitération de la réconciliation ecclésiale.

Entre le VII et le XIIème siècle.

La naissance de la confession privée

Cette nouvelle forme va faire son apparition dans le contexte monastique, marqué par la conversion quotidienne. Il s’agit de s’adresser non plus à  quelqu’un qui a renié sa foi (un apostat), mais à des chrétiens ordinaires ayant trébuché dans leur vie quotidienne. Les rituels de cette époque mettent l’accent sur la qualité de l’accueil du défaillant, du pécheur,, la prière commune et la confession de foi.

Des tarifs aux indulgences

L’idée est venue de proportionner la pénitence à la faute confessée.  La confession devint une science judiciaire fondée sur des manuels , comportant des barèmes, des “tarifs” détaillés. Les « tarifs » référencés dans les livres pénitentiels pouvaient imposer  des jeûnes, des pèlerinages, etc.  Et puis on vit apparaître « les rédemptions » qui permettaient de remplacer les peines sévères par une offrande financière, destinée à faire “dire” des messes,  ou à construire une chapelle, etc. . La route était ouverte au trafic des “indulgences”.

À partir du XIIIème siècle, vers une privatisation de la pénitence

Au XIIIème siècle, les tarifs ont totalement disparu.

En 1517  Luther s’élèvera contre le trafic des indulgences,  la basilique St Pierre de Rome était alors en construction, sous le pape Léon X.

Après le concile de Trente (1545-1563), la seule forme sacramentelle de la pénitence dans l’Église sera la confession privée dont la liturgie est réduite à sa plus simple expression. Avec le temps, pour beaucoup de chrétiens, la pénitence sera perçue comme une pratique rituelle, l’obligation d’une confession annuelle au moment du Carême. Heureusement, grâce à des pasteurs comme le curé d’Ars, la confession gardera son rôle fondamental au sein des paroisses.

1973 : La pénitence à un tournant,

 Le Groupe d’études pour le renouveau de la pénitence (GERP) constitué en 1973 par le Centre national de pastorale liturgique fera paraître en 1978 le nouveau rituel Célébrer : la pénitence et la réconciliation,  pour s’adapter aux réalités sociologiques.

Un monde où l’homme constate la modification de son univers social

Dans une société en rapide transformation, répéter les façons de faire des générations antérieures devient impossible, c’est particulièrement vrai dans un milieu rural désertifié, ou bien dans les banlieues dortoirs de grandes villes multiculturelles  Comment se mettre au service des familles, de la jeunesse ? Il y a là un vrai défi pour permettre à chacun de rester fidèle aux exigences de l’Évangile. Exigences modestes en regard du vrai bonheur, ici et plus tard, qu’apportent les Écritures et l’exemple du Christ.

Une culture marquée par le développement des sciences humaines et par des décisions “sociétales” en  contradiction avec la foi  chrétienne

La protection de la vie, du commencement à sa fin naturelle, la défense du mariage, unissant un homme et une femme, de la famille,  de la liberté scolaire, sont autant de défis que les chrétiens sont désormais appelés à relever, avec patience et charité, mais aussi avec clarté, en s’appuyant sur la fréquentation de l’Evangile et sur la parole du Magistère en ces domaines.

Sans oublier que l’exemple des chrétiens est le plus important; saint Jean-Paul II le rappelait sans cesse, le monde a besoin de témoins, plus que de prêcheurs.

Une nouvelle image de l’Église

Depuis le Concile Vatican II, l’Église s’est définie, avec insistance, comme le peuple de Dieu. Dès lors, pour le sacrement de pénitence, il s’agira d’insister sur le pardon mutuel, sur l’abandon de ses craintes, de son “respect humain” en plongeant dans les bras de Dieu, comme un enfant,  dans la prière. La liturgie revalorise  la préparation pénitentielle de la messe, le rite de paix, les pèlerinages, l’onction des malades,  la célébration des cendres…

Ainsi que l’Église a repensé son approche de la pénitence, condition indispensable de progrès spirituel pour tout chrétien.

 

l’Evangile en musique dans le diocèse de Charente Maritime

Depuis 7 ans, mon ministère de prêtre en Charente Maritime me conduit de plus en plus vers la musique. Cela a commencé par un spectacle pour le denier de l’église, intitulé la « Tournée des curés » (2014 à 2019).

Le public a bien répondu, et l’église y a fait preuve de joie et de modernité. Le bouche à oreille a été bon. Nous jouons aussi en formation réduite : pour le “bistrot du curé” chaque été à La Rochelle, en paroisses, pour des associations.

Monseigneur Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes, m’a demandé de mettre en pratique mes compétences musicales pour l’évangélisation. Je me suis alors mis à composer des chansons, paroles et musique. Les 25 premières ont été réunies dans un livre de présentation, édité à compte d’auteur.

Un grand merci pour votre soutien, votre générosité et vos prières pour ce projet !

 

Découvrir le projet de financement de l’évangélisation par la musique et participer

Nouvelles mesures sanitaires dans les lieux de culte

Depuis le lundi 14 mars 2022, le port du masque n’est plus obligatoire en intérieur, y compris dans les lieux de culte.

Conformément aux dispositions gouvernementales , les restrictions y sont donc levées.

Outre les célébrations religieuses, les activités culturelles dans les lieux de culte ne seront plus soumises aux restrictions en vigueur depuis presque un an. Le passe vaccinal ne sera donc plus exigé pour assister aux concerts ou expositions que peuvent accueillir les églises.

J’attire toutefois l’attention sur la nécessité de protéger les plus faibles et les personnes fragiles et de respecter la liberté de chacun. Les fidèles qui souhaitent porter un masque le pourront.
Je continue à recommander aux ministres de la communion de se désinfecter les mains, de proposer du gel à l’entrée des églises jusqu’au dimanche de Pâques inclus.

+Georges Colomb

Évêque de La Rochelle et Saintes

Lisbonne 2023 : 37èmes Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ)

Du 1er au 6 août 2023, les jeunes catholiques du monde entier ont rendez-vous à Lisbonne au Portugal pour les 37èmes Journées mondiales de la jeunesse.

Le Pape a placé une nouvelle fois la rencontre internationale sous le regard bienveillant de la Vierge Marie, le thème retenu pour cette édition est : « Marie se leva et partit avec hâte » (Luc 1, 39).

Dans notre diocèse, c’est Rémi Delprat (diacre en vue du sacerdoce et responsable du foyer d’étudiants à la Rochelle) qui est en charge de coordonner l’organisation de ce rassemblement avec les jeunes diocésains.

Aussi, une première réunion se tiendra le vendredi 18 mars 2022, à 19h à la maison diocésaine à Saintes.

Renseignements et contact : jmj.lisbonne.diocese17@gmail.com

Reprise de la démarche synodale à Rochefort

Aux responsables du doyenné de Rochefort, des équipes de la démarche synodale

Voici la synthèse de la première étape de la démarche synodale vécue dans le doyenné de Rochefort. C’est le fruit de vos échanges, vos réflexions et de vos réponses que vous nous avez envoyés. C’est également le résultat d’un patient travail de lectures, de transcription de l’équipe de pilotage : merci à tous ceux qui y ont contribué !

Nous attendons vos réponses à la seconde étape pour le mercredi 30 mars ; les modalités d’envoi sont identiques, à savoir l’espace “réponses” du site de la démarche synodale : https://synode.catholiques17.fr/
En cas de difficulté technique, vous pouvez me contacter :

06 47 33 51 28

En avril, à l’issue des deuxièmes rencontres, l’équipe de pilotage établira pour chaque doyenné, d’après les retours des équipes fraternelles :- la synthèse des interpellations plus personnelles “est-ce que je pense avoir une mission… ”

– une liste de propositions en réponse à la question 10 page 38  du carnet de route : «   A quelles missions prioritaires l’Esprit Saint nous appelle-t-il pour notre communauté, notre doyenné ? »

Il s’agit de recueillir les idées pour enrichir la vie de votre doyenné dans sa mission d’annoncer l’Evangile.

C’est dans cette liste que seront choisis et votés les axes missionnaires au cours de l’assemblée synodale le samedi 21 mai.

Réservez-dès à présent cette date dans vos agendas afin de pouvoir y participer ! Votre doyen vous communiquera prochainement les modalités pratique de cette journée.

Merci à vous de relayer auprès de chacun de vos équipiers les fichiers afin qu’ils puissent en prendre connaissance.

Bien fraternellement,

Marie DEVALLET
Chargée de communication

PS Pour les équipes qui se sont également retrouvées pour le synode romain, vos réponses sont attendues pour le 15 mars. Toutes les infos : https://catholiques17.fr/synode-romain-dans-tous-les-dioceses-communion-participation-et-mission/

  • adresse :  – 109 Ter rue Pierre Loti  – 17300 Rochefort ( derrière l’église St Louis).
  •  : 05 16 65 42 89
  • : paroissederochefort@gmail.com

Site diocésain  ouvert pour cet évènement : http://synode.catholiques17.fr

 

 

Prière œcuménique pour la paix en Ukraine.

Vendredi 11 mars à 20h en l’église Protestante Evangélique de Rochefort  au 30 Quéreux de la Laiterie à Rochefort. ( entrée par la rue Parmentier, près du Bd Pouzet).

Venez nombreux à ce temps de prière œcuménique pour la paix en Ukraine :

 
A cette soirée, toutes les personnes de bonne volonté sont invitées par les  cinq Églises chrétiennes de Rochefort :  Évangélique, Catholique, Protestante unie, Baptiste, et Orthodoxe.
 
Le moment est venu de nous rassembler afin de prier le Seigneur pour le rétablissement de la paix entre l’Ukraine et la Russie dont un même baptême, celui de saint Vladimir,  en 988, est à l’origine. Le baptême dans le Père, le Fils et l’Esprit Saint nous rend tous frères et sœurs.
Des frères et sœurs ukrainiens viendront nous retrouver, merci  de le faire savoir autour de vous,
 
Les pasteurs, les prêtres et les laïcs de Rochefort
 

Contacts :

– Église protestante évangélique de Rochefort (Pasteur Tim Williams)   www.eper.fr

– Église protestante unie de Rochefort (Pasteur Matthieu Cavalié)
– Paroisse orthodoxe St Eutrope et St Georges de Saintes / église St Paul à Rochefort. (Père Paul-Marie Ganem)
– Église baptiste “La Maison du Charpentier” à Rochefort. (Sœur Ruth Krause).
– Paroisse catholique de Rochefort. (Père Mickaël Le Nezet) .

 

Contre la solitude du veuvage, espérance et vie.

Dans le livre des Actes des Apôtres, la première communauté chrétienne porte un souci particulier pour les veuves trop souvent délaissées. (Ac 6, 1)
Il nous a semblé important de porter un souci particulier sur notre paroisse pour toutes ces personnes ayant perdu un conjoint et se retrouvant seules.
Ainsi, à partir du mois de mars, une équipe en lien avec le mouvement « Espérance et Vie » sera proposée sur notre paroisse.
Ce mouvement propose aux personnes ayant perdu leur conjoint, de se réunir régulièrement pour partager un temps de prière et de partage fraternel face à l’épreuve du deuil.
La première rencontre sur la paroisse de Rochefort aura lieu :
Vendredi après-midi 25 mars de 14h30 à 16h chez Martine Novier.
Si vous êtes intéressés, merci de contacter Martine Novier  06 01 77 55 32 ou Blandine Vernier 06 07 58 75 67. »

Soirée CCFD Terre solidaire à Rochefort

Vers quel développement en République Démocratique du Congo (RDC) ? L’action de l’Église et des partenaires du CCFD Terre Solidaire.

le Jeudi 3 mars de 19h30 à 21h30
en salle paroissiale Notre-Dame,
65 ter rue Voltaire à Rochefort.
avec la participation du Père Sylvestre KISWESO, curé de St Savinien,
et de l’équipe rochefortaise du CCFD Terre Solidaire

Une soirée organisée par le CCFD-Terre solidaire

 

Journée Mondiale de Prière (JMP) au temple à Rochefort

Un avenir à espérer  (Jérémie 29, 1-14)
Chaque année les paroisses protestante réformée, protestante évangélique et catholique de Rochefort participent à la Journée Mondiale de Prière (JMP). Cette année, c’est l’Église protestante réformée qui accueille la célébration et invite chaleureusement tous les chrétiens à se rassembler :
> le Vendredi 4 Mars à 18h
au Temple protestant de l’Église protestante réformée
17 rue Jean Jaurès à Rochefort
Nous prierons de manière chantante et profonde, mondiale et plus particulièrement avec les femmes de trois parties du Royaune-Uni :  l’Angleterre, le  Pays de Galles et l’Irlande du Nord.

Un formidable rendez-vous à ne pas manquer !

———————-

La Journée Mondiale de Prière (JMP), c’est quoi ?
La Journée Mondiale de Prière (JMP) est un mouvement œcuménique mondiale initié par des femmes chrétiennes à la fin du XIXème siècle. Il se concrétise pour une journée de prière commune chaque année, le premier vendredi de Mars, dans plus de 120 pays. Pendant 24 heures autour de la terre, les mêmes mots dans la diversité des langues invitent à prier le Seigneur.
Chaque année, les femmes d’un pays différent conçoivent et rédigent une célébration œcuménique. Cette année 2022, ce sont les femmes d’Angleterre, du Pays de Galles et d’Irlande du Nord (abréviation anglaise EWNI) qui nous invitent à méditer à partir du texte de Jérémie 29,1-14 : « Un avenir à espérer ».
Les femmes affirment que la prière et l’action sont indissociables et jouent un rôle essentiel dans le monde.
Toutes et tous sont invités à venir :
  • Découvrir la richesse des différentes confessions dans un esprit œcuménique
  • Partager espoir et craintes, joies et peines
  • Prendre conscience des talents de chaque personne
  • S’encourager mutuellement
  • Témoigner que la prière est force de changement.
*La célébration 2022 : « Un avenir à espérer »
Cette célébration 2022 est basée sur la lettre que le prophète Jérémie a écrite aux exilés en Babylonie  (Jérémie 29,1-14). Les exilés se trouvaient dans un contexte de souffrance, d’incertitude et de points de vue opposés sur la façon de réagir au moment présent.
Aujourd’hui, nous nous réunissons pour entendre les histoires de femmes qui se sentent exclues, écouter la peur d’un enfant réfugié et apprendre à voir le contexte d’une  société multiethnique, multiculturelle et multiconfessionnelle en Angleterre, au Pays de Galles et dans le Nord. Irlande (EWNI).
Pour Jérémie, le plan de Dieu était clair et nous partageons cette assurance en le chantant.
L’œuvre d’art (cf. affiche), créée par Angie Fox à l’aide d’une combinaison de broderie, d’appliqué et de ferronnerie, représente des mots clés tels que :
– Liberté , représenté comme une porte ouverte sur un chemin traversant une vue ouverte sans fin ;
– Justice , représentée par  chaînes brisées;
– La paix et le pardon de Dieu, représentés par la colombe de la paix et un lis de la paix perçant le trottoir.
Dans l’ensemble, un arc-en-ciel qui en est venu à représenter toutes ces choses depuis l’histoire de Noé jusqu’à nos jours.  C’est un symbole de l’amour démesuré de Dieu.
On nous donne une graine d’espoir pour réfléchir où elle doit être plantée dans nos vies et dans nos communautés.
Une graine, nourrie de prières d’intercession et d’actes d’amour, nous lie à travers le monde.

Plus d’infos ici : https://journeemondialedepriere.fr

Le pape annonce un jour de jeûne pour la paix le 2 mars

Alors que la crise s’accentue de jour en jour en Ukraine, le Pape François a fait part de sa «grande douleur» à ce sujet lors de l’audience générale de  mercredi 23 février 2022. 
Une fois de plus, la paix de tous est menacée par des intérêts partisans.

Je voudrais lancer un appel à ceux qui ont des responsabilités politiques pour qu’ils fassent un sérieux examen de conscience devant Dieu, qui est le Dieu de la paix et non de la guerre, le Père de tous et non de quelques-uns, qui veut que nous soyons frères et non ennemis», a déclaré le Souverain Pontife depuis la salle Paul VI.

Journée de jeûne le 2 mars

Il a également lancé un appel à tous, «croyants et non-croyants». «Jésus nous a appris qu’à l’insistance diabolique, à l’absurdité diabolique de la violence, on répond avec les armes de Dieu : par la prière et le jeûne», a rappelé François.

Le Saint-Père a donc annoncé que le 2 mars prochain, mercredi des Cendres, serait un jour de jeûne pour la paix. «J’encourage tout particulièrement les croyants à se consacrer intensément à la prière et au jeûne ce jour-là. Que la Reine de la Paix préserve le monde de la folie de la guerre», a-t-il conclu.